Un peu de botanique: xylème et phloème

Par défaut

Ill.: http://www.tes.com

Ce que je connais sur le xylème et le phloème, je l’ai appris à l’école… il y a un demi-siècle! Donc, il est peut-être temps pour moi de faire un peu de révision… et peut-être que pour vous aussi.

Le xylème et le phloème sont des conduits qui font partie du système vasculaire des plantes supérieures: ils sont conçus pour déplacer l’eau, les minéraux et les glucides d’une partie de la plante à une autre.

Les «végétaux inférieurs», comme les mousses, comptent simplement sur la capillarité pour assurer le mouvement de l’eau (lorsque vous trempez la pointe d’un chiffon dans l’eau, puis que l’humidité se déplace plus haut sur le tissu, c’est un exemple de capillarité), mais alors les végétaux inférieurs ne mesurent que quelques centimètres de hauteur tout au plus. La capillarité simple ne fonctionnera pas pour les plantes plus hautes. L’eau ne montera pas jusqu’au sommet d’un séquoia géant simplement par capillarité, par exemple! Au lieu de cela, des cellules spécialisées s’alignent et transfèrent les produits de bas en haut et de haut en bas, selon les besoins.

Bien sûr, essayez d’envoyer un produit dans une direction dans un tube tandis qu’un autre descend dans le même tube dans la direction opposée. L’effet serait très, très lent! Pour assurer un mouvement approprié, les végétaux supérieurs ont donc développé deux types de cellules: le xylème et le phloème.

Les cellules du xylème sont les plus efficaces et rapides, «tirant» la sève brute (l’eau et les minéraux) vers le haut, d’une cellule à l’autre, des racines non seulement jusqu’à la tige principale, mais aussi jusqu’aux extrémités des branches et aux fleurs et fruits. Riche en lignine, le xylème forme également le bois des arbres et des arbustes. Les cernes que vous voyez dans une souche d’arbre sont faits de xylème.

Les cellules du phloème ne fonctionnent pas de la même manière. Elles transportent la sève élaborée, riche en glucides. Ces derniers résultent de la photosynthèse et sont donc principalement produits par les feuilles. Ces glucides sont nécessaires à toutes les parties de la plante, des fleurs au sommet de la plante aux racines complètement en bas. Ils doivent donc circuler dans les deux sens — à la fois vers le haut et le bas — et le font par diffusion et aussi par gravité, car le plus gros du mouvement est quand même vers le bas. Les cellules du phloème transportent la sève élaborée là où elle est nécessaire et le font à travers leurs parois cellulaires aux extrémités perforées.

Je me souviens à l’école d’avoir compris le concept, mais d’avoir eu de la difficulté à me rappeler lequel était lequel, ce qui était toujours stressant lors d’un examen de biologie. Mais, on nous avait appris une mnémonique en anglais pour aider: «water zips up the xylem and flows down the phloem», parfait pour un petit anglophone comme moi. Si vous connaissez un équivalent en français, faites-le-moi savoir et je le partagerai ici!

2 réflexions sur “Un peu de botanique: xylème et phloème

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.