Catégories

Recherche

Que faire d’un nymphéa tropical l’hiver?

Nymphéas tropicaux. Photo: www.aquascape.com Du point de vue du jardinier, il y a deux grandes catégories de nymphéas (Nymphaea spp.): les nymphéas rustiques, qui tolèrent le froid et qui peuvent alors hiverner dans un jardin d’eau pendant l’hiver dans les régions tempérées (du moins, tant que l’eau ne gèle pas complètement), et les nymphéas tropicaux, qui ne tolèrent pas le froid, mais pas du tout! Et les nymphéas tropicaux sont spectaculaires, fleurissant plus abondamment et plus longtemps que les nymphéas rustiques, avec des fleurs souvent plus grosses et plus parfumées. Il est difficile de résister à leur charme! Mais qu’en faire l’hiver? À moins de vivre sous un climat très doux ou même tropical (les zones de rusticité 9 à 12), la situation ne paraît pas très rose. Le conseil des experts Le conseil habituel des experts est de les laisser geler, car il n’est pas facile de conserver les nymphéas tropicaux l’hiver. La plupart des catalogues de plantes aquatiques sont d’accord... Lire la suite >

10 faits fascinants au sujet des bulbes

Ill.: www.pinclipart.com & www.freeiconspng.com Pour la plupart des jardiniers, l’automne rime avec plantation de bulbes. Alors que nos autres plantes se mettent en dormance et révèlent alors des espaces vides dans nos plates-bandes, nous pouvons profiter de leur déchéance pour combler les espaces libérés avec de magnifiques bulbes à floraison printanière comme les tulipes, les narcisses, les crocus et les jacinthes. Et ils sont si facilement disponibles, à la fois en ligne, dans les jardineries et même dans les supermarchés! Donc, pour vous mettre davantage dans l’ambiance de la saison de plantation des bulbes, voici quelques informations intéressantes à leur sujet, des détails que vous ne saviez peut-être pas. 1. Tous les «bulbes» ne sont pas des bulbes véritables. Les vrais bulbes sont composés d’une tige verticale souterraine entourée d’écailles (feuilles modifiées) utilisées pour le stockage d’aliments. (Pensez à un oignon, avec ses multiples couches de feuilles charnues). Les plantes de la famille du lis (tulipes, lis, muscaris, etc.) et... Lire la suite >

Ail de Bulgarie: un bulbe à découvrir

Ail de Bulgarie (Allium siculum). Photo: ellishollow.remarc.com.Photo: L’un de mes bulbes préférés est l’ail de Bulgarie ou nectaroscordum (Allium siculum), mieux connu sous son ancien nom botanique, Nectaroscordum siculum ou peut-être sous le nom Nectaroscordum bulgaricum. (Des études d’ADN récentes démontrent que les deux sont essentiellement la même plante et qu’elles appartiennent toutes les deux au genre Allium, avec l’ail, l’oignon, le poireau et une multitude d’espèces ornementales. Le genre Nectaroscordum a donc été éliminé.) Ce que j’aime le plus à propos de cette plante à bulbe est sa capacité à perdurer. J’ai planté 10 bulbes dans une plate-bande il y a 25 ans. Ils sont toujours là. Même, il y en a plus maintenant, car le bulbe se divise avec le temps et aussi, la plante se ressème dans une certaine mesure si vous ne supprimez pas les fleurs fanées. Ainsi, je peux compter sur la floraison des ails de Bulgarie année après année au début de l’été, peu après la fin... Lire la suite >

Mauvaise herbe ou plante adventice?

Si vous aimez une mauvaise herbe, elle n’est plus une mauvaise herbe! Ill.: www.delachauxetniestle.com Il y a un courant de bienséance écologique qui essaie d’éradiquer le terme «mauvaise herbe». Après tout, disent ces personnes affables, il n’est pas gentil de dire du mal d’un être vivant et «mauvaise herbe» est un terme bien négatif. De plus, cette plante spontanée n’est pas nécessairement mauvaise dans toutes les situations. Un pissenlit, par exemple, est rarement aimé dans la pelouse, mais très apprécié quand on le sème comme légume à feuillage comestible ou comme plante médicinale. Et qu’est-ce qu’une mauvaise herbe, disent-ils, sinon une plante dont on n’a pas encore découvert les vertus?  (En fait, je connais bien les vertus du pissenlit, mais ne tiens pas à le voir dominer mon potager!) Il est donc devenu plus politiquement correct d’appeler ces plantes non pas «mauvaises herbes», mais «plantes adventices». Quelle absurdité!  Des générations de jardiniers ont utilisé le terme «mauvaise herbe» et l’utilisent... Lire la suite >

Ces plantes qui se recouvrent de sable

Abronie à feuilles larges montrant de jolies fleurs… et des feuilles recouvertes de sable. Photo: slandnature.ca Personne n’aime avaler du sable. C’est une des raisons pour lesquelles nous rinçons le céleri avant de le manger. Et, apparemment, les autres animaux n’aiment pas plus le sable que les humains. C’est donc peut-être une des raisons pour lesquelles certaines plantes se couvrent de petites particules de roche. Appelées plantes psammaphores, ces plantes curieuses vivent sur les plages et dans les déserts de sable du monde entier. Il en existe plus de 200 espèces dans quelque 88 genres. Ainsi, elles ne sont pas rares, mais si vous passez devant une, vous ne la remarquerez peut-être pas, car le sable camoufle parfois très bien ces plantes. Elles partagent toutes la même caractéristique: des feuilles collantes qui attrapent et retiennent le sable apporté par le vent. Il y a plusieurs théories pour expliquer pourquoi ces plantes se recouvrent de sable. En voici six: C’est peut-être... Lire la suite >

Comment sauver les bégonias Rieger du froid

Bégonia Rieger ‘Valentino Pink’. Photo: ‘Valentino Pink’ Ce printemps, un bégonia Rieger (B. × hiemalis) s’est mérité un prix Les Exceptionnelles (concours d’horticulture québécois) pour la première fois. Par conséquent, cette variété, ‘Valentino Pink’, a été abondamment plantée partout au Québec et je l’ai vue aussi aux Jardins Longwood en Pennsylvanie cet été. De toute évidence, ce bégonia a été bien populaire! Mais c’est maintenant l’automne et cette plante ne peut pas résister aux froids de l’hiver à venir.  Si vous avez un bégonia ‘Valentino Pink’, ou encore, un autre bégonia Rieger, voici comment le conserver pour l’an prochain. Un peu d’histoire Les bégonias Rieger (B. × hiemalis) sont d’origine hybride, issus à l’origine de croisements entre des bégonias tubéreux (B. × tuberhybrida), à floraison estivale, et d’une espèce à floraison hivernale rarement cultivée, B. socotrana. Le premier hybride date de 1883. Le nom Rieger, qui s’applique désormais à tout Begonia × hiemalis, vient d’une série introduite en 1955 par l’hybrideur allemand Otto Rieger. On les appelle parfois... Lire la suite >

Les néonics nuiraient aussi aux oiseaux chanteurs

Bruant à couronne blanche portant un transmetteur. Photo: Margaret Eng Si vous n’avez jamais entendu parler de la controverse entourant les pesticides néonicotinoïdes (généralement appelés néonics) et de leurs effets sur les pollinisateurs, en particulier sur les abeilles domestiques, vous n’écoutez pas très attentivement les médias. C’est un sujet de discussion depuis plusieurs années déjà. Mais, d’après une étude récemment publiée, ces insecticides pourraient aussi avoir un effet majeur sur les petits oiseaux. L’emploi des néonics  En règle générale, les néonics sont appliqués sur les semences de grande culture comme le maïs, le soja et le colza (canola) avant leur ensemencement dans le champ. Quand les semis germent, ils absorbent le pesticide (qui est systémique) et celui-ci est alors diffusé à travers les plantes par la sève, les protégeant ainsi des insectes nuisibles qui pourraient vouloir les attaquer tels que les altises et les chenilles. L’effet sur les oiseaux Ça fait longtemps qu’on accuse ces pesticides de nuire indirectement aux petits... Lire la suite >

Des pivoines par semences? Pourquoi pas!

Tout jardinier peut semer des graines de pivoine, mais il doit s’armer de patience! Photo: palmitersgardennursery.com & www.ebay.ie, montage: jardinierparesseux.com Saviez-vous que, si vous êtes un jardinier très patient, vous pouvez faire pousser des pivoines à partir de semences? Prévoyez une attente de plusieurs années avant que la plante arrive à maturité et commence vraiment à fleurir abondamment, mais cultiver des pivoines de cette façon est loin d’être impossible. Notez que les pivoines que vous cultiverez à partir de graines ne seront probablement pas identiques à la plante mère. Cette dernière est sans doute d’origine hybride (la plupart des pivoines cultivées le sont) et donc, elle contient un mélange de gènes, ce qui donnera également un mélange de traits chez ses bébés. Alors, que puis-je dire, sinon… attendez-vous à des surprises! Voici comment procéder: De la floraison à la semence Commencez par ne pas agir! C’est-à-dire, ne supprimez pas les fleurs fanées de vos pivoines. (D’ailleurs, c’est quelque chose que... Lire la suite >

Petit arbre deviendra grand

Ill.: www.rock-cafe.info& clipartpng.com, montage: jardinierparesseux.com La tendance dans les pépinières est de nous offrir des arbres de plus en plus gros calibre, une tendance qui a l’heur de plaire à plusieurs consommateurs, car ils y voient une façon pour obtenir des résultats plus rapidement. Mais il y a une différence entre «consommateur» et «jardinier paresseux».  Le jardinier paresseux (et aussi le jardinier au budget modeste) préférerait, au contraire, les arbres de petite taille, voire même des boutures enracinées ou des semis de 2 ou 3 ans, aux arbres de gros calibre: ils sont moins coûteux (et comment!), plus faciles à transporter et à planter… et le taux de succès est nettement meilleur. En effet, chez presque tous les végétaux, les jeunes plants se transplantent mieux que les plus matures et reprennent mieux, poussant plus rapidement que les arbres de gros calibre.  Ainsi, après 5 ans de culture, on ne voit souvent aucune différence notable entre un arbre de gros calibre qui... Lire la suite >

Comment installer une nouvelle pelouse… à entretien minimal

Le propriétaire qui veut installer une nouvelle pelouse a souvent avantage à la semer plutôt qu’à poser des rouleaux de gazon. D’abord, c’est beaucoup moins coûteux de commencer par des graines, mais surtout, semer une pelouse est encore plus facile que de poser un gazon en plaques et donne une meilleure qualité en fin de compte. Après tout, sur un terrain de golf, on n’utilise que des semences pour créer un nouveau vert, jamais des plaques de gazon! Voici comment faire: 1. Au mois de mai ou à l’automne (au plus tard 5 semaines avant que le sol gèle pour l’hiver), recouvrez la surface à gazonner de 15 cm de bonne terre. (Si la surface est très infestée de mauvaises herbes à racines traçantes [herbe aux goutteux, prêle, chiendent ou autres], recouvrez-la d’abord d’une barrière de 7 à 10 feuilles de papier journal humide avant de poser la terre.) Si vous avez déjà une pelouse et voulez la remplacer, enlevez-la d’abord au... Lire la suite >

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!