Rentrez les tropiques dans la maison

Par défaut

Le style tropical domine sur les patios et les balcons l’été, mais les plantes qu’on y utilise ne sont pas rustiques et il vous faut décider si vous voulez les laisser aller ou les rentrer pour l’hiver. Photo: Atlantic Gardening Company, http://www.trianglegardener.com

Le style tropical domine nos terrasses depuis quelques années. Tous les printemps, les jardineries se remplissent de végétaux à grosses feuilles, à croissance exubérante et à fleurs voyantes, des plantes qui trouvent facilement preneurs et qui décorent nos cours, nos balcons et nos terrasses dès le début de la belle saison. Mais l’été arrive à sa fin. Ces grandes et glorieuses plantes gèleront bientôt si on ne fait rien. Peut-on les sauver? Si oui, comment? Voici un résumé des possibilités.

Bananier (Musa spp. et Ensete spp.)

Bananier rouge d’abyssinia (Ensete ventricosum ‘Maurellii’) prêt à rentrer. Photo: http://www.gumtree.com

Rien ne dit mieux «tropical» qu’un bananier avec ses grandes feuilles en forme de pagaie, parfois de 1,5 m de longueur. On en trouve maintenant plusieurs variétés sur le marché: à feuillage vert, pourpré ou diversement maculé. Il y a même un bananier dit «rustique» (Musa basjoo) qui peut être rustique (survivre à l’hiver) dans le sud de la France, mais qui n’est assurément pas rustique au Québec! Tout bananier doit normalement être rentré pour l’hiver… du moins, si vous voulez le conserver. 

Il y a deux façons d’hiverner un bananier: en croissance et en dormance. 

Pour le garder en croissance, rentrez-le tôt, pendant que les nuits sont encore assez chaudes. Placez-le devant une fenêtre ensoleillée et continuez de l’arroser tout l’hiver. 

Pour savoir comment rentrer une plante dans la maison sans rentrer aussi des bestioles indésirables, lisez Pour une rentrée sans insectes.

Pour mettre un bananier en dormance, coupez la tige à 10 à 15 cm du sol et laissez le pot au frais et au sec pendant l’hiver. Photo: source inconnue

Mais parfois, il est trop grand pour votre maison ou vous ne tenez pas à l’arroser tout l’hiver. Attendez alors jusqu’à ce que les nuits baissent à 5 °C environ, cela pour ralentir sa croissance, puis coupez-le à 10 à 15 centimètres du sol. C’est facile à faire, car le «tronc» d’un bananier ne contient pas de bois, seulement des feuilles imbriquées les unes dans les autres.

Placez le pot dans une pièce à peine chauffée et cessez les arrosages complètement. Au printemps, vers le mois de mars, exposez-le à plus de chaleur et à un bon ensoleillement. Commencez à l’arroser, et bientôt votre bananier sera en croissance de nouveau. 

Notez qu’il est peu probable qu’un bananier produise des bananes sous un climat tempéré, peu importe les soins que vous lui prodiguerez. Mieux vaut le considérer comme une plante à feuillage ornemental.

Brugmansia ou trompette d’ange (Brugmansia spp.)

Brugmansia en fleurs l’été. Photo: http://www.ecobeneficial.com

Ce grand arbuste ou petit arbre produit beaucoup de feuilles assez grosses, mais son charme principal vient de ses énormes fleurs pendantes en forme de trompette, parfumées le soir. Encore, deux traitements s’offrent à ceux qui veulent le rentrer pour l’hiver. 

Vous pouvez maintenir la plante en croissance et même obtenir une floraison assez importante à l’intérieur jusqu’à Noël environ. Après cela, la lumière est généralement trop faible, et la plante demeurera plutôt une simple plante verte pour le reste de l’hiver. Il faut lui offrir un maximum de lumière, une bonne humidité atmosphérique (pour éloigner les araignées rouges) et des températures supérieures à 10 °C. 

Vous pouvez aussi le mettre en dormance. Coupez toutes ses branches (vous pouvez les bouturer si vous voulez) pour le réduire à un ou deux troncs et à quelques branches plutôt courtes. Placez la plante dans un garage un peu chauffé, une garde-robe ou un sous-sol, à la noirceur. Arrosez un peu, environ aux trois semaines, juste assez pour que le sol ne s’assèche pas complètement. Les feuilles, s’il en reste, vont tomber : compostez-les. En mars, exposez la plante au soleil de nouveau, puis commencez à l’arroser et à la fertiliser pour lancer une nouvelle saison de floraison.

Canna (Canna spp.)

Il est facile de mettre les rhizomes de canna en dormance pendant l’hiver. Photo: http://www.crocus.co.uk

Avec ses grandes feuilles vertes ou pourpres en forme de pagaie, il ressemble à un bananier, mais il fleurit beaucoup plus facilement. Pour le conserver, laissez-le subir une touche de gel, ce qui tuera le feuillage. Coupez alors ses tiges à 2 à 5 cm du sol. S’il pousse en pot, rentrez le pot dans la maison pour l’hiver. Si votre canna est cultivé en pleine terre, déterrez-le et placez ses gros rhizomes dans une boîte ajourée, les couvrant de sciure de bois, de papier journal ou de tourbe. Dans les deux cas, conservez-le dans un sous-sol frais ou dans un garage à peine chauffé. Aucune lumière et aucun arrosage ne seront nécessaires pendant l’hiver, car la plante sera complètement dormante. Au printemps, rempotez-le, recommencez à l’arroser et exposez-le au plein soleil pour commencer une nouvelle saison.

Hibiscus (Hibiscus rosa-sinensis)

L’hibiscus n’aime pas les changements. Rentrez-le tôt et gardez-le humide pour assurer une transition sans perte de feuillage. Photo: http://www.lifeisagarden.co.za

Cette plante peut souffrir beaucoup pendant la transition vers l’intérieur, perdant souvent beaucoup de feuilles. Pour faciliter l’acclimatation, rentrez-la tôt, dès le début de septembre, et couvrez-la d’un grand sac transparent pour maintenir une forte humidité. Après deux semaines, commencez à enlever le sac peu à peu sur deux semaines; l’hibiscus pourra ainsi s’adapter graduellement aux conditions sèches de votre maison et ne perdra alors pas trop de feuilles. 

Pendant l’hiver, il lui faudra un ensoleillement maximal et des arrosages abondants. Au début de mars, à moins que vous ne vouliez qu’il atteigne la taille d’une petite auto, rabattez-le sérieusement. Cela stimulera une ramification abondante, suivie d’une bonne quantité de fleurs l’été.

Laurier-rose (Nerium oleander)

Les magnifiques fleurs du laurier-rose! Photo: Alvesgaspar, Wikimedia Commons

Pas tout à fait tropical, le laurier-rose préfère une température fraîche durant l’hiver, entre 5 et 15 °C. On peut le mettre dans un sous-sol frais ou dans un garage à peine chauffé, même sans lumière, en réduisant les arrosages au maximum. Malgré cette dormance effective, il conserva la plupart de ses feuilles. 

Vous pouvez aussi le cultiver comme une plante de maison, en lui offrant un fort éclairage et des arrosages réguliers. Pour garder le contrôle, taillez-le d’un tiers en le rentrant pour l’hiver.

Rappelez-vous que le laurier-rose est très toxique: placez-le hors de la portée des enfants et des animaux de compagnie.

Oreille d’éléphant (Alocasia, Colocasia, Caladium)

Cette oreille d’éléphant géant (Alocasia macrorhizas) pousse à partir d’un tubercule qu’on peut facilement mettre en dormance. Photo: http://www.homedepot.com

Il y a plusieurs plantes qui portent ce nom, certaines sont à feuillage vert, d’autres à feuillage coloré, mais elles ont toujours de grandes feuilles en forme de tête de flèche. Tous sont en fait des bulbes (ou plutôt des tubercules), et on peut alors les rentrer, couper leur feuillage et les mettre en dormance au sec pour l’hiver, à la manière d’un canna. 

Palmier majesté (Ravenea rivularis)

Le palmier majesté est devenu le numéro un des plantes de terrasses estivales. Photo: http://www.bunnings.com.au

Depuis quelques années, c’est le hit de l’été, car il est très bon marché. Avec ses grandes frondes arquées, il crée un superbe effet tropical sur la terrasse. À l’intérieur, offrez-lui le plein soleil et une forte humidité ambiante, peut-être à l’aide d’un humidificateur. Il est très sujet aux tétranyques (araignées rouges) quand l’air est sec.

Ricin (Ricinus communis)

Aussi gigantesque soit-il, le ricin doit être produit par semence chaque printemps. Photo: http://www.jardinierparesseux

Mieux vaut traiter cette plante aux tiges épaisses et hautes et aux énormes feuilles palmées comme une annuelle et la laisser geler, car elle se comporte mal dans la maison. Heureusement, le ricin est facile à cultiver à partir de semis faits au mois de mai et les semences sont faciles à trouver. 

Et beaucoup d’autres…

Les descriptions ci-dessus ne couvrent que quelques variétés, mais le choix de plantes d’allure tropicale pour la terrasse est très vaste. Pensez bégonias, mandevillas, papyrus, pennisétums, etc. En général, traitez-les simplement comme des plantes d’intérieur, en leur offrant un bon éclairage, des arrosages et, dès le mois de mars, des fertilisations. Elles devraient bien passer l’hiver. 

Mais entrez-les sans tarder : leur faire subir les nuits frisquettes à l’automne peut sérieusement nuire à leur croissance.

Publicités

7 réflexions sur “Rentrez les tropiques dans la maison

  1. Romain

    Merci pour ces articles qui sortent toujours à temps pour nos questions!

    Quand on parle de « fort éclairage » pendant l’hiver, on parle de quoi dans la pratique?

    La plante doit-elle être collée sur la fenêtre ou un peu d’espace est correct?

    Mes fenêtres donnent sur l’Est et l’Ouest, donc pas de lumière directe toute la journée. Dois-je ajouter une lumière artificielle ou bien une demi journée suffira?

    • Un fort éclairage, c’est le maximum d’éclairage que vous pouvez donner. En plein hiver, c’est rarement vraiment assez (les plantes tropicales, de nature, sont habituées à 12 heures de lumière par jour, pas 8 ou 9), mais elles peuvent « tenir » sous un éclairage faible quelque temps. Toute forme d’éclairage artificiel ajouté en supplément aidera aussi. Et non, les feuilles ne doivent pas toucher à la fenêtre (avec des fenêtres doubles, il y a peu de risque qu’elles gèlent, mais quand même!), mais plus elles sont près de la fenêtre, plus elles auront de lumière.

  2. realsavard33

    Mon mandevilla est rendu très gros, puis-je le rabattre sérieusement dès l’automne ou dois-je attendre au printemps pour le tailler ? Et, au minimum, combien haut dois-je tailler ? Merci pour vos conseils toujours pertinents et judicieux.

    • Taillez aussi sévèrement que vous voulez: jusqu’à 5 ou 10 cm du sol! La plante régénère facilement. Idéalement, la taille se fait tôt au printemps, car la mandevilla fleurit sur le bois nouveau. Par contre, comme la vôtre est trop grosse, pourquoi ne pas lui donner une taille sévère maintenant et une plus légère au printemps? Après, vous prendrez la routine habituelle. Et en tout saison, on peut tailler des branches qui vont trop loin.

  3. Jojo

    Merci pour cet article très intéressant. Est-ce qu’on doit forcément mettre un canna en dormance pour lui faire passer l’hiver? J’ai rentré le mien dans la maison quand les températures ont rafraichies et il continue de pousser et faire des nouvelles tiges à la base. Est-ce que je peut juste le mettre sur le bord d’une fênetre ensoleillée comme mes hibiscus? Merci!

Répondre à Jardinier paresseux Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.