Légumes Maladies des plantes

Prévenir la pourriture apicale (cul noir) de la tomate

Pourriture apicale de la tomate. Photo: http://www.smallfootprintfamily.com

La pourriture apicale, aussi appelée nécrose apicale ou cul noir, est une maladie très fréquente chez la tomate et aussi chez le poivron et la courge. Elle est caractérisée par une tache qui se forme à la pointe d’un jeune fruit prêt à mûrir, soit à l’opposé de son point d’attache sur le plant. La lésion brun pâle est petite et aqueuse au début, puis s’agrandit et devient brune à noire, sèche et déprimée. La lésion peut couvrir plus de la moitié du fruit et être envahie par d’autres organismes.

Le fruit demeure comestible, mais quand on enlève la partie pourrie, souvent la moitié de la chair est perdue.

La pourriture apicale survient au moment où les fruits sont en plein développement, car ils ont alors un besoin élevé en calcium et n’arrivent pas à en obtenir assez. La solution pourrait sembler être de traiter la plante avec un engrais riche en calcium, comme du fumier de poule ou presque tout autre engrais biologique, et d’ailleurs c’est la recommandation qui est souvent faite, mais alors vous gaspillerez votre argent. Car ce n’est pas que la plante manque véritablement de calcium, c’est que le calcium ne se rend pas aux fruits. 

Le coupable: un arrosage en dents de scie

Le secret pour prévenir la pourriture apicale est de bien arroser. Ill.: hubpages.com

En fait, le problème est plutôt dû à l’incapacité de la plante à absorber le calcium présent dans le sol, et ce, malgré sa présence souvent abondante (le calcium manque rarement dans les sols de jardin). Et cela est relié à un arrosage inégal. Si la plante manque d’eau pendant la période critique de formation des fruits, moins de sève atteindra le fruit et alors il manquera de calcium. Ainsi, la pourriture apicale s’installera.

Typiquement, la pourriture apicale survient quand la plante vit une irrigation en dents de scie, soit des périodes de sécheresse suivies de périodes de pluie abondante ou d’arrosage intense.

D’ailleurs, la pourriture apicale est plus courante lorsqu’on cultive les tomates, les poivrons et les courges en pot, car le terreau s’y assèche rapidement, mettant la plante en danger de manquer d’eau… et donc de calcium. 

Les tomates et poivrons paillés ne sont presque jamais touchés par la pourriture apicale. Photo: http://www.tomatodirt.com

La solution? Assurez une humidité constante aux racines des tomates et poivrons et le problème se résorbera. Bien pailler le sol au pied des plants est tout indiqué, car le paillis aidera à maintenir une humidité constante dans le sol.

Peut-on traiter la pourriture apicale avec le sel d’Epsom?
Voilà une vieille croyance qui a la vie dure. Le sel d’Epsom (sulfate de magnésium) contient du soufre et du magnésium, mais ce qui manque à la plante, c’est du calcium. Quand vous arrosez avec une solution de sel d’Epsom et que le problème s’estompe, c’est à cause de l’H2O que vous avez appliqué, pas du sel d’Epsom. Pour plus d’information, consultez Mythe horticole: le sel d’Epsom dans le jardinage

D’autres facteurs à considérer sont:

• Un sol trop acide ou trop alcalin: visez un pH du sol entre 6 et 7, sinon le calcium présent dans le sol sera difficilement assimilable.

• L’utilisation excessive d’engrais riche en azote (le premier chiffre, par exemple un engrais comme le 15-10-10). Cela provoque une croissance trop rapide, drainant le calcium vers le feuillage plutôt que vers le fruit.

• Le sarclage: évitez de sarcler à la base du plant. Cette action sectionne des racines et empêche alors la sève de transporter le calcium au fruit. Encore une fois, le paillis peut venir à la rescousse! Comme un bon paillis empêche les mauvaises herbes de germer, il n’y aura aucun besoin de sarcler à la base du plant et ainsi il y aura moins de risque de pourriture apicale.

• Certain cultivars, comme ‘Big Boy’ et ‘Fantastic’ et. en général, les tomates italiennes, sont plus sensibles à la pourriture apicale que d’autres. 

La pourriture apicale: pas si difficile à prévenir quand on sait quoi faire!

N.D.L.R. Texte adapté d’un billet originalement publié le 6 août 2015

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

10 comments on “Prévenir la pourriture apicale (cul noir) de la tomate

  1. LYNE PEPIN

    Merci de vos précieux conseils !!! Que je partage sur Facebook !

    Obtenez Outlook pour iOS
    ________________________________

  2. Geneviève

    Pourquoi certains pieds de tomates ont leurs fruits atteints par cette pourriture et pas d’autres pourtant voisins , cultivés et arrosés dans les mêmes conditions ? Y-a-t-il des variétés plus sensibles que d’autres ?

  3. Bonjour, Je vais mettre du paillis de feuillus. Est-il préférable de rapidement retirer les fruits qui sont atteints? Merci beaucoup.

    • Oui, supprimez-les, car ils utilisent un peu d’énergie que la plante pourrait mieux utiliser ailleurs, mais le mot «rapidement» ne s’applique pas vraiment. Vous pouvez prendre votre temps.

  4. Qu’en est-il de la cendre? Est-ce que cela pourrait aider des plants en pot? Mes premières tomates avaient toutes cette maladie, je les ai retirée, mais j’aimerais prévenir la suite.

    • La cendre contient surtout du potassium et est très alcaline. Aucun avantage pour les plantes souffrant de pourriture apicale et elle peut brûler les racines des tomates.

      Peut-être l’an prochain pourriez-vous utiliser des pots plus gros? Moins de risque que les plantes manquent d’eau, donc moins de risque de pourriture apicale.

  5. Grace Kattouf

    On m’a parlé de lait en poudre. Qu’en pensez vous ?

  6. chicpourtout

    Enfin…. je comprend ce que présente notre toute première tomate rouge de l’été!
    Nous avons fait l’erreur de planter tous nos plants trop près les uns des autres… comme ils sont énormes, il est bien difficile de bien travailler et de procéder dans cette aire de jardin. Aucun rapport avec nos plants de tomates mais bon… c’est la première fois que cela nous arrive.
    Nous avons un été assez exceptionnel et tous nos jardins sont luxuriants et fournis à souhait. Du jamais vu! C’est magnifique tant pour les fleurs que les potagers.
    Merci! de bien nous renseigner de la sorte. Bon été à vous.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :