Contribuez à la conservation des monarques

Par défaut

Joignez-vous à un réseau de collecte de données en Amérique du Nord

Monarques qui émergent de leurs chrysalides. Photo: Blitz international de suivi du monarque de 2019

Blitz sur les médias sociaux à l’aide du mot-clic #BlitzMonarque

Joignez-vous aux centaines de bénévoles du Canada, du Mexique et des États-Unis, du 27 juillet au 4 août, afin de participer au Blitz international de suivi du monarque de 2019 (le «Blitz»), une initiative qu’ont pris les trois pays en vue de conserver le monarque (Danaus plexippus) à l’échelle continentale. Votre participation aidera les spécialistes à obtenir davantage de renseignements et à connaître ainsi la répartition de ce papillon migrateur en Amérique du Nord.

«Les observations du public peuvent aider les scientifiques à obtenir de précieux renseignements qui appuieront les efforts déployés dans toute l’Amérique du Nord afin de protéger le monarque et ses habitats le long des voies de migration», a déclaré André-Philippe Drapeau Picard, coordonnateur du programme Mission monarque à l’Insectarium d’Espace pour la vie de Montréal.

Pendant une semaine, le Blitz incitera tous les Nord-Américains à se rendre dans les jardins, les parcs et les espaces verts pour y repérer des œufs, des chenilles, des chrysalides et des monarques sur les asclépiades. Ces renseignements permettront aux chercheurs de déterminer dans quelles zones il faut appliquer prioritairement des mesures de conservation à l’égard des monarques. Les données recueillies pendant le Blitz seront téléchargées vers le site du Réseau trinational de connaissances sur le monarque (RTCM) et n’importe qui sera en mesure de les consulter et de les télécharger.

Pour participer au Blitz, au Canada, rendez-vous sur le site de Mission monarque. À l’est des Rocheuses, aux États-Unis, il s’agit du site du Monarch Larva Monitoring Project, et à l’ouest des Rocheuses, du site du Western Monarch and Milkweed Mapper. Au Mexique, le site est celui de Naturalista. Vous pouvez aussi tout simplement suivre le Blitz sur les médias sociaux à l’aide du mot-clic #BlitzMonarque.

Des scientifiques ont noté la présence de sites d’hivernage du monarque il y a plus de 200 ans en Californie et en 1975 au Mexique. Depuis, le monarque est devenu une espèce emblématique en Amérique du Nord. Après une diminution alarmante de ses populations au cours des 20 dernières années, celle de l’Est, qui hiverne dans le centre du Mexique, a connu une importante augmentation l’hiver dernier. Les niveaux de population sont toutefois encore bien inférieurs aux niveaux historiques, ce qui suscite des questions quant aux efforts de conservation à déployer pour que cette tendance demeure positive.

En attendant, la population de monarques de l’Ouest, qui hiverne le long de la côte californienne, a atteint un creux sans précédent l’hiver dernier et il en subsiste moins de 1 % par rapport au niveau historique. La participation du public à la science communautaire dans l’Ouest est plus importante que jamais pour aider à comprendre les raisons de ce dramatique déclin de population et l’inverser.

«Le majestueux monarque, qui est le fleuron des pollinisateurs nord-américains et le symbole de la coopération internationale, a besoin de votre aide pour poursuivre sa spectaculaire migration annuelle à travers le continent. Joignez-vous à nous en contribuant au Blitz international de suivi du monarque», a exprimé Cora Lund Preston, spécialiste en communications à la Monarch Joint Venture.

Le Blitz est une activité mise sur pied par le Partenariat scientifique trinational pour la conservation du monarque qu’a établi la Commission de coopération environnementale (CCE). Dans le cadre du Blitz, les scientifiques de l’Insectarium d’Espace pour la vie de Montréal, d’Environnement et Changement climatique Canada (ECCC), de la Monarch Joint Venture, de Journey North, du US Fish and Wildlife Service (USFWS, Service des pêches et de la faune des États-Unis), de la Xerces Society for Invertebrate Conservation, et de la Comisión Nacional de Áreas Naturales Protegidas (Conanp, Commission nationale des aires naturelles protégées) du Mexique invitent le public à les aider à connaître la répartition des monarques et des asclépiades à l’échelle de l’Amérique du Nord.

Personne-ressource de la CCE pour les médias
Sarah Julien
sjulien@cec.org
514 781 2781
 
Chargée de projets de la CCE sur le monarque
Georgina O’Farrill
gofarrill@cec.org
 
Coordonnateur du Blitz à l’Insectarium d’Espace pour la vie de Montréal
André-Philippe Drapeau Picard
xdrapan@ville.montreal.qc.ca
 
FAITS SAILLANTS DU BLITZ DE SUIVI DU MONARQUE DE 2018

  • La science communautaire, également désignée science citoyenne et science participative, désigne le processus dans le cadre duquel des non-scientifiques contribuent activement et bénévolement aux projets de recherche.
  • 486 participants au Canada, au Mexique et aux États-Unis
  • 1 323 observations
  • 53 588 plants d’asclépiades recensés
  • 13 796 monarques observés
  • 6 905 œufs
  • 4 900 chenilles
  • 470 chrysalides
  • 1 521 papillons 

FAITS CONCERNANT LE MONARQUE

  • Le monarque pèse moins d’un gramme.
  • Il existe deux voies migratoires reconnues en Amérique du Nord, à l’Est et à l’Ouest.
  • La migration couvre de 3 000 à 5 000 km (de 2 000 à 3 000 milles) et s’étend sur les trois pays.
  • La population migratrice de l’Est a diminué de plus de 80 % en 20 ans, tandis que celle de l’Ouest a diminué de plus de 90 %.
  • N’importe qui peut apporter de l’aide au monarque en participant à la science communautaire, en créant un habitat et en relayant l’information. 

Tiré d’un communiqué émis par Espace pour la vie Montréal.

2 réflexions sur “Contribuez à la conservation des monarques

  1. Marie-Ève

    Chaque année dans mon enfance, et maintenant chaque année avec mes enfants (plus difficile qu’avant d’en trouver), on part à la recherche de chenilles sur les asclepiades (toujours les mêmes coins de ponte année après années, très peu sur le nombre de coins d’asclepiades qu’on analyse), on les met en bocal, on les nourrit et on libère le papillon quand il naît! Seulement 10% des chenilles deviennent papillons dans la nature (source Espace pour la vie – mission monarque); pour nous chaque année c’est 80% à 90%! On a l’impression de contribuer à la sauvegarde du monarque. Et c’est une expérience incroyable pour les enfants tout au long du processus, et les amis qu’on invite sont sensibilisés par ce papillon majestueux!

    On a des asclepiades dans notre cour depuis peu, peut-être que « nos » papillons libérés viendront y pondre un jour!

Répondre à Jardinier paresseux Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.