Truc du jour

Rencontre avec une guêpe géante

L’été dernier, lors du symposium annuel de l’association Garden Communicators International à Chicago, dans l’Illinois, alors que je visitais le vaste et fabuleux Lincoln Park, j’ai vu une guêpe des plus étonnantes, bien plus grosse que toute autre guêpe que j’avais jamais vue. J’ai osé prendre une photo avec mon téléphone intelligent, même si je n’ai pas eu le courage de faire un égoportrait avec la créature dans ma main!

Gigantesque, mais pas agressive

Guêpe tueuse de cigales de l’Est (Sphecius speciosus): l’une des guêpes les plus grosses au monde. Photo: Thom Mitchell, bugguide.ne

Il s’avère que c’était une guêpe tueuse de cigales de l’Est (Sphecius speciosus), trouvée dans l’est des États-Unis et du Mexique. Par contre, il s’avère qu’il existe d’autres espèces de guêpes tueuses de cigales presque partout dans le monde, mais qu’elles sont absentes des régions septentrionales de l’Amérique du Nord où je vis. La limite nord pour l’espèce en question est l’extrême sud de l’Ontario, le seul endroit au Canada où il existe de telles guêpes. 

C’est une guêpe robuste, noire à brun rougeâtre, avec des rayures jaune clair et des ailes brunâtres. De jusqu’à 5 cm de longueur, elle mesure près de 4 fois la taille des guêpes sociales habituelles. À titre de comparaison, elle est environ aussi longue qu’une carte de crédit est large. Je peux vous assurer qu’une guêpe aussi énorme impressionne! 

Comme son nom l’indique, c’est une prédatrice des cigales, ces gros insectes qui se fixent sur les troncs d’arbres et dont l’appel fort et strident nous rend presque fous lors des chaudes journées d’été en de nombreuses régions.

La guêpe tueuse de cigales est une espèce solitaire, ne formant pas de colonies, contrairement aux guêpes sociales plus petites, mais plus agressives. La tueuse femelle pique sa proie (une cigale) afin de la paralyser, puis la transporte dans son nid, un tunnel creusé dans un sol sablonneux. Elle rapportera deux à trois cigales dans le nid si elle pond un œuf femelle (les guêpes femelles sont plus grosses et ont alors besoin de plus de nourriture), mais seulement une pour un œuf mâle. Oui, curieusement elle semble connaître le sexe de sa progéniture à l’avance. 

La larve se nourrit de cigales encore vivantes, mais paralysées, puis se convertit en pupe sous terre en automne. Elle fait son apparition en tant qu’adulte au début de l’été suivant et le cycle recommence.

Il n’y a qu’une génération par an.

Visuellement effrayante, mais pas agressive

Guêpe tueuse s’apprêtant à s’envoler avec une cigale qu’elle a paralysé de sa piqûre. Photo: wrenchinthegears.com

La tueuse de cigales femelle ne pique pas les humains, à moins qu’elle ne se sente menacée. Apparemment, sa piqûre est assez indolore. Les mâles ne piquent pas du tout, n’ayant pas de dard.

J’ai vu «ma» tueuse de cigales dans une fleur sauvage appelée euphorbe pétaloïde (Euphorbia corollata) car, dans ses temps libres, la tueuse est une gentille pollinisatrice, donc bénéfique pour nos jardins. Oui, l’adulte se nourrit de nectar, pas de cigales. Comme les cigales sont considérées comme des ennemis des arbres (leurs larves souterraines piquent les racines des arbres et se nourrissent de la sève qui s’en écoule), la guêpe est en fait doublement utile: elle féconde nos fleurs et protège nos arbres!

Donc, même si elle paraît féroce en raison de sa taille et de ses rayures jaunes, la tueuse de cigales est inoffensive pour l’humain et même utile pour les plantes. Encore une autre des innombrables créatures fascinantes de mère Nature!

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

5 comments on “Rencontre avec une guêpe géante

  1. Joscelyne Bouchard

    Merci. Enfin je sais ce qu’est la grosse bestiole que j’ai vu chez moi à Repentigny l’été dernier.

  2. A priori, j’aurai pensé qu’il s’agit d’un frelon. Comment la différencie-t-on des frelons? Je dis ça pour lui éviter un triste sort, car les frelons asiatiques sont la plupart du temps exterminés en Europe.

    • le frelon asiatique a le bout de son corps jaune et le haut du corps noir, là c’est l’inverse :o)

  3. valérie

    Bonsoir,
    C’est une espèce nouvelle ?
    Valérie

    • Larry Hodgson

      Non, mais une espèce rarement vue ou encore, confondue avec d’autres guêpes.

Répondre à Larry Hodgson Annuler la réponse.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :