Pourquoi je ne cultive pas la consoude

Par défaut

La consoude (Symphytum officinale et autres), une plante médicinale jusqu’à récemment largement oubliée, semble renaître de ses cendres et devient le grand ami des amateurs de permaculture, mais moi, je n’ai pas la moindre envie de cultiver cette plante. Voici pourquoi:

Une triste histoire

Il y a de nombreuses années, dans mon tout premier jardin au sol (auparavant, je jardinais sur un balcon), j’ai dû faire face à une grave infestation de consoude. Elle avait de toute évidence été plantée à l’origine comme une plante utile, probablement il y a plusieurs générations, car elle couvrait un secteur d’environ 10 m2 à l’exclusion de presque toute autre plante. 

D’après le botaniste Marie-Victorin, il s’agissait probablement de la consoude officinale (Symphytum officinale), naturalisée de l’Europe et très abondante dans la région de Québec, où je résidais, mais j’ai des doutes. Les tiges et feuilles étaient couvertes de poils rêches et irritants, plutôt une caractéristique de la consoude hérissée (S. asperum) ou encore, de l’espèce hybride, la consoude de Russie (S. uplandicum), mais peu importe. Les trois plantes se ressemblent comme deux gouttes d’eau et ont un comportement envahissant similaire. 

Fleurs de la consoude de Russie (Symphythumuplandicum). Photo: eonvanrijswijk.nl

La consoude est une vivace érigée à grandes feuilles elliptiques. Comme c’est le cas de beaucoup de plantes de la famille de la bourrache (les Boraginacées), les boutons floraux portés sur des tiges arquées sont roses, mais se transforment en fleurs bleues ou pourpres campanulées. La plante serait même assez jolie si elle n’était pas aussi maléfique.

La consoude était probablement à cet endroit depuis fort longtemps, voire peut-être plus d’un siècle: la maison elle-même avait presque 200 ans, après tout. Et l’on sait que la consoude avait été introduite de l’Europe au 17e siècle comme plante médicinale.

Dans ce voisinage, si l’on ne tond ni ne sarcle, la forêt se réinstalle, mais pas là où la consoude domine. Pourtant, le reste du terrain était complètement reboisé et les arbres étaient plus que matures, symptômes d’un long manque d’enthousiasme pour le jardinage. Mais il n’y avait aucun arbre là où la consoude poussait. 

Je présumais que c’était parce que l’ombre produite par le dense feuillage de la consoude avait empêché la germination des semis d’arbres et, d’ailleurs, c’est peut-être un facteur important. Par contre, on sait aujourd’hui que la consoude est fortement allélopathique: qu’elle dégage des toxines qui tuent les plantes avoisinantes. Je soupçonne que c’est probablement davantage l’allélopathie qui avait empêché les arbres de prendre leur droit.

Vu l’absence d’arbres, et donc de leur ombrage et de leurs racines dominantes, l’emplacement me semblait l’endroit idéal pour aménager un potager. Il suffisait d’arracher cette grande mauvaise herbe dont je ne connaissais pas encore le nom. Mais c’était sans compter sur la persistance de la consoude. Plus j’essayais d’arracher les longues racines aussi épaisses qu’un bras et avec de multiples ramifications, plus la plante repoussait. Chaque petite section de racine laissée dans le sol produisant une nouvelle plante. Plus j’y bûchais, plus le problème s’aggravait. Et je me souviens encore des poils irritants qui pénétraient dans mes mains lorsque je tirais sur les tiges. Je n’ai jamais souffert d’inflammation cutanée (d’autres personnes, oui), mais c’était certainement une plante fort désagréable à manipuler.

Je me rends compte que, suite à cette bataille que j’ai largement perdue, j’ai développé une aversion contre la consoude. Même l’idée de toucher à cette plante me donne la chair de poule!

Les bons côtés d’une plante méchante

Faites attention en manipulant la consoude: elle peut être irritante. Photo: http://www.cherrug.se

La consoude a toutefois une longue histoire d’utilité. Elle a longtemps été exploitée comme légume et tisane, mais des études récentes démontrent qu’elle est en fait vénéneuse, car elle contient des alcaloïdes pyrrolizidiniques toxiques pour le foie et potentiellement cancérigènes aussi. Ainsi, dans certains pays, on déconseille carrément la consommation de la consoude, alors que dans d’autres, on préconise une utilisation très modérée.

Malgré cette toxicité, la consoude est toujours utilisée comme complément alimentaire pour le bétail et les poules. Et elle attire les abeilles au jardin (mais alors, de nombreuses autres plantes moins agressives aussi).

C’est surtout son utilisation médicinale qui a fait la réputation de la consoude. Les feuilles ont des propriétés analgésiques, calmantes, antitussives et cicatrisantes et l’on utilisait autrefois ses racines mucilagineuses en tonique et dans la fabrication d’expectorants. En outre, le nom «consoude» vient de la croyance que les cataplasmes de consoude aident à accélérer la consolidation des fractures, ce qui semble être vrai! À cause de leur toxicité, toutefois, les produits à base de consoude ont été retirés du marché dans plusieurs pays et même l’utilisation externe est aujourd’hui remise en question.

Il paraît que les feuilles de consoude stimule un compostage plus rapide. Photo: http://www.luontoportti.com

J’entends beaucoup parler des avantages de la consoude dans le jardinage, notamment dans la permaculture. On dit notamment que c’est un excellent ajout au compost, car elle stimule la décomposition et est riche en minéraux. Cependant, cela ne serait valable que pour les feuilles et les tiges. Ne mettez jamais les racines de consoude dans votre composteur à moins qu’il ne chauffe considérablement: la racine pourrait survivre au compostage et infester vos cultures! Les feuilles et les tiges peuvent également être utilisées comme paillis, mais certainement pas les racines.

La consoude est souvent présentée comme un excellent bioaccumulateur: ses racines profondes s’infiltreraient profondément dans le sol et apporteraient des minéraux autrement indisponibles à la surface. Cependant, quand on cherche à confirmer cette croyance, on découvre que c’est probablement soit un mythe ou, du moins, nettement exagéré. 

Heureusement, mon compost semble fonctionner parfaitement sans l’ajout de consoude et j’ai amplement de matériaux à décomposer, car je n’ai pas le moindre désir de cultiver la consoude en tant adjuvant de compost.

Ma solution

La consoude peut être assez jolie, mais il n’est pas sage de la planter dans la plate-bande à cause de sa tendance à devenir envahissante. Photo: http://www.thetimes.co.uk

J’ai résolu mon problème de consoude envahissante assez facilement… en déménageant. Pour être honnête, ce déracinement majeur n’était pas officiellement à cause de la consoude, mais était-ce un facteur dans la décision de déménager? Probablement que, inconsciemment, mon incapacité de contrôler cet envahisseur végétal a influencé cette décision au moins un peu.

La maison a été détruite lors d’un incendie peu de temps après notre départ et il y a maintenant une nouvelle maison où l’ancienne se trouvait. Et il y a toujours de la consoude partout: dans la pelouse, dans la haie et dans le parterre de fleurs!

Consoude un jour, consoude toujours! Et ne dites pas que je ne vous en ai pas prévenu!

Publicités

21 réflexions sur “Pourquoi je ne cultive pas la consoude

  1. Agnes

    Merci pour cet avertissement… Pépiniéristes et journaux spécialisés ne donnent jamais ce genre de conseils, malheureusement… J’ai ainsi le même genre de problème avec du houblon doré conseille pour garnir une treille en attendant que la vigne prenne de l’ampleur, et dont depuis 20 ans d’arrachage consciencieux je n’arrive pas à me débarrasser ! Haro sur la consoude donc… et sur le houblon !!!

  2. Sylvain

    Toujours très instructifs. J’ai cependant deux question: j’ai acheté récemment des semis de bourrache qui est de la même famille, est ce que je risque le même problème d’envahissement? Deuxièmement, ne peut on pas se débarrasser de ses plantes envahissantes en appliquant une bâche pour les priver de lumière (tel que vous le conseillez dans l’un de vos article)? Merci

    • La bourrache est très envahissante aussi, mais pour une autre raison: elle se ressème abondamment. Mais elle est facile à arracher, étant une annuelle avec un système racinaire limité.

      Sans doute que la bâchage pourrait contrôler la consoude… mais mon récit était plutôt historique. À l’époque, je n’avais pas pensé au bâchage pour contrôler les envahisseurs.

  3. Christiane Masse

    Ça tombe bien cet article, je suis justement en train d’essayer de trouver de la consoude Bocking 14, qui , à ce qu’on dit, n’est pas envahissante, car elle est stérile. On la reproduit avec des boutures.
    Est-ce vrai?
    J’ai moi aussi par le passé, sur un autre terrain, planter de la consoude et elle s’est joyeusement propagée.

    Christiane

  4. Napo

    Vous êtes un ingrat. Vous estimez vous-même que la consoude a empêché aux arbres de s’installer, si bien que c’est à ce seul endroit que vous envisagiez de faire votre potager. Avez-vous essayé de déraciner un arbre ? C’est autrement plus dur qu’une consoude.

    Y-a-t-il eu des cas avérés d’intoxication à la consoude ? Pourquoi la tradition ne les rapporte-elle pas ? Etait-on si con autrefois ?

    • Cherchez et vous trouverez beaucoup de cas d’empoisonnements. Mais comme l’effet est cumulatif, ce sont plutôt les médecins qui les détecte. Vérifiez auprès d’un herboriste: vous verrez qu’il n’y a plus beaucoup qui recommande la consoude pour les utilisations internes.

  5. Un grand merci je me posais la question si j’allais en planter vu toutes les recommandations de jardiniers en permaculture. Je vais m’abstenir. il y a tellement d’autres possibilités, ce n’est pas la peine de prendre de risques !

  6. Patricia Maldonado

    OH! Je vient d’acheter une plantule. Avec l’info que vous avait donnée, e change de plan, elle serra planter dans un pot loin de tout, un peu comme la menthe.
    M. Hodgson, il y a 12 ans j’a achète un des vous livres . Votre façon de présenter le jardinage m’a donné la picure dû jardinage. Je possède 4 de vos livres les quels je les appels mes bibles du jardinage!!!

    • Pour l’efficacité du purin, j’en suis témoin, c’est tout à fait vrai. Voilà plusieurs années déjà que j’en prépare et je vois le changement s’opérer au potager dans la semaine qui suit son application. Un point important cependant est d’arroser avec le purin alors que le sol est déjà humide, après un bon arrosage ou une pluie; cela lui permet d’être mieux absorbé. J’en prépare un en juin et un autre en juillet. La consoude repousse vite…

  7. christine Breuls

    Mais… des plantes envahissantes, il y en un paquet ! Les orties, les bambous, la vigne, le sumac, les primeveres… elles le sont toutes au final, si on les laisse faire !!!

      • Brigitte Hannequin

        Bonjour, peut-être avez-vous eu une mauvaise expérience avec la consoude étant donné que la colonie était très étendue et ancienne ? La berce du Caucase, la renouée japonaise, l’aegopode et le roseau commun sont des plantes envahissantes et nuisibles à la biodiversité. J’aimerais savoir si la consoude est aussi difficile à contrôler. La profondeur de ses racines est-elle si grande qu’un coupe-bordure s’avère inefficace ? Est-il facile de récolter les graines pour éviter leur dispersion ? Merci.

      • Tout dépend de la variété de consoude. Certaines variétés sont stériles et sont alors moins envahissantes. D’autres sont très envahissantes, s’étendant par semences aussi bien que rhizomes. Les consoudes couramment cultivées ont toujours des racines très profondes et difficiles à extraire. On pourrait prévenir la dispersion à distance en supprimant les fleurs. Le problème alors est de le faire fidèlement. Si on oublie, bientôt tout le quartier pourrait être envahi.

  8. sylvain gagnon

    Savez vous ou trouver de la consoude Bocking 14 au Quebec. Je n’ai jamais réussis à en trouver. En Europe, c’est très facile à trouver.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.