10 mythes sur le compost

Par défaut

Le compostage domestique est facile à pratiquer presque n’importe où et sous n’importe quel climat. Et le résultat du compostage est ce riche amendement qu’on appelle le compost: l’or noir des jardiniers. Malgré tout son potentiel, force est de constater que relativement peu de gens font du compostage. Peut-être que les fausses rumeurs qui circulent sur le compost les découragent? Si oui, voici quelques mythes sur le compostage ainsi que la vérité derrière le mythe.

Mythe 1: Composter, c’est compliqué

Compliqué? Il suffit de déposer tout matériau biodégradable sur le sol et il va se décomposer. C’est ça, le compostage. D’accord, vous pouvez mettre des déchets compostables dans une pile ou un bac: cela vous donnera accès au produit final, le compost, que vous pourrez utiliser dans votre jardin. Mais le compostage lui-même est extrêmement facile. En fait, il y a une seule véritable règle et elle est toute simple: équilibrez toujours les matériaux verts, frais et humides, tels que les déchets de cuisine et les rognures de gazon, avec environ deux fois plus d’un matériau brun plus sec (feuilles d’automne hachées, sciure de bois, papier déchiqueté, etc.). De nombreux amateurs de compostage conservent des sacs de feuilles séchées hachées recueillies à l’automne afin d’en avoir sous la main pour les déposer dans leur bac à compost tout au long de l’année.

Mythe 2: Le compost pue

Si le compost pue, ce n’est pas normal: il y a quelque chose qui cloche! Ill.: worldartsme.com

En fait, la plupart des amateurs de compostage n’ont jamais de problèmes de mauvaises odeurs. Certes, un compost détrempé, comme un énorme tas de rognures de gazon, peut sentir, mais si vous l’aérez (le retournez pour y mélanger plus d’oxygène) et ajoutez du matériel plus sec (encore une fois, les feuilles d’automne hachées seraient très utiles!), l’odeur est rapidement éliminée. Un compost heureux et en bonne santé sent l’humus, la bonne odeur d’une forêt après la pluie!

Mythe 3: Le compost attirera les rongeurs

Eh oui, cela se peut… s’ils y ont accès. C’est pourquoi un composteur fermé est préférable dans les zones urbaines. Évitez aussi d’ajouter de la viande ou des produits laitiers dans le bac à compost afin de ne pas encourager la vermine.

Mythe 4: Le compost attirera les mouches

N’ajoutez pas de viande, de produits laitiers ou d’excréments d’animaux au composteur et recouvrez tout matériau vert frais sous des matériaux bruns. De cette façon, les mouches ne seront tout simplement pas un problème.

Mythe 5: Il faut ajouter de la chaux au compost pour réduire son acidité

Il est vrai que de nombreux matériaux ajoutés au compost sont d’un peu à très acides, mais ils perdent cette acidité lorsqu’ils se décomposent. Le compost fini est essentiellement neutre (un pH d’environ 6,8 est typique). De plus, ajouter de la chaux au compost peut entraîner la production d’ammoniac, à l’odeur si désagréable, pas quelque chose que vous voudriez.

Mythe 6: Il faut ajouter des vers de terre au compost

Non, il n’est pas nécessaire d’’ajouter des vers de terre à un bac de compostage. Ill.: http://www.tumbleweed.com.au

C’est vrai qu’il existe un type de compostage — appelé vermicompostage — dans lequel des vers spécialement choisis décomposent les déchets, mais c’est une technique un peu à part, habituellement pratiquée à l’abri. Pour le compostage en plein air, en tas ou en bac, il n’est pas utile d’ajouter des vers de terre.

D’accord, les vers de terre sont parmi les créatures les plus visibles qui aident à la décomposition, mais si les conditions sont appropriées, ils trouveront seuls le chemin vers votre composteur: vous n’êtes pas obligé d’en ajouter. Mais ils ne sont pas absolument nécessaires au processus de compostage non plus et, de toute façon, la plupart des bacs à compost chauffent beaucoup trop pour que les vers de terre y soient à l’aise. S’il y a des vers de terre dans votre composteur, ils se trouvent très probablement dans le sol au fond du bac, où la température est plus fraîche.

Mythe 7: Il faut ajouter un accélérateur à compost commercial pour lancer le compostage

De tels produits — on les vend sous divers noms, dont activateur de compost, stimulateur de compost ou inoculant de compost — sont largement disponibles… et totalement inutiles. L’idée est qu’ils contiennent des micro-organismes nécessaires au compostage. Mais ces microbes trouveront votre bac à compost tout seuls: vous n’avez pas besoin de les acheter. Il y en a déjà dans le sol sous le composteur, les feuilles mortes et les rognures de gazon que vous ajoutez au bac en sont aussi recouvertes et votre pelle en transporte également. Même quand le bac de compost est sans contact avec la terre (sur un balcon ou une terrasse, par exemple), les microbes réussissent à s’y infiltrer. En cas de doute, vous pourriez toujours déposer une poignée de terre de jardin (prise dans n’importe quel jardin) dans le compost: elle contiendra tous les micro-organismes présents dans les accélérateurs commerciaux et beaucoup d’autres encore. Mais même cela n’est pas nécessaire. Je vous le jure! Assemblez des matériaux compostables et les microbes qui les décomposent les trouveront, c’est garanti!

Mythe 8: Le compostage prend trop de temps

D’accord, le compostage peut être assez lent et peut certainement prendre un an ou plus, en fonction de ce que vous y placez (certains déchets, comme de gros morceaux de bois et des rafles de maïs, mettent plus d’un an à se décomposer et ne sont pas de bons choix pour le composteur pressé!) et de votre entretien (si vous laissez les ingrédients se décomposer sans les retourner, cela prendra beaucoup plus de temps). Par contre, vous pouvez facilement accélérer le processus. D’abord, retournez régulièrement le compost, mélangeant bien les déchets, un petit effort qui ne prend qu’une demi-heure environ une fois par semaine ou par deux semaines. À mesure que vous mélangez et remélangez les «ingrédients», vous ajoutez au tas de l’oxygène, ce qui accélère énormément la décomposition.

Idéalement, vous aurez deux composteurs: un bac d’accumulation et un bac actif (de travail). Photo: http://www.gardeningworks.co.uk

Sachez aussi que la situation idéale est d’avoir deux bacs de compostage. Le premier sera le bac de travail (bac actif), que vous retournerez occasionnellement, mais auquel vous n’ajouterez plus de matériaux frais. Vous serez surpris de la rapidité avec laquelle le compost arrivera à maturité quand vous arrêterez d’y remettre des déchets frais qui font recommencer tout le processus! L’autre bac servira d’accumulateur: c’est là que vous mettrez toujours de nouveaux déchets. Continuez simplement de les laisser s’accumuler dans le bac d’accumulation (vous n’avez pas besoin de les retourner tout de suite) en vous rappelant d’ajouter de temps en temps des feuilles d’automne hachées et séchées. Lorsque le compost dans le bac de travail sera prêt (quand tout ressemblera à un terreau riche et brun), videz-le et utilisez ce compost dans votre jardin.

Maintenant, inversez l’utilisation des bacs. L’ancien bac de travail deviendra le bac d’accumulation, où vous mettrez des déchets frais. Quant à l’ancien bac d’accumulation, maintenant devenu le bac de travail, commencez à retourner son contenu régulièrement. Vous récolterez souvent deux bacs pleins de compost utilisable par an (encore plus dans les régions au climat doux) avec un système à deux bacs.

Mythe 9: On ne peut pas composter en hiver

En hiver, la décomposition est au ralenti. Photo: http://www.doityourself.com

Cela dépend en partie de votre climat local, bien sûr, mais il est vrai que les matériaux congelés se décomposent très peu et qu’il n’y a pas beaucoup de déchets de jardin à récolter pour le composteur lorsque le sol est recouvert de neige. Cependant, pendant les mois d’hiver, vous pouvez toujours accumuler des matériaux tels que des restes de cuisine. Si votre bac de compost est inaccessible en hiver en raison de l’accumulation de neige, stockez les matériaux collectés à l’extérieur dans un contenant près de votre porte. Vous pourrez les ajouter au tas de compost lorsque la neige aura fondu. De mon point de vue, cela compte quand même comme du compostage!

Mythe 10: Le compost n’est pas nécessaire si on utilise de l’engrais

Je ne suis pas d’accord avec cette croyance tenace. Oui, les engrais, plus concentrés en minéraux, peuvent subvenir à certains besoins des plantes, mais le sol a besoin de matière organique — de l’humus! — pour maintenir sa structure et sa vitalité tout en entretenant les micro-organismes bénéfiques. Ainsi, le compost nourrit le sol… et un sol de qualité nourrit les plantes! 

Aussi, le compost offre tous les minéraux et même les micro-éléments (oligo-éléments), qui manquent dans beaucoup d’engrais et dont les plantes ont absolument besoin pour bien croître. De plus, le compost peut aider à aérer et à drainer les sols argileux et lourds tout en permettant aux sols sablonneux de mieux retenir l’eau et les minéraux, les rendant plus propices au jardinage. 

Cela dit, même si vous ajoutez du compost au sol, vous aurez peut-être à ajouter de l’engrais pour certaines cultures plus gourmandes (surtout les légumes), mais vous en aurez besoin de beaucoup moins.


Le compostage: facile, utile et écologique. Sachant maintenant de quoi il retourne, ne devriez-vous pas en fabriquer?

Publicités

8 réflexions sur “10 mythes sur le compost

  1. Dominique Boudreault

    J’ai beaucoup, beaucoup de compost à mettre dans mon jardin. Presque autant de compost que de terre déjà en place. Est-ce une bonne idée de tout mettre?

    • Larry Hodgson

      Il y a quand même une limite à ajouter du compost à un sol. Après tout, on a besoin de particules de roche pour maintenir une belle texture. Je n’en mettrais que l’équivalent d’un quart de la terre.

  2. Cynthia Leduc

    Merci pour ce bel article, je l’ai partagé à mon conjoint qui trouve que c’est un horreur que la ville de Longueuil fasse un projet pilote de compostage …

  3. Fernande Pelland

    Merci pour ce bel article qui permet de réaliser comme le compostage est facile. Je composte depuis près de 20 ans et le seul problème que j’aie jamais eu, c’est quand des guêpes ont fait leur nid dans mon composteur que je n’avais pas brassé beaucoup cette année-là. Disons que la séance de brassage fut mémorable et… courte!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s