Les semis intérieurs: il faut partir à point

Par défaut

Les jours s’allongent, les plantes d’intérieur commencent à produire de nouvelles pousses et nous avons tellement hâte que le printemps arrive que, parfois, nous faisons nos semis trop tôt.

Rappelons l’adage «rien ne sert de courir, il faut partir à point». Il s’applique parfaitement aux semis. Et «chaque chose en son temps» aussi.

Pourtant, le contraire semble logique: si je sème mes tomates (ou mes pétunias ou mes poivrons) plus tôt que la recommandation, j’aurai des résultats plus rapidement, n’est-ce pas?

Mais non!

Pauvre concombre frêle démarré très tôt à l’intérieur. Même s’il survit, il ne donnera pas un quart de la récolte d’un plant de concombre démarré à une date appropriée. Photo: growerflow.com

Combien de fois est-ce que je reçois un message d’un jardinier novice qui veut savoir que faire de ses concombres (juste un exemple) qu’il a semés en janvier pour prendre de l’avance sur la saison, mais qui courent maintenant partout dans le salon et qui commencent à fleurir des mois avant le moment du repiquage en pleine terre?

Ces plants trop avancés ne donneront jamais une bonne floraison ou fructification dans la maison. Et quand vous essayez d’acclimater les plants trop avancés au jardin, c’est le désastre : ils dépérissent, ou encore, ils récupèrent très difficilement alors que les semis faits au bon moment les dépassent rapidement.

Semé deux semaines avant la date du repiquage prévu, comme il se doit, ce semis de concombre est d’une taille appropriée pour le repiquage. Photo: http://www.seedparade.co.uk

Il est important de comprendre que les semis repiqués au jardin reprennent mieux quand ils sont encore jeunes et vigoureux, sans encore porter des fleurs ou des boutons floraux. En fait, mieux vaut faire ses semis un peu en retard que trop tôt. Commencer trop tôt, c’est une des pires gaffes qu’on peut faire avec les semis et la source de beaucoup de découragement pour les jardiniers novices. Les habitués le savent, mais l’enthousiasme des néophytes les incite à sauter trop rapidement dans l’arène.

Où trouver l’information sur les dates de semis

Donc, avant de semer, il faut trouver la date appropriée de semis pour chaque variété (oui, la date variera d’une espèce à une autre). Où trouver cette information? Voici quelques suggestions :

  1. Le sachet de semences donne souvent ce détail, peut-être sous la forme de «xx semaines avant le dernier gel*».
  2. Sinon, le catalogue imprimé ou virtuel donne ce détail.
  3. Plusieurs sources Internet offrent cette information, dont mon site. Allez à Quand semer 80 légumes et herbes aromatiques ou Quand semer à l’intérieur plus de 150 annuelles
  4. Consultez mon livre Les idées du jardinier paresseux : Semis, présentement en réimpression et disponible ce printemps dans une librairie près de chez vous. Si la librairie n’a pas le livre en stock, elle peut le commander.

* En fait, ce n’est pas vraiment la date du dernier gel qu’il faut viser, mais plutôt une date, probablement 7 à 10 jours plus tard, où le sol et l’air seront suffisamment réchauffés pour permettre le repiquage sans crainte de dommage aux semis fragiles.

Voilà! Pour les semis faits à l’intérieur, tout comme pour ceux faits au jardin, il faut toujours démarrer au bon moment.

Publicités

2 réflexions sur “Les semis intérieurs: il faut partir à point

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s