Insectes transporteurs de maladies

Par défaut

Les insectes peuvent injecter des virus dans nos plantes. Ill.: jardinierparesseux.com

Les insectes qui se nourrissent de la sève de nos plantes (ou qui râpent ou mangent leurs feuilles) causent parfois des problèmes graves: ils peuvent transporter aux plantes des maladies inguérissables qui feront bien plus de dégâts que les insectes eux-mêmes.

20190109B extension.entm.purdue.edu

Le cercope (crachat de coucou ou crachat de crapaud) est parmi les insectes qui transmettent des virus aux plantes. Photo: extension.entm.purdue.edu

Les virus, notamment, et leurs parents, les viroïdes et les phytoplasmes, sont en bonne partie transmis par les insectes, qui les injectent dans les tissus des plantes en les piquant ou en croquant leurs feuilles. Or, il n’y a aucun autre traitement contre les virus que d’arracher et de détruire la plante atteinte. C’est pourquoi il est si important d’agir rapidement quand une plante est attaquée par un insecte quelconque. Parmi les insectes qui transmettent des virus, il y a les pucerons, les altises, les cicadelles, les aleurodes, les thrips et les cercopes.

20190109C DieterO, Wikimedia Commons.JPG

Virus de type mosaïque. Photo: DieterO, Wikimedia Commons

Les virus (et autres maladies apparentées) ont parfois des symptômes visibles, comme une décoloration spécifique de la feuille (mosaïque ou marbrure), mais parfois aussi aucun symptôme visible (phénomène de masquage)… à part que la plante s’affaiblit, devient plus chétive et produit moins. Les deux cas classiques sont ceux du fraisier et du framboisier, qui sont souvent très productifs pendant 2 à 5 ans après la plantation, puis dégénèrent suite à des infestations virales multiples jusqu’au point où la seule solution logique est de les détruire et de recommencer avec des plantes dites «indexées» (confirmées libres de virus).

Une bonne façon de réduire les attaques d’insectes porteurs de virus est de maintenir une bonne biodiversité dans vos plantations. Les monocultures, en concentrant une seule espèce végétale dans une zone importante, attirent et maintiennent les insectes prédateurs de la plante cultivée. Quand les végétaux sont cultivés en mélange, ces insectes arrivent plus difficilement à trouver leur hôte préféré et vos plantes sont alors moins souvent infestées de virus.

20190109E www.nature-and-garden.com.jpg

Capucine utilisée comme plante-piège pour attirer les pucerons. Photo: http://www.nature-and-garden.com

Si vous ajoutez au mélange de plantes des plantes-piège, soit des végétaux que l’insecte aime encore plus que la plante que vous voulez protéger, comme la capucine (Tropaeolum majus), une excellente plante-piège pour les pucerons, la prévention peut être encore plus efficace : il suffit d’arracher la plante-piège dès les premiers signes d’infestation, avant que l’insecte puisse s’étendre aux plantes voisines.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s