Categories

Recherche

Des plantes aux noms qui font peur!

Source: www.succesrama.com C’est l’Halloween. Ce soir, de petits fantômes et de petits monstres sonneront à nos portes dans des costumes conçus pour nous effrayer. Les plantes aussi ont parfois des noms à vous glacer le sang. Voici une sélection de végétaux aux noms horrifiants qui semblent avoir été spécialement conçus pour l’Halloween. Sanguinaire (Sanguinaria canadensis) Commençons par la sanguinaire. Elle est courante dans les forêts feuillues un peu partout dans l’est de l’Amérique du Nord et fait une excellente fleur vivace pour les jardins de sous-bois. La fleur blanc immaculé de la petite plante n’a rien de sanguin, toutefois. C’est en tranchant le rhizome que vous verrez couler la sève rouge sang qui lui a valu son nom. La sanguinaire a autrefois servi en médecine traditionnelle pour traiter les maladies sanguines et les cancers, mais son extrême toxicité la met au ban de la médecine moderne. Plante fantôme (Monotropa uniflora) La plante fantôme, ou monotrope uniflore, doit son nom funeste à sa coloration blanc... Lire la suite >

Comment protéger vos pots et jardinières des méfaits de l’hiver

On peut bien laisser les pots à l’extérieur l’hiver, mais ils sont souvent en mauvais état au printemps. Source: Toño, archivo.infojardin.com Dans les régions tempérées de l’hémisphère Nord, la floraison est terminée pour la saison ou, du moins, tire à sa fin. Mais il y a encore de petites choses à faire sur le terrain… et l’une de celles-ci est de préparer les pots et les jardinières pour l’hiver. En effet, selon leur composition, certains doivent rentrer pour l’hiver, d’autres peuvent passer l’hiver à l’extérieur sous certaines conditions et d’autres résistent bien à nos hivers. C’est que certains matériaux utilisés dans la fabrication des pots ne résistent pas du tout au gel et qu’il faut donc les rentrer pour l’hiver. D’autres résistent bien au gel… mais le terreau qu’ils contiennent prend de l’expansion et peut les faire éclater. Il faut donc les vider de terre pour l’hiver. Seulement quelques types de pots sont assez résistants pour passer l’hiver à l’extérieur pleins... Lire la suite >

Profitez au maximum de votre citrouille d’Halloween

Votre citrouille d’’Halloween peut être utile en plus d’être décorative. Source: www.flickr.com.jpg Lorsque vous sculptez une citrouille comme décoration pour l’Halloween, n’oubliez pas que vous pouvez utiliser les graines que vous prélevez. Enlevez les filaments orange et rincez les graines, puis faites-les griller avec un peu de sel. Et faites sécher quelques graines sur un essuie-tout (sans les faire rôtir!) pour semer vos propres citrouilles l’an prochain. Quant à la chair, on peut en faire de la purée, une tarte à la citrouille, des muffins ou toute autre recette à base de courge… car la citrouille n’est qu’une courge, après tout. Par contre, la chair doit être encore solide pour qu’on puisse la manger. À cette fin, ne taillez votre citrouille qu’une journée ou deux avant l’Halloween, ou même en après-midi pour la soirée. Si vous devez le faire encore plus tôt, badigeonnez de l’huile végétale sur la chair exposée pour prévenir la moisissure. Au compost! Vous n’aimez pas la chair... Lire la suite >

Le crapaud: le meilleur ami du jardinier

Les crapauds (ici, un crapaud américain, Anaxyrus americanus) sont avides d’insectes et d’autres petites bestioles. Source: nas.er.usgs.gov Les crapauds attirent rarement notre respect et notre attention. Ils ne sont pas jolis — même, ils sont carrément laids! –, ils sont petits, discrets, aiment se cacher et ils sont actifs surtout la nuit quand nous dormons, ce qui fait qu’on les voit rarement. Qu’y a-t-il là à apprécier? Eh bien, peut-être leur appétit vorace pour les ennemis de nos jardins? Probablement qu’aucun autre animal ne consomme autant d’insectes nuisibles, limaces et autres parasites que les crapauds! Nous avons donc tout intérêt à en apprendre plus à leur sujet. Qu’est-ce qu’un crapaud? Les crapauds sont des amphibiens sans queue, étroitement apparentés aux grenouilles. En fait, la distinction entre les deux repose souvent davantage sur l’appellation populaire que sur la taxonomie scientifique. Cependant, il existe une famille d’environ 500 espèces de «vrais crapauds»: les Bufonidae. Ce sont ceux que la plupart des gens... Lire la suite >

Saule atteint de tumeurs du collet

Tumeurs du collet sur un saule greffé (Salix purpurea ‘Gracilis’). Source: Danielle Dion-Desbois Question: J’ai un saule arctique greffé sur tige sur lequel poussent des excroissances semblables à de grosses verrues tout le long du tronc. Est-ce une maladie et est-ce que je devrais couper mon arbre? Le feuillage est beau et ne semble pas avoir de problème. Danielle Dion-Desbois Réponse: C’est une tumeur du collet ou galle du collet causée par la bactérie Agrobacterium tumefaciens (aussi appelée Rhizobium radiobacter). Elle provoque des excroissances sur le tronc, les racines et les branches inférieures de nombreux végétaux, autant des arbres et des arbustes que des plantes herbacées. Les tumeurs grossissent peu à peu, devenant éventuellement ligneuses et dures. Dans le cas des plantes ligneuses, la plante infestée survit généralement aux tumeurs pendant plusieurs années, même des décennies dans le cas des grands arbres, mais éventuellement le développement des tumeurs et leur prolifération finissent par empêcher la circulation de la sève, ce qui mène à... Lire la suite >

Mon arboretum fauché

Source: Adumielauxepices.net & openclipart.org, montage: jardinierparesseux.com J’ai toujours été fasciné par la nature. Pendant mon enfance, on me trouvait la moitié du temps à plat ventre en train d’étudier les petits animaux et les plantes qu’on trouvait par terre. J’ai localisé quantité de trèfles à quatre feuilles, à cinq feuilles et même, une fois, à sept feuilles. C’est ce qui arrive à force d’avoir les yeux constamment rivés au sol. Mon père m’avait expliqué que ces trèfles étaient des erreurs de la nature, des «mutations», et qu’on pouvait parfois reproduire ces mutations végétales et même les vendre. Il m’avait expliqué que tous les érables de Norvège à feuillage pourpre — et Dieu sait qu’il y en avait beaucoup dans mon patelin — provenaient de telles mutations. Cela m’avait épaté et je décidai aussitôt de mon occupation future : explorateur à la recherche de plantes mutantes. J’allais parcourir le monde à la découverte de plantes rares et bizarres, surtout des plantes étrangleuses... Lire la suite >

N’empilez pas trop de terre sur les racines d’un arbre

Évitez d’empiler de la terre à la base d’un arbre. Source: inconnue. En faisant des travaux sur votre terrain, évitez d’ajouter trop de terre sur la zone racinaire d’un arbre (environ 1 ½ fois sa ramure), car cela peut sérieusement endommager ses racines, voire tuer l’arbre lui-même. C’est que les racines près de la surface du sol servent à alimenter l’arbre en oxygène. Si on les couvre de trop de terre, elles vont littéralement suffoquer. On voit souvent les entrepreneurs, par exemple, empiler de gros tas de terre sur le terrain lors de travaux. Qu’ils les posent sur un stationnement ou sur un gazon (facile à réinstaller), mais jamais au pied d’un arbre, surtout si la terre doit y rester plusieurs semaines. Pire, on voit parfois des entrepreneurs paysagistes (qui seraient censés savoir ce qu’ils font!) rajouter 45 ou 60 cm de terre, voire même plus, tout autour d’un arbre en voulant changer le gradient du terrain. Ce genre de... Lire la suite >

Supports en macramé pour plantes suspendues: de nouveau à la mode

Les suspensions en macramé sont de nouveau à la mode. Source:www.ftd.com Je suis assez vieux pour avoir vécu la mode du macramé* dans les années 1970. À l’époque, on voyait du macramé partout! Dans les décorations, les bijoux, les vêtements, etc., mais l’article le plus classique était le support à plante suspendue en macramé. Si vous aviez une plante en suspension dans les années 1970, 9 fois sur 10, elle pendait d’un support en macramé. J’en avais plusieurs moi-même. *Macramé: art créé à partir de tissus noués. Fabriquer son propre support en macramé était également très hot. Je ne l’ai jamais fait moi-même, mais j’étais plutôt l’exception que la règle. Que voulez-vous? J’aimais mieux cultiver des plantes que leur nouer des supports! L’engouement pour le macramé a duré une bonne décennie, mais s’est éventuellement éteint. Au milieu des années 1980, c’était totalement dépassé. Même mentionner le mot macramé vous faisait passer pour un hippie… et un hippie anachronique, de plus. Je pensais que... Lire la suite >

Nymphéa, nénuphar ou lotus?

Les jardiniers confondent ces trois plantes; elles sont pourtant très différentes! Source: www.woodvalefishandlilyfarm.com.au & www.rarexoticseeds.com Nymphéa, nénuphar ou lotus? Que de confusion avec les noms de ces trois plantes des genres Nymphaea, Nuphar et Nelumbo! D’accord, elles sont toutes des plantes aquatiques, avec des feuilles plus ou moins circulaires, mais elles ne sont pas nécessairement très apparentées. L’utilisation des noms nymphéa, nénuphar et lotus est tellement confuse que même Wikipédia n’arrive pas à faire une distinction très précise, notamment entre nymphéa et nénuphar. Essayons d’y voir plus clair. Qui a raison? La distinction entre nymphéa et nénuphar, surtout, est très controversée. Certaines autorités utilisent les deux noms indifféremment, ce qui, à mon avis, porte à confusion. Ce qui vous lirez ici est donc mon point de vue et d’ailleurs, le point de vue de plusieurs horticulteurs. Pour démêler la terminologie, je me suis surtout référé aux spécialistes des plantes aquatiques qui, eux, sont très précis dans leur utilisation des trois termes. Ma référence principale... Lire la suite >

Quand un arbre est sur le déclin

Le déclin d’un arbre est presque toujours une grande déception pour son propriétaire. Source: greenlv.wordpress.com Les jardiniers amateurs s’attendent à perdre les annuelles et les bisannuelles et même des vivaces, mais comme c’est choquant pour eux quand un arbre meurt! Après tout, les arbres ne vivent-ils pas pendant des siècles? En fait, non. D’accord, il existe des arbres millénaires, mais la vaste majorité des arbres ne vivent pas au-delà de 150 ans… et dans une banlieue, sujette à la pollution, aux températures extrêmes et à la salinisation et la compaction des sols, un arbre de 80 ans est un très vieux spécimen. Donc, quand vous habitez un ensemble résidentiel qui atteint un certain âge et où tous les arbres ont été plantés environ en même temps, il n’est pas étonnant de voir plusieurs arbres mourir l’un après l’autre dans l’espace de seulement quelques années. D’ailleurs, ce ne sont pas tous les arbres qui atteindront un âge vénérable. Dans la nature,... Lire la suite >

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!