Faut-il éviter les grimpantes sur les murs?

Par défaut

Lierre de Boston (Parthenocissus tricuspidata) poussant sur un mur de brique. Non, il ne l’endommagera pas. Source: icastle.com

Certaines grimpantes, comme la vigne vierge (Parthenocissus quinquefolia, zone 2), le lierre de Boston (P. tricuspidata, zone 5), l’hydrangée grimpante (Hydrangea anomala petiolaris, zone 5),  le lierre commun (Hedera helix, zone 7) et le fusain de Fortune (Euonymus fortunei, zone 6), montent grâce à des «crampons» (racines aériennes ou ventouses, selon le cas), ce qui leur permet de gravir même des surfaces plates comme les murs d’une maison. Par contre, les vieux livres de jardinage déconseillaient leur culture sur les murs, sous prétexte que les crampons pouvaient s’infiltrer dans le mortier et l’arracher.

Il y avait peut-être un fond de vérité dans cette croyance, car les types de mortier utilisés jusqu’au début du 19siècle s’effritaient avec le temps, et le poids d’une plante qui s’y serait fixée aurait pu théoriquement arracher le mortier, mais ce n’est plus le cas. Le mortier utilisé depuis les derniers siècles n’est pas le moindrement dérangé par la présence de crampons, pas plus que les pierres ou les briques qui recouvrent les murs ou même les revêtements d’aluminium ou de vinyle. De nombreuses études indiquent que les grimpantes cultivées sur un mur le font durer plus longtemps, car elles le protègent contre ses pires ennemis, soit les rayons ultraviolets, la pluie et les polluants atmosphériques. D’ailleurs, une étude de l’université d’Oxford a déterminé que les murs couverts de grimpantes étaient «moins sujets aux effets nuisibles du gel, des températures fluctuantes, de la pollution et des sels qu’un mur sans grimpante.»

20180924B limetec.co.uk

Si le mortier est en mauvais état, il faut bien sûr réparer le mur avant d’y installer une plante grimpante! Source: limetec.co.uk

Si vous doutez que le mortier de votre maison soit en bon état, essayez de le gratter avec une clé métallique. S’il reste intact, il n’y a aucune raison pour craindre que des plantes grimpantes l’endommagent. S’il se défait, n’y cultivez pas de plantes grimpantes… et d’ailleurs, songez sérieusement à le remplacer, sinon l’eau pénétrera et endommagera la structure de votre demeure.

20180924C medium.com.png

Les crampons des grimpantes se fixent à l’extérieur du mur, mais ne le pénètrent pas. Source: medium.com

D’ailleurs, il faut comprendre que les crampons des plantes grimpantes (du moins, celles de climat tempéré) ne s’infiltrent jamais dans le mortier ni ne s’insèrent derrière les bardeaux ou les revêtements, malgré ce qu’on entend parfois dire.

Les ventouses, de toute évidence, restent en surface : d’ailleurs, elles n’ont aucun mécanisme pour «pénétrer» quoi que soit. Mais c’est aussi le cas des racines aériennes.

20180924H pestid.msu.edu.jpg

Racines aériennes: elles restent sagement à la surface et ne s’enfoncent jamais dans le mortier ni dans les fissures. Source: pestid.msu.edu

Les racines aériennes des grimpantes de climat tempéré sont des organes très différents des racines souterraines et servent strictement à fixer la tige sur son support. Elles n’accomplissent pas, non plus, les autres fonctions des racines souterraines, comme absorber l’eau et les minéraux. Jamais elles ne se mettront à allonger et envahiront : elles resteront toujours courtes et en surface.

Donc, pas de problème pour les murs de pierre, de stuc ou de brique ni ceux couverts de revêtements. Mais devrait-on laisser les grimpantes monter sur les murs en bois? La réponse n’est pas aussi nette.

Au début, les grimpantes protègent le bois et font durer les peintures et teintures pendant des décennies; beaucoup plus longtemps que les enduits exposés aux éléments. Par contre, quand la peinture s’écaille ou que la teinture s’estompe, il est impossible de repeindre ou de reteindre le mur tant qu’il est couvert de plantes. Et ces peintures et teintures aident, en partie, à empêcher le bois de se dégrader. Donc, à très, très long terme, probablement pas au cours de votre vie, il faudra penser à enlever les grimpantes pour repeindre. Après, vous n’aurez qu’à les laisser remonter sur le mur.

20180924D www.bakker.com.jpg

Il vaut quand même mieux dégager les surfaces autour des fenêtres de la végétation à tous les 3 ou 4 ans, sinon les grimpantes peuvent finir par les obstruer. Source: www.bakker.com

Et une autre croyance a aussi été réfutée, car les mêmes vieux livres précités prétendaient que les murs couverts de grimpantes restaient humides plus longtemps, ce qui pouvait résulter en leur dégradation. Mais aujourd’hui, on sait que c’est plutôt le contraire qui se passe. C’est la variation dans l’humidité – quand un mur passe d’humide après une pluie à sec après quelques heures – qui cause la dégradation. Un couvert végétal modère nettement les écarts d’humidité (moins de pluie touche le mur, mais le feuillage maintient une humidité modérée en tout temps). Donc, le mur n’est jamais très humide ni très sec, ce qui le protège contre les méfaits de l’humidité.

20180924E 'Veitchii' LH.jpg

Lierre de Boston (Parthenocissus tricuspidata ‘Veitchii’) sur le mur de ma maison. Source: jardinierparesseux.com.

Donc, la question demeure: devrait-on ou non laisser les grimpantes monter sur sa maison?

Personnellement, j’ai décidé que, même si les murs de ma maison sont en bois, la situation la plus douteuse, comme je ne prévois pas vivre 300 ans, j’allais profiter de la beauté des plantes grimpantes de mon vivant et j’en ai donc plusieurs qui grimpent directement sur la maison chez nous. Après 25 ans de murs verts, je n’ai toujours aucun regret… et la teinture sous les grimpantes paraît aussi fraîche que la journée où je l’ai appliquée.

 

Publicités

7 réflexions sur “Faut-il éviter les grimpantes sur les murs?

  1. Julie Barrière

    Moi aussi j’adorais mes murs couverts de plantes grimpantes jusqu’à que je rende compte que les petites souris des champs s’en servaient comme échelle pour élire domicile dans la toiture de ma maison. J’ai passé un hiver à les entendre gratter dans mes murs. Rien n’est parfait !

    • Oui, mais plutôt des grimpantes à cultiver sur un treillis, pas un mur. Il vaut mieux choisir une plante extra rustique, qui le froid pénètre davantage dans les pots que dans le sol. Donc, pensez aux plantes comme le kiwi arctique (Actinidia kolomitka), la vigne vierge ou l’une des clématites plus rustiques, comme la clématite jaune (Clematis tanguitica).

  2. Line

    Je dois déplacer un hydrangee grimpante qui est trop au soleil et le placer sur un mur de cabanon en vinyl.
    Croyez vous qu’il va grimper au mur sans treillis?

    • Bien sûr. Il se fixera plus facilement à un mur qu’à un treillis. Par contre, les branches déjà grimpantes (s’il y en a) auront de la difficulté à s’ajuster au changement. Mieux vaut les tailler sévèrement, jusqu’à la base. Les nouvelles branches trouveront le nouveau support.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s