Catégories

Recherche

Nos collaborateurs

Comment éliminer la prêle de votre jardin

201808 www.fullhealthsecrets.com.jpg

Prêle des champs (Equisetum arvense). Source: www.fullhealthsecrets.com

Si j’avais une solution simple pour contrôler facilement les élans envahissants de la prêle des champs, je serais sûrement millionnaire! Mais malheureusement, cette plante est très difficile à éradiquer. D’autant plus qu’elle pousse dans tous les sols, riches ou pauvres, acides ou alcalins, loameux, glaiseux ou sablonneux, humides ou secs.

Notez toutefois que la prêle a de la difficulté à s’établir dans les sols secs, car elle s’installe souvent dans un nouveau lieu au moyen d’une spore transportée par le vent. Or, cette spore ne vit que quelques jours et ne germe qu’en situation humide. Si un rhizome de prêle aboutit dans un sol sec, par contre, peut-être parce que les conditions ont changé ou que vous y avez transféré de la terre contenant des rhizomes, la plante y poussera très bien, bien que plus lentement que dans un sol humide.

Dans un jardin arrosé au bénéfice des autres végétaux, la prêle est très à l’aise et s’étend rapidement.

Le sarclage empire le problème

20180809B www.warmuseum.ca.jpg

Sarcler ne tue pas la prêle, mais l’étend! Source: www.warmuseum.ca

Sarcler pour contrôler la prêle ne fonctionne pas du tout. Plus vous sarclez, plus elle s’étend, car chaque petite section de rhizome coupé qui reste en terre a la capacité de donner un nouveau plant! Et en plus d’avoir étendu des sections de rhizomes, vous aurez libéré les tubercules, soit de petites bulbilles produites par les rhizomes. Ces tubercules ne produisent de nouveaux plants que lorsqu’ils sont détachés du rhizome… ce que fait le sarclage. De plus, sachez que les tubercules sont souvent produits à 50 à 150 cm de profondeur; très loin de la binette!

Si jamais vous décidez de tenter de contrôler la prêle par le sarclage, nettoyez au moins vos outils avant de les utiliser dans un autre secteur, sinon vous risquez de répandre des sections de rhizomes ou des tubercules. Le motoculteur est, à ce niveau, probablement le «moteur» principal de distribution des rhizomes, car il les tranche en petits morceaux, faisant vraiment proliférer la plante. Il est très important de bien nettoyage les lames après chaque utilisation.

Herbicides

20180810I www.goldenacre.ca.jpg

Les herbicides biologiques peuvent tuer les tiges de la prêle, mais il faut répéter le traitement pour affaiblir et tuer les rhizomes. Source: www.goldenacre.ca

La plupart des herbicides chimiques disponibles aux jardiniers amateurs, comme le Roundup, ne sont pas efficaces contre la prêle, point à la ligne. Les herbicides à base de savon, de vinaigre ou d’acide citrique, comme l’Ecoclear ou le Weed B Gone, quant à eux, tuent les tiges très efficacement, mais pas les rhizomes. Il faut donc les appliquer de nouveau quand la plante se régénère à partir de ses rhizomes enterrés. Mais il est difficile d’utiliser des herbicides, même biologiques, dans un potager ou une plate-bande sans accidentellement tuer aussi les plantes désirables qui se trouvent juste à côté.

Pas de soleil, pas de prêle!

Vous pouvez toutefois éliminer la prêle en l’empêchant de faire de la photosynthèse. Autrement dit, coupez-lui ses vivres: l’énergie solaire. Si vous empêchez ses tiges d’être exposées au soleil, la plante va éventuellement mourir.

20180810C princetongardenproject.files.wordpress.com.jpg

Toile noire pour tuer la prêle. Source: princetongardenproject.files.wordpress.com

Une méthode consiste à couvrir la section contaminée d’une bâche noire qui coupera complètement le soleil. (On trouve de telles bâches en quincaillerie.) Il faut la laisser en place pendant 24 mois, commençant au printemps, pour complètement épuiser la prêle: après 12 mois, il y a souvent encore des repousses. Il est toutefois difficile d’appliquer cette méthode quand la prêle pousse à travers des plantes permanentes (vivaces, arbustes, etc.).

Par contre, rabattre les tiges aériennes au sol empêchera aussi la plante de faire de la photosynthèse. Commencez au début de la saison et recoupez à chaque fois que la plante repousse. À force de répéter ce geste à chaque fois qu’une nouvelle pousse fait surface, vous arriverez éventuellement à tuer la plante. Il faut toutefois être assez assidu: il peut falloir couper 5 ou 6 fois la première année… et quelques tiges risquent encore de sortir la deuxième année qu’il faudra couper aussi.

Ou plantez densément des plantes plus hautes. La prêle est avide de soleil, tolère la mi-ombre, mais s’affaiblit à l’ombre. Si vous créez une ombre dense, elle va finir par disparaître. Encore une fois, il faut attendre 2 ou 3 ans avant d’obtenir un contrôle total.

Déterrez et sassez

20180810C Wikimedia Commons.jpg

On peut enlever les rhizomes en sassant la terre. Source: Wikimedia Commons

SiE le problème est très localisé, essayez de déterrer les plantes de prêle, mettant les rhizomes à la poubelle (les tiges peuvent aller au compost)… puis de sasser la terre dans le secteur infesté, éliminant tout bout de rhizome trouvé. Il est facile de fabriquer son propre sas à partir d’un cadre de bois recouvert de grillage métallique de ¼ po (64 mm). Parfois, certains tubercules réussissent à traverser le sas et germent, formant de jeunes plants. Si vous les arrachez rapidement, avant qu’ils aient le temps de produire des rhizomes, ils seront faciles à éliminer.

La méthode la plus paresseuse

20180810D sinor.bg.jpg

Pourquoi ne pas déclarer la prêle une plante ornementale et la laisser pousser à sa guise? Source: sinor.bg

Enfin, la méthode la plus paresseuse pour traiter la prêle est de changer d’attitude. Apprenez tout simplement à tolérer sa présence dans vos jardins! Après tout, elle n’est pas une plante gourmande qui volera les minéraux destinés à vos autres végétaux. Aussi, avec son feuillage clairsemé*, elle laisse passer presque toute la lumière, donc vos plantes recevront quand même leur part de soleil. Enfin, il faut l’admettre, la prêle est très jolie et, avec son beau feuillage plumeux en queue de cheval, elle peut donner une belle allure mousseuse à vos aménagements.

*En fait, le «feuillage» des prêles n’est pas composé de feuilles, mais de rameaux verts. Les véritables feuilles sont minuscules: il faut presque une loupe pour les voir.

Rappelez-vous que le concept même d’une mauvaise herbe est strictement dans votre tête. Les jardiniers n’aiment pas la prêle parce qu’elle déjoue leurs plans et pousse là où ils ne l’avaient pas prévu. Mais il n’y a rien de très «mauvais» dans cette plante qui peut aussi être médicinale, servir de récurant naturel ou de décoction à vaporiser sur les plantes pour contrôler les maladies.

Parfois (et même souvent), la tolérance est tout simplement la méthode la plus facile… et la plus paresseuse!20180810A botano.gr

Étiquettes + Prêle des champs, Equisetum arvense, Contrôler la prêle, Prêle: comment le contrôler


commentaire sur "Comment éliminer la prêle de votre jardin"

  1. Bonjour Larry,
    Super article ! Et surtout la fin sur la tolérance vis à vis de ce que beaucoup appel “Mauvaises herbes”. Je suis partisan de laisser la nature s’installer dans le jardin, et ces plantes sauvages spontanées permettent aussi d’accentuer la diversité des végétaux et par conséquent la biodiversité dans l’ensemble du jardin, favorisant ainsi l’installation d’un équilibre naturel entre les espèces et permettant au final de ne pas intervenir pour être un vrai jardinier paresseux 🙂
    Merci de votre partage d’expérience très intéressant.
    Au plaisir …
    Yannick

    • Andrée dit :

      YANNICK (AU POTAGER BIO) – Tellement d’accord avec vos propos! L’été est tellement court, alors je me dis que toute plante qui a «à coeur» de pousser, eh ben, qu’elle pousse! Dans moins de trois mois en raison du froid, tout aura disparu ou presque. Le plus difficile, c’est de subir les commentaires réprobateurs des «jardiniers non paresseux»!

  2. France dit :

    Moi je prends un vieux pinceau (petit pinceau pour peindre des tableaux) et je le trempe dans le Roundup et met juste une petite goutte sur le plan. Après environ 3 jours le plan et bruni et ne repousse pas, car le plant a bu le Roundup tuant ainsi même le rhizome. Être certain qu’il fera soleil quelques jours de suite. C’est long mais de cette façon ça ne touche pas nos fleurs ou autres plantes. Cette méthode est bonne pour toutes mauvaises herbes envahissantes.

    • agnès Duhoux dit :

      mieux vaut tard que jamais France, je reviens sur votre commentaire sur la prêle et votre manière de l’éliminer, mais savez vous que la décoction de prêle permet de détruire les maladies cryptogamiques.. je suis sûre qu’il vous ait déjà arrivé ces tâches noires dues à un champignon, et bien la prêle peut vous aider.. réfléchissez avant de la détruire systématiquement. belle journée. Agnès

  3. Pascal dit :

    J’ai essayé la méthode de la bâche, en utilisant du papier journal recouvert de géotextile, mais sans succès : les prèles passaient au travers ! Il faut vraiment une bâche en plastique épais, non tissée, pour que ça fonctionne.

    Une autre méthode naturelle, qui fonctionne bien celle-là, est l’eau bouillante. Évidemment, ça marche si seulement une petite surface est envahie !

    Le terrain de ma maison précédente était couvert de prêle lorsque je l’ai achetée. Après quelques années en utilisant du compost pour amender le sol (pas d’engrais chimique), la prêle est devenue vraiment très et le gazon bien plus fourni. C’est ce qu’écrivait Édith Smeesters dans son livre, et c’est arrivé. En fait, les gens arrêtaient pour me demander mon secret car j’avais le plus beau gazon du quartier. Beaucoup étaient déçus d’apprendre que j’avais aussi le gazon le plus bio (la haine que bien des gens vouent au bio est incroyable, j’en était renversé) !

  4. Lise Blais dit :

    Moi, lorsque j’en vois les plants sont très petits, et sur un sol légèrement humidifié, je l’arrache délicatement avec les racines tout simplement et je n’ai jamais été envahie; par contre je suis aux aguets…..

  5. safranmonchat dit :

    Encore une foi, un excellent article! Extraordinaire, tout ce que j’apprends avec vous!
    Monique Bourbeau Boucherville

  6. Basille dit :

    Une bâche noire et des petits trous pour m’être des des poivrons courgettes etc le jardin reste propre et pas besoin d’arroser

  7. Tacu Iulian dit :

    Bonjour,

    Vous dites ‘Sarcler pour contrôler la prêle ne fonctionne pas du tout’. Je ne parle pas trop bien le français, mais pour moi SARCLER c’est arracher.
    Plus loin vous dites ‘Par contre, rabattre les tiges aériennes au sol empêchera aussi la plante de faire de la photosynthèse. Commencez au début de la saison et recoupez à chaque fois que la plante repousse’.
    Une fois vous dites que ca ne sert a rien de les arracher, puis vous dites qu’il faut recouper.
    Expliquez moi svp car on a semé du gazon il y 4 semaines, le gazon pousse (4-5cm environ). Par contre, on est envahi des prêles.
    Merci d’avance!

    • Sarcler, c’est arracher les racines et rhizomes. En le faisant, inévitablement on les brise et laisse de petits morceaux dans le sol et alors, la plante régénère, plus nombreuse que jamais. En coupant que le feuillage, il n’y a aucun multiplication augmentée. À force de tondre, et donc de sectionner le feuillage, la prêle s’affaiblira et diminuera.

    • Marie-Claude Lachapelle dit :

      Pour ma part, j’en ai beaucoup mais pas très haut encore. Je ne peux donc pas rabattre le feuillage au sol. Je prends donc une paire de ciseaux et je coupe ? Je ramasse le mini feuillage tombé? Ou on peut le laisser sur le sol ? Et pourquoi étendre du pailli simplement ne fonctionnerait pas. On restreint la plante de sa lumière, non ?

      • Vous pouvez laissez le feuillage (mais pas de rhizomes) au sol: ces feuilles ne produisent pas de nouvelles plantes. Le paillis laisse passer les plantes: elles vont tout simplement le dépasser. Son rôle est de couper la lumière au semences, pas aux plantes déjà en croissance.

  8. Yves dit :

    Bien d’accord !

    J’ai déjà demeuré dans la Vallée de La Matapédia, et j’avais du prêle autour de la maison.

    Ici, où maintenant je vis, dans la Vallée semi-désertique de l’Okanagan, j’ai aussi du prêle près de la maison secondaire à l’irrigation automatisée, que je programme moi-même mais que je ne peux vraiment réduire parce que dans la même zone d’irrigation , j’ai des hydrangeas , et des pins mugos qui souffrent de manque d’eau.

    Merci beaucoup pour votre blogue intéressant

    Yvr

  9. Chot dit :

    Les oies adorent la prele, elles coupent au fur et à mesure les pousses qui finissent par mourir faute de chlorophylle.

  10. Mathieu Devos dit :

    Bonjour. J’ai fait un t’est sur un mètre carré, de pulvérisation de vinaigre blanc pure. Résultat la Presles est brûler en quelques jours. Je ne sais pas si ça durera dans le temps, mais après plusieurs années de prolifération j’ai enfin des résultats. Je précise que c’était sûr une parcelle non cultivé en prévision de l’année prochaine. Je vous envoie des nouvelles dans quelques mois pour vous dire si le problème est réglé. Cordialement

  11. Anonyme dit :

    Mon potager est complètement envahi, je paille mes légumes elle passe au travers on ne voit qu’elle pas facile de jardiner, et je n’ai plus envie de continuer le jardinage, j’essaye de l’arracher sans succès, je ne suis pas pour les produits chimiques, je cherche auprès des jardiniers des idées, des trucs,je rêve peut-être, merci ..à vous tous…

  12. GHELFI Fabienne dit :

    Bonjour. Comment puis je me débarrasser de la prêle qui sort de ma terrasse en bois ? Elle est envahie. L’entrepreneur a mis du bidim et du touvenant, mais cela ne suffit pas.
    Merci de votre aide . Fabienne

  13. Isaac dit :

    Perso, j’arrive à limiter assez bien avec du vinaigre blanc que je projette sur les tiges quasi tous les jours qd il y a du soleil. Bon je n’ai pas non plus beaucoup de M2….cela fait 2 ans et ça diminue bien….les désherbants ne font rien…bon courage….

  14. Anaïs dit :

    Il existe deux types de prêle. La prêle des champs est utilisé en médecine. La prêle des marais, elle, est toxique.

    Pourquoi vouloir s’en débarrasser ? Parce que si on veut mettre des équidés dans sur sa parcelle, ce n’est pas possible s’il y a de la prêle. Ça tue les animaux. Donc ce n’est pas juste psychologique !

  15. Georgine dit :

    Moi je coupe la tige qui sort de terre et elle n’a plus de lumière et meurt Il faut le faire sur toutes les tiges

  16. Anonyme dit :

    Il y a aussi la prêle japonaise. Une vraie vérole mais on met des années avant de s’en rendre compte. Tout d’abord la plante s’installe, elle est alors très localisée. Ça fait un rideau vertical sympa.
    Les tiges deviennent de plus en plus grandes… Jusqu’à 2 mètres de haut ! Les tiges poussent les Unes contre les autres ce qui étouffe la végétation en place.
    C’est alors que ça pousse dans toutes les directions et que de nombreuses pousses apparaissent quotidiennement.

    Ça me semble aussi envahissant que les bambous traçants.
    Le climat doux et humide de mon coin du globe convient bien à cette plante. Pourvu qu’elle n’aille pas chez les voisins car eux ne feront rien et ce fléau se répandra partout…
    Je vais la détruire. Après avoir “tout enlevé” à la main, je dois ne dois supprimer “que” 10 à 20 tiges par semaine.
    Comme l’arrachage manuel est un peu lassant après quelques mois, j’essaie le round-up (une goutte par tige). On verra…
    Sinon je parviendrais à éliminer cette plante invasive au bout de 4 ans.
    Méfiez vous des prêles !!!

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :