La rhubarbe: pour les jardiniers patients

Par défaut
20180516A blog.pennlive.com

Rhubarbe (Rheum x hybridum). Source: blog.pennlive.com

Curieuse plante que la rhubarbe. Étant donné qu’elle est cultivée pour son feuillage comestible (en fait, le pétiole de la feuille), les jardiniers la considèrent comme un légume. Mais, en cuisine, son goût sucré acidulé fait qu’on l’emploie dans les desserts… donc plusieurs cuisiniers la classent parmi les fruits! Aux fins de cet article, nous la considérerons comme un légume. Après tout, si vous lisez ce texte, vous êtes sans doute un jardinier!

Cependant, la rhubarbe n’est pas un légume typique non plus. Presque tous nos légumes sont cultivés comme des annuelles, semés au printemps pour une récolte le même été. Toutefois, la rhubarbe est une vivace de longue vie qui ne donnera pas de récolte avant la deuxième ou même la troisième année.

Son histoire

20180417L www.herbalshop.com

Racine de rhubarbe séchée. Source: www.herbalshop.com

La rhubarbe comestible (Rheum spp.) vient de l’Asie, notamment de la Sibérie, mais est cultivée par les Chinois depuis plus de 3000 ans. Elle fut introduite en Europe dès la Grèce ancienne pour sa racine médicinale. D’ailleurs, le nom témoigne de cette introduction, car le mot rhubarbe viendrait du grec rhabarbarum, qui veut dire «rhubarbe barbare». Ici, il faut prendre barbare dans le sens de «étrangère», une indication qu’elle était vue comme une nouveauté venant d’un pays lointain.

20180516B ameliasorganics.comjpg.jpg

On consomme le pétiole sucré et acidulé de la rhubarbe. Source: ameliasorganics.com

Curieusement, bien que la rhubarbe fut cultivée comme plante médicinale pendant des siècles, ce n’est que depuis la fin du XVIIIe siècle qu’on la consomme comme un légume… ou comme un fruit, si vous préférez. Auparavant, on la considérait comme toxique.

Le nom botanique de la rhubarbe de nos jardins vient de changer, car, à la suite d’études sur son ADN, on s’est rendus compte qu’elle est d’origine hybride. Donc, le nom encore couramment utilisé, R. rhabarbarum, ne vaut plus : il faudrait désormais l’appeler R. x hybridum.

Il s’agit d’une plante assez imposante (120-150 cm de hauteur sur 90-120 cm de diamètre) aux grandes feuilles cordiformes vert moyen un peu gaufrées et fortement nervurées et aux pétioles très épais verts ou rouges. Elle produit à la fin du printemps de hautes tiges florales de fleurs blanches ou blanc verdâtre qui sont très attrayantes.

Où la cultiver?

20180517C www.self-reliance.com.jpg

La rhubarbe occupe beaucoup d’espace dans le potager. Elle serait sans doute plus à l’aise dans la plate-bande! Source: www.self-reliance.com

Si la rhubarbe est un légume, logiquement il faut la cultiver au potager, n’est-ce pas? Peut-être pas! Sa pérennité pose un problème dans un potager classique que l’on vide, nettoie et replante tous les ans. Que faire alors avec cette grosse plante permanente qui nous empêche de passer avec le motoculteur (si tel est votre habitude) et qui, de plus, jette de l’ombre sur nos petits légumes avides de soleil? Je suggère de la cultiver plutôt dans la plate-bande, à travers ces autres végétaux pérennes que sont les vivaces. D’ailleurs, avec ses grosses feuilles ondulées, ses pétioles souvent rouges et ses plumeaux blancs, la rhubarbe est une plante fort attrayante.

20180517D www.seedforsecurity.com.JPG

Pourquoi supprimer les fleurs de la rhubarbe dans un élan calviniste? Profitez plutôt de leur beauté! Source: www.seedforsecurity.com

Et non, vous n’avez pas à supprimer les fleurs avant qu’elles ne s’épanouissent, malgré la croyance populaire. Profitez alors pleinement de la beauté de ses fleurs, ne supprimant la tige florale qu’après la floraison pour prévenir la montée en graines et des semis indésirables. Car c’est la montée (production de semences) qui peut — un peu! — affaiblir la plante.

Plantation et entretien

Plantez la rhubarbe au soleil ou, à la rigueur, à la mi-ombre, dans un sol riche, profond et relativement humide, mais quand même bien drainé.

20180517E www.quickcrop.co.uk.jpg

Plantez l’éclat en couvrant les bourgeons de 5 à 10 cm de terre. Source: www.quickcrop.co.uk

Habituellement, on plante des éclats («racines») offerts sur le marché au printemps, bien que l’automne aussi soit une bonne saison pour les mettre en terre. Creusez un trou assez large et profond pour recevoir l’éclat, espaçant les trous d’environ 1,2 à 1,5 m. Ameublissez le sol prélevé en y incorporant beaucoup de compost ou de fumier vieilli. Plantez les éclats de façon à ce que les yeux (bourgeons) soient à 5 à 10 cm de profondeur. Comblez de terre, tassez assez fermement et arrosez bien.

Une application annuelle de compost suffira comme source de matière organique, mais appliquez aussi un engrais biologique tout usage, selon les indications sur l’étiquette, tôt au printemps, car la rhubarbe est une plante fort avide de minéraux.

Vous pouvez pailler la plante pour aider à maintenir un sol légèrement humide et toujours assez frais. Autrement qu’un arrosage occasionnel en période de sécheresse, la plante pousse presque sans soins pendant l’été.

Une plante pour climats frais

20180517F www.mymngarden.com.JPG

Rhubarbe à son réveil printanier. Elle se cultive mieux dans les climats aux hivers frais à froids. Source: www.mymngarden.com

La rhubarbe perd ses feuilles à l’automne et a besoin d’un bon hiver pour bien réussir : plusieurs semaines à moins de 5 °C sont nécessaires pour amorcer une repousse printanière saine et elle peut facilement tolérer des températures de -40 °C, permettant sa culture en zone 3.

Par contre, sa culture dans les régions méridionales (zones 8 et plus) est plus problématique. Parfois, on l’y cultive comme annuelle en semant des graines à l’intérieur l’été pour repiquer la plante en pleine terre pendant la fraîcheur de l’automne et de l’hiver. Dans ce cas, il est possible de récolter des pétioles pendant les mois d’hiver.

De longue vie

20180517M www.mymngarden.com.JPG

Pour diviser la rhubarbe, déterrez la plante et coupez-le en éclats portant de 1 à 3 yeux (bourgeons) avant de replanter. Source: www.mymngarden.com

La rhubarbe peut être laissée au même endroit pendant 20 ans et plus, mais si vous voyez que la vôtre commence à moins produire, ce qui peut arriver après 5 ou 6 ans, n’hésitez pas à la déterrer et à la diviser, ce qui la remet habituellement d’aplomb. On peut la diviser au printemps ou à l’automne.

On voit rarement des problèmes d’insectes sur la rhubarbe, mais les plantes cultivées dans un sol trop humide ou qui ne profitent pas d’une bonne circulation d’air peuvent souffrir de différentes maladies. Habituellement, le traitement est facile : il suffit de les transplanter dans un emplacement plus convenable!

Semis aussi

20180517G www.lasemencebio.com.jpg

Il est moins courant de cultiver la rhubarbe à partir de semences, mais c’est quand même possible. Source: www.lasemencebio.com

Si, traditionnellement, on produit la rhubarbe à partir d’éclats, on peut aussi la semer. On trouve des graines de rhubarbe dans plusieurs catalogues de semences. Si oui, on la sème l’été pour une récolte qui commencera surtout le troisième été.

La récolte

Il faut avoir une certaine patience si vous voulez cultiver la rhubarbe, car il ne faut jamais récolter les pétioles l’année de la plantation et seulement quelques-uns la deuxième année : il faut que la plante soit bien enracinée, donc habituellement la troisième année, avant de vraiment commencer une récolte importante.

20180517H hunterbackyardveggiegrowers.com.jpg

On récolte le pétiole de la rhubarbe. Source: hunterbackyardveggiegrowers.com.

Par la suite, vous pouvez récolter jusqu’au deux tiers des pétioles chaque printemps, laissant les autres en place pour que la plante puisse refaire ses forces. La récolte se fait à la fin du printemps, quand les feuilles arrivent à leur pleine longueur. Mieux vaut arracher les feuilles en les tordant un peu, car en les coupant avec un couteau, il y a davantage de risques de transporter des maladies.

Et saviez-vous que vous pouvez aussi récolter et manger les pétioles restants au début de l’automne? Ils peuvent être amers si l’été a été chaud et sec, mais ils seront encore très bons après un été plus frais et pluvieux.

Blanchissage et forçage

20180517I www.sciencesource.com.jpg

Pot en terre cuite servant à blanchir la rhubarbe. Source: www.sciencesource.com

Dans plusieurs pays, la tradition veut qu’on blanchisse la rhubarbe. C’est-à-dire, qu’on recouvre les pousses printanières d’un contenant opaque dès leur sortie. D’ailleurs, il existe même des «pots à blanchir la rhubarbe» en terre cuite vendus exprès pour cette utilisation. Les aficionados de cette technique prétendent que cela donne un meilleur goût aux pétioles… mais ce procédé est en perte de vitesse.

D’ailleurs, il est aussi possible de forcer la rhubarbe en vue d’une récolte hâtive en l’empotant à l’automne, une technique utilisée par certains maraîchers en vue d’une récolte de primeurs. Si oui, empotez la plante à l’automne, mais laissez-la subir au moins quelques degrés de gel en plein air. Ensuite, remisez le pot au frais et à la noirceur pendant au moins deux mois, gardant le sol toujours un peu humide. Ensuite, exposez-le à une douce chaleur (environ 15 °C). Les pétioles seront prêts à récolter dans environ un mois.

Toxicité… supposée

20180517J www.cookinglight.com.jpeg

On ne mange que le pétiole de la rhubarbe. Le limbe de la feuille serait toxique. Source: www.cookinglight.com

Notez qu’on recommande de ne manger que le pétiole (la «tige» de la feuille) de la rhubarbe. Le limbe (la partie large et verte) serait toxique. Habituellement, on met le blâme sur l’acide oxalique, qui donne aussi le goût suret au pétiole, qui est toxique si consommé en trop grosses quantités et qui est plus concentré dans le limbe. Pourtant, une analyse de la quantité d’acide oxalique contenue dans cette partie de la plante démontre qu’elle n’en contient pas autant que cela : il vous faudrait en consommer plusieurs kilogrammes pour vos rendre malade si c’était seulement l’acide oxalique qui était en cause! Les épinards, que nous consommons régulièrement sans nous empoisonner, en contiennent beaucoup plus!

En fait, on ne sait pas exactement ce qui cause la toxicité de la feuille de la rhubarbe, ni même, en fait, si elle est vraiment aussi toxique qu’on le dit. Certains toxicologistes suggèrent que c’est à cause des glycosides d’anthraquinone qu’elle contient. Mais en fait, la cause de la toxicité de la rhubarbe et même son degré de toxicité demeurent essentiellement un mystère. Je vous suggère de ne pas expérimenter : ne mangez que les pétioles.

Chose certaine, il ne faut pas craindre de mettre les limbes des feuilles de rhubarbe au compost, malgré une croyance populaire qui prétend que cela tuera les microbes bénéfiques. En fait, les microbes sont capables de décomposer presque n’importe quelle toxine naturelle et d’ailleurs, semblent adorer les feuilles de rhubarbe, qu’ils digèrent très prestement. On peut même en mettre dans un composteur un peu lent pour stimuler une décomposition plus rapide!

Un bon pesticide?

20180517K www.canva.com & crazyforcrafts.wordpress.com .jpg

Certains jardiniers rapportent avoir du succès en utilisant une décoction de feuilles de rhubarbe pour contrôler les insectes indésirables. Source: http://www.canva.com & crazyforcrafts.wordpress.com, montage: jardinierparesseux.com

Certains jardiniers font une décoction de rhubarbe en faisant bouillir les feuilles dans de l’eau, puis en vaporisent la solution, avec un peu de savon insecticide pour assurer l’adhésion du produit, sur les plantes infestées d’insectes, notamment les pucerons. Est-ce efficace? J’entends des pour et des contre. Expérimentez et vous verrez.

Variétés

Si vous cherchez, vous trouverez plusieurs cultivars de rhubarbe, mais je n’ai pas de recommandations à vous faire : tous donnent généralement de bons résultats. Les jardiniers semblent de plus en plus préférer les variétés à pétioles rouges, comme ‘Victoria’, ‘Macdonald’ ou ‘Canada Red’, mais les variétés à pétioles verts sont tout aussi bonnes.


Bonne culture de rhurbarbe… et bonne dégustation!

Publicités

4 réflexions sur “La rhubarbe: pour les jardiniers patients

  1. Lors de vos récoltes de rhubarbe, n’hésitez pas à étendre et empiler les feuilles dans les sillons de votre jardin potager. Vous en retirerez de multiples avantages : les feuilles se tassent rapidement pour former un tapis confortable, pas de terre sous les semelles de souliers, conservation de l’humidité, pas de mauvaises herbes, diminution des stolons indésirables (ex. framboisiers), compostage sans effort, etc. Bref, que du bon !

  2. Mélanie

    La règle de ne pas récolter la rhubarbe l’année de sa plantation s’applique-t-elle seulement dans le cas d’un nouveau plant ou également dans le cas d’une division/transplantation d’un plant qui a déjà quelques années? Merci!

  3. Janique BRAHAM

    Bonjour,
    Les belles grandes feuilles de ma rhubarbe sont attaquées par je ne sais quoi. Il ne reste en général que les filaments. Comme les potirons d’ailleurs.
    Je ne vois pourtant aucune petite bête. Je pense plutôt à un champignon microscopique.
    Pouvez-vous m’aider ?
    Merci d’avance.
    Janique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s