Categories

Recherche

Faut-il supprimer les anthères du lis de Pâques?

Une croyance tenace insiste sur le fait qu’il faille enlever les anthères (structures orange qui ressortent du centre de la fleur) des lis de Pâques (Lilium longiflorum). Mais est-ce vrai? En fait, oui et non. Oui Oui, si vous craignez les taches. Le pollen des lis tache facilement les tissus (nappes, vêtements, rideaux, etc.). Donc, si vous prévoyez placer votre lis de Pâques sur une nappe en tissu de grande valeur, oui, il vaudrait mieux supprimer les anthères… à l’évier, pas une fois que le pot est sur la nappe! Non Non, si votre seule crainte est que laisser les anthères sur la fleur réduira sa durée de vie. Car l’idée que supprimer les anthères des lis de Pâques prolongera la durée de la fleur est tout simplement un vieux mythe horticole qui refuse de mourir. Malheureusement, cette fausse information est encore véhiculée par des gens qui devraient pourtant être mieux informés, notamment les fleuristes et les employés de jardineries.... Lire la suite >

Les hauts et les bas des tomates

Déterminé et indéterminé : voilà deux termes que vous verrez souvent appliqués aux plants de tomate (Solanum lycopersicum) et qui causent un peu de confusion aux jardiniers débutants… et même à certains assez expérimentés. Les deux termes se rapportent à la croissance de la plante et, indirectement, à sa taille finale. Voici une explication : Tomate déterminée La tige principale d’une tomate déterminée se termine par une grappe de boutons floraux qui donneront des fruits et ses branches secondaires se terminent également par des boutons floraux. En conséquence, le plant cesse de croître en hauteur assez tôt dans la saison. La hauteur exacte varie en fonction du cultivar, mais une tomate déterminée reste une plante relativement compacte qui n’a pas vraiment besoin de tuteurage. Aussi, les fleurs s’épanouissent presque toutes en même temps. Par conséquent, les fruits aussi mûrissent tous à peu près en même temps. Ce sont les tomates déterminées que l’on voit pousser dans les champs commerciaux: le fait qu’aucun... Lire la suite >

Cactus micropucés pour prévenir le vol

Les responsables du Parc national Saguaro, près de Tucson en Arizona, ont eu recours au micropuçage pour protéger 1?000 spécimens du célèbre cactus saguaro (Carnegia gigantea), ce, afin de dissuader les voleurs de cactus. Ces cactus géants aux bras épais ont souvent plus de 150 ans et les déplacer est une tâche monumentale. Par contre, ils sont aussi très prisés dans l’aménagement paysager de la région en raison de leur aspect austère, presque surnaturel, et de grands spécimens peuvent se vendre jusqu’à 1000 $. C’est assez pour attiser la convoitise des voleurs de plantes. Le vol est un problème dans le parc depuis sa fondation en 1931. Étant donné le taux de croissance extrêmement lent du saguaro (il faut environ 100 ans avant qu’il produise son premier bras), chaque vol est une tragédie, d’autant plus que les spécimens matures ne récupèrent pas toujours de la transplantation et finissent souvent par mourir. Effet dissuasif Le type de micropuce utilisé est peu... Lire la suite >

Il faut plus que des asclépiades pour sauver les monarques!

En Amérique du Nord, le déclin du papillon monarque (Danaus plexippus), ce papillon migrateur orange aux nervures noires qui hiverne au Mexique et en Californie pour se rendre jusqu’au Canada l’été, est très médiatisé. Sa population décroît depuis au moins 50 ans et, à compter de 2008, la population a chuté de façon particulièrement draconienne, de 1 milliard de papillons à 93 millions. Plusieurs autorités attribuent une bonne part de la responsabilité de ce déclin à l’agriculture moderne, car l’utilisation routinière d’herbicides sur une grande échelle crée de vastes superficies où il ne pousse rien d’autre que la culture en question (maïs, soya, etc.). C’est que les monarques ne peuvent vivre dans ces milieux qui n’offrent pas les végétaux dont ils ont besoin pour se nourrir. De plus, plusieurs années de perturbations climatiques au Texas, État américain par lequel tous les papillons de l’Est de l’Amérique doivent passer, sont venues aggraver la situation. Sans parler de la coupe des forêts au... Lire la suite >

Arbres aux racines superficielles

Si vous avez à planter des arbres chez vous, un facteur à considérer est son type d’enracinement… surtout si vous êtes un jardinier invétéré. Voyez-vous, certains arbres ont des racines qui poussent surtout en profondeur ou ont des racines peu développées ou bien espacées. Ces arbres ne devraient pas causer de problèmes à vos plantations ornementales, même à long terme, à moins que la couche de terre arable y soit très mince (même un arbre à racines normalement profondes en produira en surface s’il y a, par exemple, une strate rocheuse juste sous la surface du sol). D’autres, au contraire, ont surtout des racines superficielles qui viendront rapidement jouer dans votre jardin, asséchant et appauvrissant le sol et rendant le jardinage difficile. Et ces racines soulèvent les carreaux des terrasses, déséquilibrent les allées et sentiers, brisent les trottoirs, etc. Il est même difficile de maintenir un gazon en leur présence! Il est certain que ces arbres peuvent mériter une place dans un grand... Lire la suite >

Semences à ne pas recouvrir

En général, quand vous achetez des semences, la profondeur et l’espacement des semis sont indiqués sur le sachet. Sinon, vous trouverez ces détails dans un bon livre ou sur Internet. Ou suivez la règle suivante: semez à une profondeur égale à 3 ou 4 fois le diamètre des graines et laissez 1 cm entre les graines (2 cm pour les grosses graines). N’enterrez pas les graines très fines, cependant, celles qui sont presque comme de la poussière: leur petitesse indique que, dans la nature comme au jardin ou en pot, elles préfèrent germer à la surface du sol. Aussi, ces mêmes semences ont généralement besoin de lumière pour germer alors, quand vous les semez à l’intérieur, il faut toujours placer leur pot dans un emplacement bien éclairé, même avant la germination. Il s’agit tout simplement de: 1. Remplir le pot ou un plateau de terreau humide et égaliser. 2. Éparpiller les graines de la façon la plus égale possible à la surface... Lire la suite >

Le spathiphyllum : pas tout à fait aussi facile à cultiver qu’on le dit

Le spathiphyllum (Spathiphyllum spp.), également appelé fleur de lune ou lis de la paix, est l’une des plantes d’intérieur les plus populaires et pour cause. Très peu de plantes fleurissent aussi facilement et joliment que celle-ci dans les conditions typiques d’une maison ordinaire. De plus, grâce à ses feuilles attrayantes, le spathiphyllum peut servir de plante verte ornementale quand il n’est pas en fleurs. Plusieurs auteurs le recommandent aussi comme plante purificatrice d’air, comme s’il avait une efficacité spéciale à cet égard, mais en fait, bien qu’il aide à purifier l’air, il ne le fait pas vraiment plus que toute autre plante de maison. Son nom botanique vient du grec «spathe» (bractée) et «phyllon» (feuille), signifiant «spathe en forme de feuille». La spathe est la partie la plus visible de l’inflorescence: une bractée qui ressemble effectivement à une feuille blanche. Les fleurs fertiles sont portées sur une colonne appelée spadice. Elles sont minuscules : juste de petites bosses blanches ou jaunes.... Lire la suite >

Organisez vos semences d’après la date de semis

Si vous ne semez qu’une seule variété de plante, établir l’horaire de semis n’est pas très difficile. Vous n’avez qu’à déterminer la date de semis préférable pour cette variété de plante, ce qui est probablement indiqué sur le sachet. Par exemple, le sachet peut indiquer «semez à l’intérieur 8 semaines avant la date de repiquage». Vous n’avez alors qu’à compter à rebours d’après cette information. Par exemple, si la date à laquelle vous calculez pouvoir faire le repiquage est le 1er juin, vous n’avez qu’à retenir qu’il faut semer le contenu de ce sachet 8 semaines plus tôt, soit vers le 1er avril. Si jamais cette information n’est pas donnée sur le sachet, vous trouverez des listes de plantes couramment cultivées avec leur date de semis préférable dans les blogues Quand semer les légumes et les herbes aromatiques et Quand semer les annuelles. Par contre, quand vous avez plusieurs variétés à semer, vous découvrez rapidement que les besoins varient : telle... Lire la suite >

Mélangez grimpantes annuelles et permanentes pour un effet rapide

La majorité des grimpantes permanentes, soit les grimpantes vivaces ou arbustives comme la clématite, le chèvrefeuille grimpant ou le lierre de Boston, poussent lentement au début, pouvant prendre 3 ou 4 ans (même plus dans le cas de l’hydrangée grimpante, Hydrangea anomala petiolaris) avant de prendre leur envol. Donc, pour meubler votre treillis ou pergola en attendant, semez entre les «permanentes» des grimpantes annuelles: gloires du matin, pois de senteur, haricots d’Espagne, thunbergies, etc. Les annuelles atteindront leur pleine hauteur (souvent 3 m ou plus) au cours d’un seul été. Quand les permanentes auront atteint des hauteurs et envergures intéressantes, vous pourrez cesser de semer des annuelles! Il suffisait d’y penser!

Peut-on planter des bulbes de tulipe oubliés au printemps?

Question : Au secours! Je viens de découvrir deux sacs de bulbes de tulipe que j’ai oublié de planter à l’automne. Est-ce que je peux les planter au printemps? P. Carmichael Réponse : J’ai reçu votre message le 17 mars. Essentiellement, donc, au début du printemps (du moins, dans l’hémisphère Nord), alors qu’on plante normalement les bulbes de tulipe à l’automne. Le cycle de croissance habituel pour une tulipe est de produire des racines à l’automne dans un sol frais, de croître sous la neige tout l’hiver afin d’être prête à fleurir très tôt au printemps, puis d’entrer en dormance l’été. Les bulbes de tulipe ont normalement besoin de 14 semaines de froid avant de pouvoir fleurir. Planter des bulbes de tulipe au printemps, même si le sol est encore froid, n’est donc pas qu’un petit décalage, mais représente plutôt six mois et plus de retard: un affront sérieux à leur système. La chose la plus logique à faire avec des bulbes... Lire la suite >

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!