Les deux plantes des rois mages

Par défaut
20171223A flickr.jpg

Les rois mages apportèrent de l’or, de l’encens et de la myrrhe au bébé Jésus. Source: flickr

Vous vous rappelez sans doute l’histoire des rois mages qui apportèrent au bébé Jésus trois cadeaux: de l’or, de l’encens et de la myrrhe. L’or est, on le sait, un métal de grande valeur et n’est-ce pas que l’encens est ce qu’on brûle lors des cérémonies religieuses dans les églises? La plupart des gens n’ont toutefois pas la moindre idée de ce qu’est la myrrhe.

Mais en fait, l’encens et la myrrhe sont des gommes-résines de grande valeur, à l’époque et même aujourd’hui, dérivées de plantes. Retraçons leur histoire ici.

L’encens

20171213B Boswellia sacra Mauro Rafaelli, WC.JPG

Arbre à encens (Boswellia sacra) dans le désert d’Oman. Source: Mauro Raffaelli

L’encens brûlé dans les églises de nos jours est généralement un mélange artificiel d’essences odoriférantes, mais l’encens de la Bible avait un sens beaucoup plus précis. C’était de l’oliban, aussi appelé franc encens (encens vrai), une gomme-résine aromatique dérivée d’arbres à encens du genre Boswellia (notamment B. sacra, B. carteri et B. frereana) de la famille des Burséracées et trouvés seulement dans la corne d’Afrique et la péninsule arabique. Il est très difficile à produire et chaque arbre n’en donne que quelques grammes par année, d’où la grande valeur de l’oliban. Seuls les arbres mâles en produisent et, pour l’obtenir, il faut provoquer une blessure dans le tronc et gratter le peu de résine qui exsude de la blessure. Cette résine endurcie, très odoriférante, est l’encens.

20171223BC pxhere.jpeg

L’encens est fait de sève séchée. Source: pxhere

L’encens sert d’offrande aux dieux depuis fort longtemps — au moins 5000 ans! — d’abord distribué localement, sur la péninsule arabique et en Somalie, avant d’être plus largement distribué par les commerçants arabes. Ainsi, il était connu des Assyriens, des Égyptiens et des Grecs, plus tard des Romains. On croyait que la fumée de l’encens montait au ciel en emportant les prières des croyants. Aussi, il avait des propriétés médicinales.

Aujourd’hui, on cultive surtout l’arbre à encens en Somalie et dans les pays voisins. C’est une plante qui aime la misère. Cet arbre préfère un sol sec, pauvre, rocailleux et calcaire et ne tolère pas la concurrence: il lui faut le plein soleil et une bonne circulation d’air. On le voit parfois cultivé ailleurs que dans ses pays natals, notamment, de façon très limitée, en Arizona, toujours sous des conditions sévères. Parfois, on voit des spécimens dans les jardins botaniques.

Pouvez-vous en cultiver? Essayez si vous le voulez. Il faudrait que ce soit à l’intérieur dans la plupart des régions, car il n’est pas rustique. On peut toutefois le cultiver en plein air dans les régions arides au climat tropical (zones 10 et 11).

20171223D Boswellia sacra HC.jpg

Boswellia sacra au Jardin botanique de Kew. Source: jardinierparesseux.com

La plante n’est pas très attrayante par contre: attendez-vous à un petit arbuste (il n’atteindra sûrement pas sa pleine dimension de 5 à 8 m chez vous!) qui pousse de façon fort irrégulière, avec des branches épaisses et souvent tordues. Son écorce est papyracée et il porte des touffes de petites feuilles pennées aux extrémités des branches. Il produit sporadiquement de minuscules fleurs blanches. Avec son port naturellement large et irrégulier, peut-être aurait-il du potentiel dans le domaine du bonsaï?

Si vous cherchez sur Internet, vous verrez des semences de Boswellia sacra en vente à un prix assez important. Sachez alors que le taux de germination est faible: environ 10%. Si vous vivez dans une région au climat aride, il est parfois possible d’obtenir des plants d’une pépinière qui expérimente avec sa culture.

Il lui faut beaucoup de soleil, un drainage parfait, des arrosages très modestes, des températures chaudes l’été et fraîches l’hiver, mais toujours supérieures à 5 °C et… beaucoup de négligence. Les plantes trop bichonnées meurent rapidement.

La myrrhe

20171223E Myrrh, Deror avi, WC.JPG

Gomme de myrrhe. Source: Deror avi, Wikimedia Commons

L’histoire de la myrrhe est aussi ancienne que celle de l’encens, mais on ne brûle pas la gomme de myrrhe: on l’utilise plutôt, et surtout, en parfumerie. Les Égyptiens anciens, notamment, la connaissaient très bien et en faisaient ample usage dans l’embaumement des momies. Les Grecs en ajoutaient aux vins comme agent de conservation. Elle a aussi des utilisations médicinales. La récolte de la résine se fait de façon similaire à celle de l’encens.

20171213F Wikipedia.jpg

Arbre à myrrhe (Commiphora myrrha). Source: Wikipedia

L’arbre à myrrhe (Commiphora myrrha et autres espèces apparentées) est encore un petit arbre de climat aride, d’ailleurs de la même famille que l’arbre à encens, les Burséracées, et qui pousse dans environ la même région (péninsule arabique et nord-est de l’Afrique jusqu’au Kenya). Il aime aussi les conditions difficiles (sécheresse, sol pauvre, rocailleux et calcaire) et partage aussi une écorce papyracée, mais il diffère physiquement de l’arbre à encens par ses petites feuilles simples ou trifoliées et ses tiges très épineuses.

20171223G Commiphora myrrha Галина, Pinterest.jpg

Commiphora myrrha est parfois utilisé en bonsaï. Source: Галина, Pinterest

Contrairement à l’arbre à encens, l’arbre à myrrhe est relativement facile à cultiver et est utilisé, entre autres, en bonsaï. Donnez-lui les mêmes conditions que l’arbre à encens: soleil, bon drainage, arrosages modestes et protection contre le gel. Assurez-vous de réduire les arrosages pendant l’hiver, sinon il est sujet à la pourriture.

L’arbre à myrrhe demeure une plante difficile à trouver, même chez les spécialistes en bonsaï. Comme pour l’arbre à encens, votre meilleur choix est de chercher un fournisseur de semences sur Internet.


20171223H HC.jpg

Arbre à pépites d’or (Arbor fructus-aurea). Source: clipartix & diysolarpanelsv.com

L’arbre à encens et l’arbre à myrrhe: il ne reste qu’à trouver l’arbre à pépites d’or pour compléter la triade des rois mages!

Publicités

11 réflexions sur “Les deux plantes des rois mages

  1. Lise Ranger

    Larry Hodgson, encore un article fascinant et instructif! L’arbre aux pépites d’or mériterait une chronique de contes et légendes. J’espère que nous pourrons vous lire encore longtemps!
    Joyeuses Fêtes et une excellente santé!

  2. Nathalie Gagnon

    Excellent article, très intéressant et instructif! Des informations à partager avec mes amis qui adorent le jardinage et la fête de Noël!
    Joyeuses Fêtes et le meilleur pour vous en 2018!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s