Mythe horticole: les plantes indigènes sont moins sujettes aux insectes et aux maladies

Par défaut
20171123A FR.jpg

Si seulement c’était vrai! Mais, en fait, les plantes indigènes sont aussi sujettes aux prédateurs que les plantes importées, sinon plus. Source: plantsvszombies.wikia.com et Clipart Library

Il y a toutes sortes de bonnes raisons pour préférer des végétaux indigènes.

On sait qu’ils résistent aux hivers de la région et aussi que leur cycle de croissance correspond exactement aux saisons du secteur (certaines plantes importées, au contraire, sont endommagées quand elles se réveillent trop tôt au printemps ou quand la neige arrache leurs branches parce qu’elles ne savent pas quand laisser choir leurs feuilles à l’automne).

20171113B Marshal Hedin, WC.jpg

La chenille du papillon monarque ne peut vivre que sur des plantes d’asclépiade. Source: Marshal Hedin, Wikimedia Commons

Aussi, les plantes indigènes nourrissent les insectes locaux qui, très souvent, sont très spécifiques dans leurs besoins. Il suffit de penser aux asclépiades (Asclepias spp.), strictement limitées au Nouveau Monde, qui sont la seule nourriture possible pour les chenilles du papillon monarque (Danaus plexippus), lui aussi limité au Nouveau Monde. Et il y a littéralement des milliers d’insectes dans votre propre région qui dépendent entièrement de plantes spécifiques, seulement trouvées naturellement dans votre région, pour leur survie. Les plantes importées ne leur sont nullement utiles.

Habituellement, aussi, les plantes indigènes ont besoin de moins de soins de la part du jardinier, étant parfaitement synchronisées aux conditions locales.

Enfin, si elles s’échappent de la culture, elles ne perturberont pas l’environnement comme peut le faire une plante introduite qui s’échappe, mais reprennent tout simplement leur place.

Tout cela est bien, mais…

Elles ne sont pas plus résistantes aux prédateurs!

L’idée, souvent vantée par des écologistes bien-pensants mais qui ne jardinent pas, que les plantes indigènes sont plus résistantes aux insectes et aux maladies est cependant un non-sens.

20171123D A. Weeks, grdc.com.au.jpg

Le puceron vert des pêchers (Myzus persicae) s’attaque à une vaste gamme de plantes ornementales et comestibles et ne fait pas de différence entre les plantes indigènes et les plantes importées. Source: A. Weeks, grdc.com.au

D’abord, il y a des prédateurs assez polyphages (pucerons, aleurodes, tétranyques, etc.) qui peuvent se plaire sur presque n’importe quelle plante et qui ne font pas de différence entre les importées et les indigènes: ils bouffent tout! Et, en général, les maladies sont un peu plus spécifiques et limitent leurs dégâts à certaines familles. Par contre, elles ne font pas du tout la différence entre, disons, une clématite indigène et une clématite importée. Tant que c’est une clématite, elles sont prêtes à l’attaquer.

Mais il y a aussi des insectes, des maladies et d’autres parasites qui sont très spécifiques à une certaine plante hôte et qui ne peuvent s’attaquer à quoi que ce soit d’autre. C’est là où les plantes importées ont souvent un avantage sur les plantes indigènes. Si la plante a été importée sans son ou ses prédateurs spécifiques, ce qui est souvent le cas, elle sera moins sujette aux insectes et aux maladies d’insectes qu’une plante indigène, dont les ennemis sont déjà sur place.

20171123C Greg Hume, WC.jpg

Adulte et deux nymphes de la punaise de l’asclépiade. Cet insecte n’est présent qu’en Amérique du Nord. Source: Greg Hume, Wikimedia Commons

Voulez-vous un exemple? Les mêmes asclépiades qui nourrissent les chenilles de monarque sont aussi hôtes d’un insecte spécifique, la punaise de l’asclépiade (Oncopeltus fasciatus). Cet insecte est présent partout où l’asclépiade pousse naturellement (Amérique du Nord et du Sud) et y cause beaucoup de dégâts, forçant les jardiniers de ces deux continents à le chasser avec des jets d’eau, des traitements à l’eau savonneuse, etc. Mais cet insecte est absent des jardins d’Europe, d’Asie et d’Australie, où l’on cultive des asclépiades en tant que plantes ornementales importées.

Un autre exemple? L’hémérocalle (Hemerocallis spp.), d’origine asiatique, a laissé la plupart de ses prédateurs (à la fois des insectes, des nématodes et des maladies) derrière elle quand on l’a importée en Europe et en Amérique du Nord. Elle passe pour une plante résistante aux parasites dans ses nouveaux chez-soi, alors qu’en Asie, on a dénombré plus de 15 insectes et nématodes spécifiques aux hémérocalles et presque autant de maladies. Les jardiniers asiatiques doivent combattre tous ces ennemis s’ils veulent bien réussir les hémérocalles! Mais quand elle pousse en Europe et en Amérique du Nord, en tant que plante importée, l’hémérocalle n’a presque pas d’ennemis.

En général, donc, les plantes importées ne sont pas plus sujettes aux parasites que les plantes indigènes. C’est même exactement le contraire.


Si vous voulez cultiver des plantes qui n’ont pas de problèmes importants de prédateurs, il faut faire des recherches dans ce sens. Connaître leur pays d’origine ne vous sera nullement utile.20171123A FR

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s