Le vrai nom d’une plante gagnante

Par défaut
20171111A Claude Vallée, Les Exceptionnelles.jpg

Senecio niveoaureus Bello Grigio. Source: Les Exceptionnelles, Claude Vallée

Un lecteur, Matt D. Reed, vient de m’aviser que la très jolie épiaire Bello Grigio® (Stachys Bello Grigio), mon coup de cœur chez les annuelles en 2016 (lisez Une fontaine d’argent dans la platebande) et gagnante d’un prix Les Exceptionnelles 2017, est mal identifiée. Il ne s’agirait pas d’une épiaire (Stachys), mais plutôt d’un seneçon (Senecio), plus spécifiquement un Senecio niveoaureus. Le genre Senecio, de distribution mondiale et de la famille des Astéracées, comprend plus de 1200 espèces et est de ce fait l’un des plus vastes genres de plantes à fleurs.

Les autorités botaniques les plus sérieuses se sont toutes rangées à ce changement. D’ailleurs, personnellement, j’ai toujours trouvé que cette plante, bien qu’elle partage le feuillage blanc poilu commun à plusieurs épiaires (Stachys), ne poussait pas comme un épiaire typique, avec sa tige qui rampe à la base plutôt que de se diriger tout droit vers le haut comme une chandelle à la manière d’un épiaire classique. De toute façon, le genre Senecio est aussi riche en espèces couvertes de poils blancs que le genre Stachys et, d’ailleurs, obtient son nom (Senecio veut dire «vieil homme» en latin) de ce fait.

20171111B latin-wife.com.jpg

Les inflorescences de Senecio niveoaureus Bello Grigio sont bien celles d’un séneçon et non pas celles d’un épiaire. Source: latin-wife.com

Certains Bello Grigio cultivés en serre froide l’hiver dernier se sont mis à fleurir, ce qui a fait découvrir le pot aux roses. Les belles inflorescences jaunes sont tout à fait typiques des fleurs de séneçon, ayant la forme de petits tournesols. On voit toutefois qu’il n’y a aucun lien — mais vraiment aucun! – avec les fleurs bilabiées des Stachys (famille des Lamiacées).

Cette découverte aidera aussi à mieux comprendre la culture de la plante, car on sait que le séneçon «neigeux à fleurs jaunes» (le sens de l’épithète niveoaureus) vient du paramo de la Colombie et de l’Équateur, une plaine de haute altitude (entre 3100 et 4600 m) où il fait de frais à froid à l’année. Si la plante se couvre complètement de poils blancs, c’est en partie pour se protéger du froid, mais aussi pour filtrer les rayons solaires, car elle pousse généralement au-dessus des nuages, pleinement exposée aux néfastes rayons ultraviolets.

20171111C Mauricio Diazgranados, Columbia.jpg

Senecio niveoaureus dans le paramo colombien. Source: Mauricio Diazgranados

Juste en expérimentant avec cette plante, plusieurs jardiniers ont appris qu’on peut en fait conserver cette «annuelle» dans la maison près d’une fenêtre ensoleillée l’hiver et ainsi obtenir plusieurs divisions, car la plante se divise au pied, pour la plate-bande de l’année suivante; mais plusieurs personnes, dont moi, se sont efforcées de garder la plante à la température de la pièce en présumant qu’elle avait une origine tropicale. Sachant qu’elle est de haute altitude, on peut désormais conclure qu’il ne faudrait alors pas se gêner pour laisser Bello Grigio subir des températures près du gel. Sans doute qu’un long automne en plein air lui conviendrait mieux qu’une rentrée subite en septembre comme celle que j’ai donnée à mes plantes cet automne.

Peut-être que, en plaçant la plante dans un emplacement frais à froid et très ensoleillé l’hiver (une serre alpine, par exemple), il serait possible de la voir fleurir chez nous et pas seulement en montagne?

Je suis très heureux de cultiver cette belle plante uniquement pour son feuillage si doux et argenté, mais si elle peut fleurir aussi, tant mieux!

L’autre avantage de connaître le vrai nom de la plante est qu’il est désormais possible d’acheter des semences de S. niveoaureus (offertes chez quelques rares fournisseurs, dont Sunshine Seeds) et d’obtenir ainsi des plants à moindres frais.

Reste qu’il est regrettable que les producteurs continuent de lancer des végétaux sur le marché sans faire une vérification au sujet de leur identité. Il me semble que la moindre des choses dont une nouvelle plante aurait besoin serait une étiquette portant le bon nom!20171111A Claude Vallée, Les Exceptionnelles

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s