Pourquoi je ne cultive pas de gardénias

Par défaut
20171014A Lazaregagnidze, Wikimedia Commons

Très joli et très parfumé, le gardénia est toutefois une plante assez capricieuse. Photo: Lazaregagnidze, Wikimedia Commons

Non, je ne cultive pas le gardénia (Gardenia jasminoides, syn. G. augusta et G. grandiflora), parfois appelé jasmin du Cap. Pas que je n’ai pas essayé. Après tout, ses grandes fleurs, blanches au début devenant crème par la suite, sont magnifiques et si délicieusement parfumées. De plus, elles sont mises en valeur par de jolies feuilles luisantes vert foncé! Plus encore, les meilleurs clones refleurissent pendant une bonne partie du printemps et de l’été! Impressionnant!

Cependant, des échecs répétés m’ont appris que cultiver un gardénia est, dans mon cas, une perte de temps et d’argent. Et cela pourrait s’appliquer à vous aussi.

D’origine subtropicale

20171014E bastus917, ko.wikipedia

Le gardénia sauvage a des fleurs simples. Photo: bastus917, ko.wikipedia

Le gardénia vient du sud de la Chine et d’autres régions asiatiques au climat doux. Il s’agit d’un arbuste subtropical qui pousse à des altitudes modérées à élevées où il obtient une combinaison de conditions de croissance assez spéciales pour une telle latitude : toujours frais, mais sans gel. Il tolère toutefois de courtes périodes de gel léger (les feuilles sont abîmées à partir d’environ -7 °C) et pourra alors croître dans les zones de rusticité 8 à 11, éventuellement dans certaines parties de la zone 7 s’il est bien protégé ou si vous choisissez un clone plus rustique que la normale, comme ‘Hardy Kleim’ ou ‘Frostproof’. Ainsi, on cultive le gardénia en plein air sur la côte Ouest et le Sud-est américains, dans le sud de la France et dans d’autres régions aux hivers frais, mais peu sujets au gel.

Mais pour la vaste majorité des lecteurs de ce blogue, qui vivent dans des régions aux hivers froids, le gardénia doit nécessairement être cultivé à l’abri, du moins pendant les mois d’hiver.

Plante de serre froide vendue comme plante d’appartement

20171014C

Gardénia cultivé en pot. On le vend comme plante d’intérieur, mais en fait, il s’agit plutôt d’une plante de serre froide ou de véranda.

La culture de cette plante à l’intérieur dans un logement typique est plutôt compliquée. Ceux qui réussissent le mieux avec le gardénia disposent d’une serre peu chauffée ou d’une véranda ensoleillée où il fait frais l’hiver, mais sans risque de gel. Si la température demeure chaude à l’année, le cas typique dans la plupart des maisons, les boutons floraux ne se forment pas ou avortent assez rapidement. Les températures peuvent friser le gel l’hiver, mais doivent se réchauffer au printemps, période où les boutons floraux se forment. Visez à cette saison une température nocturne de 15 à 18 °C et rarement plus de 21 °C le jour.

Il faut aussi une forte humidité ambiante en tout temps : au moins 50 %. L’hiver, il serait sage de faire fonctionner un humidificateur pour obtenir l’atmosphère humide nécessaire ou de cultiver la plante sur un plateau humidifiant. Vaporiser son feuillage, autrefois recommandé pour augmenter l’humidité, change très peu l’humidité ambiante et a la fâcheuse tendance de tacher les feuilles et d’abîmer les fleurs.

20171014F www.fast-growing-trees.com

On vend parfois des gardénias sur tige. Ils ne sont pas moins capricieux que les formes arbustives. Photo: www.fast-growing-trees.com

Le terreau doit être plutôt acide : un pH d’environ 5,0 à 6,5. À cet effet, lors du rempotage, si votre plante survit assez longtemps pour avoir besoin d’un tel traitement, mélangez deux tiers de tourbe horticole (Amérique) ou de terre de bruyère (Europe) à un terreau commercial pour plantes d’intérieur. De préférence, arrosez avec de l’eau de pluie, car l’eau du robinet tend à être alcaline. Il existe aussi des engrais pour plantes acidophiles qui peuvent être utiles pour maintenir le pH du terreau au bon niveau.

Quant aux arrosages, pour une fois, il n’y a rien de très spécial à souligner. Arrosez abondamment quand le terreau commence à s’assécher, un traitement somme toute assez typique pour une plante d’intérieur. Attention! La plante perd rapidement des feuilles quand on la laisse trop sécher.

Et non, on ne peut pas mettre cette plante en dormance, sans eau et à la noirceur, comme on fait parfois avec les pélargoniums et les hibiscus. Le gardénia demande lumière, bonne humidité et arrosages à l’année.

L’hiver, dans la maison, quand le soleil est naturellement faible, le plein soleil est recommandé, mais quand l’intérieur commence à se réchauffer au printemps, mieux vaut déplacer le gardénia à la mi-ombre ou du moins éviter le plein soleil aux heures les plus chaudes.

Le choc du transport

Typiquement, les gardénias sont produits en serre froide et vendus en fleurs au printemps ou au début de l’été. En jardinerie, ils sont typiquement placés en serre où ils profitent tout naturellement d’une forte humidité ambiante et demeurent alors en bon état jusqu’à la vente.

20171014D HC

Peu de temps après l’arrivée à la maison, les fleurs et les boutons brunissent et tombent. Photo: jardinierparesseux.com

Le problème est que le jardinier novice ne sait pas que cette plante tolère mal l’air sec. Le résultat est que les fleurs et les boutons tombent assez rapidement une fois qu’il rapporte son trésor à la maison, d’autant plus que le gardénia est tout naturellement peu enclin à accepter les changements majeurs dans ses conditions de culture sans montrer sa détresse. Il faut vraiment assurer une très forte humidité quand vous le rapportez à la maison !

L’été, mieux vaut placer votre gardénia à l’extérieur, à la mi-ombre. Il y profitera beaucoup du mouvement d’air et des pluies tout naturellement acides. N’oubliez pas toutefois de l’arroser régulièrement, toujours avec de l’eau de pluie, car les plantes en pot sèchent très rapidement. Rentrez-le dès le début de l’automne.

Je n’en cultive pas

Tristement, je n’ai pas les conditions nécessaires pour cultiver un gardénia, du moins pendant l’hiver. Ma maison est trop chauffée, tout simplement : je ne peux vraiment pas lui accorder la fraîcheur dont il a besoin. Cela étant, pourquoi faire souffrir une plante inutilement ?

C’est pour cela que je me suis résigné à ne plus cultiver des gardénias… mais j’adore les voir — et les humer! – quand je suis en voyage!20171014C

Publicités

4 réflexions sur “Pourquoi je ne cultive pas de gardénias

  1. Michèle B.

    Et que dire du problèmes des cochenilles!! Aucun de mes gardénias n’y échappent, année après année…. Mais j’en rachète, je suis complètement accro à ce parfum envoutant! Soupir!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s