Des «annuelles» à bouturer à l’automne

Par défaut
20170905A.jpg

Beaucoup de soi-disant annuelles, comme ce bégonia Dragon Wing® Red, sont en fait des plantes pérennes sous d’autres climats et on peut les bouturer. Photo: Proven Winners

Beaucoup d’«annuelles» ne sont pas de véritables annuelles. C’est le cas des coléus, des fuchsias, des pélargoniums et de beaucoup d’autres variétés. Ces plantes sont des plantes pérennes dans les tropiques; c’est seulement dans les pays aux hivers froids qu’elles se comportent comme des annuelles et meurent avec l’arrivée des gels.

Cela veut dire que vous pouvez les «sauver» du froid en prélevant des boutures… et la fin d’été/début d’automne est la période idéale pour y procéder . Il ne reste qu’à faire enraciner ces boutures et à les garder en croissance pendant l’hiver dans votre demeure. Voici comment faire:

Réussir le bouturage

Prélevez une tige de la plante en question. Une bouture de 10 cm de longueur convient pour les plantes basses, une de 15 à 20 cm pour les plantes plus grandes. Rincez bien avant de l’apporter dans la maison pour éliminer tout insecte qui pourrait s’y cacher.

20170905B myurbanfarmscape.com.jpg

Bouture de coléus. Photo: myurbanfarmscape.com

Supprimez toute fleur ou capsule de graines trouvée sur la tige (fleurir ou fructifier affaiblira la plante et vous voudriez qu’elle mette toutes ses énergies à produire des racines). Enlevez aussi toute feuille qui se trouvera enterrée lors de la mise en pot: généralement quelques feuilles à la base de chaque bouture. Enfin, «pincez» (coupez) l’autre extrémité de la tige pour stimuler une meilleure ramification.

20170905C lowes.com.jpg

Appliquez une hormone d’enracinement sur les boutures ligneuses. Photo: lowes.com

Pour les plantes ligneuses ou semi-ligneuses (aux tiges de bois, comme l’hibiscus, le pélargonium ou le fuchsia), badigeonnez une hormone d’enracinement (offerte en jardinerie) sur la partie inférieure de la tige. Dans le cas des plantes à tige molle (bégonias, impatientes, pétunias, etc.), aucune hormone n’est nécessaire.

20170905D - 1500.jpeg

Boutures  cultivées à l’étouffée. Illus. tirée du livre Les 1500 trucs du jardinier paresseux

Insérez les boutures dans un petit pot rempli de terreau humide. Préférez un terreau qui contient des mycorhizes (champignons bénéfiques). Recouvrez la bouture d’un sac de plastique ou d’un dôme transparent pour créer un «effet de serre», bénéfique à l’enracinement. C’est qu’on appelle une culture à l’étouffée. Maintenant, placez la bouture devant une fenêtre à l’est, en retrait d’une fenêtre au sud ou à l’ouest ou sous une lampe fluorescente, dans une pièce plutôt chaude (18°C ou plus).

Après 2 à 8 semaines, quand vous voyez de jeunes feuilles apparaître, enlevez le dôme ou le sac: l’apparition de nouvelles feuilles indique que la bouture est enracinée et est désormais devenue une nouvelle plante. À ce moment, vous pouvez placer la plante devant une fenêtre plus ensoleillée si nécessaire.

Pendant l’hiver, assurez un bon éclairage et des arrosages au besoin. Augmentez l’humidité au moyen d’un humidificateur ou d’un plateau humidifiant. Au mois de mars, vous pouvez prendre d’autres boutures à partir de vos plantes bouturées, assez pour remplir votre prochain jardin estival de fleurs!

Annuelles qui se bouturent

On peut bouturer un nombre surprenant de soi-disant annuelles, dont les variétés suivantes:

  1. Abutilon (Abutilon × hybridum)
  2. Acalypha ou queue-de-chat (Acalypha spp.)
  3. Agérate (Ageratum houstonianum)
  4. Alternanthère (Alternanthera spp.)
  5. Alysse odorante hybride (Lobularia ×)
  6. Angélonia (Angelonia spp.)
  7. Bacopa (Sutera cordata)
  8. Bégonia (Begonia spp.)
  9. Browallia (Browallia spp.)
  10. Calibrachoa ou Million Bells (Calibrachoa spp.)
  11. Capucine (Tropaeolum majus)
  12. Coléus (Plectranthus scutellarioides)
  13. Cuphéa ou plante cigarette (Cuphea spp.)
  14. Diascia (Diascia spp.)
  15. Dichondra argenté (Dichondra argentea)
  16. Duranta (Duranta spp.)
  17. Étoile de Bethléem (Solanum jasminoides)
  18. Euphorbe (Euphorbia spp.)
  19. Fuchsia (Fuchsia spp.)
  20. Héliotrope (Heliotropium arborescens)
  21. Hibiscus (Hibsicus rosa-sinensis)
  22. Impatiens (Impatiens spp.)
  23. Irésine (Iresine spp.)
  24. Lantana (Lantana camara)
  25. Mandevilla ou dipladenia (Mandevilla spp.)
  26. Marguerite de Paris (Argyranthemum spp.)
  27. Misère ou éphémère (Tradescantia spp.)
  28. Patate douce ornementale (Ipomoea batatas)
  29. Pélargonium ou géranium (Pelargonium spp.)
  30. Pénnisetum rouge (Pennisetum x advena ‘Rubrum’, anciennement P. setaceum ‘Rubrum’)
  31. Pentas (Pentas spp.)
  32. Pétunia (Petunia × atkinsiana)
  33. Plante aux éphélides (Hypoestes phyllostachya)
  34. Plectranthus (Plectranthus spp.)
  35. Pourpier (Portulaca spp.)
  36. Sauge (Salvia spp.)
  37. Scaevola (Scaevola spp.)
  38. Streptocarpella ou violette dauphine (Streptocarpella spp.)
  39. Verveine (Verbena × hybrida)20170905B myurbanfarmscape.com
Publicités

3 réflexions sur “Des «annuelles» à bouturer à l’automne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s