La vérité au sujet des gourmands de tomate

Par défaut
20170708A

Ce soit-disant gourmand est en fait une tige secondaire.

Chaque fois que j’ose expliquer ce qui se passe réellement avec les «gourmands» des tomates, ceux que tout le monde nous dit de supprimer, cela suscite un tel tollé que j’en ai pour des semaines de courriels haineux de la part des jardiniers choqués. On dirait qu’ils ne veulent pas entendre la vérité sur la situation, que le concept de «gourmand» leur est si précieux qu’ils y tiennent précieusement.

Mais parfois, il vaut la peine d’entendre la réalité.

Et la réalité est que les tomates ne produisent pas de gourmands. Et l’on ne peut pas supprimer quelque chose qui n’existe pas!

Le mot juste

Un gourmand est, par définition, une tige qui ne produit pas. Or les soi-disant gourmands des tomates (si on les laisse pousser, bien sûr) produiront fleurs et fruits. Ces «gourmands», qui poussent à l’aisselle des feuilles, ne sont pas autre chose que des tiges secondaires. Les laisser pousser peut même presque doubler la récolte de tomates si les conditions sont bonnes.

Un gourmand sape l’énergie, une tige feuillue en donne

20170708B Digo Paul.jpg

Le mot gourmand est péjoratif. Illus. Digo Paul

Le mot «gourmand» est lourd de sens et est nettement péjoratif. Quand on l’entend, on imagine que le gourmand sape l’énergie de la plante. Au contraire, le mot «tige», le vrai terme, n’est ni négatif ni positif.

Peut-on au moins, avant de continuer la conversation, appeler les choses par leur nom et donner aux pousses qui paraissent à l’aisselle des feuilles leur vrai nom, soit tige (ou branche, si vous préférez), avant d’aller plus loin?

Car les tiges secondaires qui poussent sur les tomates ne sapent pas l’énergie de la plante. Bien au contraire, elles lui fournissent de l’énergie.

On se rappelle que toute l’énergie des végétaux vient de la photosynthèse et que la photosynthèse est faite par les parties vertes de la plante. Et ces tiges secondaires sont non seulement vertes, mais portent des feuilles, beaucoup de feuilles. Plus une plante de tomate a de feuilles, plus elle aura de l’énergie. C’est aussi simple que cela.

Pourquoi alors supprime-t-on les tiges secondaires?

Des générations de jardinier ont appris à supprimer les tiges secondaires. Même mon père a toujours insisté sur le fait que cette taille était importante. D’ailleurs, la pratique est aujourd’hui si bien ancrée qu’on oublie pourquoi on l’applique. Voici la raison:

20170708C tomatodirt.com.jpg

Quand on fixe une tomate sur un tuteur unique, on n’a presque pas d’autre choix que de supprimer les tiges secondaires. Photo: tomatodirt.com

Quand on tuteure une plante de tomate pour l’élever du sol, il y a une limite au nombre de tiges qu’on peut fixer au support. Nos ancêtres ont pris la décision de supprimer les tiges secondaires de façon à mieux pouvoir monter la plante sur son support, puis de planter plus serré pour essayer de compenser. Quand on utilise un seul tuteur, habituellement on ne conserve qu’une tige, la principale, et l’on supprime les autres. Quand on utilise deux tuteurs, on laisse pousser une deuxième tige et l’on supprime les autres.

Donc, la suppression des tiges secondaires était à l’origine strictement une question de technique de  tuteurage.

20170708D Hort.jpg

Avec une cage à tomate de la bonne taille, la suppression es tiges secondaires n’est plus nécessaire. Image tirée du livre Les 1500 trucs du jardiner paresseux de Larry Hodgson.

L’arrivée des cages de tomate dans la deuxième moitié du 20e siècle a changé la donne. Comme elles supportent la plante de tous les côtés, il n’était plus nécessaire de supprimer les tiges secondaires. Dès qu’une tige sort de la cage, on la repousse à l’intérieur, tout simplement. Sauf que la plupart des jardiniers continuent de les supprimer, par tradition, sans même se demander pourquoi ils le font.

Évidemment, les petites cages à tomate courantes sont conçues pour les tomates déterminées, soit les plantes relativement petites. Pour supporter une tomate indéterminée, comme la populaire et très vigoureuse tomate cerise ‘Sweet 100’, une énorme plante aux tiges multiples, il faut une grande cage à tomate. Elles sont moins courantes, mais on peut quand même en trouver sur le marché ou encore s’en fabriquer.

Si vous utilisez une cage à tomates de taille appropriée, il n’est plus nécessaire de supprimer les tiges secondaires.

L’avantage de la suppression des tiges secondaires

20170708E onlytomatoseeds.com.jpg

Pour obtenir une tomate géante, cultivez une variété à gros fruits et supprimez tous les fruits sauf un. Photo: onlytomatoseeds.com

Il y a quand même un avantage à supprimer les tiges secondaires. Comme la plante produit moins de fruits, elle mettra un peu plus d’énergie dans sa récolte réduite et les fruits seront légèrement plus gros.

Les avantages de ne pas supprimer les tiges secondaires

20170708E simplyfreshdinners.jpg

Quand les conditions sont bonnes, les tomates non taillées donnent presque deux fois plus de tomates que les tomates taillées, mais elles sont légèrement plus petites. (Cette illustration est un montage pour souligner la différence entre les deux techniques, mais ne montre pas les résultats d’une expérience actuelle.)  Photo adaptée de: simplyfreshdinners

Si vous ne supprimez pas les tiges secondaires, vous obtiendrez environ 2 fois plus de tomates (quand les conditions sont bonnes, 1½ plus sous des conditions moyennes), mais elles seront d’une taille légèrement inférieure aux tomates produites par une plante taillée. Par contre, elles ont souvent meilleur goût, car la plante a plus de feuilles et donc plus d’énergie… et la plante convertit l’énergie solaire en sucre.

Évidemment, le plus grand avantage de ne pas supprimer les tiges secondaires est que cela vous demande moins d’efforts. Vive la paresse dans le jardinage!

Fausses croyances

La croyance que laisser pousser toutes les branches ralentira la récolte est fausse. Une tomate non taillée produira aussi rapidement qu’une tomate taillée. Après tout, elle a plus d’énergie pour le faire.

20170708F Scot Nelson, Flickr.jpg

Insolation  causée par une exposition subite au soleil. Photo: Scot Nelson, Flickr

Oui, diront certains, mais les fruits doivent être exposés au soleil pour mûrir et donc une plante taillée, qui a nettement moins de feuillage pour cacher les fruits, verra ses fruits mûrir plus vite. Mais en fait, ce n’est pas le cas: même les fruits complètement cachés par le feuillage mûrissent parfaitement bien. C’est le feuillage qui doit être exposé au soleil, pas les fruits. D’ailleurs, les fruits subitement exposés directement au soleil à la suite d’une taille peuvent prendre une insolation (coup de soleil), comme dans la photo.

Les jardiniers des régions froides qui prétendent que, à cause de leur saison de croissance courte, il leur faut supprimer les branches secondaires pour accélérer le mûrissement, se trompent aussi. D’accord, en fin de saison, supprimer les fleurs et les fruits qui n’auront pas le temps de mûrir et donc qui utilisent inutilement l’énergie de la plante, peut être utile pour améliorer le goût des tomates restantes, mais si possible, laissez le feuillage intact. Je répète, plus la tomate a de feuilles vertes, plus elle disposera d’énergie… un grand avantage quand votre saison de croissance est courte.

Une taille à faire

Peu importe votre façon de cultiver les tomates, il est toujours important de supprimer les feuilles jaunies. Elles ne contribuent plus à la croissance de la plante et peuvent abriter des maladies.

Alors, on taille ou on ne taille pas?

Maintenant que vous savez un peu plus sur la situation, c’est à vous de décider si vous supprimez ou non les tiges secondaires. Mais moi, je ne taille pas.

Et maintenant, défoulez-vous!

Je vous l’avais dit, certains jardiniers deviennent fous de rage quand je suggère qu’il est parfaitement acceptable de ne pas supprimer les tiges secondaires (ils tiennent au terme «gourmand») des tomates. Ajoutez alors vos commentaires ci-dessous.20170708A

265 réflexions sur “La vérité au sujet des gourmands de tomate

  1. Attila, Richard KERTESZ

    Je suis d’accord avec le fait de ne pas supprimer tous les gourmands, personnellement j’attends
    que certains aient atteint 15 cm et je les coupe et je les plonge dans l’eau pendant 15 jours,ils produisent des racines et je les replante. Ce qui me permet d’avoir, en serre, d’avoir des tomates
    jusqu’à Noël, je me trouve en Bretagne, pour ce qui est du tuteurage, je suspends du grillage
    et je l’utilise comme tuteur, très efficace quel que soit le nombre de pieds de tomates.

    • geronimo

      Bonjour,
      je fais exactement pareil que vous et cela fonctionne parfaitement bien pour ma part egalement. De plus je precise que mes cutlures sont en pots (donc moins de ressources qu en pleine terre) cumulé à des plants de tomates du célèbre pascal Poot, j ai des plants vigoureux qui ne craignent pas le manque d eau. avec cette technique j offre des plants issus de « gourmand » a mon entourage. vive le partage.

  2. Moi je ne supprime aucune tige et je ne les accroche je ne les tuteure pas non plus quand une branche secondaire touche le sol je remet de la terre dessus et elle reforme des racines donc plus de nourriture ma tige mère devient tres grosse et forte alors j’ai déja eu 226 tomates dans un seul plant indéterminé et plus vite vous les mettez dans la terre au mois de mai et plus vite le plant grossira et formera de belle grosse tomate car la tige secondaire qui fait des racines devient un plant mère et tu n’as que respecter la nature et moi je mets du paillis pour empêcher mes tomates de toucher le sol et pourrir voilà ceci est ma façon de faire et toute les façons sont bonne selon chaque personnes

    • Momo

      Je fais exactement la même chose que vous et c’est génial. Plus de tuteur plus de taillage juste à les regarder pousser sur ma permaculture

    • Elodie Verdier

      pareil pour moi, je ne m’embête vraiment pas avec mes tomates, je les laisse vivre leur vie et j’ai de très belles récoltes. je vais mettre de la terre sur les branches du sol pour voir ce qui se passe, merci pour l’idée !

  3. Nad

    Bonjour
    Je suis tout à fait d’accord il ne faut pas enlever les gourmands…je les ai toujours enlevé jusqu’à cette année
    Mes pieds de tomates étaient rachitiques et pas beaucoup de fruits…
    Cette année j ai fait la parraisseuse…(heu …enfin presque…)
    Je devrais plutôt dire j ai laisser la plante faire…
    Et je n’ai jamais eu autant de tomates….malgré pas mal de perte à cause du mildiou mais j ai coupé toutes les feuilles et fruits atteints bouillie bordelaise….et ça continue à rougir..et nous a nous régalés…

  4. Precious Thym

    Enfin! Quelqu’un qui pense comme moi! Plus de feuilles plus d’énergie…
    Mon voisin, un vieux jardinier n »enlevait aucunes feuilles et laissait ses tomates, concombres et courges ramper. Il mettait des cartons sous les plants afin de protéger les racines de la chaleur intense et ainsi garder l’humidité et que les fruits ne touchent pas le sol. Il disait que c’était pour empêcher les fruits de pourrir.
    Personnellement, les saisons où je n’ai pas enlevé les « gourmands », et que j’ai déposé des feuilles mortes et des copeaux de bois, les plants ont donné une abondance de fruits.
    Chacun sa façon, mais celle-ci me donne un meilleur rendement. Bon jardinage!

    • alphonse wasnaire

      En fait vous hésitez encore, faut-il? Faut-il pas? Un conseil, inscrivez-vous à un cercle horticole près des chez vous. C’est la meilleure façon de respecter les conseils de nos parents et grands parents. Il ne faut pas improviser et taper des mots en l’air.
      LES JARDINS bRAINOIS

      • CÉCILE LABONNE

        Bonjour!
        Je pense au contraire qu’un jardin est un vrai terrain improvisation et d’expérimentation 🙂 Nos grands-mères ont certes des choses à nous apprendre mais nous devons aussi apprendre à désapprendre, comme d’arrêter d’enlever les « mauvaises herbes » par exemple.

        Merci pour ce post !

  5. Marie Verschueren

    L’an dernier on a laissé les tiges secondaires sur la plupart des plants mais ils sont devenus des buissons énormes qui retombaient sur le sol du fait du poids des tomates. (On n’avait pas ces cages dont vous parlez; je n’en ai d’ailleurs jamais vu.) Aussi, elles ont mis un temps fou à mûrir. Il n’y avait quasi que les tomates cerises qui sont arrivées à maturité.

  6. bruno carriere

    Moi j’enlève les tiges les plus faibles et garde celles qui semblent énergiques En d’autres mots, je suis sélectif. Le résultat, de beaux pieds de tomates, beaucoup de feuilles, oui c’est important le feuillage, elles empêchent les fruits de murir trop vite donc meilleur goût. C’est comme tailler un arbre, c’est comme une coupe de cheveux, ca fait du bien.

  7. Destruel Régine

    Merci, enfin un message clair et qui en plus m’arrange bien. J’avais décidé de laisser mes tomates se débrouiller toutes seules ou presque.
    Puisque vous avez l’air d’en connaitre un rayon sur le sujet, pouvez vous m’aiguiller sur l’arrosage ? C’est pareil que pour les fameux « gourmands » !!! Tous les jours, jamais, juste au moment de la plantation. J’habite à la limite de l’Aveyron et du Lot (Causses et Quercy) il fait chaud et sec.
    Merci pour vos conseils

    • Il n’y a pas de fréquence spécifique pour l’arrosage. Le secret, c’est d’arroser quand la terre commence à s’assécher et donc, l’arrosage variera selon les facteurs différents comme la pluie, la température, la taille des plantes, etc. Paillez peut aider énormément à maintenir une humidité assez égale.

      • Augay

        Bonjour, la question de l’arrosage s’aborde de plusieurs façons . Mais le bon sens du jardinier doit l’emporter. On dit que trop arroser rend « fainéant » la plante, certes, mais il lui faut aussi un minimum. La paillage est à mon sens l’atout majeur incontournable , comme le choix de l’ heure, tôt le matin et tard le soir. Vos avis sont les bienvenus si je suis dans l’erreur… 😁

      • jschindlagro

        L’arrosage dépend aussi du type de graines que vous avez planté. Si vous sélectionnez vos propres graines en choisissant de ne pas arroser, vous aurez la première année des rendements catastrophiques, mais au fur et à mesure les plantes s’acclimateront à ne pas être arrosées.
        Par contre si vous voulez favoriser la production à partir de graines du commerce (même bio), l’arrosage est indispensable pour une bonne production. Pour connaître la fréquence d’arrosage, testez l’humidité du sol sous votre paillage au toucher, la terre doit toujours être humide comme une éponge essorée. Vous pouvez regarder l’état des feuilles, si elles ont tendance à se recroqueviller, c’est que la plante a vraiment soif!

  8. Jayme Guy

    Je ne supprime aucune tige. Cette année je teste la culture en cage, le dessin au-dessus est faux, l’intérêt de la culture en cage c’est qu’on peut mettre une dizaine de pieds dans un cercle de 80cm de diamètre. On multiplie par 3 la quantité de tomate au m2 tout est plus facile. Des la première semaine on voit la différence avec les tomates en ligne, c’est impressionnant.

  9. Merci pour ce super article!

    Avez-vous des informations sur l’effet de la taille de la tomate sur les maladies?

    Il me semble que la taille favorise la circulation de l’air entre les feuilles et donc évite la propagation des maladies fongiques.
    Cela doit aussi dépendre du climat et micro-climat local (air sec ou humide, vent, haie…) et de la sensibilité des variétés. Donc à chacun de faire ses propres expérimentations…

    • Larry Hodgson

      Je n’ai pas vu d’études officielles sur le sujet, malheureusement, mais dans un jardin communautaire, vous noterez que le feuillage des tomates non taillées tend à rester vert tout l’été alors que les plantes taillées sont souvent dégarnies à la base ou ont beaucoup de feuilles jaunes à cause de maladies foliaires. J’ai toujours présumer que c’était parce que tailler fait étendre les maladies, laissant des blessures par lesquelles elles peuvent pénétrer les plantes.

    • Ted

      Pourtant à chaque fois que l’on taille, c’est une cicatrice, et donc une porte ouverte pour les maladies, en particulier le mildiou qui est un champignon. Donc tailler favorise le mildiou

  10. Emilie

    Bonjour. Article intéressant, merci, car avec tout ce que l’on entend et les « écoles différentes » à ce sujet, que chacun fasse ce qu’il veut. Pas besoin d’agresser une personne à un avis différent.
    Merci à vous.

      • Vanessa

        Si vous avez plusieurs pieds vous pouvez faire comme d’habitude sauf 1 que vous laissez pousser à sa guise sans le tailler, c’est le meilleur moyen de vous rendre compte par vous même de la différence entre les 2 méthodes et celle que vous souhaitez conserver 🙂

  11. Cyril Vergne

    Je suis tout a fait d’accord sur la théorie :). En pratique, j’ai quand même la sensation qu’un pied de tomate touffus a beaucoup plus tendance a développer du mildiou. Mais ce n’est que ma jeune expérience sur 4 ans, a voir dans le temps…

  12. Charline de baetd

    En vacances en charente j ai vu chez un cultivateur local les plants des tomates courrir sur le sol comme les courgettes et autres cucurbitacees et des productions extraordinaires mais evidemment non calibrees mais tellement gouteuses
    .

      • Simonddartois

        Mon père les laissé courir mais même en altitude ds le sud de la Drôme le terrain est sec: moins de maladie et au sol elles sont moins chahuté par le vent. Chez moi à 750 m d’altitude en Isère nous avons plus d’humidité : je tuteure et j’abrite de la pluie. On a tous les deux de bons resultats…

  13. Gisèle

    Nous avons une petite serre faite maison dans laquelle nous faisons pousser tomates, basilic et poivrons sur trois planches d’environ 60-75 cm. Pensez-vous qu’il est possible d’appliquer votre méthode pour les tomates? Merci!

  14. Chantal

    Depuis je lis vos chroniques je devient un petit jardinier en herbe votre simplicité est magique . tout mes amis me demande ou j apprend tout mes trucs et vous suivent maintenant . un seul mot ; merci . encore une fois cet article est pertinent .je crois que la nature a pas besoin de nous a part pour réparer ce que l on detruit.

  15. Christiane gallo

    Bonjour, mes plants de tomates sont en serre (genre tunnel) je pensais faire courir mes plants sur des cordes suspendues. Préférable d’enlever les gourmands non?

  16. Marc

    ou l’art de remplacer certaines fausses croyances … par d’autres fausses croyances.

    d’accord, le terme de « gourmand » est quelque peu inapproprié (je préfère moi-même parler de ramifications), mais c’est là un détail, et il reste assez populaire. l’essentiel est quand-même de se faire comprendre.

    « Si vous ne supprimez pas les tiges secondaires, vous obtiendrez environ 2 fois plus de tomates (quand les conditions sont bonnes, 1½ plus sous des conditions moyennes), mais elles seront d’une taille légèrement inférieure aux tomates produites par une plante taillée » :

    2 fois plus ? en poids ou en nombre ? la photo d’illustration n’est certainement pas contractuelle, puisqu’il s’agit simplement d’un dupliqué/collé. par ailleurs, il est important de noter que sur l’espace occupé par un plant non taillé, il est très certainement possible d’en cultiver 3 (au moins) taillés et tuteurés ! par conséquent, même en admettant la validité (en poids) des chiffres susmentionnés, la taille reste avantageuse si l’on considère le ratio « poids des fruits »/ »surface cultivée ».

    « Par contre, elles ont souvent meilleur goût, car la plante a plus de feuilles et donc plus d’énergie… et la plante convertit l’énergie solaire en sucre » :

    affirmation gratuite par ailleurs difficile à vérifier de par son caractère subjectif. la plante à certes plus de feuilles, mais aussi plus de fruits ! et le ratio feuilles/fruits est à priori identique à celui d’un plant taillé, puisque les ramifications sont identiques en tout point à la tige principale. certes on ne peut pas exclure pour autant que l’un ou l’autre mode de culture produise des fruits plus sucrés, mais il faudrait alors le déterminer objectivement par des mesures (à l’aide d’un réfractomètre par exemple). si toutefois il y avait une différence (à l’avantage de la non-taille), la raison susmentionnée ne saurait en être la cause.

    « les fruits complètement cachés par le feuillage mûrissent parfaitement bien. C’est le feuillage qui doit être exposé au soleil, pas les fruits. D’ailleurs, les fruits subitement exposés directement au soleil à la suite d’une taille peuvent prendre une insolation (coup de soleil), comme dans la photo » :

    nous sommes d’accord : pour les espèces climactériques comme la tomate, le mûrissement est avant tout lié à l’action d’une hormone (l’éthylène). on pourrait cependant arguer que la température – et donc potentiellement le degré d’insolation des fruits – puisse aussi avoir une influence sur la maturation. par ailleurs, il peut arriver (surtout en fin de saison) que des fruits pourrissent justement parce qu’ils sont occultés par un fouillis végétal. les plants eux-même, lorsqu’ils ne sont pas taillés, ont une propension accrue à développer des maladies cryptogamiques.

    bref ayant moi-même testé les deux méthodes, je préfère continuer à tailler mes plants de tomate. c’est finalement moins de travail et plus de satisfaction ! le peu de travail que représente la suppression des ramifications (lorsqu’elles font 1 à 2 cm de long et peuvent donc être supprimées à la main sans le moindre outil) est récompensé par un rendement supérieur, une récolte bien plus aisée et des fruits d’un beau calibre.

  17. Lem

    Moins de travail,moins de travail c’est très vite dit à mon avis car c’est plus vite fait de tailler une « ramification » que de la tuteurée tout le long de la saison!

  18. POUZALGUES

    Bonjour
    Ha ça me fait plaisir de ne pas tailler les pieds de tomates car je le faisais déjà mais je suis la seule de mon entourage 😉

  19. Séverine

    Bonjour ! Moi je suis novice et je ne savais même pas que certaines personnes taillaient leurs tomates ! 😀 Dans mon jardin, je ne taille presque rien. Que les branches de pin quand elles abîment mes roses ou certains arbustes qui m’empêchent d’accéder au potager. J’essaie de limiter l’anthropocentrisme.

  20. MALLIFAUD

    Bonjour, je suis d’accord avec vous pour les tomates.
    Et les « gourmands » pour les fraisiers, faut-ils les supprimer ? Je vais mettre mes fraisiers dans une serre, en hauteur avec les fruits qui pendent le long des bacs …

  21. FOURNIER

    article très intéressant! perso, je garde beaucoup de « tiges secondaires » et je suis toujours très satisfait de mes récoltes!

  22. Mercier Philippe

    J’ai testé les 2 méthodes et j’ai choisi d’enlever des tiges secondaires, je n’en garde que 2.C’est seulement en effet pour les tuteuré plus facilement et avoir des fruits plus gros. Par contre je ne fais pas avec les tomates cerises.

  23. Magali

    merci pour l’article ! je suis tout à fait d’accord avec vous et je ne taille pas mes pieds de tomates qui donnent effectivement beaucoup de fruits ainsi ! j’accroche les branches secondaires au fur et à mesure de la pousse et laisse le plant prospérer joyeusement et abondamment 🙂

  24. Sophie

    Merci pour cet article plein d’infos. J’ai des amis qui ne tuteurent plus leurs tomates et ils ont des productions étonnantes même si les tomates sont sous les feuilles elles sont bonnes et magnifiques. Cela me confirme dans ma pratique de ne pas supprimer les branches secondaires…. vive les forêts de tuteurs !

  25. Ced

    J’en enlève un peu (au début) c’est juste qu je plante serré dans des bacs et que ça devient la jungle et que je ne peux plus passer entre les bacs!!!! Pour ce qui est de la maturité des tomates cachées sous les feuilles ça je l’ai aussi constaté depuis longtemps donc vivent les feuilles!!!!

  26. Soren

    Est-ce que le même principe est valable pour les concombres et courgettes ? Pas tailler, juste laisser pousser ? Parce que là aussi il y a toute une série d’instructions concernant le taillage, notamment en ce qui concerne le concombres. Merci de votre réponse.

  27. Ramasser moitié moins de tomates plus grosses en tuteurant moins à du sens. La solution du paresseux m’apparaît être de tout laisser pousser sur un sol paillé
    Merci pour cette article et cette enfilade d’idées expérimentées.

  28. Le Gall

    Bonjour jardinier paresseux. Plein de bon sens. Je ne mets que des tomates cerises, est ce valable également ? Un grand merci pour tous ces conseils

  29. fath

    Informations très intéressantes et discours très pédagogique et ouvert… Pour cette année c’est trop tard, j’ai deja fait la chasse aux gourmands! Argh !! Mais l’année prochaine je testerais les 2: la taille et le tuteurage en palissade. Merci à vous.

  30. michel roberge

    Avec la même variété de tomates année après année l’an passé mes tomates étaient pâteuses donc beaucoup moins délicieuse, pourquoi?

  31. Tom

    Bonjour à tous et avant toutes choses merci pour cette article 😁
    Je valide à 400 %, observer la nature, comprendre la nature, et reproduire la nature et la chose la plus seine qu’il soi…
    Le mots gourmand c’est quand ont coupe ça tomate remplie de chair, et qu’on en apprécié le goût avec « gourmand »ise…

    • Vous la placez en début de saison. La plante pousse à l’intérieur et monte peu à peu. La cage l’appuie de tout côté, donc nul besoin de l’attacher. Par contre, si des branches sortent des confins de la cage, on les repoussent à l’intérieur.

  32. Patrice

    C’est amusant, mais c’est exactement ce que je fais depuis des années, je laisse pousser ces branches secondaires qui, en plus, ont l’avantage de pousser droit vers le haut au lieu des autres branches qui ont tendance à pousser vers le bas. Quand vous dites que la taille des tomates est moins grosse que celle des plants que l’on taille, là je ne suis pas d’accord. Dommage que je ne puisse pas poster des photos parce que vous verriez que les miennes sont très grosses et certaines énormes !.. Quoi qu’il en soit, je suis ravi de voir que j’avais raison d’agir ainsi, et spontanément, depuis des années !.. Belle soirée !..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.