Rusticité des végétaux Truc du jour

Comprendre les zones de rusticité

20170704A.jpg
Carte de rusticité du Canada. Illus.: Ressources naturelles Canada

Que de confusion en ce qui a trait aux zones de rusticité, ce classement des plantes par Agriculture Canada et Ressources naturelles Canada selon le climat local! C’est pourtant si simple: trouvez votre zone de rusticité et achetez les plantes en vous basant sur cette donnée.

Comment trouver votre zone

Vous pouvez peut-être trouvez votre zone de rusticité sur la carte ci-dessus. Sinon, pour une carte que vous pouvez agrandir avantage, allez sur la carte interactive de Ressources naturelles Canada.

(Notez que j’utilise la carte de rusticité de 1961-1990, la version 1981-2001, réputée surestimer l’effet du réchauffement de la planète, n’ayant pas été acceptée par l’industrie horticole canadienne ni par les jardiniers amateurs.)

Cliquez sur le signe + pour agrandir la carte et tenez la souris enfoncée pendant que vous déplacez le curseur afin de trouver votre localité sur la carte.

Maintenant, comparez la couleur de la zone de votre localité à celle qui paraît sur le tableau des zones à droite pour trouver votre zone de rusticité.

Une fois que vous l’avez trouvée, prenez-en bien note: vous en aurez besoin encore et encore!

Une explication des zones de rusticité AgCan

Vous aurez remarqué qu’il y a dix zones sur la carte (0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 et 9). Plus le chiffre est petit, plus l’hiver est froid; plus il est élevé, plus l’hiver est doux. Dans la zone 0, aucune culture n’est possible: le sol est toujours gelé; dans la zone 9, on peut oser cultiver certains palmiers sans protection hivernale (Trachycarpus fortunei, par exemple). La vaste majorité des citoyens canadiens vivent dans les zones 3 à 6, aux hivers plutôt à très froids.

Chaque zone est de plus divisée en deux sous-zones: a et b. Ainsi, votre zone pourrait être zone 3a ou 3b; 5a ou 5b, etc. Comme avec les zones de rusticité, où plus le chiffre est petit, plus l’hiver est froid, c’est la même chose pour les deux lettres, la subdivision «a» étant plus froide que la subdivision «b ».

Pas si difficile, n’est-ce pas?

Comment utiliser les zones AgCan

13805_anunturinelimitate_ro_hotcold1.jpgMaintenant que vous connaissez et comprenez votre zone, il s’agit de chercher les plantes qui correspondent à votre zone ou à toute zone inférieure.

Ainsi, si vous vivez en zone 3b, il vous faut des plantes des zones 1a, 1b, 2a, 2b, 3a ou 3b (il n’y a pas de plantes cultivables en zone 0), mais pas des plantes des zones 4, 5 ou plus.

Si vous résidez dans la zone 5b, ou les hivers sont les plus doux au Québec, vous pouvez choisir parmi les plantes des zones 1a, 1b, 2a, 2b, 3a, 3b, 4a, 4b, 5a ou 5b, mais évitez les plantes de zone 6, 7, 8, etc.

En général, on indique la zone de rusticité minimale que la plante peut tolérer sur l’étiquette d’identification de la plante en pépinière, ce qui facilite la sélection. Sinon, on peut la trouver sur le web ou dans un livre.

Donc, un petit rappel: quand vous recherchez une plante qui conviendra à votre climat, il vous faut choisir une plante qui correspond à votre zone ou à une zone inférieure.

Aux États-Unis

20170704C.jpg
Carte de rusticité USDA. Illus.: USDA

Les Américains ont une carte de rusticité similaire à celle du Canada, la carte USDA, mais elle est décalée d’environ une zone par rapport au système canadien. Donc, si vous voyez la zone de rusticité sur une plante en vente aux États-Unis, sur un site web américain ou dans un livre américain, il faut mentalement additionner «1» au chiffre que vous voyez. Donc, une plante indiquée comme étant de zone 4b sur un site web américain serait en fait de zone 5b selon le système canadien.

En Europe

20170704E Fred L'Apiculteur.jpg
Les zones de rusticité sont peu utilisées en Europe. Illus.: source inconnue

Les zones de rusticité sont beaucoup moins utilisées en Europe, car le climat est beaucoup plus homogène… et beaucoup moins froid. En France, par exemple, plus de 90% de la population vit dans la zone 8 et les différences entre la zone 8a et 8b ne sont pas si grandes. Généralement, les pépiniéristes se contentent de mentionner que plante X aurait besoin de protection hivernale en région froide… et pour eux, la zone 7 est une région froide!


Les zones de rusticité: un outil si facile… quand vous les comprenez!20170704A

17 comments on “Comprendre les zones de rusticité

  1. Ping : Pourquoi j’adore les conifères nains – Jardinier paresseux

  2. Ping : Faut-il protéger un rosier rustique? – Jardinier paresseux

  3. Karus Body

    est ce je peu avoir la cartographie USDA qui correspend l’ALGERIE
    mon email : karus.body@yahoo.com

  4. Cecile Nadeau

    En 2019, peut-on utiliser les nouvelles zones de rusticité 1981-2010 du site de Ressources Naturelles Canada?

    Merci!

    • Oui. Il faut surtout éviter la version plus récente, (2015) qui, je pense, à été retirer par le gouvernement à cause des nombreuses erreurs, mais qui paraît encore dans certaines publications.

  5. edithlarose

    Pour la zone de rusticité, si je comprends bien, étant dans une zone 5, je peux prendre zone 5 en descendant (Zone 5 et -), mais non en montant (zone 6 et +).

    Merci et félicitations pour votre site 🙂

  6. Ping : 2020: L’année de l’hydrangée – Jardinier paresseux

  7. Caroline

    J’aimerais planter un lilas des indes ( zone 7) mais je suis sur la rive-sud de montreal, donc zone 5-6. L’arbre va-t-il survivre ou pas du tout?

    • Pas du tout. Il existe des variétés naines qui peuvent servir de plantes en pot, donc que vous pouvez rentrez pour l’hiver, mais on ne les voit pas sur le marché.

  8. Ping : Ateliers du Festival de l’agriculture urbaine en ligne

  9. Ping : Question sur les zones de rusticité – Jardinier paresseux

  10. Ping : Oui, on peut planter les vivaces à l’automne! – Jardinier paresseux

  11. Ping : Quand les zones de rusticité nous mentent – Jardinier paresseux

  12. Bonjour
    Je suis française vivant en région méditerranéenne zone 8b-9. Et j’ai bien ri en lisant « pour eux la région 7 est une région froide ». C’est tellement vrai !
    Chez nous le problème se pose à l’inverse de savoir ce qui va tenir à nos sécheresses estivales !
    En tout cas merci de l’explication très claire !

Répondre à edithlarose Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :