Categories

Recherche

Jamais assez de robinets de jardin!

De toute évidence, les architectes ne comprennent rien aux jardiniers… et surtout, de leur besoin pour de multiples points d’eau. Une maison typique n’a qu’un seul robinet extérieur alors qu’il en faudrait au moins quatre, un de chaque côté du bâtiment. Car nos plantes ont besoin d’arrosage, même si c’est seulement à la plantation, et tirer un tuyau d’arrosage tout autour de la maison est lent et compliqué… et, de plus, brise souvent nos plantes. Pire encore, un balcon d’appartement n’a généralement aucun robinet! Comment sommes-nous censés arroser nos jardins sur balcon sans robinet? Organiser son terrain pour bien arroser Cette situation force les jardiniers à innover. On peut, par exemple, installer un adaptateur à deux, trois ou quatre connecteurs sur un robinet d’extérieur ordinaire, ce qui permettra d’y ajouter autant de tuyaux d’arrosage allant dans différentes directions. On peut aussi installer un robinet d’appoint à une bonne distance de l’original… ou même plusieurs robinets à différents endroits dans le... Lire la suite >

Les plantes en pot sont gourmandes

Les plantes qui sont cultivées en pot ont besoin de plus d’engrais que la normale. C’est qu’elles vivent sous des conditions uniques qui n’ont pas tout à fait leur équivalent dans la nature. D’abord, on les cultive habituellement dans un terreau qui n’est pas fait à base de terre, mais de tourbe («peat moss»), d’écorce ou de coir (fibre de coco) et ces produits sont naturellement très pauvres en éléments minéraux. Aussi, elles sont davantage exposées à la circulation d’air que les plantes en pleine terre, ce qui nous oblige de les arroser beaucoup plus souvent. Et des arrosages fréquents lessivent le terreau de son peu d’engrais. La situation est différente en pleine terre. Quand il pleut ou qu’on arrose, les minéraux solubles ne sont pas vraiment lessivés, mais descendent plus profondément dans le sol temporairement, puis ils remontent par capillarité quand la terre commence à s’assécher. Ainsi, ils restent plus ou moins dans la zone des racines des végétaux.... Lire la suite >

Faites l’abeille pour assurer des fruits chez les courges, les concombres et les melons

Vous avez sûrement remarqué que les courges (courge, citrouilles, etc.), les concombres, les melons et les autres cucurbitacées ont à la fois des fleurs femelles et des fleurs mâles. Les femelles sont peu nombreuses, mais faciles à voir car elles portent déjà, à la base du fruit, un ovaire qui ressemble au fruit à venir, mais en miniature: rond dans le cas d’une citrouille, allongé dans le cas d’un concombre, aplati dans le cas d’un pâtisson, etc. Au centre de la fleur femelle, il y a un stigmate en forme de couronne. Les fleurs mâles, très nombreuses, n’ont rien à la base, mais une «boule» de pollen jaune sur une étamine au centre de la fleur. Or, pour produire un fruit, du pollen du mâle doit se rendre chez le stigmate de la fleur femelle. Ce transfert doit d’ailleurs se faire rapidement, dans la même journée, car chaque fleur de curcurbitacée ne dure qu’une seule journée. Il arrive cependant que les... Lire la suite >

Contrôler l’araignée rouge sur les plantes de jardin

Le petit acarien qu’on appelle araignée rouge n’est ni rouge (ou seulement très rarement) ni une araignée. On l’appelle «araignée» parce qu’il tisse des toiles fines quand il est présent en grand nombre. Et si parfois elle rougit à l’automne, sa coloration est génération plus anodine (beige, verdâtre, etc.) le reste de l’année. Il y a en fait plusieurs acariens qu’on appelle communément araignées rouges. Le tétranyque à deux points (Tetranychus urticae), qui infeste à la fois les plantes d’intérieur et de jardin, est le plus connu, mais il y en a plusieurs autres petits acariens avec une mode de vie semblable: le tétranyque de l’épinette (Oligonychus ununguis), qui préfère les épinettes, les pins et les autres conifères à aiguilles, l’acarien rouge des pomacées (Panonychus ulmi), plus courant sur les fruitiers, et plusieurs autres. On voit souvent les araignées rouges sur les tomates ou les courges ou encore, les haies de thuyas et les rosiers, mais en fait, la gamme... Lire la suite >

Comment trouver un article sur le site Jardinier paresseux

Cherchez-vous un renseignement horticole sur le site Jardinier paresseux? Il y a de bonnes chances que l’information y soit, mais avec plus de 1000 articles publiés, comment vous y retrouver? C’est facile! Si vous voyez sur le signe plus (+) en haut à droite, cliquez dessus pour ouvrir le panneau latéral. Un bouton marqué «Recherche» y apparaîtra rapidement. Cliquez sur le bouton et écrivez le problème en bref, puis faites retour (Enter) ou cliquez sur l’icône en forme de loupe. Les titres et les premières mots d’un ou de plusieurs articles qui touchent votre problème paraîtront. Il suffit alors de cliquer sur le titre pour faire afficher l’article complet. Oui, c’est aussi facile que cela! Si vous ne voyez pas le signe plus (+) Sur les ordinateurs, l’écran est plus large et le panneau latéral (menu) est déjà visible à gauche. Si oui, le bouton «Recherche» se trouve à la fin du menu. Autre méthode Voici une méthode tout aussi... Lire la suite >

Plantes qui aiment un sol détrempé

Idéalement, tout sol de jardin serait à la fois humide et bien drainé. Tout surplus d’humidité s’évacuera rapidement, ce qui permettra au sol de s’oxygéner (et les racines de végétaux ont besoin d’oxygène), mais le sol retiendra aussi assez d’humidité pour fournir aux plantes l’eau dont elles ont absolument besoin pour leur croissance. C’est la situation idéale pour probablement 95% des végétaux. Quand un sol est constamment détrempé, alors, mieux vaut essayer de corriger la situation en installant un ou plusieurs drains ou en rajoutant une couche de terre pour surélever la plantation. Cela permettra une utilisation maximale du secteur pour pelouses, plates-bandes, potagers, etc. Mais cela n’est pas toujours possible. Certains sols sont toujours détrempés parce qu’ils se trouvent dans une dépression, au pied d’une pente, le long d’un cours d’eau ou dans un autre emplacement où le drainage est tout simplement impossible. Mais si le sol de votre terrain est toujours ou souvent détrempé, ne pleurez pas de... Lire la suite >

Pour un jardin d’eau sans moustiques

  On peut éliminer les larves de moustique et de mouches noires (qui deviennent bien sûr les adultes qui nous piquent et nous mordent!) dans nos jardins d’eau avec le Bti (Bacillus thuringiensis israelensis), une bactérie bénéfique. Non, il ne s’agit pas d’un OGM. Le Bti est tout à fait naturel et écologique: on la trouve largement distribuée dans la nature. En le libérant dans un étang, on ne fait qu’étendre son aire de diffusion temporairement. Son utilisation est largement acceptée en jardinage biologique. Le Bti n’est pas toxique aux humains, non plus, ni aux animaux domestiques, oiseaux, poissons, grenouilles, etc. Avec les maladies transportées par les moustiques (virus du Nil occidental, encéphalite équine, virus Zika*, etc.) qui sont de plus en plus à craindre, il est bon de savoir qu’on peut assurer que nos petits jardins d’eau ne fassent pas partie du problème. *Le virus Zika n’est pas encore présent au Canada ni en Europe et sa distribution aux... Lire la suite >

Le jardinage n’a pas besoin d’être un fardeau

Trop de jardiniers débutants ont une attitude défaitiste vis-à-vis du jardinage. Ils pensent que jardiner demande nécessairement beaucoup de temps et d’efforts et ils s’attendent donc à avoir à travailler fort. Mais jardiner n’a pas besoin de prendre beaucoup de temps! Chaque fois qu’on semble vouloir vous imposer une tâche qui prendra beaucoup de temps ou qui reviendra encore et encore pendant tout l’été, donc, rebellez-vous! Dites-vous bien une chose: les plantes veulent survivre et n’ont pas besoin de moi pour le faire. Si vous devez vous battre encore et encore pour garder une plante en vie ou travaillez comme un forcené pour entretenir votre terrain, ce n’est pas normal. Il y a moyen d’obtenir d’aussi bons résultats avec beaucoup moins d’efforts. Il s’agit de savoir comment le faire… et vous trouverez beaucoup de conseils utiles à cet effet sur le site Web jardinierparesseux.com.  

MosaïCanada 150: spectaculaire!

J’ai pu visiter MosaïCanada 150, à Gatineau, Québec, la semaine dernière en tant que guide-accompagnateur pour le circuit Jardins des Mille-Îles et d’Ottawa, organisé par Groupe Voyages Québec, et je peux vous dire que c’était spectaculaire. L’équipe du Comité international de mosaïculture, qui présente des expositions similaires depuis 2000, s’est perfectionnée au cours des années et la qualité des montages est réellement exceptionnelle. Qu’est-ce la mosaïculture? La mosaïculture est l’art de composer des massifs floraux pour créer des motifs ou des textes. Dans le cas de la mosaïculture tridimensionnelle, telle que vue à Gatineau, les massifs floraux deviennent de véritables sculptures végétales. Chaque sculpture, remplie de terreau, est couverte de milliers de petites plantes qui sont, par la suite, arrosées, taillées et bichonnées pour maintenir l’effet désiré pendant tout l’été. MosaïCanada 150 fait partie des célébrations du 150e anniversaire de la fondation du Canada. L’exposition a lieu dans le parc Jacques-Cartier à Gatineau, juste l’autre côté de la rivière des Outaouais d’Ottawa,... Lire la suite >

Mythe horticole: supprimer les anthères des lis prolonge la floraison

Est-ce vrai que supprimer les anthères des lis faire durer la fleur plus longtemps? Ou les étamines au complet? On l’entend souvent dire, mais non, enlever les anthères porteurs de pollen jaune ou orange n’ajoutera pas 5 minutes à la durée de la fleur. La croyance était que, si l’on supprime les anthères, la plante mettrait plus d’énergie dans la floraison. Mais maintenir les anthères ne demande que très peu d’énergie, car ils sont déjà déployés quand la fleur s’épanouit. Les nourrir n’enlève pas assez d’énergie à la plante pour faire la moindre différence. La fleur restera ouverte pendant 2 ou 3 semaines, selon le type de lis et les conditions météorologiques, que vous les supprimiez ou non. Donc, les enlever fait plus dépenser beaucoup de l’énergie au jardinier qu’il économise à la fleur! Lis ‘Stargazer’ avec les anthères enlevés (à gauche) et avec les anthères intacts (à droite). Je préfère le deuxième! Voilà une bonne nouvelle, car enlever les... Lire la suite >

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!