Des ormes d’Amérique résistants à la maladie hollandaise

Par défaut
20170615A Msact, WC.jpg

Le majestueux orme d’Amérique, autrefois si populaire comme arbre de rue. Photo: Msact, Wikimedia Commons

L’orme d’Amérique (Ulmus americana) est un si bel arbre, avec son beau port en parasol, et il fut longtemps l’arbre de rue la plus populaire en Amérique du Nord. Malheureusement, il est sérieusement menacé par la maladie hollandaise de l’orme (Ophiostoma spp.), aussi appelée graphiose, une maladie transportée par un insecte perceur, le scolyte. On voit d’abord les feuilles d’une branche jaunir en plein été, puis plus de branches sont atteintes l’année suivante. L’arbre meurt en moins de trois ans.

La maladie, probablement originaire de l’Asie, sévit en Europe depuis 1910, mais ne fut identifiée qu’en 1921 aux Pays-Bas (d’où son nom). Elle est arrivée en Amérique du Nord en 1928 quand du bois d’orme contenant des scolytes fut livré des Pays-Bas à New York. Depuis, la France a perdu 90% de ses ormes alors que plus de 77 millions d’ormes sont morts en Amérique du Nord. Dans les régions atteintes, les rares ormes matures survivants sont souvent maintenus en vie par des traitements coûteux qu’il faut répéter tous les 2 ou 3 ans.

Dans les régions froides, où le scolyte hiverne difficilement, la maladie se répand moins rapidement, mais quelques scolytes peuvent quand même voler de régions plus au sud pour atteindre les arbres nordiques et ainsi transmettre la maladie. Elle est considérée comme absente de l’Alberta et, grâce aux Rocheuses, qui crée une barrière efficace, de la Colombie-Britannique aussi, alors que les villes canadiennes de Winnipeg et de Québec ont encore une importante population d’ormes d’Amérique en santé, mais ont dû mettre en place des programmes agressifs de protection pour les préserver, notamment en abattant rapidement tout arbre atteint de la maladie.

Hybridation et sélection

Toutefois, depuis l’arrivée les années 1940, de nombreux chercheurs travaillent à sauver l’orme et leurs recherches commencent à porter fruit.

20170515B Chicagoland Grows.jpg

L’orme Accolade™ ‘Morton’ est un orme hybride de parents inconnus qui s’est montré très résistant à la maladie hollandaise.

On a trouvé, par exemple, des spécimens d’orme d’Amérique qui ont résisté à la maladie malgré la disparition des autres ormes de leur secteur et qui continuent de résister même quand on les inocule artificiellement avec des spores de graphiose. Non, ils ne sont pas complètement immuns à la maladie: ils peuvent notamment l’attraper si on les cultive sous des conditions stressantes, comme à la suite de sécheresses répétées, mais on rapporte néanmoins du succès à long terme, souvent depuis plus de 40 ans, avec plusieurs d’entre eux.

Aussi, on a développé, notamment par croisements avec des espèces asiatiques, naturellement résistantes à la maladie, des variétés hybrides qui ont le port et le comportement d’un orme d’Amérique et la résistance exceptionnelle à la graphiose des ormes asiatiques. Généralement, les ormes hybrides sont de taille plus modeste que l’orme d’Amérique… pas nécessairement une mauvaise chose si l’on prend en considération la taille plus restreinte des terrains modernes.

Évitez les ormes greffés

Si vous achetez un orme américain (U. americana) résistant à la graphiose, assurez-vous d’obtenir une plante non greffée. Le greffage d’une variété résistante sur un semis ordinaire d’orme d’Amérique (technique utilisée par certains producteurs) aura comme effet d’annuler la résistance de l’arbre!

Ormes résistants à la maladie hollandaise

20170614D Princeton, Mr. Matté, WC

L’orme d’Amérique ‘Princeton’. Photo: Mr. Matté, Wikimedia Commons

Voici une liste de quelques ormes qui offrent la majesté de l’orme d’Amérique et une bonne résistance à la maladie hollandaise de l’orme. Il est généralement possible de trouver une ou deux variétés résistantes dans toute bonne pépinière.

  1. U. x Accolade™ ‘Morton’ zone 4
  2. U. americana ‘Brandon’ zone 3
  3. U. americana ‘Delaware’ zone 3
  4. U. americana ‘Independence’ zone 3
  5. U. americana ‘Jefferson’ zone 4
  6. U. americana ‘New Harmony’ zone 4
  7. U. americana Prairie Expedition™ ‘Lewis and Clark’ zone 3
  8. U. americana ‘Princeton’ zone 4
  9. U. americana ‘St. Croix’ zone 4
  10. U. americana ‘Valley Forge’ zone 4
  11. U. americana ‘Washington’ zone 3
  12. U. x ‘Arno’*, zone 6
  13. U. x ‘Cathedral’, zone 4
  14. U. x Commendation™ ‘Morton Stalwart’, zone 4
  15. U. x Danada Charm™ ‘Morton Red Tip’, zone 4
  16. U. davidiana japonica ‘Jacan’ zone 3
  17. U. davidiana japonica ‘Discovery’ zone 3
  18. U. davidiana japonica ‘Freedom’ zone 3
  19. U. davidiana japonica (anc. U. wilsoniana) ‘Prospector’ zone 4b
  20. U. x ‘Fiorente’*, zone 6
  21. U. x ‘Frontier’ zone 5
  22. U. x ‘Homestead’ zone 4
  23. U. x ‘New Horizon’ zone 4
  24. U. x ‘Patriot’ zone 4b
  25. U. x ‘Pioneer’ zone 4b
  26. U. x ‘Plinio’*, zone 6
  27. U. x ‘Rebona’ zone 4
  28. U. x ‘Regal’ zone 5
  29. U. x Resista® ‘Sapporo Autumn Gold’ zone 4
  30. U. x ‘San Zanobi’*, zone 6
  31. U. x Triumph™ ‘Morton Glossy’ zone 4
  32. U. x Vanguard™ ‘Morton Plainsman’, zone 4

*Variétés développées spécifiquement pour les climats tempérés doux (zones 6 à 9).20170615A Msact, WC

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s