La toxicité des tournesols

Par défaut
20170508A.jpg

Jolies… mais toxiques aux autres végétaux!

Peu de gens connaissent le côté obscur des tournesols (Helianthus annuus). Pourtant, les belles fleurs si ensoleillées sont allélopathiques: toutes leurs parties (racines, feuilles, tiges, fleurs, coques des graines, etc.) émettent des toxines (terpènes et divers composés phénoliques) qui entravent la croissance des plantes poussant à proximité et qui peuvent même les tuer. Cela aide les tournesols à se débarrasser des végétaux avec lesquels elles sont en compétition: en nuisant au développement de leurs voisines, leurs semis auront une longueur d’avance. (On se rappelle que le tournesol est une plante annuelle qui ne se reproduit que par semences.) Ainsi ses semis peuvent germer sans trop de concurrence.

Cela dit, éventuellement cette technique peut tourner contre eux: si l’on cultive des tournesols au même emplacement après année au même, il arrive éventuellement que les toxines commencent à nuire à la croissance de leurs propres semis!

L’efficacité de la palette de toxines dégagée par le tournesol est telle qu’il y a une utilité potentielle pour les extraits de tournesol comme herbicide biologique. Des études démontrent aussi que certains cultivars de tournesol sont beaucoup plus phytotoxiques que d’autres, ce qui suggère qu’il pourrait être possible de développer des tournesols spécifiquement pour leur effet herbicide.

Ou encore, de développer des tournesols qui ne sont pas phytotoxiques du tout.

Réduction de la toxicité des tournesols

Pour réduire l’effet de la toxicité des tournesols dans votre jardin, vous pouvez couper les plantes en miettes (y compris leurs racines) à l’automne et les compostez. Oui, même si les cellules des tournesols contiennent des phytotoxines, il existe dans un bac à compost tout à fait typique des bactéries et de champignons qui sont capables de les digérer. La pluie et la décomposition naturelle élimineront alors la plupart des toxines laissées dans le sol aussi. Ou continuez à faire pousser des tournesols à cet endroit.

Au pied des mangeoires d’oiseaux

L’endroit où la toxicité du tournesol est la plus évidente est au pied des mangeoires d’oiseaux.

20170508B Torindkfit, WC.jpg

Cardinal mâle sur une mangeoire. Photo Torindkfit, Wikimedia Commons

Les graines de tournesol sont la nourriture préférée de plusieurs oiseaux et donc les amateurs d’oiseaux les utilisent abondamment quand ils remplissent leurs mangeoires. Malheureusement, les coques qui tombent au sol pendant l’hiver affaiblissent ou tuent souvent les plantes cultivées ci-dessous, notamment les graminées de pelouse. Ensuite, les semis de tournesol, provenant des graines les oiseaux ont laissé tomber sans manger, germent et commencent à se développer. Ce n’est pas nécessairement ce que vous aviez prévu.

Pour prévenir ou réduire cet effet, couvrez le sol sous vos mangeoires d’oiseaux avec une bâche ou un géotextile à l’automne et retirez-le, avec sa charge de coques et de graines, au printemps. Ou placez votre mangeoire sur une surface où la présence de coques et de graines n’aura pas d’influence sur des plantes: peut-être au-dessus d’un patio. Ou plantez au pied de la mangeoire des plantes résistantes aux phytotoxines produites par les tournesols.

Vous pouvez également utiliser en mangeoire des graines de tournesol décortiquées (dont la coque a été enlevée), car la graine est moins toxique que la coque. On en trouve facilement chez les fabricants de graines d’oiseaux, mais elles coûtent plus cher que les graines intactes.

Plantes résistantes aux tournesols

Il existe peu d’études sur les plantes résistantes à l’allelopathie du tournesol, mais voici quelques plantes qui ont la réputation de pouvoir bien pousser malgré la présence de tournesols ou de coques de tournesols.

  1. Buis (Buxus spp.)
  2. Clématite (Clematis spp.)
  3. Coréopsis (Coreopsis spp.)
  4. Cotonéastre (Cotoneaster spp.)
  5. Dahlia (Dahlia spp.)
  6. Échinacée ou rudbeckie pourpre (Echinacea spp.)
  7. Hémérocalle (Hemerocallis spp.)
  8. Heuchère (Heuchera spp.)
  9. Iris (Iris spp.)
  10. Lamier (Lamium spp.)
  11. Lantana (Lantana spp.)
  12. Lupin (Lupinus spp.)
  13. Mélisse (Melissa officinalis)
  14. Menthe (Mentha spp.)
  15. Œillet (Dianthus spp.)
  16. Pervenche (Vinca spp.)
  17. Rose (Rosa spp.)
  18. Rudbeckie (Rudbeckia spp).
  19. Thym (Thymus spp.)
  20. Tournesol (Helianthus spp.)

Si vous connaissez d’autres plantes résistantes à l’allelopathie de tournesol, faites-le-moi savoir et je les ajouterai à la liste.20170508A

Publicités

13 réflexions sur “La toxicité des tournesols

    • Malheureusement, les recherches ne sont pas rendues aussi loin. Seulement quelques variétés ont été comparées: pas assez pour, disons, faire une liste. Il faut présumer que tous les tournesols sont phytotoxiques.

  1. Marie-Claude Bélanger

    Combien de temps dure l’effet? Serait-il possible de « nettoyer » une prairie pleine de chiendent avec une plantation de tournesol et de cultiver des légumes l’année suivante?

  2. Francis Pelletier

    Est-ce que cet effet phytotoxique est également observable chez d’autre plante de la famille, par exemple le topinambour?

    • Je ne pense pas que cela ait déjà été étudié. L’allélopathie des plantes est une découverte relativement récente et est beaucoup plus courante qu’on le pense. D’après moi, on finira par découvrir que beaucoup de plantes envahissantes sont allélopathiques. Il me semble qu’il est logique qu’une plante qui « étouffe » ces voisines et qui prend leur place risque d’avoir ce trait et le topinambour fait partie de cette catégorie.

  3. Maude

    Merci beaucoup pour cette précieuse information. Je viens de comprendre pourquoi seulement certaines des plantes de mon mélange de vivaces survit d’une année à l’autre… Je les sème aux pieds de tournesols géants…

    Si l’on arrache les plants de tournesols avec leurs racines à l’automne, est-ce la neige et la pluie suffiront à nettoyer la plate-bande des phytotoxines à temps pour le printemps prochain?

    • Oui. Le fait n’est pas très durable. Une fois la plante partie, et en présumant une précipitation normale, l’effet devrait être réduit ou éliminé. Sous les climats secs, par contre, il peut durer des années.

  4. Kathleen

    Si j’ai planté des bébés arbres ( érable, chêne, épinette…) et je place des tournesols près (30 cm) ça nuira à ma future forêt?
    Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s