Produire vos propres fougères… par spores!

Par défaut
20170212A.jpg

Sores pleins de spores à l’endos d’une fronde de fougère

Curieuses plantes que les fougères. Elles ne font pas de fleurs, ni de graines, mais se multiplient surtout par spores.

1010250H FR.jpg

Le cycle de vie des fougères. Illustration: Encyclopédie Larousse en ligne

Les spores sont produites sur les frondes (c’est ainsi qu’on appelle la feuille d’une fougère), parfois sur une fronde physiquement différente des autres appelée fronde fertile, mais le plus souvent tout simplement à l’endos d’une fronde ordinaire. On y voit de petites bosses ou lignes vertes devenant brunes à maturité qu’on appelle sores, soit des amas de sporanges (générateurs de spores).

Les spores, petites au point d’être pratiquement invisibles, sont très légères et sont généralement transportées par le vent.

Plus rapide qu’on pense

20170212B.jpg

On peut trouver des sachets de spores de fougères sur Internet.

Peu de semenciers offrent des sachets de spores de fougères, sans doute convaincus qu’il y a peu d’intérêt pour la multiplication de ces plantes. C’est vrai que c’est un processus souvent assez long, car la spore doit donner naissance à une petite plante préliminaire, le prothalle, et c’est seulement après que ce dernier a été fécondé est qu’une nouvelle fougère peut être produite. Il faut donc parfois attendre jusqu’à deux ans dans la nature pour avoir une fougère de taille minuscule et encore plusieurs années avant d’avoir une adulte.

Les jardiniers assez patients découvriront toutefois qu’il est possible d’obtenir des fougères d’extérieur plus rapidement au moyen de semis intérieurs, car sous l’«été éternel» provoqué par l’absence d’hiver froid, les petits fougères feront deux années en une seule. Ainsi un semis fait au printemps donnera, au printemps suivant, une petite fougère prête pour le jardin.

C’est la même chose pour les fougères tropicales qu’on cultive comme plantes d’intérieur: on obtient généralement une petite fougère très potable après seulement un an.

Récolte des spores

À défaut de pouvoir trouver facilement des sources commerciales de spores de fougères (pourtant, si vous cherchez sur Internet…), il est facile de récolter des spores sur les fougères dans la nature tout comme sur les fougères d’intérieur. Voici comment on procède.

Les spores doivent être fertiles

Avant de récolter des spores, assurez-vous que la fougère que vous lorgnez produit des spores fertiles. Toute fougère sauvage en produira assurément, mais plusieurs fougères cultivées ont des spores difformes qui ne germent pas. C’est tristement le cas de la fougère de Boston (Nephrolepis exaltata ‘Bostoniensis’) et de ses nombreuses variantes, et aussi du polypode crêté (Polypodium punctatum ‘Grandiceps’. Cela dit, la vaste majorité des fougères, même les variétés cultivées, donnent des spores viables.

20170212c

Pour récolter des spores de fougère, placez une fronde fertile dans une enveloppe blanche : la «poussière» qui s’y formera est en fait constituée de spores.

Quand les sores d’une fougère brunissent, coupez une fronde et placez-la dans une enveloppe blanche. Après 2 ou 3 jours, vous devriez voir de la poussière brune sur les parois blanches de l’enveloppe: ce sont les spores. Vous pouvez les semer immédiatement ou encore les conserver jusqu’à un an, selon la méthode utilisée pour les graines et expliquée dans l’article Savoir conserver les semences supplémentaires.

Le semis

Semer les spores de fougères ne diffère pas de la méthode pour semer n’importe quelle graine fine… à une exception près. Les semis de fougère sont ultra-sensibles aux contaminants (champignons, moisissures, mousses, etc.). Il est donc sage de tout stériliser avant de procéder.

20170212D.jpg

Stérilisez le terreau au micro-ondes avant de l’utiliser.

Pour stériliser le terreau, mélangez-le à l’eau pour bien l’humidifier et placez-le dans un sac de plastique de type sac à sandwich. Mettez-le au four micro-onde sans sceller le sac. Réglez le four au maximum pendant 2 à 3 minutes, jusqu’à ce que de la vapeur commence à condenser sur les parois du sac. Si aucun vapeur n’est visible, essayez une minute supplémentaire. Par la suite, sortez le sac, scellez-la et laisser refroidir. La vapeur (qui est en fait l’agent de stérilisation du terreau) continuera de former pendant plusieurs minutes.

En attendant que le terreau refroidisse, stérilisez aussi le pot et ustensiles que vous utiliserez. Il suffit, pour se faire, de les arroser  d’eau bouillante.

Quand le terreau est bien refroidi, utilisez-le pour remplir votre pot, l’égalisant avec le dos d’une cuillère.

20170112E.JPG

Semez à la volée en tapotant doucement sur l’enveloppe.

Semez les spores à la volée sur la surface du terreau en tapotant doucement l’enveloppe tout en faisant un mouvement d’aller-retour. Placez maintenant le pot dans un sac de plastique frais (il servira de mini-serre) et scellez-le. Portez-le dans un emplacement chaud et moyennement éclairé, sous une lampe fluorescente, par exemple.

Après quelques semaines ou quelques mois, des prothalles semblables à des mousses (ou, plus précisément, à des hépatiques), généralement verts, translucides et cordiformes, se formeront sur la surface du terreau. C’est la phase sexuée de la vie d’une fougère.

Comment les fougères font l’amour (les lecteurs de moins de 10 ans doivent être accompagnés par un adulte!)

20170112F.jpg

Le prothalle ressemble généralement à une hépatique verte translucide.

Chaque prothalle produit de nombreux gamètes mâles mobiles et un seul gamète femelle fixe. (D’accord, certaines fougères ont des prothalles unisexués, mais cela change peu à notre histoire). Les gamètes mâles d’un prothalle profitent de la présence d’une mince pellicule d’eau pour nager jusqu’au gamète femelle d’un autre prothalle. (D’où l’importance de la forte humidité qui règne dans le sac de plastique: elle assurera la pellicule d’eau nécessaire.) Et voilà: la fécondation a lieu. Petit moment d’extase… peut-être, mais il est difficile de lire dans les pensées d’un prothalle!

Le gamète femelle fécondée donnera une cellule maintenant diploïde (avec la quantité normale de chromosomes, soit deux paires) et qui commencera à se diviser.

20170212G.jpg

La première petite fronde qui s’élève du prothalle sera bientôt suivi d’autres.

Après encore quelques semaines, une petite fronde apparaîtra sur le prothalle, puis une autre et une autre. Le prothalle disparaîtra et vous avez désormais une petite fougère! C’est à ce stade qu’on peut enlever — graduellement, en faisant attention d’acclimater le jeune plant —la protection offerte par le sac de plastique.

Entretien d’une petite fougère

À partir de ce moment, l’entretien de ces micro-fougères est comme celui de tout autre semis.

Ainsi, offrez-leur un bon éclairage, des arrosages réguliers (en général les fougères préfèrent ne jamais sécher complètement!), une humidité raisonnable, peut-être un peu d’engrais et, quand les fougères commenceront à se toucher, empotez-les dans des pots individuels. Bientôt elles seront assez grosses pour planter en pleine terre (fougères rustiques) ou cultiver comme une plante d’intérieur (fougères tropicales).


Produire ses propres fougères: pas si sorcier… et c’est même une activité fascinante.

Publicités

2 réflexions sur “Produire vos propres fougères… par spores!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s