Petit lexique des catalogues horticoles

Par défaut

20170209A.jpgNous sommes en pleine saison des catalogues horticoles. Semences, plantes, produits horticoles: tout ce que vous pouvez vouloir utiliser dans un jardin est disponible, livré à votre porte. Et le choix de fournisseurs ne manque pas. Vous trouverez notamment plus de 100 catalogues intéressants sur le site Web du jardinage paresseux.

Par contre, encore faut-il pouvoir comprendre ce qui est écrit dans le catalogue… et le langage utilisé est souvent plutôt obscur.

Voici quelques définitions exagérées et aussi, j’espère, amusantes qui pourraient vous aider à lire avec plus de succès un catalogue horticole.

À croissance rapide: Il s’agit d’une mauvaise herbe.

Aime les sols humides: Il faut arroser la plante 24 heures par jour.

Aime les sols secs: S’il pleut même une seule fois pendant l’été, la plante meurt.

Bisannuelle: Une plante si faiblarde qu’on n’ose pas l’appeler vivace.

Charme désuet: Difficile à croire, mais au XIIe siècle les gens trouvaient cette plante belle!

Compact: Tellement écrasé au sol que vous ne le voyez pas.

En mélange: On a mis toutes les couleurs qui ne se vendent pas dans le sachet.

Étonnamment rustique: On serait aussi étonné que vous si elle survivait à l’hiver.

Exclusif: Aucune autre compagnie ne voulait le vendre.

Feuillage ornemental: Ses fleurs sont si laides qu’en comparaison son feuillage paraît presque potable.

Fleur comestible: Si vous la mangez avec beaucoup de ketchup, vous n’aurez peut-être pas de haut-le-cœur.

Floraison hâtive: Elle commence deux jours avant le premier gel d’automne.

Floraison tardive: Elle aurait fleuri en décembre si ce n’était de la neige.

Goût unique: Soyez prêt à le recracher: vous ne voudriez pas qu’il atteigne votre système digestif.

Gratuit! Personne ne voulait payer pour cette plante. On vous l’offre.

Hauteur: 60 cm: La hauteur varie entre 3,5 cm et 15 m, la moyenne étant de 60 cm.

Irrégulièrement panaché: Le feuillage est entièrement vert.

Légume patrimonial: Vos grands-parents non plus ne voulaient pas le manger.

Maturation: 76 jours: La plante mûrit 76 jours après le repiquage en pleine terre… en Californie.

Moins envahissant: La plante ne prendra d’assaut que la cour arrière.

Moins sujet à telle maladie: Il tiendra une semaine de plus avant de crever.

Notre coup de cœur: Peut-être que si nous en faisons la promotion, quelqu’un l’achetera.

Nouveau!: Nos compétiteurs le vendent avec succès depuis 15 ans. On s’est enfin décidé à vous l’offrir.

Original!: Très laid.

Parfum pénétrant: Il débouche le sinus.

Parfum nocturne: Les fleurs semblent mortes en plein jour.

Parfum sauve: Si vous plongez le nez dedans, vous allez peut-être sentir quelque chose.

Petites fleurs: Armez-vous d’une bonne loupe pour les voir.

Plante de collection: Elle est si bizarre que seul un maniaque voudra la posséder.

Plante de massif: Il en faut au moins 400 pour créer le moindre impact.

Plante indigène: Une mauvaise herbe bien de chez nous.

Populaire: Achetez-le SVP! Ça fait 37 ans qu’on le vend. On l’a assez vu!

Résistant aux cerfs: Mais les marmottes l’adorent!

Résistant aux maladies: La plante résiste aux maladies, mais crève d’autre chose.

Robuste, solide, vigoureux, etc.: C’est une mauvaise herbe!

Semence biologique: Pas besoin d’attendre que les maladies trouvent cette plante, leurs spores sont déjà inclus.

Teintes pastel: D’un blanc sale.

Tiges gracieusement arquées: Elles s’affaissent à la première pluie.

Tolère tous les sols: Vous ne serez jamais capable de l’arracher!

Vivace par ses semences: Une mauvaise herbe annuelle qui fait des semis partout.

Zone 5: La plante survit en zone 5 si on la rentre l’hiver.

Bonnes commandes postales!

Publicités

8 réflexions sur “Petit lexique des catalogues horticoles

  1. Amélie

    Merci pour ce lexique! 🙂 Je me serais fait avoir sur quelques descriptions, c’est bien certain!

    Je suis un peu étonnée de « plante indigène », qui est un terme que je vois de plus en plus dans le cadre de mon travail, en lien avec les certifications écologiques. C’est la recommandation que l’on reçoit, mettre des plantes indigènes puisqu’elles ne demandent pas d’arrosage supplémentaire et vivent bien la sécheresse. Je ne savais pas que cela pouvait être également considéré comme mauvaises herbes. Quoique encore, j’en reviens toujours à me demander ce qui défini reelement la mauvaise de la bonne herbe)(je les aime toutes un peu trop faut croire hehe) 🙂

    • Vous avez compris que ce texte est fait pour amuser et que j’ai pris des termes plutôt anodins pour y coller des descriptions exagérées, mais avec un brin de vérité. Ainsi, toutes les plantes indigènes ne sont pas des mauvaises herbes, mais plusieurs peuvent l’être. Juste le fait de définir une plante comme « plante indigène » ne la rend pas pour autant une plante désirable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s