Cultiver un hibiscus à l’intérieur

Par défaut
20170112A.jpeg

Hibiscus rose de Chine (Hibiscus rosa-sinensis)

Je reçois plus de questions au sujet de l’hibiscus que presque toute autre plante. Pourquoi? Parce qu’il se comporte souvent très mal dans la maison. Apprenons alors comment réussir cette plante capricieuse… et commençons par le début, en bien identifiant la plante.

Autres hibiscus

Ni l’hibiscus vivace (H. moscheutos, à gauche) et ni l’hibiscus arbustif (H. syriacus, à droite) ne font de bonnes plantes d’intérieur et ne sont pas couverts dans ce texte.

Il faut comprendre que le genre Hibiscus, de la famille, des Malvacées, comprend plus de 200 espèces, dont des annuelles, des vivaces, des arbustes et des arbres. Dans cet article, je ne traiterai qu’une d’une seule espèce, l’hibiscus rose de Chine (Hibiscus rosa-sinensis), qui est un arbuste d’origine tropicale.

Il se cultive en pleine terre dans régions tropicales et subtropicales et en pot, à l’extérieur l’été et à l’intérieur l’hiver, dans les régions au climat tempéré. Donc, laissez votre hibiscus vivace (H. moscheutos et espèces apparentées) et votre hibiscus arbustif ou ketmie de Syrie (H. syriacus) pousser en pleine terre. Notre sujet ici est l’H. rosa-sinensis et ce que j’écris à son sujet ne s’applique pas nécessairement à aucune autre espèce.

Description

20170113D.jpg

Hybrides d’hibiscus rose de Chine.

L’hibiscus rose de Chine (H. rosa-sinensis) est ainsi appelé parce que les premiers cultivars à atteindre l’Europe furent envoyés de la Chine. On croît cependant que l’espèce est indigène plus au sud, peut-être en Malaysie ou dans les îles du Pacifique, mais elle n’a jamais été trouvée à l’état sauvage. Et malgré son surnom «rose de Chine», il n’est pas, bien sûr, le moindrement apparenté à un véritable rosier (Rosa spp.).

D’ailleurs, le véritable H. rosa-sinensis est rarement cultivé. La plupart des variétés offertes de nos jours sont le résultat de plus de 1000 ans de croisements souvent impliquant d’autres espèces d’hibiscus.

20170113E.jpg

L’hibiscus rose de Chine devient un petit arbre dans les tropiques.

L’hibiscus rose de Chine est un arbuste ou petit arbre aux tiges ligneuses de 1 à 5 m de hauteur. Son feuillage persistant est elliptique à la marge dentée et vert foncé luisant (certains cultivars ont un feuillage panaché de blanc et de rose).

20170113F.jpg

Fleur en forme d’entonnoir avec une colonne staminale centrale.

Les fleurs à 5 pétales parfois frangées forment un entonnoir largement ouvert, comme une antenne parabolique, avec au centre une colonne staminale qui réunit le stigmate à 5 lobes et les étamines jaunes.

La couleur d’origine des pétales était rouge, mais on trouve aujourd’hui une vaste gamme de couleurs: rose, jaune, orange, blanc, et même, chez les hibiscus de collection, des teintes de violet et de bleu. Souvent il y a un œil central rouge. Certaines variétés ont des fleurs doubles. Les fleurs peuvent mesurer de 10 cm à 15 cm de diamètre, même 20 cm pour les variétés de collection.

Tristement, les fleurs ne durent qu’une seule journée (parfois 2 pour certains cultivars modernes), mais la plante en produit d’autres pendant une longue saison de floraison, presque toute l’année sous des conditions optimales.

Hibiscus courants ou de collection?

Les hibiscus rose de Chine vendus couramment en pépinière ont des fleurs relativement petites (10 cm), habituellement unicolores, simples ou, plus rarement, doubles. Souvent ils sont vendus sans nom de cultivar. Ce sont habituellement des variétés très florifères, ce qui assure une floraison durable. Très honnêtement, ce sont probablement les meilleures variétés pour le jardiner moyen.

20170113G.jpg

Hibiscus de collection

Il y a toutefois aussi des hibiscus de collection, souvent avec des fleurs multicolores de grande taille. Quand vous en voyez un, il est difficile de résister à son charme. Par contre, la floraison est nettement moins abondante et souvent limitée à l’été. Ces variétés sont difficiles à trouver localement, à moins de vivre sous les tropiques où il peut avoir des pépinières spécialisées: il faut presque toujours les commander par la poste. Ils sont souvent difficiles à bouturer: parfois il faut les greffer sur d’autres hibiscus si vous voulez les multiplier.

Hibiscus sur tige

20170113M.jpg

Hibiscus sur tige

On peut aussi se procurer des hibiscus cultivés sur une tige dressée, parfois même tressée. Il ne s’agit pas d’un hibiscus génétiquement distincte, mais plutôt d’un hibiscus commun taillée de façon spéciale. Vous pourriez d’ailleurs tailler tout hibiscus pour en former un arbre si vous voulez. Il suffirait de choisir une branche dressée pour servir de tronc, de supprimer toute tige ou feuille à la base de ce tronc et tailler le sommet du tronc plus fréquemment de façon à stimuler une bonne densité de branches.

L’entretien d’un tel hibiscus est d’ailleurs strictement le même que pour tout autre hibiscus.

Pourquoi l’hibiscus change de forme

La plupart des hibiscus courants ont été traités avant la vente avec un régulateur de croissance. Ce produit chimique stimule une réduction de la longueur des tiges sans toutefois affecter la floraison. La plante reste alors compacte et densément feuillue. Son effet peut durer 6 mois et plus et vous prenez donc pour acquis que c’est ainsi que votre hibiscus se comporte naturellement. Vous avez alors la surprise de votre vie quand tout d’un coup les branches commencent à s’allonger et le feuillage, à s’espacer, donnant un grand arbuste nettement plus clairsemé.

Mais c’est ainsi qu’un hibiscus croît vraiment. Ces régulateurs de croissance n’étant pas disponible aux consommateurs, vous devriez alors contrôler la taille de votre hibiscus par la taille.

Culture

Je me restreints ici à expliquer la culture de l’hibiscus rose de Chine sous les climats tempérés, là où il doit passer l’hiver à l’abri. Je laisse l’explication de sa culture en pleine terre toute l’année, soit dans les zones de rusticité 9 à 12, à d’autres.

Non, l’hibiscus n’est pas une plante d’intérieur de culture facile. Il faut une certaine expérience pour bien le réussir et je ne le recommande pas aux novices. Faites votre main avec des dracénas et des philodendrons avant de vous lancez dans sa culture!

De plus, mieux vaut traiter l’hibiscus comme une plante d’intérieur qui séjournera à l’extérieur pendant l’été. Il est difficile à cultiver à l’intérieur à longueur d’année.

Éclairage

20170113H.jpg

Il faut du soleil pour réussir un hibiscus.

Il faut un maximum de soleil pour bien réussir un hibiscus. Pendant l’hiver, placez-le dans l’endroit le plus ensoleillé que vous avez, sans doute près d’une fenêtre orientée au sud. Quand le soleil commence à s’intensifier au printemps, vous pouvez l’éloigner de la fenêtre pendant les heures les plus chaudes.

On peut aussi supplémenter le soleil ou même le remplacer avec un éclairage artificiel intense. Utilisez une minuterie pour lui offrir 16 heures de lumière par jour. Il est toutefois difficile d’éclairer également une plante d’une aussi grande taille: souvent une plante cultivée sous un éclairage artificiel fleurit à son sommet, mais perd ses feuilles inférieures.

L’été, quand la température nocturne dépasse fidèlement 10˚C, commencez à acclimater la plante aux conditions extérieur en le plaçant à l’ombre pendant quelques jours, puis la mi-ombre avant de l’exposer au plein soleil.

Arrosage

En période de croissance, arrosez abondamment dès que le terreau est sec au toucher. En période de semi-dormance, l’hibiscus peut s’assécher davantage.

Température

20170113O.jpgIl peut tolérer jusqu’à 0˚C (même moins pendant de courtes périodes), mais mieux vaut éviter de l’exposer à des températures inférieures à 10˚C si vous voulez garder la plante en croissance. Il est souvent plus facile à cultiver si vous êtes capable de maintenir une température fraîche (environ 15˚C) pendant l’hiver.

Curieusement, malgré ses origines tropicales, l’hibiscus peut arrêter de fleurir quand il fait trop chaud (plus de 32˚C environ). Par période de canicule, donc, il peut être utile de le transporter temporairement à un emplacement plus ombragé et frais.

Humidité

L’hibiscus est sujet à la chute des feuilles et des b0utons floraux quand il est exposé à l’air sec, une situation courante dans nos maisons l’hiver. Aussi, sous de telles conditions, il est davantage sensible aux infestations d’insectes. Mieux vaut alors utiliser un humidificateur ou un plateau humidifiant pour augmenter l’humidité pendant les mois d’hiver.

Fertilisation

L’hibiscus est une plante gourmande et apprécie des fertilisations régulières, mais à moins de le cultiver sous un éclairage artificiel, où la lumière est intense toute l’année, mieux vaut l’encourager à ralentir un peu l’hiver en arrêtant les fertilisations entre octobre et la fin de février. On peut le fertilisez avec tout engrais, réduisant le taux à un quart du dosage recommandé.

Rempotage

L’hibiscus fleurit mieux quand il est un peu à l’étroit dans son pot. Donc, un rempotage dans un pot un peu plus gros aux 2 ou 3 ans suffit. Utilisez tout terreau pour plantes d’intérieur. Le meilleur moment pour le rempotage est à la fin de l’hiver (fin de février ou mars).

Taille

20170113N.jpgIl est toujours embêtant de tailler un hibiscus, car il fleurit à l’extrémité de ses branches. La tailler élimine alors toujours une partie de la floraison à venir et il prend alors plusieurs mois avant de récupérer. Pourtant, si on ne le taille pas, il devient grand et dégarni. Que faire?

En fait, il y a plusieurs possibilités. En voici deux.

Si vous avez d’excellentes conditions de culture, donc une forte intensité lumineuse, une température supérieure à 15˚C et une bonne humidité ambiante, donc une situation où votre hibiscus est capable de fleurir toute l’année, prenez l’habitude de rabattre une branche ou deux (les couper à deux tiers de leur longueur) aux 3 mois, ce qui stimulera la pousse de nouvelles branches à cet emplacement. Avec cette taille régulière, vous garantissez qu’il y aura toujours un mélange de branches matures portant des boutons floraux et de jeunes branches garantes de floraisons à venir.

20170113I.JPG

Une taille sévère à la fin de l’hiver stimulera une floraison abondante l’été.

Si votre hibiscus ne fait que vivoter pendant l’hiver, faute d’un éclairage suffisant (d’ailleurs la situation habituelle dans la plupart des maisons), rabattez plutôt toutes les branches à la fin de février, ce qui donnera à la plante le temps de refaire de nouvelles branches avec beaucoup de boutons floraux à temps pour la saison estivale.

La rentrée automnale

20170113J.jpg

Jaunissement provoqué par une rentrée trop tardive de la plante.

La plus grosse gaffe des débutants est de rentrer leur hibiscus trop tardivement. Quand on le laisse à l’extérieur longtemps, soit jusqu’à la fin de septembre ou même d’octobre, il s’acclimate à des nuits de plus en plus fraîches et de plus en plus humides. Imaginez alors le choc quand vous le rentrez subitement à la chaleur et à l’air sec de votre demeure! La plante réagit en rejetant une bonne partie de son feuillage, qui jaunit et tombe. Cela crée aussi une situation parfaite pour les insectes nuisibles qui prolifèrent sur les plantes en état de stress.

La rentrée devrait plutôt avoir lieu tôt, à la fin d’août ou au tout début de septembre, quand les conditions extérieures et intérieures sont identiques. Ainsi, pas de stress, très peu de perte de feuilles, et moins d’infestations d’insectes.

Il faut aussi bien nettoyer votre hibiscus avant de le rentrer, question d’éliminer tout insecte caché à travers son feuillage. Pour plus de renseignements à ce sujet, je vous réfère à C’est le temps de rentrer vos plantes.

Un hiver en semi-dormance

La plupart des gens n’ont pas autre choix que de cultiver leur hibiscus à la température de la pièce, mais si vous avez accès à une pièce à peine chauffée, de l’ordre de 4 ou 5˚C, vous pouvez y placer votre hibiscus pendant l’hiver. La plante n’aimera pas ce traitement et perdra presque toutes ses feuilles, mais avec ce traitement au froid et un arrosage minimal (seulement assez d’eau pour l’empêcher de mourir complètement), vous pouvez au moins la garder en vie jusqu’au printemps.

Multiplication

Il est possible de multiplier votre hibiscus par bouturage ou greffage, éventuellement même par marcottage aérien, mais seulement la première technique est normalement utilisée par les jardiniers amateurs. Beaucoup de gens se plaignent toutefois que leurs boutures d’hibiscus ne réussissent pas, mais habituellement c’est parce qu’ils essaient de faire les boutures dans l’eau (une vieille technique qu’on devrait bannir). Voici comment réellement réussir des boutures d’hibiscus.

20170113K.jpg

Boutures d’hibiscus.

Au printemps ou au début de l’été, prélevez des sections de tige de 7 à 10 cm de longueur. Enlevez toute fleur ou bouton floral et appliquez une hormone d’enracinement à l’extrémité coupée avec un coton-tige. Insérez la bouture dans un terreau humide et couvrez-la d’un dôme ou d’un sac de plastique transparent pour maintenir une forte humidité. Placez l’ensemble dans un endroit assez chaud (24-27ºC) sous un éclairage moyen, sans soleil direct. Quand de nouvelles feuilles apparaissent (ce qui peut prendre entre 2 semaines et 2 mois), la bouture sera enracinée et vous pouvez commencer à l’acclimater aux conditions d’intérieur normales.

Et voilà! Bouturez un hibiscus n’est pas difficile quand vous le faites de la bonne manière!

Insectes et maladies

20170113LÉric Trepanier.jpg

Hibiscus infesté de pucerons. Photo: Éric Trépanier

Un hibiscus stressé est comme un aimant pour les insectes indésirables: cochenilles, aleurodes, pucerons, araignées rouges, etc. Donc la première protection est d’assurer que la plante reçoive un éclairage et une humidité atmosphérique adéquats. Ainsi, il résistera mieux à ses ennemis. De plus, surveillez votre plante attentivement et soyez toujours prêt à agir si vous remarquez la présence d’insectes. Habituellement, un traitement avec un savon insecticide (et pas un détersif à vaisselle), répété régulièrement, devrait en venir à bout.

L’hibiscus rose de Chine cultivé en pleine terre sous les tropiques est sujet à son lot de maladies fongiques, virales et bactériennes, mais elles sont peu présentes dans les régions septentrionales.

Le jaunissement et la chute des feuilles ne sont pas dus à une maladie comme tel, mais à un éclairage insuffisant, une atmosphère trop sèche, un manque d’eau ou à un changement trop radicale des conditions. Évidemment, même sous les meilleures conditions, les feuilles les plus anciennes finissent toujours par jaunir et tomber, donc une certaine chute est feuilles est inévitable.

Pour plus de renseignements

Si vous êtes très intéressé par les hibiscus, voici deux sociétés auxquelles vous pourriez adhérer: l’International Hibiscus Society (les photos sur ce site sont époustouflantes!) et l’American Hibiscus Society.20170112a

 

Advertisements

2 réflexions sur “Cultiver un hibiscus à l’intérieur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s