Humidité atmosphérique Plantes d'intérieur Truc du jour

Mythe horticole à déboulonner: la brumisation des plantes d’intérieur

20161207A.png
Vous gaspillez votre temps à brumiser vos plantes d’intérieur: l’action n’aide pas à augmenter l’humidité atmosphérique.

Brumiser les plantes d’intérieur — c’est-à-dire vaporiser leur feuillage avec de l’eau tiède — est essentiellement une perte de temps et d’ailleurs son utilité a été réfutée de façon scientifique il y a plus de 50 ans. Pourtant, le conseil qu’il est bénéfique de brumiser nos plantes d’intérieur quotidiennement continue de circuler et ainsi de nombreux jardiniers gaspillent leur temps à le faire.

Je viens d’ailleurs de voir ce conseil affiché sur un site Web horticole bien connu qui habituellement donne de bons renseignements: il faut donc croire que certains horticulteurs professionnels ne sont pas très à jour non plus! Clarifions donc la situation.

Quand vous vaporisez une plante d’intérieur à l’eau tiède, c’est vrai que cela augmente temporairement l’humidité ambiante, mais l’effet ne dure que… environ 5 minutes. Donc, même si vous répétez cette action 3 ou 4 fois par jour, c’est insuffisant pour faire la moindre différence pour la croissance de votre plant: toute cette humidité se dissipera rapidement dans l’air sec de votre maison, laissant les feuilles de votre plante entourées d’air sec.

Il y a bien une exception: les tillandsias ou filles de l’air (Tillandsia spp.), mais alors la brumisation sert à les arroser (ces plantes reçoivent essentiellement toute leur eau en l’absorbant par leurs feuilles), mais n’aide pas plus à augmenter leur humidité ambiante que pour toute autre plante.

 

20170202b
Taches ingrates sur les feuilles causées par la brumisation

Taches sur les feuilles

Vaporiser les feuilles quotidiennement a quand même au moins un effet sur les plantes: il tache leurs feuilles, laissant des marques blanches (dépôts de calcaire) qui gâchent leur apparence et réduisent leur capacité de faire de la photosynthèse. Et il tache les meubles et murs environs aussi!

Bien sûr, on peut enlever ces taches ingrates avec un linge humide savonneux, mais pourquoi causer cet ennui quand la pratique de base — brumasser les plantes pour augmenter l’humidité — n’est même pas une technique valable?

 

Comment vraiment assurer une bonne humiditè à vos plantes

2016127B.jpg
Rien ne bat un humidificateur pour augmenter l’humidité dans une pièce.

Si vous voulez vraiment que vos plantes bénéficient d’une bonne humidité atmosphérique, préférez un humidificateur, car elle fonctionne 24 heures par jour. Ou cultiver beaucoup de plantes: les plantes elles-mêmes sont des humidificateurs naturels. Ou placez-les sur un plateau humidifant.

Plantes qui aiment beaucoup d’humidité

Quant aux plantes qui trouvent l’humidité dans votre demeure insuffisante même quand vous faites fonctionner un humidificateur (parfois le cas des plantes à feuillage mince comme le fittonia et les capillaires), il vaut probablement mieux les faire passer l’hiver dans un terrarium ou un grand sac transparent.

Un effet généralement saisonnier

Notez que les plantes ne souffrent normalement de l’air sec que l’hiver, car en chauffant la maison on assèche l’air. Du moins, c’est le cas dans les régions au climat tempéré; dans une région au climat aride, ou là où l’on fait fonctionner un climatiseur, l’air peut toutefois être sec à l’année.

Une bonne raison pour bassiner les plantes

D’accord, brumisation n’améliore pas l’humidité atmosphérique, mais vous pouvez quand même le faire de temps en temps afin de nettoyer le feuillage de saletés et de la poussière.

21 comments on “Mythe horticole à déboulonner: la brumisation des plantes d’intérieur

  1. Ping : Un outil bien inutile – Jardinier paresseux

  2. Sylvie Lefebvre

    pourquoi la brumisation est elle futile je le fais a mon travail et les plantes on repris beaucoup de corps car la ventilation est tres forte je le fais une fois semaine mais une brumisation abondante et les feuilles ont pres de double leurs volumes

  3. Ping : De pouce vert à pouce noir: une histoire personnelle – Jardinier paresseux

  4. Ping : Pourquoi je ne cultive pas de gardénias – Jardinier paresseux

  5. Ping : Kokedamas : très tendance, mais sont-ils viables? – Jardinier paresseux

  6. Bonjour,
    Auriez-vous les références des études qui selon vous auraient réfuté l’intérêt de la brumisation il y a plus de 50 ans ?

    • Plus maintenant, mais je me souviens de l' »onde de choc » quand cette information est sortie, je crois dans la revue de l’American Horticultural Society. (Sinon, dans Organic Gardening.) Mon père avait été bien choqué et c’était un sujet de discussion à la table familiale pendant plusieurs semaines. Il brumisait ses orchidées à tous les jours et d’ailleurs, n’a jamais changé de technique, malgré l’évidence que les feuilles de ces plantes étaient drôlement tachées.! Sans doute dans les archives de l’American Horticultural Society pourriez-vous retracer la texte d’origine.

      • Bonjour!
        Les archives de l’American Horticultural Society sont… fastidieuses à parcourir :P.

        https://www.ahsgardening.org/gardening-resources/gardening-publications/archives

        Seriez-vous en mesure d’aiguiller mes recherches? Cet article m’intéresse particulièrement.

      • Malheureusement, je ne me rappelle pas du tout même l’année de la publication! Par contre, il est facile de vérifier dans un intérieur « typique » (évidemment, il vaudrait mieux faire plusieurs) en mesurant le taux d’humidité immédiatement avant la brumisation, immédiatement après la brumisation et 15 minutes plus tard. Le taux d’humidité retourne immédiatement au niveau d’origine.

  7. Ping : Le spathiphyllum : pas tout à fait aussi facile à cultiver qu’on le dit – Jardinier paresseux

  8. Edith Labelle

    Que conseillez-vous pour un fougère d’intérieur ?

    • La plupart se contentent de l’humidité offerte par un humidificateur ou un plateau humidifiant. Certaines variétés, par contre, sont plus fragiles et passent mieux l’hiver dans un terrarium ou dans des sacs de plastique où le taux d’humidité est à peu près 100%.

  9. Ping : Quand les feuilles d’un avocatier brunissent – Jardinier paresseux

  10. Ping : Des cadeaux de jardinage à éviter – Jardinier paresseux

  11. Ping : Ensachez les plantes d’intérieur fragiles pour l’hiver – Jardinier paresseux

  12. Ping : Un kokedama instantané! – Jardinier paresseux

  13. Ping : La cardamome: une épice tropicale à cultiver chez vous – Jardinier paresseux

  14. Ping : Pourquoi les feuilles de mes géraniums jaunissent-elles? – Jardinier paresseux

  15. Ping : Le fittonia: joli mais fragile – Jardinier paresseux

  16. Ping : À chaque mois sa plante, février 2021: le scindapsus – Jardinier paresseux

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :