La botanique des semis

Par défaut

20161117a

Semis de tournesol.

Nous avons probablement tous appris certains éléments de la botanique à l’école… mais le mémoire est loin d’être infaillible et il y a souvent des éléments qui sont devenus un peu vagues avec le temps. Un petit rappel de temps en autres ne peut être nous faire du tort. Et en voici un, sur comment les monocotylédones et les dicotylédones se présentent quand on fait des semis.

Plantes à fleurs

Les plantes à fleurs se divisent surtout en deux classes, les monocotylédones et les dicotylédones. Leur nom vient du nombre de cotylédons (premières feuilles) qui paraissent à la germination.

15a-monocot

Les monocotylédones ne produisent qu’une seule première feuille (cotylédon)…qui ressemble d’ailleurs aux feuilles adultes.

Chez les plantes appelées monocotylédones, il n’y a qu’un seul cotylédon qui généralement resemble en plus petit à la feuille adulte. Ainsi le cotylédon d’une graminée ou d’un oignon, deux monocotylédones bien connues, ressemblent passablement aux feuilles futures.

15b-dicot

Les graines de dicotylédones produisent 2 cotylédons.

Les dicotylédones produisent, comme le nom l’indique, deux cotylédons… qui ne ressemblent nullement aux feuilles finales. En général, ils sont simples et entiers, alors que les feuilles matures seront diversement formées et souvent découpées. Les rosiers, les cosmos, les haricots et la plupart des autres végétaux aux fleurs voyantes sont des dicotylédones.

Et les conifères ?

15c-gymnosperme

Les graines de conifères ont souvent de nombreux cotylédons.

Voilà pour les plantes à fleurs, soit les angiospermes. Qu’en est-il des gymnospermes, notamment les conifères (pins, sapins, etc.)? Elles produisent souvent une multitude de cotylédons, de 2 à typiquement 10 ou 12, parfois très semblables aux feuilles matures.

En général, quand le semis est bien établi et porte plusieurs vraies feuilles, les cotylédons s’assèchent et disparaissent, n’ayant plus de rôle à jouer.

Les exceptions

Le monde merveilleux des végétaux étant très complexe, il y a des exceptions à toutes les règles – des germes sans cotylédon (les orchidées), des cotylédons qui restent souterrains (les chênes et certains haricots), des dicotylédones qui semblent ne produire qu’un seul cotylédon (certains nymphéas), des cotylédons qui deviennent des feuilles ou qui persistent pendant toute la vie de la plante – et bien plus encore. À cela il faut aussi ajouter les algues, les mousses et des fougères qui ont une toute autre façon de germer avec aucune structure qui ressemble à un cotylédon.

Cependant, quand vous faites des semis chez vous, dans 99% des cas vous verrez 1, 2 ou de multiples cotylédons… et maintenant vous saurez mettre vos semis dans la bonne categorie!20161117a

 

Advertisements

Une réflexion sur “La botanique des semis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s