Truc du jour Vivaces

La renouée polymorphe: peut-elle être envahissante?

20161017A.jpg
Quelle belle plante que la renouée polymorphe… mais elle cache un vilain petit secret!

La renouée polymorphe (Persicaria polymorpha) est passé rapidement d’une plante totalement inconnue des jardiniers à l’une des vivaces les plus populaires de nos platebandes.

Cette vivace géante (il peut dépasser 2,5 m de hauteur dans certains milieux!) aux grands plumeaux blanc crème est en vedette dans plusieurs jardins et s’est montrée de culture facile, d’une excellente rusticité (zone 3), parfaitement résistante aux mauvaises herbes et à floraison très durable (il fleurit littéralement tout l’été et jusqu’en automne). Réellement, c’est une plante extraordinaire et vous trouverez plus d’information sur sa culture ici: Renouée polymorphe.

La renouée polymorphe semble être la vivace parfaite… mais il y a toutefois un hic. C’est qu’on nous l’a vendue avec l’information qu’elle ne drageonnait pas. Du tout. Qu’elle restait toujours fidèlement à sa place. C’est encore ce que prétend la plupart des pépinières qui l’offrent. Mais nous sommes en train de découvrir que cela n’est pas tout à fait vrai.

La plante mature semble drageonner

20161017B.jpg
Attention: malgré les prétentions contraires, la renouée polymorphe peut drageonner.

En effet, après plusieurs années de culture, la plante peut produire des drageons, d’ailleurs jusqu’à un mètre de la plante mère. Pas nécessairement abondamment, mais… puisqu’on nous a dit qu’elle n’en produisait aucun, cela peut causer une surprise.

Chez moi, après 12 ans de culture, ma plante a subitement produit trois drageons il y a deux étés. Pas de petites plantules faiblardes, de solides plantes déjà bien enracinées dès le départ. Ces drageons poussent en touffe comme la plante mère et ne courent pas partout sur des rhizomes traçants comme peuvent le faire d’autres renouées (Persicaria spp et Polygonum spp.).

Et ce n’est pas qu’à moi que ce soit arrivé. Un lecteur m’a rapporté la même chose il y a quelques semaines: des drageons sont apparus tout autour de sa plante après de nombreuses années de culture.

Recherche d’information

20161017C.jpegJe reviens de la Perennial Plant Conference 2016, tenue à Swarthmore College, Swarthmore, Pennsylvanie, où j’ai pu faire une présentation sur les vivaces d’ombre. D’ailleurs, non moins de trois des six conférenciers ont fait des éloges de la renouée polymorphe pour différentes raisons. J’ai «accroché» ces conférenciers ainsi que tous les experts que j’ai pu pour savoir s’ils avaient jamais entendu d’une renouée polymorphe qui drageonnait.

La réponse fut négative. Non, d’après eux, la renouée polymorphe frise la perfection quant à son comportement. Mais il y avait une exception. Cassian Schmidt, Directeur du Jardin Hermannshoff à Weinstein en Allemagne, m’a confirmé que, effectivement, il avait entendu que la plante – qui est aussi populaire en Allemagne qu’en Amérique du Nord, sinon plus –  peut drageonner et que cette information commençait à circuler dans son pays, mais il ne savait pas sous quelles circonstances exactement.

Le vrai nom

D’ailleurs, M. Schmidt m’a informé que Persicaria polymorpha n’est peut-être pas le bon nom pour cette plante. Il s’agirait d’un hybride naturel trouvé en Finlande, apparemment entre P. alpina et P. weyrichii, et, d’après lui, son nom véritable serait P. x fennica ou même Aconogonum x fennicum. D’ailleurs, le fait que les fleurs de la renouée polymorphe soient stériles est justement indicatif d’une hybridation potentielle, car les plantes hybrides sont souvent incapables de produire des semences viables.

Ce n’est pas moi qui pousserai pour changer le nom de cette plante (j’aime autant garder le statut quo: les noms botaniques qui changent ne font souvent que créer de la confusion), mais c’est quand même un détail intéressant à noter.

Un jardinier averti…

Et voilà: vous êtes désormais au courant du vilain petit secret de la renouée polymorphe. À première vue, c’est une plante extraordinaire, mais elle n’est pas parfaite: elle peut parfois drageonner… mais nous ne savons pas encore si c’est un problème généralisé ou limité à certains environnements. À vous de la remettre à sa place en enlevant les drageons mal placés: après tout, un jardinier averti en vaut deux!

20 comments on “La renouée polymorphe: peut-elle être envahissante?

  1. Annie Rousseau

    Bonjour! Nous avons 4 plants côte à côté, à l’ombre, dont un seul s’est mis à drageonner cet été, mais solidement. Ce même plant mère a aussi tendance à s’étendre beaucoup plus large que les trois autres plants. C’est aussi un plant que nous avons acheté un peu plus tard que les trois autres, peut être que celà explique le comportement différent de ce plant?

    • Merci pour cette information. Pourquoi la plante drageonne dans certains cas et pas dans d’autres demeure un mystère, mais chaque commentaire aide à l’éclaircir.

  2. Bonjour. J’ai acheté (vers 2005) 2 plants de cette Renouée et j’ai dû les enlever après quelques années car ils drageonnaient énormément (en sol sablonneux et au soleil). Un de mes amis en a récupéré des racines pour les planter chez lui en sol argileux toujours au soleil. Les plants obtenus depuis drageonnent moins vite (à cause du sol?). Il a au moins l’espace nécessaire pour les laisser s’étendre un peu mais il doit quand même les contrôler sévèrement.

    • Je soupçonne dans votre cas que ce soit plutôt la renouée japonaise (Fallopia japonica), une proche parente de la renouée polymorphe, mais beaucoup plus agressive au niveau de son drageonnement. Les deux se ressemblent un peu, mais la renouée japonaise produit des tiges individuelles, bien espacées, alors que la renouée polymorphe produit une touffe dense, donc des tiges qui partent d’un point commun.

      • Non, non, j’ai déjà combattu la renouée japonaise dans le jardin de mes parents et je connais bien les différences.

      • Rachelle, vous dites avoir déjà combattu la renouée japonaise. Comment avez-vous fait? Et quels ont été les résultats? Merci!

  3. J’ai arraché le plant car envahi par les scarabées depuis 2 ans. J’ai vu plusieurs plants autour de chez nous (Bois Francs) avec le même problème. Dommage!

  4. Geneviève

    Ça me fait penser au phénomène de certains arbres malade qui juste avant de mourir se mettent à pousser rapidement, faire plein de nouvelles branches, fleurs, … et de drageons aussi!
    Se pourrait-il que les individus de renouée polymorphe qui après plusieurs années d’immobilité se mettent à drageonner le font parce qu’ils sentent la fin approcher???

    • Intéressant! Ma plante principale (l’originale) était dans un emplacement qui devenant de plus en plus ombragé. Peut-être qu’elle cherchait à « se sauver » de cette ombre qui devenait trop dense?

  5. AH Ah ! C’est intéressant ! j’en ai une depuis cinq ans, elle n’a pas drageonné mais je vais la tenir à l’œil. Elle est à mi-ombre. (En Belgique)

  6. Caroline Tremblay

    J’ai planté les miennes en 2015 et ce soir je viens de remarquer un drageon à environs 6 pieds du plan mère. Je suis en peu inquiète, j’espère ne pas avoir de problèmes. Mais serait-elle si difficile à contenir puisqu’une branche cassé ne repousse pas vraiment dans le même été?

    • Mieux vaut déterrer le drageon si vous n’en voulez pas. D’ailleurs, si une branche est cassée à la base, oui, elle repoussera.

      • Caroline Tremblay

        Merci c’est ce que je vais faire. J’ai bien examiné mon plan et j’ai d’autres drageon mais tout près du plant. En réalité il s’agit de 2 plants installés à nun mètre d’espacement et en bordure de la maison. Ils se buteront à du béton de 2 côtés. Je me suis questionnée si les plans ne pouvaient pas être à la recherche d’eau en réalité? Ils sont désormais très gros, 2,3 m de hauteur et très fournis.

      • Oui, il est possible que les drageons ressortent surtout dans les emplacement plus humides, du moins, si l’emplacement est plutôt sec.

  7. Claude Messier

    La réponse à ces questions peut se trouver dans des cultivars qui circulent. Il y a quelques années, j’ai acheté 5 plants de renouée polymorphe de la même pépinière (une pépinière d’expérience et avec du personnel très bien au courant). Un de ces plants a donné une renouée tout à fait conforme aux descriptions en ligne et dans les livres mais les quatre autres plants étaient différents. Une feuille légèrement plus étroite (vraiment légèrement), des inflorescences beaucoup moins fournies et les plants moins hauts même bien après plusieurs années. Les feuilles brunissaient aussi un peu plus tôt à la fin de la saison. Après plusieurs tentatives « d’améliorer ces plants » en suivant les conseils de la proprio de la pépinière (une dame de 85 ans avec plus de 40 ans d’expérience), je me suis résigné à leur allure un peu chétive et leurs fleurs pas très belles. Je me suis aperçu il y a deux ans, que les 4 plants chétifs drageonnaient alors que la grande renouée, elle, drageonnait peu. Cette année, je me suis décidé à tout arracher et j’ai trouvé que les 4 plants avaient un système racinaire beaucoup plus développé et long. Après avoir enlevé le plus de racines possible, je me suis aperçu que les 4 plants chétifs développaient des nouvelle tiges avec la moindre racine laissée en terre alors que la « grande » renouée en avait peu. J’ai du mettre du papier journal pour étouffer toutes ces racines mais dans le moindre espace entre les feuilles de papier, une tige pointe. Bref, un cultivar de renouée polymorphe qui a toutes les caractéristiques d’une plante envahissante. Il est donc possible que quelques cultivars du diable circulent…

    • Il est possible qu’il y a eu confusion (pour les 4 plantes) avec Persicaria weyrichii, une espèce similaire à la grande renouée (P. polymorpha), mais plus petite et envahissante.

      • Claude Messier

        En effet, les images sur le web de la Persicaria weyrichii semble correspondre à ma plante du diable. Si je me rappelle bien, les 5 plants étaient étiquetés également. Je vois aussi que cette renouée est offerte en pépinière à plusieurs endroits donc la confusion chez le producteur serait possible. La Persicaria weyrichii est vraiment invasive et coriace car seul l’asphalte semble l’arrêter. Encore heureux que les racines ne soient pas trop coriaces. J’avait tenté de garder quelques plants en périphérie mais quand j’ai arraché les plants, les racines se sont activées. Il faudra donc un traitement « total » pour étouffer les nouvelles pousses. Par contre mon voisin (de l’autre côté de la haie de renouée) a bien celle-ci encontre en tondant le gazon qui jouxtait les renouées. Comme la variété Persicaria weyrichii est vraiment pas aussi jolie que la renouée polymorphe, ce serait une bonne idée de la retirer du marché horticole!

      • Je la considère une mauvaise herbe!

  8. J’adore la grande renouée (Polymorpha)mais à mon goût vraiment trop haute puis-je la couper à 1 mètre pour empêcher les tiges de casser au vent surtout avec sa belle fleuraison Merci

Répondre à Lalonde Annuler la réponse.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :