Insectes nuisibles Truc du jour

Les cochenilles à carapace: une invasion sournoise

20160929a
Les cochenilles à carapace sont assez visibles sur une feuille verte, mais se confondent avec l’écorce lorsqu’elles se trouvent sur une branche ou sur un tronc.

Vous trouvez une drôle de croissance sur vos plantes d’intérieur, soit de petites bosses brunes? De plus, il n’y a pas qu’une seule, mais plusieurs? Il y a de fortes chances que ce soit des cochenilles à carapace, aussi appelées kermès, cochenilles à coque ou cochenilles à bouclier. Si oui, plus vite que vous réagissez, plus vite que vous reprendrez le contrôle!

Bien camouflées

La détection des cochenilles à carapace est difficile, car elles sont si bien camouflées. L’insecte mature est couvert d’une carapace en forme de bouclier qui peut être bombée ou presque plate, brune, grise, verte ou transparente et en forme d’ovale, de virgule ou d’écaille d’huître. Elles ont souvent l’air de faire partie de l’écorce de la plante où on les prend pour de petites bosses ou des gouttes de sève asséchées. On confond même celles qui investissent les fougères avec des sporanges (organes producteurs de spores)!

Un truc pour savoir si la petite bosse fait partie de la plante ou non: donnez-lui une chiquenaude. Si elle reste sur la plante, elle en fait partie; si elle se détache, c’est une cochenille.

L’infestation débute généralement aux endroits peu visibles de la plante avant de s’étendre à la grandeur. La plante infestée continue habituellement à pousser normalement au début, mais éventuellement avec moins de vigueur, puis les feuilles jaunissent peu à peu. Souvent, c’est l’écoulement de miellat, une substance claire et collante qu’elles dégagent sur les feuilles et les objets proches, qui réveille les soupçons, doublement quand ce miellat se couvre de fumagine, un genre de moisissure noire.

Une expérience personnelle

20160929B.jpg
Une bataille de plusieurs années a commencé avec l’achat d’un seul petit cycas.

Il y a quelques années, j’ai trouvé un adorable petit cycas (Cycas revoluta) à un prix très raisonnable et je l’ai ramené chez moi sans trop m’inquiéter. Il me paraissait en santé et je l’ai placé avec mes autres plantes d’intérieur. Quelques mois plus tard, j’ai remarqué qu’il jaunissait et qu’il y avait une substance collante sur la tablette sur laquelle il était situé. En l’inspectant, j’ai découvert qu’il était bourré de cochenilles à carapace. Et que d’autres plantes dans les environs l’étaient aussi. Après bien des traitements, j’ai pu sauver la plupart de mes plantes, mais j’ai dû m’avouer vaincu pout le cycas. Lui et cinq autres plantes ont pris le chemin de la poubelle: malgré traitement après traitement, les cochenilles revenaient toujours. Et de temps en temps, 3 ans plus tard, je trouve encore de une plante infestée que je dois traiter. Quel insecte décourageant que la cochenille à carapace!

Bizarre d’insecte

20160929C.jpg
Cochenille des Hespérides (Coccus hesperidium).

Les cochenilles à carapace ressemblent à peine à des insectes. Elles n’ont pas d’antennes, d’ailes ni de pattes visibles et vivent fixées sur sa plante hôte. L’espèce la plus commune sur les plantes d’intérieur est la cochenille des Hespérides (Coccus hesperidium), à la carapace bombée ovale brune ou brun roux de 2,5 à 4 mm. Cette cochenille est généraliste et s’attaque à presque toutes les plantes d’intérieur. D’autres cochenilles sont spécifiques à un seul groupe de plantes. Certaines ne touchent, par exemple, que les orchidées, les broméliacées ou les fougères.

20160929H.jpg
Les cochenilles farineuses sont proches parentes, mais sont blanches et bougent lorsqu’on les dérange.

Distinguons maintenant les cochenilles à carapace des cochenilles farineuses, un autre insecte ennemi de nos plantes d’intérieur. Les deux sont proches parentes, mais les cochenilles farineuses sont blanches et semblent couvertes d’ouate. Encore plus évident, elles ont des pattes et se déplacent quand on les dérange, alors qu’une cochenille à carapace ne bouge pas. Pour en savoir plus sur les cochenilles farineuses, lisez Histoire d’horreur: 30 ans de cochenilles.

Comment un insecte sans pattes se déplace-t-il?

Il est curieux de comprendre comment un insecte immobile et sans pattes ni ailes puisse infester nos plantes. Mais la cochenille à carapace est mobile… dans sa jeunesse. Les nymphes, appelées «baladeurs», naissent d’œufs cachés sous la carapace de leur mère. Les baladeurs sont si minuscules qu’ils sont rarement vus. Ils se promènent pendant deux ou trois jours, puis se fixent pour le reste de leur vie sur une nouvelle tige ou feuille. Les nymphes peuvent facilement ramper d’une plante à une autre pour commencer une nouvelle colonie. Et il y a plusieurs générations par année. Une seule cochenille qui s’échappe au traitement peut donner jusqu’à 20 000 cochenilles en une seule année.

20160929d
Parfois les fourmis transportent les nymphes d’une plante à une autre.

Dans la nature, les nymphes sont souvent portées de plante en plante par le vent, les oiseaux ou les fourmis (certaines fourmis en font même l’élevage afin de récolter leur miellat sucré). Dans nos maisons, elles arrivent initialement par des plantes infestées à l’achat. Ensuite, l’acheteur peut les transporter par mégarde de plante en plante lors de l’arrosage ou la taille ou lorsqu’il déplace une plante infestée.

Si les nymphes rampent, les mâles volent. Eux aussi sont minuscules et rarement vus. Sans pièces buccales, ils ne vivent que quelques jours et leur rôle unique est de féconder les femelles. D’ailleurs, les femelles peuvent produire des oeufs sans fécondation, par parthénogénèse.

Les contrôler

20160929E.jpg
Mettez toute plante nouvellement achetée en isolation.

D’abord, il faut comprendre que les cochenilles à carapace qui infestent nos plantes d’intérieur ne viennent pas de nos jardins: elles sont d’origine tropicale et ne peuvent pas vivre dehors sous un climat tempéré. La source est toujours une plante infestée apportée à la maison.

Ne faites pas comme moi: inspectez toute nouvelle plante d’intérieur avant l’achat et mettez-la, de plus, en isolation pendant un bon mois une fois qu’elle arrive à la maison. Si vous n’avez pas de pièce à part où la loger, il suffit de l’éloigner de deux mètres des autres plantes ou de l’isoler dans un sac transparent.

Si vous trouvez des cochenilles à carapace, isolez immédiatement la plante infestée et demandez-vous sérieusement s’il n’est pas mieux de vous en défaire. Parfois, en rabattant la plante au sol, on arrive à les éliminer du premier coup… mais nettoyez bien vos sécateurs avant de les utiliser sur une autre plante! Par contre, si votre plante ne peut pas tolérer un rabattage, il faut trouver un autre moyen…

Les vaporisations insecticides ne s’avèrent pas très utiles. Les cochenilles adultes sont passablement à l’abri des insecticides grâce à leur carapace protectrice. D’ailleurs, même si le traitement insecticide les a tuées, comment faire pour le savoir? La carapace peut rester des années sur la plante, bien après la mort de l’insecte. Mieux vaut alors passer sur toute la plante avec une vieille brosse à dents trempée dans une solution de savon insecticide pour enlever toutes les carapaces. Rincez la plante par la suite pour enlever tout baladeur présent… et surveillez-la pendant quelques semaines. Si d’autres carapaces apparaissent, recommencez le traitement.

En pleine terre

20160929G.jpg
On trouve d’autres espèces de cochenilles à carapace sur les plantes ligneuses de nos jardins.

Il existe aussi des cochenilles à carapace qui infestent les plantes d’extérieur, surtout les arbres, les arbustes et les conifères, mais ce ne sont pas les mêmes espèces, du moins si vous vivez sous un climat tempéré.

Le traitement initial demeure essentiellement le même: nettoyer le tronc et les branches avec une brosse trempée dans une solution de savon insecticide. Après, procéder à des vaporisations répétées. Aussi, un traitement d’huile au stade dormant peut être très utile à réduire la population si vous l’appliquez au bon moment, juste avant que le bourgeons n’éclosent, car normalement c’est à ce moment que les baladeurs sont présents. (Les cochenilles de climat tempéré n’ont normalement qu’une génération pas année.) Reste que, comme les carapaces demeurent fixées sur l’écorce, il faut quand même passer une brosse sur la plante infestée pour être certain que le traitement ait été efficace.

Oui, les cochenilles à carapace sont bien sournoises et difficiles à contrôler, mais on y parvient. Mais rappelez-vous aussi qu’elles sont bien plus faciles à prévenir qu’à guérir!

 

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

26 comments on “Les cochenilles à carapace: une invasion sournoise

  1. V. Lachance

    Notre vieux citrus que nous sortons dehors l’été, a jeté un jus collant il y a deux hivers. Mais pas l’hiver passé. Je n’ai pas cherché de cochenilles, on ne cherche pas ce qu’on ignore! Mais pourrait-il y avoir une autre cause?

  2. DIANE STJEAN

    Question bien différente des cochenilles.
    Est-ce possible de mettre en terre les queues de fraises pour en faire un plant

  3. Ah non, c’est ce qui se passe avec mes deux géants palmiers dans mon salon! Je me demandais dont pourquoi ils faisaient une espèce de sève et je me demandais si c’était un moyen d’auto-defense. Bon, je suis un peu découragée, ils font partie de mon mur de plantes qui s’entremêlent toutes les une aux autres et dont je suis plutôt fière. Je vais essayer un traitement, même si j’ai peu d’espoir. 🙁

    • Au moins que vous trouvez le problème. C’est déjà mieux que de ne pas savoir!

      • Bonjour ,
        Jaimerai savoir si apres un traitement de savon noir et alcool et enlever les cochenilles donc plus de carapace pour protéger les oeufs et bébés. Est-ce que l’application de savon noir en vaporisateur peut arriver a tuer les bébés ?
        Est-ce que mon traitement savon noir alcool est adéquat pour les traiter ?
        Présentement jai plusieurs plant d’infecté donc une fougère de 4 pied de diamètre que jai tout couper a 2 pouce ras est assez court?
        Cest pratiquement imposible a tout vérifier tige par tige .
        Et jai mon arbre ficusqui est vraiment infestés je figure tailler toute les tiges donc il ne restera plus de feuille .
        Estce une bonne idée ?

      • Attention: trop de savon noir peut tuer la plante que vous voulez traiter. Un savon insecticide serait plus doux pour la plante et aussi efficace contre les cochenilles.

        Isolez vos plantes… et pensez sérieusement si vous n’aimerez pas mieux vous en débarrasser: le contrôle est très difficile et peu de gens réussissent. Vous pouvez traiter encore et encore en vaporisant. Peut-être que vous aurez du succès, mais si une seule petite cochenille est cachée à l’abri de la vaporisation (et la plupart des plantes offrent des interstices où les vaporisations ne pénètrent pas), l’infestation recommencera.

        Quand au ficus, lisez ceci: https://jardinierparesseux.com/2021/02/15/controle-des-cochenilles-une-bataille-de-vie-ou-de-mort/

  4. Ping : Au secours! Mon orchidée perd ses feuilles! – Jardinier paresseux

  5. Bonjour,
    Je suis en guerre contre les cochenilles à carapaces, je pense avoir tout fait comme il faut. Je me suis séparé de la plante qui était la plus envahie et j’en traite deux petites en quarantaine qui ont l’air de se sortir d’affaire mais je reste très prudente et inspecte toutes mes plantes.
    Ma question est: dans le coin de mon appartement ou se trouvait ma plante infestée, depuis que je l’ai sortie de la maison, j’ai nettoyer sol, mur et fenêtre qui étaient en contact avec de l’eau de javel. Seulement j’ai mon canapé qui était très proche….quelqu’un m’a dit que les larves de cochenilles eut rester dans les tissus (habits, canapés etc). Que dois-je faire pour m’en débarrasser une bonnes fois pour toute? J’ai cherché partout sur le net mais je n’arrive pas a avoir une réponse à la question qui est, combien de temps vit une larve ou une cochenille sur un tissu ou sur du bois a partir du moment ou il n’y a plus la plante infesté a proximité? Je pensais laisser 15 jours sans plantes dans cet endroit et renouveler l’action de nettoyage avec de l’eau de javel une ou deux fois avant d’y remettre quoi que ce soit. Mais c’est mon canapé qui m’inquiète…est il infesté lui aussi sans que je le sache et si oui pour combien de temps?
    Merci pour votre aide.

    • Il faut se rappeler que les cochenilles ne volent pas, donc il est peu probable qu’elles s’insèrent dans un canapé qui n’a probablement touché la plante infestée. Habituellement, elles se tiennent plutôt dans rebords de fenêtre et les murs tout près. Je pense que le risque sera minime… mais inspectez régulièrement toute plante dans le secteur quand même.

      • Merci pour votre réponse. En fait, l’accoudoir du canapé était en dessous de quelques unes des grosses branches d’ou mon inquiétude…J’ai malheureusement mit du temps à me rendre compte que ce n’était pas de simple taches brunes mais des cochenilles (choses que je ne connaissais même pas).
        Connaissez vous leur durée de vie lorsqu’elles ne sont pas sur une plante?
        Merci bien!

      • Contrairement aux cochenilles farineuses, qui pondent souvent leurs oeufs sur des surfaces proches de la plante infectée et dont les oeufs peuvent rester plusieurs semaines sans éclore, ceux des cochenilles à carapace sont pondus sous la carapace de leur mère. Si vous enlevez les « mamans », il n’y a plus d’oeufs. Ce qu’il faut craindre sont les nymphes mobiles, mais elles ne vivent que quelques semaines au maximum (la plupart des espèces, plus qu’une semaine).

        Autre idée: logiquement, une couverture sur le canapé empêchera les nymphes de se rendre sur vos plantes.

  6. Alain Benoit

    Bonjour!
    Il semble que j’ai ce problème dans une section de ma haie de cèdre. Que me conseillez-vous?

    Merci!

  7. Ping : Le faux zamier : une plante d’intérieur presque increvable – Jardinier paresseux

  8. Thérèse Houde

    Malheureusement je suis victime de ce fléau. Les cochenilles à carapace n’attaquent pas toutes les plantes, dans mon cas c’est 5 sur 50 et toujours les mêmes. Je les ai regroupé et je fais un traitement préventif/curatif une fois pas 6 semaines. J’ai un énorme schefflera qui passe l’été dehors où il n’est pas infesté. Je le rentre à la fin de l’été, je le réduis du 3/4 et je le traite comme les autres. Précaution importante à prendre c’est de passer la surface sous et autour des plantes à l’alcool pour éliminer celles qui se cachent. Les cochenilles farineuses je ne tolère pas, hop à la poubelle.

  9. J’ais une infestation de ces parasite dans mes variétés de basilics,Toute cultiver a l »interieur a partir de semences.Je crois que l’infestation provient de la mousse de tourbe en cube(Premier,Pro-Mix)L’infestation est apparu subitement apres rempotage avec ce substrat et as commencer pres du sol sur le tronc de chaque plante.Je pense desinfecter le substrat avec une recette maison de savon insecticide avant l’utilisation.Autre methode beaucoup plus complexe de le chauffer au four ou au micro onde.Je ne crois pas que les substrats du commerce sont steriliser et exemple de maladies et parasites, d’ailleurs ils ressort toujours de la morelles dans des cubes neuf.

    • Ce que vous croyez est essentiellement impossible: les cochenilles en question sont des insectes tropicaux. On ne les trouve pas dans les tourbières dans le Nord où on prélève la tourbe qui constitue le ProMix. Non, le Pro-Mix n’est pas stérilisé (d’ailleurs, on ne veut pas un terreau complètement stérilisé; la plupart des microbes des sol sont bénéfiques pour les plantes), et il peut transporter des sciarides (petites mouches) si le sac est percé à l’achat, mais pas de cochenilles.

      Je dois présumer que l’infestation provient d’un outil utilisé pour le rempotage, d’un pot infesté, d’une plante d’intérieur infestée, ou autre cause. D’ailleurs, les cochenilles n’apparaissent pas subitement: quand on les trouve, elles sont déjà à l’oeuvre depuis quelque temps. Donc, l’infestation date d’avant le rempotage.

      • En effet, nous ne stérilisons pas notre sol. Un sol traité chimiquement ou artificiellement à la chaleur peut être stérile et avoir une faible capacité à décomposer les éléments nutritifs. Des ingrédients tels que la mousse de tourbe, la perlite, le sable, le calcaire et la fibre de coco sont naturellement exempts d’herbe et résistants aux insectes.

  10. À ma grande consternation, j’ai moi aussi trouvé des cochenilles brunes sur ma corne d’élan que j’ai jetée. C’est très décourageant car j’en ai trouvé sur d’autres plantes que j’ai lavées feuille par feuille avec du savon insecticide. Je ne sais pas si j’ai tout éliminé, mais je vais vivre avec cette incertitude. Vous dites de mettre les plantes en quarantaine durant un mois. Est-ce qu’au bout d’un mois, cela veut dire que les taches brunes vont apparaître s’il y a présence de cochenilles?

  11. Ping : Apprenez à laisser aller – Jardinier paresseux

  12. Sophie

    Si je sors mes plantes infestées et je laisse dehors tout le printemps et l’été, est-ce que ça va être un remède miracle (j’ai lu que les cochenilles à carapace n’aimaient pas être dehors. Et si j’ai des plantes qui n’ont pas de cochenilles à côté d’autres avec, est-ce que ça veut dire qu’elles n’en ont pas? Merci!

    • Habituellement, les cochenilles à carapace baissent tellement pendant un été à l’extérieur qu’on pense les avoir éliminées, puis après des mois de paix, elles reviennent au galop au printemps, justement vers le mois de mars je ne connais personne qui a réellement réussi à les éliminer simplement en mettant la plante à l’extérieur l’été.

      Si les plantes voisines ne montrent pas de signes de cochenilles, il est possible qu’elles n’en aient pas, mais il est aussi possible que vous ne les ayez pas encore vues.

  13. Est-ce qu’il peux y avoir des cochenilles dans les sac de terre que l’on achète dans les magasins.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :