Truc du jour

Les plantes huit fois plus efficaces à réduire la pollution atmosphérique qu’on ne le pensait

20160828A.jpg
Sans végétation, l’air des centres urbains est souvent très pollué.

Une étude récente suggère que les plantes sont encore plus efficaces à réduire la pollution atmosphérique des centres urbains qu’on avait cru jusqu’alors.

D’après Thomas Pugh et ses collègues, les plantes vertes filtrent davantage l’air de deux polluants toxiques aux humains, soit le dioxyde d’azote (NO2) et les matières particulaires microscopiques (PM), dans les centres urbains densément remplis d’édifices, d’asphalte et de béton qu’on ne pensait jusqu’alors.

Les premières estimations calculaient seulement une réduction de 5% ou moins pour les deux polluants dans ce qu’on appelle les «canyons urbains» (endroits où la rue est bordée par les bâtiments des deux côtés en créant un environnement de canyon où l’échange d’air est très réduit), mais cette étude indique plutôt une réduction du N02 de jusqu’à 40% et de matières particulaires de jusqu’à 60%, soit un apport réellement appréciable.

20160828B.jpg
Les grimpantes sont les dépollueurs les plus efficaces, notamment parce qu’elles produisent énormément de feuillage en si peu d’espace.

Ce sont les plantes grimpantes qui sont les plus efficaces et on peut les faire monter facilement sur les façade des édifices (et non, elles n’endommagent pas les structures, malgré une croyance persistance qui prétend le contraire).  Les arbustes, les vivaces et les graminées sont aussi très efficaces. Les arbres le sont aussi, mais seulement si l’on fait attention de ne pas attraper les polluants sous leur canopée.

Les auteurs suggèrent même l’installation de «panneaux verts» (mur végétaux indépendants, couverts de végétation des deux côtés) dans ces canyons urbains les plus pollués pour augmenter la quantité de feuillage dépolluant.

Référence : http://pubs.acs.org/doi/abs/10.1021/es300826w

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

5 comments on “Les plantes huit fois plus efficaces à réduire la pollution atmosphérique qu’on ne le pensait

  1. Claudette Lafrenière

    SOS je cherche désespèrément de la petite oseille communément appelé « surette » savez-vous où je pourrais en trouver (semences et/ou plant) Merciiiiiii

  2. stéphane hairy

    Je souhaiterais avoir plus de précision quant au processus bioénergétique qui permet aux plantes de « purifier » l’air de la pollution atmosphérique. Par quel processus les plantes captent-elles le NO2 et les PM ?

  3. Ah je savais qu’on pouvait compter sur nos amies les plantes et leurs bienfaits malgré des discours négatifs des cyniques qu’on peut entendre qqs fois 🙂

Répondre à Jardinier paresseux Annuler la réponse.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :