Amis de nos plantes Insectes bénéfiques Truc du jour

Les carabes: des amis insoupçonnés

20160618A.jpg
Carabe noir commun

Certains insectes n’inspirent vraiment aucun respect et c’est le cas des pauvres carabes. Ces coléoptères terrestres très courants, habituellement noirs aux reflets métalliques, mais parfois brunâtres, vert métallique ou diverses autres couleurs, sont sans doute les prédateurs le plus efficaces de nos jardins (un adulte peut manger jusqu’à trois fois son poids en limaces par jour!)… et pourtant, on entend rarement parler de ces insectes dans les textes sur les insectes bénéfiques.

D’ailleurs, la plupart de gens les pensent nuisibles et les écrasent, sous le principe général qu’un insecte est nécessairement nuisible. Que c’est regrettable!

Prédateurs terrestres

Habituellement on découvre les carabes en déplaçant des roches ou des plantes ou en retournant le sol, car ils sont essentiellement nocturnes, parcourant nos jardins et montant dans ses plantes et arbustes à la recherche de proies, puis se cachent le jour dans les débris ou sous des objets. Ils se déplacent très rapidement quand on les dérange, se cherchant une nouvelle cachette. Certaines espèces sont capables de voler, mais d’autres ne volent jamais ou encore, très rarement.

La plupart des espèces hivernent dans le sol et dans les déchets su sol et pondent leurs œufs soit à l’automne ou au printemps. En générale, les larves prennent tout un été à grandir, ne devenant adultes qu’au printemps suivant. La durée de vie varie entre 2 et 4 ans, selon les espèces.

Des mangeurs d’invertébrés

20160618C
Le grand calosome vert, couleur émeraude, est un grand consommateur de chenilles.

Les carabes sont de formidables prédateurs de mollusques et d’insectes. Leur palette comprend les asticots et pupes de mouche, les pucerons (jusqu’à 50 par jour !), les chenilles, les limaces, les escargots, les charançons, les vers blancs, les vers gris, et beaucoup plus encore. Ils semblent beaucoup aimer les insectes qui s’attaquent aux fruitiers et ainsi on a tout raison de vouloir encourager leur présence dans les vergers. Certains sont spécifiques aux chenilles et peuvent en consommer plusieurs centaines au cours de leur vie. C’est vrai qu’ils consomment parfois aussi des invertébrés utiles aussi (vers de terre, notamment) et sont mêmes cannibales sur d’autres carabes, mais ils sont nettement plus bénéfiques qui nuisibles.

20160618B.jpg
Larve de carabe.

Notez que leurs larves aussi sont prédatrices… et aussi gourmandes que leurs parents. On les voit aussi en jardinant.

Il en existe des milliers d’espèces de carabes dans le monde et probablement plus d’une centaine au Canada. L’espèce la plus souvent remarquée est le carabe noir commun (Pterostichus melanarius), importé accidentellement d’Europe dans les années 1920 et maintenant bien implanté dans les sols perturbés (lire «jardins») partout en Amérique du Nord.

Comment les protéger

L’utilisation d’un bon paillis, l’abandon du sarclage et une utilisation judicieuse des insecticides feront beaucoup pour en maintenir une bonne population. Et ne faites pas le ménage de vos jardins à l’automne, car les carabes hivernent au sol dans les déchets végétaux. Encore une belle preuve qu’on a beaucoup à gagner à perturber le moins possible notre propre environnement avec nos méthodes de jardinage.

20160618A

 

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

2 comments on “Les carabes: des amis insoupçonnés

  1. Depuis toujours, j’observe de magnifiques carabes vert émeraude, chatoyant, qui courent sur les dalles du patio et s’occupent dans les plates bandes, et je ne sais toujours pas leur nom. Ils mesurent à peine un centimètre et et demi. Avez vous une idée?

  2. Ping : Comment contrôler la chrysomèle du concombre – Jardinier paresseux

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :