Récupérez les tiges cassées

Par défaut

20160606A.jpg

À moins que vous ne soyez beaucoup plus délicat dans vos efforts de plantation que moi, il est presque inévitable que vous allez casser une branche ou tige de temps en autre quand vous faites vos repiquages. Logiquement, il faut supprimer ses branches brisées… mais faut-il nécessairement les jeter au compost par la suite?

Je vous incite plutôt à expérimenter. Beaucoup de ces branches cassées peuvent s’enraciner si on leur donne une chance. Souvent on obtient très rapidement un plant plus que potable qui fleurira au cours de l’été. Une tige de bégonia, une branche de fuchsia, même des branches d’arbustes peuvent prendre racine si on leur donne un traitement adéquat. Pour ne donner qu’un exemple, j’ai pu repartir un nouveau plant de tomate quand j’ai accidentellement brisée la tête de la plante et à la fois la plante étêtée et la bouture enracinée ont produit amplement de fruits au cours de la saison.

Quand vous êtes en train de planter, vous n’aurez toutefois pas le temps de vous occuper tout de suite de petites branches cassées. Placez-les tout simplement dans un seau ou pot d’eau en attendant. Elles peuvent y rester plusieurs jours s’il le faut. Mais les boutures faites dans l’eau reprennent mal (lisez le texte Pas de boutures dans l’eau pour savoir pourquoi). Mieux vaut les faire enraciner dans un substrat quelconque.

La technique

Quand vous aurez quelques minutes, remplissez un pot de terreau, de vermiculite ou d’un autre substrat et humidifiez bien.

S’il y a des fleurs ou même seulement des boutons floraux sur la bouture, supprimez-les. Vous voulez «concentrer les efforts» de votre bouture sur la formation de racines plutôt que sur la floraison.

20160606C.jpg

Dégagez la partie inférieure de la bouture de ses feuilles. Notez les deux noeuds dégagés.

Nettoyez l’extrémité inférieure de la bouture, la dégageant de toute feuille sur une longueur de 2 à 5 cm. Recoupez aussi son extrémité avec un sécateur si elle est un peu effilochée, laissant une blessure nette qui se fermera mieux. (Il y en a qui vont insister qu’il faut recouper la tige à 45˚, mais 90˚ est aussi valable.)

S’il s’agit d’une tige ligneuse (du bois) ou semi-ligneuse, appliquez une hormone d’enracinement (disponible en jardinerie). Pour les boutures à tige molle, aucune hormone n’est généralement nécessaire.

Faites un trou dans le terreau avec un crayon et insérez-y la bouture. Normalement, au moins deux nœuds (renflements sur la tige) doivent être couverts de terreau. Tassez légèrement le terreau autour de la tige pour qu’elle tienne solidement.

20160606B.jpg

En générale, les boutures reprennent mieux quand on les cultive à l’étouffée.

Couvrez votre contenant d’un sac de plastique transparent ou un dôme de plastique pour assurer une bonne humidité (culture à l’étouffée). Placez cette mini-serre où elle recevra un bon éclairage, mais à l’abri du soleil direct, à l’intérieur si la température est fraîche, mais on peut aussi le faire à l’extérieur si on fait le bouturage en plein été.

L’enracinement

Dans quelques jours ou quelques semaines (la durée est très variable), quand vous voyez de nouvelles feuilles commencer à pousser, vous saurez que la bouture a pris racine et vous pouvez alors l’acclimater aux conditions de jardin normales et la planter dans un lieu propice.

Ou encore, les feuilles vont s’assécher et ne sont pas remplacées par de nouvelles, signe que la bouture n’a pas prise. Que voulez-vous? Faire des boutures au pif est toujours un coup de dés… mais vous serez surpris du nombre de fois que ça fonctionne!

Publicités

5 réflexions sur “Récupérez les tiges cassées

  1. zookd

    J’ai suivi cette recette ce matin avec une tige de mon rosier qui avait ployé puis cassé sous la pluie. J’espère que ça va prendre 😉

  2. JML

    Bonjour, je suis un peu tard, mais j’aimerais quand même connaitre votre opinion.

    Je me souviens avoir lu quelque part, beaucoup de choses se disent sur Internet, que la salive humaine était un remplacement efficace aux hormones de croissance vendues en pépinière. Depuis, j’ai pris l’habitude de sucer, licher, cracher sur les plantes que je souhaite bouturer ou aider à se réparer. Je dois être bien drôle à voir au printemps quand je nettoie mes semis et que je bouture les petits plants que j’ai dû couper.

    Je dois dire que jusqu’à maintenant, j’ai assez l’impression que ça marche. Tellement, que je n’ose pas arrêter pour tester si c’est vraiment efficace. Ça commence à pas mal ressembler à de la magie. Bon, je ne m’en offusquerais pas ; ce serais ma façon à moi de leur envoyer des « ondes positives ». Toutefois, j’aimerais savoir s’il y a un fondement rationnel à cette habitude.

    Bonne journée

    Merci

    • J’ai entendu parler de la technique, mais je n’ai jamais vu une étude sérieuse sur le sujet, donc ne peux ni confirmer ni déconseiller. Certainement je ne lécherais pas une bouture: tellement de plantes sont toxiques (ou piquantes). Mais tremper une bouture dans de la salive me paraît peu risqué.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s