Peut-on composter les plantes toxiques?

Par défaut
21060524A.jpg

Oui, on peut mettre les feuilles de rhubarbe dans le compost.

À cette saison de récolte de la rhubarbe, plusieurs sites Web vous mettent en garde contre l’utilisation de feuilles de rhubarbe dans le compost. Après tout, tout jardinier sait qu’on mange le pétiole de la rhubarbe, mais pas le limbe de la feuille, puisqu’il est toxique. Or il semble logique qu’il ne faille pas placer ses feuilles dans le composteur pour ne pas empoisonner le compost.

Mais cette idée est fausse. C’est encore un autre mythe de jardinage dont il y a tant qui courent. D’ailleurs, si c’était vrai, alors les jardiniers commettent un faux pas horticole depuis fort longtemps. Même mon père mettait les limbes de feuilles de rhubarbe dans le compost!

Acide oxalique

L’élément toxique principal contenu dans les feuilles de rhubarbe est l’acide oxalique (C2H2O4) qui est toxique aux mammifères, aux oiseaux et à certains insectes s’il est ingéré en quantités importantes. D’ailleurs, si la rhubarbe en produit, c’est pour se protéger de ses prédateurs. Mais c’est aussi un produit naturel hautement et rapidement décomposable. Les vers de terre, notamment, ont dans leur système digestif des bactéries spécifiquement chargées de sa décomposition. Si vous laissez des feuilles de rhubarbe au sol, elles se décomposent et disparaissent, d’ailleurs assez rapidement. Pourquoi elles ne seraient capables de le faire dans un composteur?

D’ailleurs, nous consommons régulièrement de l’acide oxalique en quantités plus limitées sans que cela nous rende malade. C’est ce qui donne le goût acidulé aux épinards, par exemple. Et on trouve de l’acide oxalique dans le thé, le chocolat, les noix, les céréales, les fèves et beaucoup d’autres plantes.

Le compost produit est sécuritaire

D’accord, les feuilles se décomposeront dans le composteur. Mais le compost produit ne serait-il pas toxique? Ne pourrait-il pas empoisonner les plantes de nos jardins?

Bien sûr que non.

Il va sans dire que le compost produit par les feuilles de rhubarbe peut être utilisé avec impunité. Non seulement l’acide oxalique se décompose rapidement (et décomposer veut dire qu’il n’est plus là!), mais même s’il devait en rester encore (ce qui est peu probable, mais peut-être dans un compost pas tout à fait mûr, il pourrait en rester des traces), les racines des plantes sur lesquelles vous utilisez le compost ne peuvent pas absorber l’acide oxalique. Il doit être décomposé en ses éléments d’origine (eau et carbone, essentiellement) avant que les plantes ne puissent l’absorber.

Donc, juste pour vous rassurer, il n’y a aucun risque que les plantes exposées au compost fait à partir de feuilles de rhubarbe ne deviennent toxiques à leur tour.

Et les autres plantes toxiques?

20160525B.jpg

Les feuilles de tomates et d’autres plantes toxiques peuvent aussi aller dans le compost.

Il en va de même pour les autres plantes toxiques de nos jardins: aconit, digitale, petit prêcheur, brugmansia, nicotiana, etc. Elles contiennent différents produits qui sont toxiques aux humains et à certains animaux… mais que les microbes trouvent délicieux et se mettront rapidement à décomposer. D’ailleurs, les feuilles et tiges de tomates et de pommes de terre sont toxiques aux humains et pourtant des générations de jardiniers les ont mis au compost. Pourquoi faire exception pour la rhubarbe ou la digitale?

Feuilles de noyer

20160525C.JPG

Les feuilles de noyer aussi peuvent aller dans le compost.

Peut-on mettre les feuilles de noyer (Juglans spp.) au compost? On sait que cet arbre produit de la juglone, un produit toxique aux autres végétaux, et qui fait en sorte que peu de plantes peuvent pousser au pied d’un noyer (voici un article sur les plantes qui peuvent pousser au pied d’un noyer), mais n’empêche que vous pouvez les mettre au compost, de préférence finement hachées. Vous trouverez plus de renseignements dans le texte Oui, on peut composter les feuilles de noyer.

Les plantes toxiques au toucher

Voilà pour les plantes qui sont toxiques par ingestion. Mais que dire des plantes qui provoquent des réactions cutanées au simple toucher, comme l’ortie (Urtica spp.), la berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum), le panais sauvage (Pastinaca sativa) et l’herbe à puce (Toxicodendron radicans)?

20160525D.JPG

Les feuilles d’ortie agissent comme activateurs de compost.

L’ortie (Urtica spp.) est bien irritante au toucher, mais aussi, étant très riche en azote, est un excellent produit à mettre dans le compost. On le considère même un activateur de compost. Mais ne mettez que les tiges et les feuilles dans le compost, pas les racines, car elles sont envahissantes et peuvent s’échapper à la décomposition. Et pas de graines non plus, car parfois elles aussi survivent au compostage. Bien sûr, il faut la manipuler avec le plus grand soin: gants, manches longs, pantalons longs, etc.

20160525E.jpg

La berce du Caucase peut théoriquement aller  dans le composteur… mais mieux vaut la laisser se décomposer sur place.

Les autorités vont vous mettre en garde contre l’utilisation de berce du Caucase et du panais sauvage dans le compost, mais c’est surtout une question de sécurité pendant la manipulation des plantes et de risque d’introduire une plante toxique à un nouveau milieu. Les deux végétaux, en fait, se décomposent rapidement dans le compost et les furanocoumarines qui provoquent les réactions chez l’humain ne résistent pas à la décomposition. D’ailleurs, le feuillage disparaît en quelques semaines si on le laisse au sol, signe qu’il est bien aimé des microbes. Si vous êtes absolument certain de pouvoir vous protéger correctement pendant les manipulations (ajoutez un chapeau et des lunettes de sécurité aux gants, manches longs et pantalons longs recommandés pour l’ortie), vous pouvez mettre leurs feuilles et tiges (pas leurs racines ou leurs semences, toutefois) dans le compost… mais il serait plus sage de tout simplement les laisser décomposer au sol là où ils ont été fauchés.

20160525F.jpg

Herbe à la puce: jamais dans le compost.

L’urushiol, le produit huileux toxique présent sur les feuilles, tiges et fruits de l’herbe à la puce, est au contraire très lent à se décomposer et peut persister pendant des mois, non seulement sur la plante en décomposition, mais aussi sur les parois du composteur et sur les outils utilisés pour retourner le compost. C’est une des rares plantes qu’on ne devrait jamais mettre dans le compost. On recommande de recouvrir de terre les résidus d’herbe à la puce qu’on a coupé et de ne pas y toucher avant au moins un an. Et bien sûr de ne jamais les mettre dans le compost.

Et voilà! Essentiellement toutes les feuilles peuvent aller dans le compost, autre que celles de l’herbe à la puce.

Publicités

4 réflexions sur “Peut-on composter les plantes toxiques?

  1. Louise

    J’ai bien apprécié le sujet de ce qu’on peut composter …ou pas ….je vais en faire part à mes amis qui composte et les inviter à vous suivre également merci m.Hodgson.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s