Cultiver le ricin avec succès

Par défaut
20160504A.jpg

Ricinus communis ‘Zanzibarensis’: un vieux cultivar encore très populaire… et de loin le plus gros des ricins communément disponible.

Avec ses feuilles palmées énormes et sa grande taille (certains cultivars peuvent attendre 3 m de hauteur!), le ricin (Ricinus communis) assurera une allure tropicale à tout aménagement. Et il est facile à cultiver… si vous connaissez ses particularités.

En effet, le secret avec le ricin est de le cultiver de façon à ce que sa croissance ne soit jamais inhibée. Tout ce qui peut ralentir sa croissance, notamment un pot trop petit qui empêche ses racines de grossir, laissera la plante rabougrie. Jamais alors elle n’atteindra sa pleine taille. C’est d’ailleurs le problème des plants de ricin achetés en pépinière: souvent ils ont été cultivés trop à l’étroit et ne reprendront jamais une croissance normale une fois mis en terre. L’idéal donc est de les semer soi-même, car alors vous pouvez vous assurer que cela n’arrive pas.

Semis à l’intérieur

20160504B

Il faut repiquer un ricin quand il est encore «jeune et fringant».

Il est logique de semer cette plante tropicale à l’intérieur, car il a besoin de chaleur pour germer, mais il faut alors éviter de le semer trop tôt, sinon il restera trop longtemps dans un petit pot, ce qui arrêtera net sa croissance. C’est d’ailleurs l’erreur principale des jardiniers trop enthousiastes: ils s’imaginent que plus ils sèment leur ricin tôt, plus il sera grand, alors que c’est exactement l’opposé qui arrivera. Votre but est de produire un jeune plant avec juste des cotylédons ou deux à quatre feuilles: c’est à ce stade que le ricin doit être au moment du repiquage!

 

20160504D.jpg

Le mot Ricinus vient du latin pour tique, car on dit que les graines joliment marbrées ressemblent à des tiques.

Les grosses graines joliment marbrées n’ont besoin que de 4 à 6 semaines de culture à l’intérieur pour donner un beau jeune plant prêt à repiquer en pleine terre. Vous pouvez faire tremper les graines 24 heures dans de l’eau tiède avant de les semer, mais ce n’est pas obligatoire. Remplissez un gros godet de tourbe de 10 cm de diamètre de terreau humide et insérez la graine à une profondeur de 2,5 à 5 cm de profondeur. Vous pouvez aussi semer les graines dans des pots de plastique, toujours d’au moins 10 cm de diamètre… si vous faites très attention de ne pas déranger leurs racines lors du repiquage.

Placez le contenant au chaud (21 à 24˚C). Aucune lumière n’est nécessaire tant que les premiers cotylédons ne sont pas visibles, ce qui peut prendre 7 à 21 jours. Par la suite, cependant, offrez les plants le plein soleil si possible. Gardez le terreau humide en tout temps. Il ne vaut pas la peine de fertiliser les jeunes semis tant qu’ils sont en pot, car ils ne passeront si peu de temps à l’intérieur avant d’être repiqués en pleine terre.

20160504C.jpg

Certains ricins ont de jolies capsules rouges et une feuillage pourpré.

Quand les nuits à l’extérieur demeurent au-dessus de 10˚C, vous pouvez commencer à acclimater les semis aux conditions de plein air, les plaçant 2 ou 3 jours à l’ombre et 2 ou 3 jours à la mi-ombre avant de les repiquer au soleil. On peut cultiver le ricin en pleine terre ou dans de très gros pots (un pot trop petit restreindra sa croissance). Il lui faut un sol riche en matière organique et bien drainé, légèrement humide en tout temps. Vous pouvez ajouter du compost ou un engrais à dégagement lent au sol avant de planter. Pour une belle croissance, il faut le plein soleil. Insérez le godet de tourbe dans le sol et recouvrez-le à peine de terreau. Si vos semis poussent en pot, extrayez la motte de racines sans la briser et enterrez-la à peine. Arrosez bien… et tassez-vous: votre petit semis sera bientôt un monstre!

Semis à l’extérieur

Dans les régions plus chaudes, comme le sud de la France ou sous les tropiques, on peut tout simplement semer le ricin en pleine terre. Dans les régions tropicales, on peut cultiver le ricin non pas comme annuelle comme dans le nord, mais comme arbuste ou même comme petit arbre, car il peut vivre de nombreuses années.

Entretien estival

Arrosez au besoin pour que le sol soit toujours un peu humide. Le ricin tolère la sécheresse une fois à maturité, mais pendant qu’il croît, encore une fois, vous ne voulez pas restreindre son développement. Malgré sa taille souvent énorme, aucun tuteur ne sera nécessaire si vous cultivez le ricin au soleil.

Récolte des semences

Vous pouvez couper les capsules de graines à la fin de l’été et les mettre à sécher dans un sac de papier (hors de portée des enfants, bien sûr). Elles ouvriront d’elles-mêmes pendant l’hiver et vous pouvez alors extraire les graines pour votre prochaine saison de culture.

Toxicité du ricin

Il est bien connu que le ricin est une plante très toxique, surtout ses graines. Gardez-les hors de la portée des enfants. Dans le sud, les capsules de graines éclatent à maturité et il y a risque qu’un enfant ramasse une graine et essaie de le manger. Mieux vaut alors coupez les capsules piquantes avant qu’elles ne mûrissent. Ailleurs, la saison n’est pas assez longue pour que les graines mûrissent pleinement sur le plant et les graines resteront alors hors de la portée des enfants, doublement en ce que leur capsule est hérissée d’épines, ce qui les attire peu, et est de plus portée haut sur la plante où ils ne peuvent pas l’atteindre.

La toxicité du ricin a quand même des avantages pour le jardinier, car peu d’insectes, de mammifères ou d’autres bestioles peuvent consommer la plante. Le scarabée japonais est réputé un des rares insectes qui essaient de le faire… et l’expérience lui sera fatale! Certains jardiniers cultivent justement le ricin comme plante piège pour cette raison.

Utilisation médicinale

20160504E.jpg

L’huile de ricin, laxatif bien connu de nos grand-mères, est extraite des graines de ricin. Certains lecteurs ont un souvenir douloureux de son goût fort désagréable! Aujourd’hui on l’utilise moins, mais elle est toujours sur le marché. Elle figure aussi dans plusieurs produits de beauté et a une vaste gamme d’utilisations industrielles.

Le ricin: quelle plante spectaculaire… quand on sait comment le cultiver!

Publicités

8 réflexions sur “Cultiver le ricin avec succès

  1. Carole leclerc

    Bonjour il n’y a pas longtemps que j’ai découvert le jardinier paresseux et j’adore. Je n’ai pas beaucoup de connaissance en plante mais j’aime beaucoup. Je viens de recevoir en cadeau le livre jardins d’ombre tome 1. Comme deuxième achat qu’elle titre me conseiller vous. J’ai des graminées, plantes intérieures et j’aime les jardinières et vivaces.

    • Oui, à moins de vivre sous un climat tropical. Il est toutefois difficile à maintenir à l’intérieur, car il faut un éclairage maximal. Normalement, on laisse le froid achever la planter et on en ressème d’autres au printemps suivant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s