Genévriers et pommetiers: pas un bon mélange

Par défaut
20160410A

Rouille sur les feuilles d’un pommier.

Deux de végétaux ornementaux les plus cultivés au Canada sont les genévriers et les pommetiers. On les voit dans toutes les jardineries, on les voit ensemble dans les mêmes aménagements et pourtant, on ne devrait pas les cultiver près l’un de l’autre. D’ailleurs, on recommande de les espacer d’au moins 150 m (soit plus 3 fois plus que le largeur d’un terrain moyen!). Autrement dit, vous ne devriez pas cultiver des pommetiers si votre deuxième voisin a un genévrier et vice versa.

20160410B

Galle sur un genévrier.

C’est que la rouille du genévrier (Gymnosporangium juniperi-virginianae) est une maladie avec deux hôtes alternes. Une année il attaque les genévriers (Juniperus spp.), provoquant la croissance de gales crevassées et pustulentes; l’année suivante, la maladie doit nécessairement infester un pommier ou un pommetier (Malus spp.) où elle crée de taches orange sur les feuilles. Dans les pires cas, il peut même faire chuter le feuillage du pommetier ou de pommier. Il est bien sûr possible de traiter aux deux semaines du printemps la fin de l’été avec un fongicide comme le produits à base de soufre, mais à quoi bon? Il est tellement pus facile de ne pas planter les genévriers et les pommetiers/pommiers près l’un de l’autre.

Il existe toutefois des genévriers résistants à la rouille (les espèces asiatiques et européennes y semblent moins sensibles que les espèces nord-américains) et également des pommiers et pommetiers résistants à la rouille. Alors, si vous trouvez un marchand très informé sur le sujet, il pourrait vous aider à faire un choix éclairé.

D’autres rouilles

Rouille aubépine.jpg

Rouille sur une aubépine.

Il y a des maladies très similaires (toujours des rouilles du genre Gymnosporangium) dont les hôtes alternes sont d’autres arbres et arbustes de la famille des Rosacées : aubépines, amélanchiers, sorbiers, poiriers et cognassiers.

Donc, pour avoir la paix, il ne faut jamais les planter à proximité de genévriers non plus!

Publicités

4 réflexions sur “Genévriers et pommetiers: pas un bon mélange

  1. Rémi

    Bonjour,

    Je viens d’acheter un aubépine et un pommier 5 variétés et les feuilles de deux sont tâchés de pois orangés sur les feuilles. Je pense asperger de bouillie bordelaise, mais je trouve le produit difficile à se procurer. Avez-vous des conseils? Je suis nouveau avec la culture d’arbre?

    Aussi, pensez-vous que le champignon peut sauter du pommier à l’aubépine sans passer par des genévriers?

    Merci,

    Rémi.

    • Tout fongicide pourrait fonctionner. Il faudrait que vous vérifier ce qui est disponible localement. Évidemment, cela n’aidera pas pour cette année, mais si vous traitez hebdomadairement depuis le printemps l’an prochain, ça devrait aider.

      Évidemment, en tant que jardinier paresseux, je me demande pourquoi vous garderez les parties de l’arbre qui sont sujettes à la rouille. Pourquoi ne pas enlever les sections atteintes et garder les variétés saines? Ou planter des pommiers résistants à la rouille?

      Et non, la rouille ne peut pas aller directement d’un pommier à une aubépine: elle doit passer par un genévrier. D’ailleurs, la souche qui s’attaque aux aubépine n’est pas exactement la même que celle qui touche aux pommiers.

  2. Pierre Janin

    Bonjour!
    Je n’ai pas trouvé d’articles sur les genévriers et j’ai une question à ce sujet. Je voudrais faire l’acquisition au printemps d’un Juniperus virginiana «CorCorCor» ou «Emerald Sentinel», j’habite dans le sud du Nouveau-Brunswick et je suis passionné d’oiseaux. Les fruits de la plante femnelles sont très prisés apparemment… Je crois comprendre que les genévriers doivent avoir un arbre mâle et femelle pour assurer la pollinisation. Je crois aussi que la pollinisation se fait par le vent. Est-ce qu’il est judicieux de planter le mâle en amont du vent et la femelle en aval pour assurer une meilleure fructification ou est-ce que cela n’a pas d’importance? Également, j’avais acheté un Amélanchier Saskatoon l’année passée, je me demandais si l’ajout de ces arbres à mon jardin nuiront à mon amélanchier…
    Merci d’avance!

    • Effectivement, il vous faudra un Juniperus virginiana mâle pour assurer la fructification, car cette espèce n’est pas indigène dans votre région et il risque alors de ne pas avoir de mâles dans votre secteur. Logiquement, oui, le mâle serait placé l où il y a le plus de chances que son pollen parvient à la femelle. Et malheureusement oui, les amélanchiers sont aussi affecté par une rouille similaire venant d’un genévrier, bien que d’une autre espèce.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s