Tomates et pommes de terre sur le même plant

Par défaut
20160225A.jpg

Pomate Ketchup ‘n’ Fries. Photo: Thompson & Morgan.

L’an dernier, j’ai écrit un blogue sur la «pomate» intitulé Deux légumes pour le prix d’un.  Il n’y avait pas de raison spécifique: c’est un sujet qui m’intéressait, tout simplement. Mais il faut croire que j’ai quelques dons de voyance, car cette année, il y aura des plants de pomate sur le marché au Québec, même à la grandeur du Québec. Portant le nom évocateur de Ketchup ‘n’ Fries™ (ketchup et frites), on m’assure qu’ils seront disponibles dans toutes les jardineries ce printemps. Ce produit est d’ailleurs déjà en vente en en Europe depuis 2 ou 3 ans sous le nom Ketchup ‘n’ Chips™.

Pas vraiment nouveau

L’idée de greffer un plant de tomate sur une pomme de terre est en fait un vieux concept: déjà le jardinier français M. Fourquet à Fromont (Seine-et-Marne) avait réussi un tel greffage en 1820. Et si ça peut fonctionner, c’est que les deux plantes sont de proches parents, étant toutes deux dans la famille des Solanacées. D’ailleurs, elles se retrouvent désormais dans le même genre, Solanum (lire le texte La tomate change de nom, mais pas de taille), la tomate s’appelant maintenant S. lycopersicum (son ancien nom était Lycopersicon esculentum) alors que la pomme de terre conserve son nom de toujours, S. tuberosum. De plus, on peut aussi greffer des tomates sur des plants d’aubergine (S. melonogena) et même sur des plants de tabac (Nicotiana tabacum) et de poivron (Capsicum annuum), qui ne sont pas du même genre, mais quand même des solanacées.

Personnellement, j’ai tenté de créer de mes propres plants de pomate à l’adolescence, comme projet de biologie à l’école secondaire, mais il était difficile de coordonner la croissance des deux plants de façon à avoir une pomme de terre et une tomate à un stade de croissance suffisamment similaire pour réussir le greffage. Les deux plants que j’ai finir par produire n’ont pas donner des résultats probants: les pommes de terre ont mûri avant que les tomates ne soit prêtes à récolter, mettant précocement fin à l’expérience. J’ai eu une récolte raisonnable de tubercules de pomme de terre, mais seulement 5 petites tomates vertes… sur deux plants. Pas fort!

Un greffage mieux calculé

Le greffage de la pomate Ketchup ‘n’ Fries a été mieux calculé, d’après ses fournisseurs. J’ai rencontré John Bagnasco de SuperNaturals, l’un des fournisseurs du plant, l’an dernier lors du congrès de la Garden Writers Association et il m’a expliqué qu’il a fallu 15 ans d’expérimentation pour arriver à un mariage qui fonctionne vraiment. Le secret est que la pomme de terre choisie est une variété tardive et que la tomate est une variété hâtive: ainsi les tomates mûrissent pendant que la pomme de terre est encore en pleine croissance. (Pourquoi n’avais-je pensé à cela lors de mes expériences!)

J’ai d’ailleurs essayé de savoir de quels cultivars qu’il s’agissait (je suis un peu maniaque sur l’importance de mettre le bon nom sur la bonne plante), mais paraît que c’est un «trade secret» (secret commercial). Donc, il va me falloir accepter Ketchup ‘n’ Fries™ comme nom! Tout ce que je sais est que c’est une pomme de terre blanche et une tomate cerise rouge.

Pas des plants Frankstein

Que les militants contre le OGMs se rassurent, toutefois: une tomate greffée sur une pomme de terre n’a rien de transgénique. Le greffage en horticulture, même entre plantes de genres différents, a une longue et illustre histoire. On fixe une plante sur les racines d’une autre, tout simplement et elles partagent eau, minéraux et sucres, point à la ligne. Aucun gène n’est échangé. Essentiellement toutes les pommes qu’on produit à travers le monde proviennent d’arbres greffés. Mais oui, allez-vous me dire, c’est un pommier greffé sur un pommier; ça ne compte pas. Alors, sachez que presque tous les orangers (C. x sinensis) de la Floride sont greffés sur les racines d’un arbre qui n’est pas un oranger, ni même un Citrus, soit le poncire trifolié (Poncirus trifoliata). Donc si vous mangez des oranges, ça fait longtemps que vous consommez des fruits portés sur un plant greffé intergénérique (entre deux genres différents), donc l’équivalent à la pomate.

Le pour et le contre

Mais pourquoi cultiver des pomates plutôt que des tomates et des pommes de terre sur des plantes différentes?

Les vendeurs vous diront sûrement que c’est pour économiser de l’espace: deux récoltes dans le même emplacement. La plante peut se cultiver en pleine terre ou en pot sur un balcon, une terrasse ou un toit. Donc, pour les jardiniers urbains, c’est logique. Aussi, la pomme de terre blanche utilisée est résistante au mildiou, cette maladie qui fait des ravages sur les tomates depuis quelques années. On peut, paraît-il, obtenir jusqu’à 500 tomates cerises et 2 kg de pommes de terre par plant, ce qui paraît assez impressionnant.

J’ajouterais à cela le plaisir d’expérimenter. Après tout, c’est quoi le jardinage sinon une longue suite d’expériences? Les gens qui tiennent à avoir des légumes absolument parfaits les achètent au supermarché. Seulement les jardiniers s’entêtent à cultiver des légumes d’année en année malgré des résultats (soyons honnêtes!) plutôt variables!

Le contre? Le prix, surtout. À environ 20 à 25$ (17€) pour un petit plant, ces tomates/pommes de terre vous coûteront un bras! Mais je ne dis pas que je n’en acheterai pas au moins une, juste pour voir.

Que voulez-vous, la curiosité est un vilain défaut!

 

Publicités

9 réflexions sur “Tomates et pommes de terre sur le même plant

  1. monsieur hodgson j’ai semer des semances de 5 sortes de tomates dans une coquille d œuf tres beaux plants é ils sont énormes beaucoup de feuillage ( ma culture en pots) mon jardin balcon)cette annee je n’ai pas encore de tomates a manger et tres petites a ce temps ci 7 sept. c est la 1ere fois que je n’ai pas de succes esse que les coquilles d œuf reduit presqu en poudre que j’avais mis en sous-couche sous mes plants peu en etre la cause je n’ai pas enlevé de drageons j arose abondamment chaque matin mon pied de tomate a fleuille de patates est énorme mais pas encore de tomates en apparence peu etre qu’ a noel j’en aurai si je suis patiente que dois je penser de ma culture de cette annee pas fameux a mon gout j’ai des petites tomates jaunes bombons qui sont mangeable comment évaluez vous mon jardinage . merci de vous lire

    • D’abord, les coquilles d’oeuf comme pot pour les semis, c’est bon pour amuser les enfants, mais elles sont beaucoup trop petites pour les vrais semis. Si vos semis y sont restés trop longtemps, leurs racines seront réstées comprimées, ce qui nuit à leur croissance future pendant tout le reste de l’été. Les coquilles d’oeuf en poudre ne peuvent pas avoir nui. Supprimer ou non les drageons non plus ne nuit pas. Ce qui peut avoir nui:
      1. une sortie trop tôt au printemps, quand les nuits sont encore froides;
      2. un sol inapproprié (trop pauvre, trop alcalin ou acide, etc.
      3. Températures trop chaudes (les fleurs ne sont pas pollinisées quand il fait très chaud).
      4. Températures trop froides (sûrement pas un problème cette année).
      5. Variétés à production tardives (il faut choisir des variétés hâtives pour la culture au Québec).

      J’espère que ces commentaires ont pu vous aider!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s