Jeter de l’huile sur… les plantes

Par défaut
20151216A.JPG

Achetez le concentré: vous en aurez plus pour votre argent.

Les huiles horticoles existent depuis longtemps. L’une des plus connues est l’huile au stade dormant ou huile d’hiver, qu’on applique sur les végétaux après la fonte des neiges, mais avant leur débourrement (d’où le nom, puisqu’on les applique sur les plantes en dormance), mais il existe aussi des huiles plus légères qu’on peut utiliser aussi durant la période de croissance. Ces huiles agissent en recouvrant l’insecte (ou sa pupe ou ses œufs) pour en boucher les pores, ce qui les empêche de respirer. Aussi elles font fondre la couche cireuse qui protège plusieurs insectes. Ainsi, les huiles fonctionnent essentiellement de la même manière que les savons insecticides.

Leur plus grand avantage est de ne pas être des poisons; leur action est strictement physique et elles sont donc inoffensives pour les humains, les mammifères, les oiseaux et les poissons. Pour qu’ils soient efficaces, il leur faut toutefois toucher l’insecte. Aussi, leur effet résiduel est minime: elles se dégradent après quelques jours et disparaissent.

Aux yeux d’un jardinier paresseux, leur plus grand défaut est d’être à très large spectre: ils tuent sans discernement les insectes nuisibles et les insectes bénéfiques. Il faut donc les utiliser avec circonspection, directement sur l’insecte à contrôler. On peut notamment les appliquer tôt le matin, avant que les abeilles ne soient présentes, et ainsi protéger ces dernières.

On utilise notamment les huiles horticoles pour contrôler les adelgides, les aleurodes, les cicadelles, les cochenilles, les œufs de chenille, les pucerons, les tétranyques (araignées rouges) et les thrips. Aussi, elles aident à prévenir certaines maladies, comme le blanc (oïdium et autres) et, indirectement, les virus (qui sont transmis par les pucerons et les cicadelles).

Publicités

9 réflexions sur “Jeter de l’huile sur… les plantes

  1. Marie-Claude Chagnon

    Est-ce qu’on peut trouver ces huiles en pépinière au Québec? Je combat un peloton de cochenilles depuis 1 an et quoique j’aie l’impression d’avoir circonscrit le problème, il en reste une colonie de têtues dans une de mes orchidées… Ma patience arrive à bout et ça serait quand même triste de jeter une si belle plante! Merci!

    • L’huile de neem est plus un insecticide qu’une huile horticole. C’est un produit complexe qui contient divers composés dont plusieurs ont un effet insecticide ou répulsif. On l’utilise donc surtout pour empoisonner les insectes et autres parasites (ou, à tout le moins, pour les empêcher de se multiplier ou pour les éloigner des plantes).
      Quand aux huiles horticoles proprement dites, oui, on peut les utiliser sur les plantes d’intérieur, notamment pour aider à contrôler les cochenilles.

      • Jay

        Bonjour

        J’ai essayé d’en trouver en jardinerie et on m’a informé que l’huile de Neem n’était plus disponible au Québec, est-ce vrai?

      • Oui, il a été retiré du marché il y a 2 ou 3 ans au Canada (pas seulement au Québec) pour raisons de non-respect des règlements. (L’huile de neem n’avait jamais été approuvée comme pesticide.) On peut en trouver en pharmacie, par contre, mais il coûte alors beaucoup plus cher.

  2. Lucie Palin

    Bonjour M. Hodgson,

    Est-ce qu’on peut utiliser cette huile horticole pour venir à bout d’une colonie de fourmis qui ont élu domicile dans mon poirier, l’été dernier ? J’ai bien peur qu’elles récidivent en 2016 et là, il faudra m’attaquer à cette infestation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s