Truc du jour

Histoire d’horreur : 30 ans de cochenilles!

20151116A
Mëme des plantes apparemment saines peuvent cacher des voyageurs indésirables.

D’où viennent les insectes indésirables qu’on trouve sur nos plantes d’intérieur? Certains peuvent rentrer de l’extérieur d’elles-mêmes (les araignées rouges sont tellement petites qu’elle peuvent passer à travers un moustiquaire) ou en se fixant sur nos vêtements quand on travaille dans le jardin (aleurodes, thrips, pucerons, etc.). Et une porte laissée ouverte quelques secondes suffit pour introduire les insectes volants. Mais beaucoup arrivent cachées sur une plante déjà infestée qu’on apporte dans la maison sans prendre les précautions nécessaires.

Une triste d’histoire

20151116B
Un simple dieffenbachia était à l’origine d’une infestation qui a durée 30 ans!

Dans mon cas, un simple dieffenbachia «sauvé» des vidanges (longue histoire) a été l’origine d’une infestation qui a duré 30 ans!

J’ai fait la gaffe de ne pas mettre la nouvelle plante en quarantaine (quelle erreur!) quand je l’ai rapportée à la maison. Évidemment, avant que je ne découvre qu’elle était infestée (les cochenilles peuvent être bien surnoises!), d’autres plantes l’étaient aussi. Ainsi, pendant toutes ces années, j’ai traité encore et encore, avec divers produits (savons, huiles, alcool à friction, etc.), chaque fois apparemment avec un certain succès, pour découvrir un peu plus tard que l’infestation reprenait, généralement d’ailleurs sur la même plante, sinon ailleurs.

Il y a 5 ans, j’ai décidé que c’en était assez. J’ai jeté toutes les plantes infestées, même des plantes que je savais que je ne serais jamais capable de remplacer. Ça n’a pas suffit: j’en ai bientôt trouvé sur d’autres plantes. Je les ai jetées aussi. Puis encore d’autres. Pendant 2 ans, j’ai encore trouvé, mais de moins en moins souvent, des plantes infestées à jeter. Ainsi ma collection de plantes d’intérieur a baissé de moitié: presque 300 plantes ont pris le chemin de la poubelle. Mais maintenant, le problème semble enfin résolu. Plus de cochenilles farineuses depuis 3 ans. Zéro. Pas une!

20151116C
La cochenille farineuse ne vole pas: elle arrive à votre maison sur une plante ou bouture infestée.

Notez que les femelles des cochenilles farineuses (et aussi celles des cochenilles à carapace, leurs cousines tout aussi désagréables) ne volent pas et que les espèces qui infestent nos plantes d’intérieur n’existent pas à l’extérieur, du moins, pas sous les climats froids. Elles vivent uniquement sur d’autres plantes d’intérieur. La seule façon pour les cochenilles d’entrer dans votre maison est sur une plante ou une bouture infestée.

La quarantaine, j’y tiens

595.K
Placez toute nouvelle plante en isolation.

Ainsi, pour prévenir les cochenilles, il faut toujours isoler (mettre en quarantaine) toute nouvelle plante ou bouture achetée, reçue en cadeau, échangée, etc. pendant au moins 40 jours (je la scelle dans un sac transparent, mais vous pouvez la placer dans une autre pièce). Et si vous voyez des cochenilles pendant cette période, la meilleure chose à faire est de la jeter.

Si vous insistez pour conserver la plante infestée, gardez-la en isolation et traitez-la encore et encore jusqu’à ce que vous ne voyez plus d’insectes. Personnellement, je exigerais à une plante auparavant infestée de cochenilles de montrer patte blanche pendant un an avant d’oser la mettre avec mes autres plantes d’intérieur. Mais je vois mal quelle plante vaudrait un tel effort de sauvegarde. Il m’a fallu 30 ans pour comprendre que la meilleure solution pour certains problèmes est faire de table rase, une leçon durement mais solidement apprise.

J’ai appris à mes dépens qu’on ne badine pas avec les cochenilles. J’espère que ma triste histoire vous épargnera vous aussi bien des ennuis.

22 comments on “Histoire d’horreur : 30 ans de cochenilles!

  1. Ping : Le vase d’argent | Jardinier paresseux

  2. Ping : Le réveil des ennemis des plantes d’intérieur | Jardinier paresseux

  3. Ping : Les cochenilles à carapace: une invasion sournoise – Jardinier paresseux

  4. Je crois avoir 2 plantes (un shefflera et un cactus) victimes d’une infestation de cochenilles. Les deux ont été changées de pièce afin de protéger mes autres plantes. Je ne vois aucune suggestion de traitement contre les cochenilles dans votre article. Que me suggérez-vous ?

  5. Ping : Au secours! Mon orchidée perd ses feuilles! – Jardinier paresseux

  6. Ping : Le faux zamier : une plante d’intérieur presque increvable – Jardinier paresseux

  7. J’en suis a ma quatrième année de cochenilles. Pas les farineuses mais celles qui rendent les feuilles collantes…

    Merci de votre article, je me sens un peu moins seule. Ça fait déjà beaucoup de plantes (près d’une cinquantaine) que je jète, remplace, et je n’arrive pas encore a bout du problème. Probablement que la plante porteuse je vois mal c’est laquelle. Mais aujourd’hui, triste nouvelle, une plante souvenir est bien infestée 🙁

    • andré Lyonnais

      moi je soupçonne le terreau que l¯on achète. je met les sacs au congello , une semaine avant de utiliser. pour les cochenille a carapace , j utilise des gans de coton , je trempe mes doit dans l,eau savonneuse et les retire entre mes doit a tous les semaines, j’obtiens un bon contrôle.

      • Sachant d’où viennent les terreaux et l’absence de plantes vivantes dans leur fabrication, il y a peu de risques de cochenilles (d’autres insectes. Mais congeler le terreau avant de l’utiliser n’est pas une mauvaise idée pour prévenir d’autres insectes et microbes.

  8. Mami Nithchka Pontina

    J’ai fait des semis pour la première fois cette année. Malheureusement elles semblent avoir été contaminées par des rejetons de cochenilles farineuses provenant de deux plantes grasses d’intérieur qui étaient à proximité (j’avais espéré qu’elles seraient assez loin pour qu’elles soient épargnées pendant leur court séjour de germination à l’interieur).

    J’aimerais quand même planter les semis dans mon jardin car ils sont assez vigoureux. Il s’agit de poireaux, lupins, tomates, Il y avait des aspeges que j’ai déjà jetées car elles en étaient pleines! J,ai aussi des cosmos.

    Étant donné que ces plantes vont rester dehors en hiver est-ce que je peux les planter en pleine terre sans craindre que les plantes vivaces adjacentes soient infestée à jamais?

    • Si l’hiver est froid dans votre région, il n’y a pas de crainte. Les cochenilles farineuses trouvées sur les succulentes d’intérieur ne survivent pas au froid; ce sont des insectes tropicaux.

  9. nithchka pontina

    Merci! Je vis à Aylmer, je pense que c’est zone 5B. J’imagine que c’est dans la catégorie des hivers froids (surtout ces dernières années)!

    C’est une très bonne nouvelle car j’étais fière d’avoir réussi à faire germer quelques grains mais déçue d’avoir à, peut-être, les jeter avant de les voir grandir.

  10. Hélène

    Bonjour,
    J’ai un genre de ficus complètement infesté de cochenilles à carapace.
    Je vais le jeter, mais dois-je aussi me débarrasser de toute la terre du pot ?

    Merci !

    • La terre peut être contaminée, probablement seulement en surface, mais pourquoi prendre une chance? Le pot, bien sûr, peut être nettoyé et réutilisé.

  11. Helene Gade

    Super, merci!
    J’ai tout jeté en effet, sauf le pot. J’ai nettoyé les plantes qui étaient attenantes, elles sont isolées et en observation, j’espère qu’elles n’auront pas été contaminées…
    En tout cas l’invasion de fourmi s’est quasiment stoppée nette depuis !

  12. Églantine

    Que deviennent les plantes jetées ? Ne déplace-t-on pas le problème des indésirables en favorisant leur circulation ?

  13. Ping : Un été en plein air pour contrôler les insectes des plantes d’intérieur – Jardinier paresseux

  14. Ping : Apprenez à laisser aller – Jardinier paresseux

  15. Ping : Contrôle des cochenilles: une bataille de vie ou de mort! – Jardinier paresseux

Répondre à Helene Gade Annuler la réponse.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :