Le cerisier ‘Schubert’ : déjà contaminé à l’achat ?

Par défaut

Le cerisier de Virginie ‘Schubert’ (Prunus virginiana ‘Schubert’) est parmi les petits arbres les plus vendus dans nos régions… et je me demande bien pourquoi.

20150817A

Cerisiers de Virginie ‘Schubert’

Non pas qu’il n’est pas beau: avec son feuillage vert au printemps qui devient pourpre foncé l’été, il sort vraiment de la foule. De plus, la plante telle que habituellement vendue a un tronc solide et droit et un port ovale arrondi attrayant. Ses grappes de petites fleurs blanches au printemps sont «correctes», mais pas spectaculaires (elles souffrent de la comparaison avec les pommetiers beaucoup plus colorés), mais les petits fruits d’abord verts, puis pourpre foncé luisant, presque noirs, ne manquent pas de charme et attirent les oiseaux.

Et il est si rustique: une solide zone 3! Jusqu’ici, il paraît merveilleux!

Ce qui est désolant, c’est son état de santé. Il me semble que tous les cerisiers ‘Schubert’ que je vois – et surtout les spécimens récemment plantés – sont atteints de nodule noir (Dibotryon morbosum, syn. Apiosporina morbosa), une maladie fongique.

Quelques informations sur le nodule noir 20150817CLes nodules en question sont des excroissances cylindriques boursoufflées et rugueuses de couleur noir charbon qui se forment le long des rameaux. Pour les voir en plein été, il faut regarder de très près, car le feuillage les cache bien. L’automne et l’hiver, quand l’arbre est dépourvu de feuilles, ils sont très visibles. Les rameaux atteints poussent normalement au début, mais éventuellement le développement du nodule, unilatéral au début, finit par faire le tour du rameau et coupe alors la circulation de sève. Ainsi la branche finit par mourir au-delà du nodule.

D’abord, ce sont les rameaux extérieurs qui sont les plus touchés, mais la maladie semble évoluer vers l’intérieur, atteignant des branches de plus en plus importantes avec le temps. Éventuellement, c’est le tronc qui est atteint et l’arbre finit par mourir, mais cela peut prendre 7 à 12 ans.

Le nodule noir s’étend par spores qui peuvent être transportées par le vent, la pluie ou par les outils de taille.

Un contrôle peu efficace 20150817D

«Pas de problème pour contrôler le nodule noir, disent les experts, il suffit de couper les branches infestées au sécateur environ 10 cm sous la base du nodule, stérilisant le sécateur entre chaque coupe avec de l’alcool à friction pour ne pas étendre la maladie.» Sauf que, tel les métastases d’un cancer, de nouveaux nodules apparaissent sur d’autres branches même après une taille très attentive. Je ne connais personne qui a réussi à guérir un cerisier ‘Schubert’ de nodule noir par la taille.

On dit aussi que des traitements antifongiques (à la bouille soufrée ou autres), effectués à la fonte des neiges, peuvent aider, mais encore, ils ne semblent rien donner. Essentiellement, une fois que l’arbre est atteint, il est condamné, du moins à long terme.

20150817E

Souvent tous les cersiers ‘Schubert’ du secteur sont infestés.

Pour prévenir cette maladie, on suggère d’éliminer tout prunier ou cerisier sauvage ainsi que tout arbre cultivé infesté à moins de 180 m (600 pieds) d’un cerisier ‘Schubert’ nouvellement planté, car ils peuvent être hôtes de la maladie. Bonne chance avec ça, car cela veut dire obtenir la collaboration de tout le quartier: 180 m, c’est essentiellement 2 pâtés de maison et je ne suis pas certain que tous les propriétaires du secteur vont sentir le besoin de s’impliquer. Notamment, quand vous dites à un propriétaire qu’il faut couper son arbre infesté pour sauver le vôtre, sera-t-il d’accord?

Le ‘Schubert’ est-il déjà infesté à l’achat? 20150817G

Maintenant que vous en savez plus sur le nodule noir, la question qui se pose est la suivante: est-ce possible que les cerisiers ‘Schubert’ que nous achetons soient déjà infestés? Que cette maladie se soit déjà propagée en pépinière? Car des études génétiques ont démontré que la souche de nodule noir qui affecte ‘Schubert’ est génétiquement distincte de celles qui touchent les pruniers et même que les cerisiers de Virginie sauvages portent aussi, en général, d’autres lignées de la maladie. Donc, l’infestation ne viendra pas des «pruniers et cerisiers sauvages» comme on l’a toujours prétendu, mais d’autres cerisiers ‘Schubert’.

Je n’ai pas de preuve de ce que j’avance ici. Il est possible que la maladie se propage d’un cerisier ‘Schubert’ à un autre uniquement par spores transportées par le vent, et cela, seulement après la plantation et que, ainsi, tous les spécimens vendus en pépinière soient entièrement libres de la maladie. (Mais pourquoi alors les ‘Schubert’ apparemment isolés sont-ils atteints?)

Personnellement, je n’y crois pas. Avant d’acheter un cerisier ‘Schubert’, j’aimerais avoir une confirmation qu’il n’est pas déjà condamné.

Que faire?

Étant donné la situation actuelle, où le nodule noir semble infester presque tous les cerisiers ‘Schubert’, je suggère d’éviter de planter cet arbre tant qu’on n’en sait pas plus sur l’origine de la maladie. Si vous en avez déjà un et que vous le taillez annuellement pour enlever les nodules, il serait sage de planter un autre arbre (et surtout pas un ‘Schubert’!) pour remplacer votre arbre qui s’en ira sans doute peu à peu. Ainsi, quand il faudra l’enlever, il y aura déjà un substitut en bonne voie et votre terrain ne paraîtra pas dénudé.

20150817H

L’érable de l’Amour: juste un exemple d’un petit arbre qui peut remplacer le cerisiers de Virginie ‘Schubert’.

Il ne manque pas de petits arbres d’une dimension similaire au cerisier de Virginie ‘Schubert’ et qui peuvent alors servir de substituts: pommetiers, lilas du Japon, érable de l’Amour, charme de Caroline, aubépines, certains magnolias, etc. Il existe même des cerisiers réputés résistants au nodule noir, comme le cerisier de l’Amour (Prunus mackii), mais j’aurais un peu peur de tenter le diable en le plantant tout près d’un ‘Schubert’ infesté.

Je serais curieux de savoir si ce blogue suscitera une réponse de la part d’un producteur des cerisiers de Virginie ‘Schubert’. Si oui, je vous tiendrai au courant.

Publicités

13 réflexions sur “Le cerisier ‘Schubert’ : déjà contaminé à l’achat ?

  1. Françoise Pascals

    J’ai planté un cerisier Schubert il y a 7 ans et je n’ai toujours aucun problème. Sur un terrain voisin, des pruniers étaient pourtant gravement atteints, mais ils ont été éliminés il y a 3 ans. J’espère que mon cerisier va continuer de se bien porter, mais à date aucun signe de maladie.

  2. Lyse Tessier

    Moi jen avais un…rempli de fruits et de nodules!!! Jai du le couper complètement et il a drajonne…maintenant cest un arbuste bizarre! A suivre…et je pense que les arbres fruitiers en général sont mal contrôlé au niveau des maladies en sortant des pepinieres…vendus tres cher ce seait la moindre des choses qu’ils ne Contaminent pas toute un region!!

  3. J’ai planté il y a quelques années, un aubépine. Il a été très beau durant les 3 premières années. Cependant, des nodules sont apparus. Les fruits que j’avais beaux et rouges, sont devenus gros et couvert d’une fine poudre orange. Je coupe régulièrement les nodules mais c’est de plus en plus difficile en hauteur.
    Ma voisine avait un cerisier bien avant que je plante mon arbre. Il s’est couvert de nodules lui aussi et elle a dû le couper cette année.
    Existe-il quelque chose que je peux faire ou mon arbre est-il appelé à mourir à plus ou moins long terme ?? Merci à l’avance.

    • Attention! Malgré la similarité, la maladie qui affecte votre aubépine n’est pas la même que le nodule noir du cerisier. Votre aubépine souffre de la rouille du cognassier. Cette maladie demande la présence d’un genévrier dans les environs. Parfois en éliminant des genévriers des environs auriez-vous un meilleur succès? Mais votre arbre semble très infesté: à ce stade, il est peut-être trop tard pour le sauver.

  4. François Sasseville

    J’ai deux cerisiers ‘Schubert’ ou ‘Canada Red’ qui ont 15 ans et qui font de plus en plus de nodules… mais il semblent en bonne santé si on en juge par la rapidité de leur croissance et leur vigueur (ils ont dépassé les 30 pieds de hauteur, un des deux drageonne, l’autre envahit mon voisin, leurs troncs font environ 1 pied de diamètre et ils commencent à faire sérieusement de l’ombre sur mes vivaces). Je songe à les faire abattre pour les remplacer par des malus (plus petits et résistants aux maladies)…

    Si ces cerisiers sont jugés malades et que je les remplace, est-ce que la ville de montréal va quand même me demander de payer pour un permis d’abattage? Les travaux seront dèjà bien assez onéreux sans avoir à payer pour ce permis…

    Quelques suggestions de malus à fruits persistants? (un colonaire pour ménager mon voisin, l’autre globulaire pour faire écran à l’autre voisin; et si possible de croissance moyenne à rapide)

    • Je ne peux pas répondre quant au fonctionnement des permis d’abattage à Montréal, mais à Québec on a déjà facturer à mon propriétaire pour un arbre qui était tombé lors d’une tempête!
      Malus à fruits persistants globulaires: ‘Sugar Time’, ‘Centurion’, ‘Rudolph’, ‘Indian Summer’, ‘Harvest Gold’… et il y en beaucoup d’autres
      Malus à fruits persistants colonnaires: il en a très peu et d’ailleurs les variétés que j’ai mis ici sont surtout à port « étroit » sans être colonnaires comme tel: ‘Rosalie’, ‘Adirondack’, ‘Red Jewel’
      Bon jardinage!

      • François Sasseville

        Merci de m’avoir répondu si vite!
        Après m’être renseigné, dans Rosemont il en coûte 130 $ par arbre pour l’étude de la demande afin d’obtenir un permis d’abattage (les prix varient d’un arrondissement à l’autre).

        http://www1.ville.montreal.qc.ca/banque311/node/1423

        Un inspecteur vient et après examen il détermine si l’arbre doit disparaître ou non. S’il refuse d’émettre le permis, le 130$ n’est pas remboursable… WOW!

        On n’en est pas à une absurdité près; si j’ai dix cerisiers ‘Schubert’ la facture s’élèvera à 1 300 $ et « l’étude » en question (qui ne sera guère plus exigeante que pour un seul sujet) ne justifie certainement pas une somme aussi exorbitante!!

        J’aime bien ‘Centurion, Adirondack est superbe mais de croissance lente paraît-il…
        Je retiens :
        Malus ‘Donald Wyman’
        Malus ‘Prairie Fire’
        Merci encore et Bonne Année!

  5. B. Charron

    Bonjour, j’ai le même problème que je reussis à contrôler en coupant les branches infestées, mais à chaque automne c’est à recommencer. J’attend qu’un autre arbre se developpe dans ma cour avant de le remplacer.

    Question: les fruits du cerisier de Schubert cette année sont très abondants et particulièrement gros, sont-ils comestibles? Peux-t-on en faire un sirop comme avec les fruits du sureau?

  6. Francine Bolduc

    Effectivement, je suis entrain d’arracher mon cerisier de Schubert. Il est âgé de 18 ans. Pour le remplacer, j’éviterais les arbres de la même famille qui est celle des rosaces tél que la,aubépine ou autre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s