Non catégorisé

Feuillicyclage

(Néologisme québécois)

20150809FPratique qui consiste à favoriser la décomposition des feuilles mortes qui tombent au sol à l’automne en les déchiquetant en petits morceaux à l’aide d’une tondeuse, d’une souffleuse à feuilles ou autre.

Une fois déchiquetées, les feuilles peuvent :

  • être laissées sur place où elles se décomposeront ;
  • être ajoutées au compost pour l’enrichir en carbone ;
  • être utilisées, seules ou en mélange, comme paillis de jardin;
  • être mélangées au sol.

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

5 comments on “Feuillicyclage

  1. Huguette

    C’en est fini de s’éreinter à remplir des sacs de feuilles… et j’espère que partout sera abolie la permission de se servir de sacs à poubelle en plastique!

  2. Ping : Les villes veulent-elles mettent fin au feuillicyclage? | Jardinier paresseux

  3. Bonjour! Est-ce que je peux faire du feuillicyclage avec les feuilles de chêne? Sur le site de la ville de Lévis, ils disent qu’il est préférable de les mettre dans le bac brun vu la lenteur de leur décomposition…

    • La ville exagère un peu. Ce sont les feuilles entières qui posent problème. Si vous déchiqueter les feuilles (sous une tondeuse, par exemple), leur décomposition ira assez rapidement.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :