La bibitte à patates arrive dans nos jardins

Par défaut
20150602A

Doryphores adultes.

Le doryphore de la pomme de terre (Leptinotarsa decemlineata), communément appelée « bibitte à patates », est essentiellement spécifique à la pomme de terre (ou patate si vous préférez). On dit qu’il mangera, s’il faut, le feuillage des tomates, des poivrons, des daturas, des pétunias et d’autres plantes de la même famille, les solanacées, mais personnellement, en plus de 40 ans de jardinage, je n’ai jamais eu de problèmes de doryphore sur aucune autre plante.

20150602B

Larve.

C’est un insecte très facile à reconnaître: un coléoptère bombé ressemblant à une grosse coccinelle, de couleur jaune striée noire. Les larves sont orange marquées de points noires.

Il est très difficile à contrôler cet insecte sauf si… on élimine la pomme de terre de notre potager! C’est d’ailleurs ce que font certains jardins communautaires, aux prises avec des jardiniers qui traitent leurs pommes de terre avec tous les insecticides de la terre dans le but de s’en débarrasser, ce qui provoquent la courroux des voisins moins portés sur l’intoxication aux pesticides. Et c’est le conseil principal du jardinier paresseux: pas de patates, pas de doryphores. Cas réglé! Vous irez acheter vos pommes de terre au supermarché comme tout le monde.

Mais si vous tenez à tout prix à cultiver des pommes de terre malgré la nécessité de contrôler le doryphore, voici quelques trucs pour vous aider.

Mieux vaut prévenir que guérir

20150602CD’abord, si les doryphores ne sont pas encore arrivés dans vos plants, allez vite les couvrir d’une couverture flottante et fixez-la bien au sol. L’eau, l’air et le soleil peuvent pénétrer cette barrière, mais pas les doryphores.

Pour que cette technique fonctionne, il faut absolument que vous ayez fait une rotation de cultures, donc que vos pommes de terre poussent dans une section du potager où il n’y en avait pas l’an dernier, sinon, quand les doryphores sortent de terre (ils passent l’hiver dans le sol au pied de leur hôte de l’année précédente), ils se trouveront à l’intérieur de la barrière où ils pourront se délecter de vos plants de pomme de terre à l’abri de vos traitements!

Trop tard ?

Si les doryphores sont déjà arrivés, essayez l’un des traitements suivants :

  • Ramassez à la main les adultes et les larves et écrasez-les ou déposez-les dans de l’eau savonneuse. Juste les faire tomber au sol suffit dans le cas des larves qui n’arrivent pas à remonter sur la plante;
  • Passez un aspirateur à main dans le feuillage pour ramasser les adultes et les larves;
  • OLYMPUS DIGITAL CAMERA

    Œufs.

    Cherchez et écrasez les œufs orange trouvés sous les feuilles;

  • Libérez des larves de coccinelles prédatrices et espérez qu’elles ne s’envolent toutes;
  • Vaporisez régulièrement avec des insecticides appropriés (pyréthrine, neem, etc.);
  • Traitez au BTT (Bacillus thuringiensis tenebrionis)… si vous pouvez en trouver. C’est une variété de BT spécifique aux doryphores et donc pas le même BT qu’on trouve habituellement en magasin, soit le BTK (Bacillus thuringiensis kurstaki), qui est efficace contre les chenilles, mais pas les coléoptères. Il y a aussi le BTI (Bacillus thuringiensis israelensis) que l’on vend pour traiter les moustiques. Mais le BTT, le «BT des doryphores» n’est pas disponible au Canada, du moins, pas aux jardiniers amateurs. Il faudrait le faire venir des Etats-Unis.
  • Enfin, le truc le deuxième plus «paresseux» (le premier étant de ne pas planter de pommes de terre): plantez vos pommes de terre non pas en rang, ce qui concentre l’odeur qui attire le doryphore, mais çà et là à travers les autres plantations. Souvent alors les doryphores n’arrivent même pas les trouver!
Publicités

19 réflexions sur “La bibitte à patates arrive dans nos jardins

  1. J’en ai sur mes cerises de terre en Mauricie près de Lanaudière depuis 3 ans malgré la rotation et les lits surélevés (même sans avoir jamais planté de pommes de terre, même sans voisins qui le font). (Malgré les milliers de coccinelles aussi…) Que faire avec elles côté couverture flottante, puisqu’elles doivent être pollinisées? (Le neem est de plus en plus difficile à trouver, d’ailleurs… mais là… je commence à penser à faire l’achat d’un aspirateur à main… juste pour ça! (écraser les oeufs, après 5 minutes je ne peux plus; c’est pas une activité agréable, disons!))

      • Grand merci, je le ferai! J’avais tenté ma chance (et le destin!) en mettant en terre quelques plants trop tôt en me disant sait-on jamais, et tout de suite ils ont été visités par les bestioles. (Avant que le gel ne les achève… mea culpa). Je changerai donc mon plan pour cette année, et mettrai mes autres plants de cerises de terre dans un lit différent, AVEC couverture! En me souhaitant une belle récolte, parce que les deux dernières années, les doryphores ont vraiment diminué la quantité de fruits.

  2. Normand Watier

    Je suis dans les jardins communautaires depuis plus de 26 ans et j’en ai eu qu’une seule fois il y a plus de 20 ans. Le doryphore était dans mes plants de nicotiana, un savon insecticide a fait l’affaire, mais a par la suite endommagé le feuillage de mes nicotianas. Il n’y avait aucune pomme de terre dans le jardin communautaire.

    • Il n’y a pas de lien direct entre la douceur d’un produit sur les légumes et leur effet sur les plantes vivantes. Après tout, les légumes, une fois récoltés, n’absorbent que peu des produits qu’on leur applique alors que les plantes vivantes peuvent le faire. Cela dit, en général, les savons sont relativement sécuritaires pour les plantes. Ce qu’il faut craindre sont les détersifs (le savon à vaisselle, malgré son nom, est un détersif) qui peuvent, dans certain cas, causer des dommages.

  3. isabelle

    Bonjour ! Mon village est situé au centre de champs de patates. Ce matin, j’avais des centaines de bibittes à patate sur mon solage de maison. Sur mon entrée asphaltée, je les voyais « migrer » vers ma maison. J’ai un datura en fleur et 2 jeunes pousses. Serais-ce la cause de leur « migration » chez moi ?
    Merci !

  4. Marie-Claude Bélanger

    On dit que les plants de haricots à proximité des plants de patates font fuir les doryphores (notamment, Yves Gagnon, La Culture écologique des plantes légumières). Ça a relativement bien fonctionné pour nous.

  5. Guylaine Côté

    Je coupe de grandes feuilles de rhubarbe et je les places au sol tout autour de la tige de « patate » et pour la 3è année les doryphores ne viennent plus….je fais aussi une bouillie avec les feuilles macérées et j’utilise en diluant sur les plants récalcitrants..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s