Catégories

Recherche

La taille des arbustes n’est (presque) jamais obligatoire

Curieusement, quand quelqu’un achète un arbuste, sa première question est souvent «quand dois-je le tailler?» Pourtant, ce n’est pas du tout la bonne question à poser. La bonne question est «dois-je le tailler?». Et si on vous dit oui, choisissez autre chose! En effet, sachez que seulement un infime nombre d’arbustes ont réellement besoin d’une taille annuelle. La plupart des autres peuvent très bien s’en passer. D’ailleurs, les arbustes les plus spectaculaires sont généralement ceux qui n’ont pas été taillés du tout ou seulement très rarement, juste pour enlever des branches mortes ou brisées. Donc, si vous voulez paresser dans votre jardin, plantez des arbustes: peu de végétaux demandent aussi peu de soins!

Ces bulbes qui apportent le printemps

Je suis aux anges, car j’ai enfin des fleurs dans mon jardin! Oui, je le sais. Je suis en retard par rapport à presque tout le monde, mais c’est ça vivre dans la très neigeuse ville de Québec: la neige tarde à partir. Mais quand elle fond enfin, il y déjà des fleurs. Tout de suite! À mesure que la neige recule, des fleurs sortent du sol comme par magie. On dirait qu’elles repoussent la neige, qui a l’air de battre en retraite devant leurs fleurs si colorées. C’est pourquoi je appelle ces plantes «bulbes repousse-neige». Ce sont de petits bulbes qu’il faut planter à l’automne (j’en parlerai davantage plus loin) et qui ont comme caractéristique de commencer à pousser sous la neige. Sans farce! En plein hiver, quand toutes les autres plantes dorment, les bulbes repousse-neige sont en pleine croissance, se préparant à fleurir. Ainsi leurs pousses sont déjà sorties quand la neige fond enfin… et souvent ils sont... Lire la suite >

Semis à faire à l’intérieur à la mi-avril

Nous voilà au cœur de la saison des semis intérieur. Il y a désormais autant de variétés à semer à cette saisi que des variétés que, théoriquement, vous auriez dû déjà avoir semées. Pour voir les «rendez-vous manqués», allez voir Semis à faire à l’intérieur au début d’avril, Semis à faire à l’intérieur à la mi-mars, Semis à faire à l’intérieur au début de mars, etc. Voici les semis à faire à l’intérieur à partir de la mi-avril : Aneth (Anethum graveolens) Arabette (Arabis caucasica et autres) Arachide (Arachis hypogaea) Arctotide (Arctotis x hybrida, anc. Venidium) Argémone (Argemone mexicana et autres) Aster (Aster spp. (incluant Symphtrichon, Eurybia et autres) Astilbe (Astilbe spp.) Aubrétie (Aubrieta spp.) Aulnée (Inula spp.) Baptisia ou faux indigotier (Baptisia spp.) Belle-de-jour (Convolvulus tricolor) Bident (Bidens aurea, B. ferulifolia et autres) Buglosse d’Italie (Anchusa azurea et autres) Camomille allemande ou matricaire (Matricaria recutita, syn. Matricaria chamomilla) Céraiste tomenteux (Cerastium tomentosum) Cerfeuil (Anthriscus cerefolium) Chardon écossais (Onopordum acanthium) Chou frisé ou kale (Brassica oleracea... Lire la suite >

Votre tomate préférée

La semaine dernière, j’ai demandé aux lecteurs de ce blogue de me donner le nom de leur tomate préférée et 86 personnes ont participé au sondage. Voici les résultats : La tomate la plus populaire est ‘Sweet 100’, avec 12% des votes, suivie de ‘Beefsteak’, ‘Yellow Pear’ (‘Poire jaune’) et ‘Black Krim’ (‘Noire de Crimée’) avec 9%. ‘Black Cherry’ (‘Cerise Noire’) s’est aussi bien placée, avec 7% des votes, alors que ma tomate préférée, ‘Sungold’, a reçu 6% des votes. Merci de votre participation !

Le fantastique gomphréna ‘Pink Zazzle’

Je l’ai vu pour la première à New York en juin 2014, dans le Grand Army Plaza, juste au sud du Central Park. J’ai été tellement étonné et impressionné que j’ai pris plus 30 photos. Mais il n’y avait aucune étiquette pour l’identifier. Comme la plante ne ressemblait à aucune autre, je n’avais même pas d’idée de sa famille, encore moins de son genre. Puis je l’ai vu de nouveau à Pittsburgh plus tard au cours de l’été, toujours sans étiquette, et enfin, carrément au Québec, dans le jardin Domaine Joly-de Lotbinière, où il était muni uniquement d’un numéro, car il faisait parti du concours Tendances horticoles 2014 dans lequel on ne révèle pas l’identité des plantes avant la fin de la saison. Mais j’ai néanmoins fini par trouvé son nom à force de fouiller sur l’Internet: Gomphrena ‘Pink Zazzle’. D’ailleurs, ‘Pink Zazzle’ a fini par gagné un Coup de cœur du public lors des Tendances horticoles 2014. Il faut... Lire la suite >

Attention aux zones de rusticité américaines!

La plupart des jardiniers amateurs canadiens connaissent leur zone de rusticité et savent que, quand il est question de choisir une plante pérenne (vivace, arbre, arbuste, etc.), mieux vaut choisir une plante de leur zone ou d’une zone moindre. (Pour trouver votre zone de rusticité, allez ici). Ce qui est moins connu est que le système des zones de rusticité utilisé au Canada, celui d’Agriculture Canada, et celui utilisé aux États-Unis, soit celui de l’USDA (United States Departement of Agriculture), ne correspondent pas tout à fait. Entre autres, le système américain tient seulement compte de la température minimale dans une région donnée, pas de la durée du froid. Or, qu’il fasse -15?C pendant une seule nuit affecte moins une plante peu rustique que quand il fait -15?C pendant une semaine. Les zones canadiennes tiennent compte de ce détail et aussi d’autres facteurs, donnant un portrait plus réaliste des conditions locales. Le résultat de ces différences est qu’il y a, du moins pour les zones... Lire la suite >

Analysez-moi çà!

On n’insistera jamais assez sur l’importance de bien connaître la qualité de son sol… et pour cela, quand vous commencez un nouvelle platebande ou installez un jardin, faites toujours analyser de sol. L’analyse vous dira si son pH est trop élevé ou trop bas (autrement dit, si le pH est trop alcalin ou trop acide) et s’il manque ou non des minéraux. En corrigeant les défauts avant même de commencer à jardiner, les résultats seront nettement meilleurs. Et même si vous ne corrigez rien, mais décidez de vivre avec le sol que dame Nature vous a fourni (ou, plus probablement, avec ce que l’entrepreneur qui a volé la bonne terre de votre terrain lors de la construction vous a laissé), au moins vous saurez à quoi vous en tenir et vous pourrez alors choisir les plantes qui aiment ces conditions. Que vérifie-t-on lors d’une analyse? En général, une analyse de sol comprend les éléments suivants: Type de sol (granulométrie): est-il... Lire la suite >

Rosiers: des étiquettes qui mentent

Attention lorsque vous achetez un rosier buisson, soit un rosier hybride de thé, grandiflora ou floribunda: la zone de rusticité indiquée sur l’étiquette n’est pas la bonne! On y marque généralement zone 5, mais ces plantes sont, pour la plupart, de zone 7 ou même de zone 8 (l’équivalent de la Virginie ou de la Caroline du Nord). Pourquoi alors ce mensonge flagrant? Ce qu’il est sous-entendu dans l’industrie horticole canadienne que ces rosiers ont besoin de protection hivernale partout dans le pays et que cette information est bien connue. Ainsi, il serait «acceptable» de mettre une étiquette zone 5 sur ces rosiers. Après tout, ils peuvent généralement (mais pas toujours) survivre à l’hiver en zone 5 avec une protection adéquate, notamment un cône à rosier bien rembourré. Mais qui explique cela au jardinier novice? Il voit un rosier «de zone 5», s’imagine alors que, puisqu’il réside en zone 5, aucune protection hivernale ne sera nécessaire. Alors la plante meurt au cours de l’hiver... Lire la suite >

L’érable de Norvège: un envahisseur à bannir

L’érable de Norvège (Acer platanoides), un arbre à bannir dans l’Est du Canada? L’idée paraît un peu farfelue. Après tout, c’est l’arbre ornemental le plus vendu dans le secteur! Pourtant, plusieurs écologistes préconisent son bannissement en Amérique du Nord et même l’élimination de tout arbre existant. D’ailleurs, bon nombre municipalités américaines ne permettent plus sa plantation. Et il est défendu d’en planter dans les états de Massachusetts et de New Hampshire aussi! Quand vous lirez la suite, vous comprendrez pourquoi. Qu’attendons-nous pour agir? L’érable de Norvège est originaire de l’Europe centrale et orientale. Dans son continent d’origine, il compose un élément parmi d’autres des forêts matures et ne cause pas de problème environnemental. En Amérique du Nord, où il a été très largement planté comme arbre de rue à partir des années 1950 en remplacement de l’orme de l’Amérique (Ulmus americanus), foudroyé par une maladie, il est cependant devenu un fléau. Le problème est que l’érable de Norvège produit énormément de... Lire la suite >

L’os moulu n’est pas votre ami!

Autrefois, l’os moulu (aussi appelé poudre d’os ou farine d’os) était un très bon engrais. On prenait des os de bétail avec la moelle et on les réduisait en poudre, ce qui donnait un engrais de bonne qualité, riche en azote. Mais la poudre d’os moderne n’est plus fabriquée de la même façon. Aujourd’hui, on extrait généralement la moelle et passe l’os à la vapeur pour enlever l’azote et la plupart des autres minéraux. Les produits ainsi extraits servent à différentes fins non reliées à l’horticulture (fabrication de gélatine, de colle, etc.). Le produit restant est réduit en poudre et vendu comme engrais biologique sous le nom d’«os moulu». L’os moulu moderne présente des ratios de NPK variables (selon le fabricant) : 0-12-0, 2-22-0, 4-10-0, etc. Peu à pas d’azote (premier chiffre), peu à pas de potassium (troisième chiffre), mais beaucoup de phosphore (deuxième chiffre). Or, les sols dans la plupart des régions où on ne pratique pas une agriculture intensive sont déjà... Lire la suite >

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!