Du basilic en santé : pas une mince tache !

Par défaut

20150313DLe basilic ou basilic romain (Ocimum basilicum) est l’une des herbes aromatiques les plus populaires dans nos jardins estivaux. Mais depuis quelques années, les jardiniers rapportent des difficultés avec sa culture. Le basilic paraît en forme quand on l’achète, mais dépérit peu après. Que se passe-t-il ?

Le basilic est frappé simultanément par deux maladies assez nouvelles (arrivées dans nos régions depuis moins de 15 ans), la fusariose du basilic (Fusarium oxysporum basilici) et le mildiou du basilic (Peronospora belbahrii)… et elles provoquent beaucoup de dégâts.

Fusariose du basilic (Fusarium oxysporum basilici)

La fusariose est arrivée en premier lieu, vers l’an 2009 au Québec. Elle se manifeste par des chancres brun foncé sur la tige qui finissent par l’encercler. Alors la tige fane et s’affaisse et le feuillage noircit. Quand les semis sont atteints, la pourriture s’installe à la base des tiges provoquant rapidement leur mort.

Rien ne peut guérir la plante d’une fusariose une fois que les symptômes sont évidents. On peut toutefois éviter la fusariose en choisissant des semences certifiées libres de la maladie, car la fusariose se transmet facilement par semences contaminées. Il existe aussi des cultivars résistants à la fusariose, comme O. basilicum ‘Nufar’, ‘Aroma 2’, ‘Envigor’, Plenty’, ‘Poppy Joe’s Basil’ et ‘Gecofure’. D’autres espèces de basilic aussi sont résistantes à la maladie (notamment le basilic sacré [O. gratissimum] et le basilic épicé [O. americanum]), mais il faut se rappeler que leur goût n’est pas le même que celui du basilic romain.

Mildiou du basilic (Peronospora belbahrii)

L’arrivée du mildiou du basilic est plus récente: vers l’année 2012 au Québec. J’en ai eu dans mon jardin pour la première fois en 2014 sur une potée de basilic achetée au Marché de Ste-Foy, potée qui paraissent bien saine au moment de l’achat. Pourtant, je savais qu’il ne fallait pas acheter de plants de basilic produits en serre (point 1 ci-dessous), mais j’avais oublié de semer du basilic à l’Intérieur au printemps, donc…

Le premier symptôme est un léger jaunissement des cotylédons des semis et des feuilles inférieures des plants plus matures. Ce jaunissement est concentré entre les nervures des feuilles. Plus tard, un duvet gris foncé paraît sous les feuilles qui jaunissent alors davantage, puis des plaques brunes (nécroses) paraissent sur les deux bords des feuilles. Par temps humide, la maladie gagne rapidement le reste de la plante, bien que les feuilles supérieures soient toujours moins touchées que les feuilles inférieures. Le collet et les racines demeurent sains.

À date, aucun basilic romain (O. basilicum) réellement résistant au mildiou du basilic n’a été trouvé, mais les basilics à feuillage pourpre (exception faite de ‘Red Rubin’) et le cultivar à feuilles vertes ‘Midinette’ seraient seulement «modérément sensibles» au mildiou (mieux que le «très sensibles» accordé aux autres). D’autres espèces de basilic seraient moins sensibles à cette maladie (basilic citronné [O. citriodorum], par exemple) ou même résistantes (basilic épicé [O. americanum]), mais alors, n’ont pas le goût du basilic romain et ne peuvent donc pas servir de véritables substituts.

Que faire?

Dans cette situation (2 maladies qui frappent simultanément une même plante), qu’est-ce les basilicophiles peuvent faire? Voici quelques suggestions :

1. Évitez d’acheter des plants de basilic offerts sur le marché. Ces maladies se répandent à la vitesse d’un éclair en serre et il est presque impossible de correctement stériliser une serre de production contaminée. Il serait donc sage de présumer que les plants de basilics mis en vente sont tous déjà contaminés. D’ailleurs, quand vous savez quoi rechercher, vous trouverez des symptômes mineurs de mildiou, notamment, sur essentiellement tous les plants offerts en magasin. À la place, semez le basilic vous-même: la maladie se répand moins vite dans une maison où l’air est moins humide.

2. Achetez des semences d’un marchand fiable, car les deux maladies sont généralement transmises initialement via des semences contaminées. Certains marchands (Richters, Johnny’s Select Seed) traitent leurs semences à la vapeur chaude pour détruire les maladies. Si vous connaissez un autre semencier qui garantit que ses semences sont libres de ces maladies, laissez-moi le savoir et j’ajouterai son nom à la liste.

3. Plantez le basilic au plein soleil en bien espaçant les plants. C’est que les spores s’installent plus efficacement sur des feuilles humides et toute condition qui fait assécher les feuilles plus rapidement (chaleur, bonne aération, etc.) réduira les risques d’infestation.

4. Comme les deux maladies prolifèrent quand le feuillage est humide, arrosez vos basilics par le pied, évitant de mouiller le feuillage.

5. Détruisez toute plante infestée. Les feuilles encore saines des plantes infestées demeurent comestibles et vous pouvez les consommer.

6. Faites toujours une rotation de 4 ou 5 ans dans le potager familial, car les spores peuvent hiverner dans le sol où ont été cultivés des basilics les années précédentes.

7. Préférez la culture du basilic en pot plutôt qu’en pleine terre. En changeant de terreau à tous les ans et en bien stérilisant le pot avant de l’utiliser de nouveau (un lavage à l’eau chaude suffira), les risques de propagation via un sol contaminé sont essentiellement éliminés.

8. Les fongicides disponibles au grand public, qu’ils soient biologiques ou de synthèse, maison ou commerciaux, se sont montrés peu efficaces pour contrer ou prévenir ces deux maladies.

Oui, cultiver du basilic sain est plus compliqué qu’auparavant, mais si vous faites très attention, vous y arriverez!

Publicités

10 réflexions sur “Du basilic en santé : pas une mince tache !

  1. Lucie Deslauriers

    Nos basilics sont pleins de petits vers blancs qui se tiennent sous les feuilles et dans les embranchements. Ils sont à l’intérieur. Quel moyen écolo pourrions-nous utiliser ?

  2. Josée Marcoux

    Mon basilic en terre est très sain mais une fois coupé et réfrigéré, des taches noires apparaissent dans les 24 heures. Est-ce normal. Est-il quand même comestible ?

  3. Bibiane Gemme

    Sur le bord de ma fenetre de cuisine, mon basilic est superbe. Il est tres prolofique et en sante.
    est-ce vrai que manger du basilic evite de se faire piquer par les maringoins?

    • Il s’agit tétranyques, de petits acariens aussi appelés araignées rouges. Commencez par un bon rinçage avec de l’eau claire. Après une vaporisation au savon noir ou un autre savon insecticide peut être utile. Mais récupérer un basilic affaibli est difficile, surtout qu’il est déjà de courte vie. Il est souvent plus facile de jeter la plante et de commence de nouveaux plants par semis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s