Peut-on tuer les fourmis avec de l’eau bouillante?

Par défaut

20160724A.jpgParmi les méthodes qu’on entend sur la façon de détruire les nids de fourmis dans le jardin est d’y verser de l’eau bouillante.

Avant de confirmer cette technique, il faut d’abord se demander si tuer les fourmis sur votre terrain est vraiment nécessaire. La plupart des fourmis sont inoffensives, voire bénéfiques. Je vous suggère de lire le blogue «Les fourmis détruisent mon gazon!» (titre un peu satirique) avant d’agir.

Si jamais vous juger que, malgré tout, les fourmis doivent mourir, est-ce que verser de l’eau bouillante sur le nid peut aider?

La réponse est : parfois.

C’est que l’eau bouillante refroidit rapidement quand on le verse sur le sol. Si la reine de la petite colonie est juste sous la surface du sol (et pour détruire un nid de fourmis, c’est la reine qui faut tuer), l’eau peut encore être assez chaude pour mettre fin à sa vie et oui alors, le nid sera détruit. Si elle s’est sagement installée en profondeur, cependant, l’eau aurait eu le temps de refroidir avant de l’atteindre.

20160724B.jpg

Si le nid réapparaît rapidement, le traitement a été un échec.

Vous verrez rapidement si le traitement est un échec: si, dans les heures qui suivent le traitement, le nid est rebâti, c’est que votre traitement n’a pas fonctionné.

Notez qu’il faut utiliser l’eau bouillante avec discrétion, car elle peut endommager les plantes des alentours. Ainsi le traitement à l’eau bouillante est plus facilement applicable sur une terrasse où il y a des nids de fourmis que dans un gazon, une platebande ou un potager.

Pour une méthode plus certaine pour détruire un nid de fourmis, lisez Contrôler les fourmis de façon écologique.20160724A

 

 

L’odeur du gazon tondu est un cri de détresse

Par défaut

20160721A.jpgL’odeur du gazon fraîchement tondu qui émoustille bien des jardiniers est en fait causée par des composés organiques volatils (COVs) libérés par les graminées dans le but d’aviser ses voisines qu’elles se font attaquer. Dans la nature, la graminée libère ses composés lorsqu’elle est victime d’un insecte nuisible ou d’un mammifère brouteur d’herbe. Ainsi elle prévient les graminées voisines d’une attaque éminente et celles-ci peuvent commencer à s’y préparer en produisant des produits dissuasifs: des composés toxiques ou des goûts désagréables.

De plus, certains composés stimulent la formation de nouvelles cellules à l’emplacement de la blessure pour qu’elle se referme plus rapidement. D’autres encore agissent comme antibiotiques pour prévenir les infestations de bactéries et de champignons. Certains COVs attirent aussi les insectes bénéfiques, comme des guêpes parasites et les punaises prédatrices, qui viennent en s’attendant de trouver leur proie, un insecte néfaste qui croque les feuilles.

Donc, tondre le gazon provoque une foule de effets différents, à la fois chez les végétaux tondus, ceux de leur voisinage et les insectes des environs. Toute une réaction en chaîne quand vous ne pensiez que réduire la hauteur de votre pelouse!

20160721B.pngSans doute que, avec le temps, les graminées de gazon apprendront à émettre des odeurs nauséabondes ou des émanations toxiques lors de la tonte afin de décourager les humains de les tondre!

Les tomates sont des plantes carnivores!

Par défaut

20160722ASaviez-vous que les poils collants trouvés sur les tiges des tomates servent de pièges pour de petits insectes? Ceux-ci meurent et tombent au sol pour être absorbés par les racines de la plante après leur décomposition.

On considère ainsi que la tomate est une plante carnivore, mais un carnivore passif. La dionée gobe-mouche (Dionaea muscipula) est un exemple de plante carnivore active: son piège se referme sur les insectes qui la visitent. La pomme de terre aussi est un carnivore passif, ainsi qu’un autre cousin, le pétunia (les trois sont des solanacées).

Maintenant que nous sommes au courant du passé sordide des tomates et des pommes de terre, la question à se poser est… est-ce que les végétariens accepteront toujours de manger ces deux légumes, même si ils mangent de la chair?

Pour contrôler le scarabée japonais

Par défaut
20160721A.jpg

Scarabée japonais

Il n’est pas facile de contrôler le scarabée japonais (Popillia japonica), un coléoptère  introduit accidentellement du Japon au New Jersey aux États-Unis en 1916 (oui, c’est son 100e anniveraire!) et en progression constante depuis ce temps. Il est maintenant largement distribué dans tous les états américains à l’ouest du Mississipi et en Nouvelle-Écosse et, depuis environ une décennie, gagne massivement le Québec, l’Ontario et le Nouveau-Brunswick. Il n’en reste que, au Québec, sa présence demeure très localisée: vous pouvez très bien avoir un problème majeur avec cet insecte alors que personne dans la paroisse voisine ne l’a jamais vu.

On le trouve surtout dans le centre et sud-ouest de la province: Sorel-Tracey, rive sud de Montréal, Drummondville et par endroits en Estrie et en Lanaudière. Il ne semble pas présent, ou du moins il ne persiste pas jusqu’à ici, dans l’est et le nord du Québec

Le scarabée japonais est bien établi aussi en Italie depuis quelques années et on craint qu’il gagnera tout l’Europe avec le temps.

Ses dégâts

20160721B.JPG

Le scarabée japonais peur réduire le feuillage en charpie.

Il s’attaque à un grand nombre de plantes (plus de 400), dont des vivaces, des annuelles, des grimpantes, des arbres et des arbustes (mais rarement les conifères), mangeant le feuillage, les fleurs et les fruits. Ils squelettisent les feuilles, ne laissant souvent que des nervures, et ce qui reste fini par brunir et tomber: souvent de loin un arbre sévèrement atteint semble brûlé. Après le passage des scarabées, les plantes atteintes refont toutefois de nouvelles feuilles et ne souffrent pas autant de l’infestation que leurs propriétaires humains, mais plusieurs années de défoliation peuvent les affaiblir ou même les tuer.

Plantes hôtes

Allez ici pour trouver une Liste des plantes hôtes préférées du scarabée japonais.

Une description

20160721C.jpg

Scarabée japonais adulte

L’adulte est un coléoptère dodu d’environ 13 mm de longueur à la tête et corps vert métallique et aux élytres (couvertures des ailes) brun cuivré. Six touffes de poils blancs longent chaque côté des élythres. Il est assez joli, je trouve!

21060721D.jpg

Larves de scarabées japonais à 3 stades différents.

La larve vit sous le sol et fait partie des «vers blancs» (larves de hannetons) couramment vus dans les pelouses. Elle est en forme de C et a la tête brune et le corps couleur crème… comme les autres vers blancs. Il n’est pas la peine d’essayer de distinguer entre les différentes espèces de ver blanc: les différences d’apparence sont minueures et de plus, elles font les mêmes dégâts et nécessitent environ le même traitement.

Les adultes émergent à la fin de juin ou en juillet et se nourrissent d’abord de plantes basses avant de migrer vers les arbres. Ils aiment être au soleil et ainsi s’attaquent d’abord aux feuilles supérieures, dévorant les feuilles inférieures seulement après celles de dessus sont réduites en squelette de façon à ce que le soleil perce.

Après quelques semaines de consommation intense, les femelles commencent à pondre dans les gazons, quelques œufs à la fois à quelques centimères sous le sol, puis elle recommence le lendemain ou aux deux jours. Elles pondent en fin de journée.

Les larves éclosent assez rapidement. Elles mangent surtout les racines de graminées. À l’automne, elles descendent jusqu’à 35 cm de profondeur dans le sol pour éviter le gel, puis remontent au printemps. Souvent le gazon atteint commence à mourir par plaques juste avant que les adultes émergent… mais il est très difficile de distinguer les dégâts des larves de scarabée japonais de ceux des autres vers blancs.

Deux détails importants à retenir

D’abord, il faut comprendre que les invasions de scarabées japonais sont fortement reliées à la surabondance des pelouses de graminées des environs. Là où il y a moins de gazon, les scarabées sont plus rares (en ville, par exemple) et causent peu de dégâts. Dans son pays d’origine, le Japon, où les pelouses sont rarissimes, le scarabée japonais n’est pas considéré un problème majeur. Mais en Amérique du Nord, où de vastes pelouses de graminées dominent le paysage de toutes les banlieues et en l’absence d’un prédateur vraiment efficace, l’énorme nombre d’insectes provoque un véritable catastrophe pour beaucoup de jardiniers. Les scarabées préfèrent des pelouses cultivées au plein soleil dans un sol sablonneux. Déjà laisser la pelouse plus haute (10 à 15 cm) que la normale plutôt que de la scalper à 5 cm peut aider à décourager les femelles de pondre.

21060721E.jpg

Les scarabées japonais sont grégaires: on les trouve toujours en groupe.

Tout aussi important, il faut noter que les scarabées du Japon sont grégaires. Ils se tiennent toujours «en gang». On en voit souvent 3 ou 4 l’un par-dessus l’autre en traine de copuler. L’odeur de scarabées en attirera d’autres. Ainsi, si vous êtes assidu dans votre contrôle au tout début de la saison et gardez le nombre très bas, ils feront peu de dégâts, mais iront plutôt rejoindre leurs amis ailleurs, là où l’odeur est plus concentré.

Comment les contrôler

1. Enlever peu à peu, sur plusieurs années, les plantes les plus touchées pour les remplacer par les plantes qu’ils aiment moins peut faire beaucoup pour régler le problème. Et le résultat sera durable. C’est de loin la méthode la plus efficace.

20160721H.jpg

L’éclairage nocturne peut attirer les scarabées.

2. Évitez d’éclairer les gazons et les platebandes la nuit. La lumière les attire.

3. Ramassez les insectes et faites les tomber dans un seau d’eau savonneuse. Ou encore, utilisez un aspirateur portatif pour les récolter. Mieux vaut faire ce travail tôt le matin, quand ils sont moins actifs.

4. Vaporisez tôt le matin, cela afin ne pas toucher les pollinisateurs et autres insectes bénéfiques, avec une solution de savon insecticide, de neem ou de pyrèthre. Évitez le savon à vaisselle, toxique à plusieurs plantes. Il existe aussi des pesticides systémiques de synthèse qui rendent toute la plante toxique, mais ces produits ne sont pas offerts au grand public à cause de leur grande dangerosité.

20160721F

Piège aux phéromones pour scarabées japonais.

5. Utilisez des pièges aux phéromones conçus pour les scarabées japonais et nettoyez-les quotidiennement au plus fort de l’invasion. Ils contiennent deux phéromones: une phéromone sexuelle qui imite l’odeur du scarabée japonais femelle et qui attire alors les scarabées mâles et une autre qui dégage une odeur florale qui attire les deux sexes. Il est cependant très important de placer ses pièges à au moins 15 m (50 pies) de leurs plantes préférées, sinon vous allez empirer la situation, car seulement une partie des scarabées rentent dans le piège: les autres vont bouffer les plantes attrayantes des environs. Pour plus de renseignements sur les pièges aux phéromones, lisez Au piège de l’amour.

20160721F

Nématodes bénéfiques.

6. On peut traiter le gazon aux nématodes bénéfiques de la mi-août au début de septembre, au moment où les larves commencent à éclore. Les nématodes sont vivants: il faut les acheter au moment propice et les conserver au réfrigérateur. Aussi, arrosez la veille et après l’application, puis gardez le sol humide pendant 4 à 7 jours. De préférence, vous traiteriez par une journée grise, sinon tôt le matin, car le soleil intense peut tuer les nématodes fraîchement appliqués.

7. Il y a une maladie bactérienne, la maladie laiteuse (Paenibacillus popilliae, anciennement Bacillus popilliae (appelée milky spore disease en anglais), qui peut tuer les larves de vers blancs et qui s’applique un peu à la manière des nématodes. Elle a une plus grande persistance que les nématodes (jusqu’à 20 ans!), mais il faut 2 à 3 ans avant que la quantité de spores présentes dans le sol soit assez abondante pour arriver à contrôler les larves, donc il faut être très patient. De plus, ce produit n’a jamais été homologué pour le Canada et ainsi ne peut pas être vendu dans ce pays.

8. Il y a aussi une forme spéciale de BT, soit le BTG (Bacillus thuringiensis galleriae), une bactérie qui est spécifique aux scarabées et aux coléoptères similaires (hannetons), mais il n’est pas encore offert commercialement. Il est efficace contre tous les stades de maturation des scarabées japonais.

9. Semez du trèfle dans votre gazon ou même, remplacez votre gazon de graminées par une pelouse de trèfles. Les scarabées ne peuvent se nourrir de trèfles, ni les adultes ni les larves.

10. N’arrosez pas la pelouse au mois d’août. Si le sol est sec au moment de l’éclosion des larves et que, par conséquence, les graminées sont en dormance estivale, la plupart des larves mourront de faim.

20160721G

Les musaraignes sont parmi les prédateurs des scarabées japonais.

11. Encouragez la présence de prédateurs naturels (crapauds, oiseaux, musaraignes, taupes, etc.) ou libérer des canards ou des poules dans le secteur. Les mouffettes aussi mangent les larves… mais font beaucoup de dégâts dans la pelouse en les recherchant. Deux prédateurs naturels asiatiques des scarabées du Japon ont été libérés aux États-Unis, la mouche Istocheta aldrichi et la guêpe Tiphia vernalis, et commencent à s’étendre, réduisant la population dans ce pays. En autant que je sache, toutefois, ils ne sont pas offerts commercialement.

12. On peut couvrir les légumes et les petits fruits de couvertures flottantes afin de les protéger. Il faut placer la protection en début de saison, avant que les scarabées ne soient présents.

13. Certains végétaux sont toxiques aux scarabées japonais. C’est le cas notamment des fleurs de pélargonium des jardins (Pelargonium x hortorum) et de marronnier à petites fleurs (Aesculus parviflora) et des feuilles de ricin (Ricinus communis) et de quatre heures (Mirabilis jalapa), mais notez qu’il faut que les scarabées les mangent pour que ce traitement soit efficace, donc il faut être prêt à sacrifier ces plantes pour sauver les autres. Il ne faut pas présumer que ces plantes pièges fassent pus que légèrement baisser la population.

14. D’autres végétaux ont la réputation de repousser les scarabées, notamment les alliums (oignon, poireau, ail, ciboulette, etc.), la rue (Ruta graveolens) et la tanaisie (Tanacetum vulgare), mais l’effet est limité, même nul quand la population est très forte… et la tanaisie, surtout, est très envahissante.

Peu de solutions parfaites

Vous comprendrez en lisant ce qui procède que presque aucun traitement contre les scarabées n’est parfait, sauf le premier (remplacer les plantes susceptibles par les plantes que les scarabées ne mangent pas), mais à force de les combiner sagement, il est possible de réduire la population au point où les scarabées deviennent plutôt un petit désagrément qu’un fléau. À vous de les apprivoiser!20160721C

 

Pourquoi mon yucca ne fleurit pas?

Par défaut
20160720A

Yucca filamentosa

C’est une plainte qu’on entend souvent. Le yucca qu’on a planté fait de belles feuilles, mais ne fleurit pas, ou encore, pas souvent. Pourquoi?

Quelle espèce?

20170720F.jpg

Yucca elephantipes: indoor yuccas almost never bloom.

Disons tout d’abord que les yuccas cultivés à l’intérieur, comme le yucca sans épine (Yucca elephantipes), ne fleuriront probablement jamais, même si vous les placez à l’extérieur pendant l’été. Il n’y a tout simplement pas assez de lumière dans une maison typique pour permettre à ces plantes de produire des fleurs. Il faut les considérer des plantes à feuillage décoratif, tout simplement.

D’autres espèces sont cultivées en pleine terre et peuvent fleurir. Dans les régions tempérées, l’espèce la plus cultivée dans les jardins est le yucca filamenteux (Y. filamentosa), mais on voit parfois aussi le yucca flaccide (Y. flaccida), considéré par certaines autorités comme une simple sous-espèce du yucca filamenteux. Dans le reste du texte, donc, j’utiliserai le terme yucca filamenteux, comme s’il n’y avait qu’une seule espèce.

Même si on cultive le yucca filamenteux comme vivace, cette plante est un fait un arbuste, avec des tiges ligneuses, mais elles sont bien cachées par le feuillage en forme d’épée à la marge décorée de filaments blancs (d’où le nom commun), donc la plante ressemble à une vivace.

L’épi floral est impressionnant : il peut atteindre de 1,2 à 2,5 m de hauteur (parfois même 3,5 m!) et porte des clochettes blanc ivoire. Elles sont pendantes le jour, mais se redressent et dégagent un parfum envoûtant la nuit. Des semences sont rarement produites, car seulement la teigne du yucca, un papillon de nuit, peut les polliniser et elle n’est présente partout. Après la floraison, donc, typiquement on supprime la tige séchée avec des sécateurs, la coupant là où elle sort de la rosette, sinon la tige morte et dénudée peut persister 2 ou 3 ans.

20160720D

Le yucca filmateux est souvent en piètre état au printemps, car sa rusticité est limitée. Ici, quelques rosettes sont mortes, mais la plupart ont survécu et pourront fleurir un jour.

Le yucca filamenteux est de zone de rusticité 6, mais souvent cultivé en zone 5 ou même 4 où il subit divers degrés de dommages hivernaux. Parfois les gens en région froide attachent les feuilles ensemble par-dessus le cœur de la plante pour le protéger du froid. Au printemps, il y a souvent du ménage à faire pour enlever les feuilles qui ont gelé au cours de l’hiver, mais tant que la partie centrale est encore verte, la plante récupèrera.

Une rosette, une floraison

Ce qu’il faut comprendre avec le yucca est que chaque rosette ne fleurit qu’une seule fois… et qu’elle peut prendre plusieurs années avant de fleurir.

20160720BWalters

Après une dizaine d’années, quand les rosettes se seront multipliées, la floraison sera plus fréquente et plus abondante. Photo: www.perennialresource.com

Sous des conditions très propices, quand la plante pousse au plein soleil dans un sol très bien drainé, la rosette peut fleurir en aussi peu que 3 ans. Quand les conditions sont moins favorables – quand la plante pousse à l’ombre ou à la mi-ombre, par exemple, ou dans un sol un peu humide – elle peut prendre 5 ou 6 ans avant de fleurir, même plus. Si on ajoute à cela que le fait que la rosette peut être endommagée par le froid, ce qui fera avorter la floraison, vous comprendrez que la floraison peut être retardée encore davantage.

Habituellement, donc, selon la maturité de votre yucca quand vous l’achetez, il peut fleurir la deuxième ou troisième année après la plantation. Mais plus aucune fleur n’apparaîtra l’année suivante, ni l’année après ça. À mesure que la plante grossit, cependant, elle produira de plus en plus de rosettes (et occupera de plus en plus d’espace dans le jardin). Donc, avec le temps, quand il y aura beaucoup de rosettes d’âges différentes, la floraison commencera à être plus fréquente. Souvent des grands spécimens de 10 à 15 ans sont capables de fleurir à tous les ans, avec parfois plus d’un épi si plus d’une rosette est à maturité.

La patience est de mise

20160720C Bright Edge

Même les yuccas filamenteux à feuillage panaché, comme ce ‘Bright Edge’, arrivent à fleurir sous de bonnes conditions… mais pas souvent.

Si vous voulez un yucca en fleurs chez vous à tous les ans, achetez annuellement une nouvelle plante en pépinière qui porte déjà un début de tige florale… ou apprenez patienter. Les floraisons augmenteront avec le temps et deviendront annuelles… éventuellement. Mais vos cheveux auront le temps de grisonner auparavant!

Le yucca le plus rustique

20160720E

Le yucca glaque a un feuillage impressionnant… heureusement, car il fleurit encore moins souvent que le yucca filamenteux.

Moins disponible commercialement, le yucca glauque (Yucca glauca) est nettement plus rustique que le yucca filamenteux. Originaire du centre des États-Unis et du sud de l’Alberta, il survit facilement en zone 3 sans la moindre protection, même sans une couverture de neige. Ses feuilles très étroites et coriaces sont aussi acérées qu’un baïonnette: attention à vos yeux! Malheureusement, sa floraison est encore plus rare que celle du yucca filamenteux: il peut prendre 10 ans avant de fleurir pour la première fois! Je suggère de le cultiver pour l’originalité de son port (on dirait vraiment une plante tropicale!) et sa facilité de culture (aucune protection hivernale n’est nécessaire), calculant que ses floraisons, quand elles surviennent, sont un cadeau des dieux.

 

Plantez un arbre à une distance respectueuse des limites de propriété

Par défaut
20160719A.jpg

Pensez-y deux fois avant de planter un arbre à la limite de propriété.

Vous voulez planter un arbre chez vous? Tant mieux, mais, pour être un bon voisin, il vaut mieux le planter complètement à l’intérieur des limites de votre terrain où il ne nuira pas aux voisins. Mais ce n’est pas ce qui font beaucoup de jardiniers…

Tristement, beaucoup plantent leur arbre carrément à la limite du terrain (ce qu’il ne faut jamais faire sans la permission du voisin) ou juste à l’intérieur des limites de leur terrain. Avec le temps, l’arbre grandira et pourrait facilement nuire à la jouissance du voisin de son terrain, coupant la lumière, envahissant le sol avec ses racines, asséchant son potager, etc.

Ce que la loi en dit

C’est le genre de situation où les lois ne sont pas toujours claires. D’ailleurs, peu de municipalités ont des lois à ce sujet. On considère tout simplement qu’il y a des règles de bon voisinage et ses règles impliquent que les arbres doivent être plantés à une certaine distance de la propriété du voisin, selon l’espèce, afin qu’ils ne nuisent pas à son utilisation du terrain. Par exemple, si l’arbre aura une cime de 8 m de diamètre à maturité, il sera sage de le planter à au moins 4 m (la moitié de son envergure) du terrain du voisin.

On devrait aussi appliquer cette logique même aux arbres qui germent le long d’une clôture. D’accord, dame Nature les a semés, mais s’ils sont plutôt de votre côté des limites, les règles du bon voisinage suggèrent qu’il n’est pas sage de les laisser se développer. Et s’ils germent juste de l’autre côté, vous pourriez aviser votre voisin du problème à venir.

Si les branches débordent chez vous

20160719B.jpg

Même si les branches débordent chez votre terrain, vous n’avez pas nécessairement le droit de les tailler.

Trop tard, l’arbre de votre voisin est déjà bien implanté et déborde sur votre propriété. Pire, les branches nuisent à votre utilisation du terrain. Avez-vous le droit de les couper?

Au Québec et en Ontario, généralement pas. L’arbre est considéré la propriété du voisin et seulement lui a le droit de le tailler ou de le faire tailler. Vous n’avez pas le droit non plus d’aller sur son terrain pour faire la taille, du moins sans sa permission. Vous pouvez lui demander de tailler les branches nuisibles ou la permission de le faire vous-même, mais il est parfaitement en droit de refuser. Si la nuisance est réelle et qu’il refuse de faire la taille demandée, vous devez lui envoyer une injonction. Et s’il n’obtempère pas… eh bien, il ne reste qu’à aller en cour.

Tout cela aurait pu être évité si l’arbre avait été planté au bon endroit.

Dans les autres provinces canadiennes et aux États-Unis, les lois concernant les branches qui débordent varie d’un état à un autre, et même d’une municipalité à une autre, mais généralement vous pouvez tailler les branches qui débordent chez vous tant que cette taille ne nuit pas à la santé de l’arbre. Mais à vous de vérifier!

Arbustes et haies

21060719C.jpg

La haie mitoyenne est bien populaire, mais qui doit la tailler?

La même logique s’applique aux arbustes et, surtout, aux haies. Si vous voulez planter une haie, l’idéal est de la planter entièrement à l’intérieur des limites de votre terrain. Même, suffisament à l’intérieur que vous puissiez la tailler sans mettre le pied chez le voisin. Ainsi, aucun conflit n’est possible.

Si vous voulez planter une haie mitoyenne, et que votre voisin est d’accord, vous pouvez la planter exactement à la limite des deux propriétés. Mais mieux vaut signer un papier quant à son entretien (taille, fertilisation, etc.) pour éviter tout conflit futur. N’oubliez pas que le voisin avec lequel vous avez pris l’entente verbale peut déménager et que le nouvel arrivé ne verra pas nécessairement la situation de la même façon. Alors vous pourriez trouver ce papier bien pratique.

Quand il y a des lois

Dans certains pays, comme en France, il y a des règles très strictes quant à la plantation près des limites d’un terrain et y contrevenir peut vous amener en cour. Par exemple, un arbre ou un arbuste d’une hauteur supérieure à 2 m à l’âge adulte doit être planté à au moins 2 m de la limite de propriété. Et un arbuste ou haie ne dépassant pas 2 m doit être planté à au moins 50 cm du terrain voisin. Je trouve une distance de 2 m entre un grand arbre et les limites du terrain un peu mince, mais aux moins la loi est claire.


En conclusion, avant d’y aller avec la plantation d’un arbre, d’un arbuste ou d’une haie près des limites de votre terrain, il est sage de vous informer de ses dimensions éventuelles et de considérer s’il peut nuire aux voisins. Et avant tailler un arbre ou arbuste, même s’il paraît mitoyen, il est toujours sage de s’informer auprès des autorités pour connaître les lois en vigueur.20160719D.JPG

 

 

 

L’écopelouse: le gazon à son plus simple

Par défaut
20160718A.jpg

L’écopelouse du jardinier paresseux: le seul entretien qu’elle reçoit est la tonte.

Vous pensez installer un gazon chez vous, mais ne tenez pas nécessairement au vert de golf bichonné dont l’industrie du gazon fait la promotion, avec ses sempiternelles graminées fines tondues ras comme un tapis? Ni à payer une fortune pour le gazon en rouleau, pour les engrais pour le nourrir ou pour les traitements sans fin qui l’accompagnent?

Pourquoi ne pas opter pour un gazon plus naturel, composé de différents végétaux… dont plusieurs que des jardiniers plus méticuleux considéreraient des mauvaises herbes? On pourrait l’appeler gazon naturel, pelouse à vaches (c’est comme cela qu’on l’appelait dans mon enfance), mais la tendance actuelle est de l’appeler écopelouse…

Pour commencer à zéro

20160718B.JPG

Pour obtenir un gazon naturel, faucher ce qui y pousse naturellement, puis continuer de tondre.

Supposons que vous décidez de convertir le champ voisin en écopelouse. Ou encore, votre maison est récemment construite, mais aucun gazon n’a jamais été installé et maintenant, le terrain foisonne de grandes herbes disparates, un mélange de graminées et herbacées non graminoïdes. Que faut-il faire?

20160718E.jpg

Avec une débrousailleuse, on ne fait qu’une bouchée des herbes hautes.

Pour commencer, il faut faucher les grandes plantes présentes. Une tondeuse déchiqueteuse peut suffire à la tâche si on y met un peu d’efforts, mais si l’herbe est très dense ou s’il y a des arbustes mélangés aux herbacées, mieux faut louer une débrouissailleuse pour le faire. Laissez les rognures sur place: elles aideront à nourrir le sol.

Après le fauchage initial, il suffit de continuer de tondre ce qui repousse. Avec le temps, les plantes qui ne sont pas capables de tolérer une tonte fréquente disparaîtront et cèderont la place aux plantes que la tonte ne dérange pas. Ainsi, assez rapidement, les graminées et le trèfle blanc commenceront à dominer accompagnés un mélange d’autres plantes basses que, autrefois, on aurait appelé mauvaises herbes: plantains, lierre terrestre, pissenlits, etc. Souvent aussi des plantes ornementales des platebandes voisines viennent embellir l’écopelouse:  bugle rampante, herbe aux écus, sédum âcre, thym, violettes, etc. Oui, une écopelouse peut fleurir aussi!

20160718I.jpg

Mélange de semences à gazon à entretien réduit.

S’il y a des secteurs faiblement habités de végétaux dans votre nouvelle écopelouse, achetez des semences à gazon ou de trèfle blanc et étendez-les dans ces emplacements. Cette tâche bouche-trou se fait de préférence à l’automne (fin d’août ou mois de septembre), sinon au printemps. Vous pouvez utiliser à cette fin des mélanges à gazon à entretien réduit spécialement conçus pour nécessiter moins de tonte.

Pour convertir un gazon déjà établi

Il est encore plus facile de convertir un gazon établi en écopelouse. Il suffit de le tondre, tout simplement. Il contient probablement déjà quelques plantes que vous jugiez indésirables. En bien, à partir du moment où vous choisissez de faire une écopelouse, cessez de voir ces plantes comme des mauvaises herbes. Désormais toute plante qui tolère la tonte aidera à créer le milieu plus équilibré qui est le gazon naturel.

Entretien d’une écopelouse

016.K

Un gazon naturel contient des graminées, mais aussi du trèfle, des plantains et – oui! – même des pissenlits.

Tondez à environ 7,5 cm de hauteur quand le gazon devient trop haut à votre goût.

Voilà le seul entretien. Nul besoin de fertiliser, d’arroser, d’enlever les rognures, d’aérer, de traiter aux herbicides et aux pesticides, etc. Laissez tout ça aux maniaques du gazon parfait.

Deux exceptions

20160718H.jpg

À peu près la seule plante basse qui n’a pas sa place dans un gazon naturel est le chardon.

Si j’étais vous, j’enlèverais quand même de mon écopelouse, en les arrachant, les plantes à feuillage piquant (généralement, il s’agit de chardons), car c’est quoi le but d’un gazon sinon de pouvoir se prélasser nu-pieds sur votre propre tapis vert? Mais vous pouvez laisser tout autre plante qui s’y installe pousser et proliférer à son goût.

Et si vous avez de jeunes enfants qui joueront sur votre gazon naturel, enlevez toute roche ou extrémité de branche qui jaillit du sol, et ce, pour ne pas qu’ils trébuchent en courant. Remplissez les trous laissés de terre. Vous pouvez semez des semences de gazon à entretien réduit ou de trèfle blanc sur la terre de remplissage pour le faire verdir l’emplacement plus rapidement… ou attendre que dame Nature expédie des plantes pour la combler.


20160718D.jpg

Ce pauvre souffre du trouble obsessionnel-compulsif du gazon parfait.

Mais, svp, ne riez pas de vos pauvres voisins quand vous les voyez s’acharner, s’épuiser et se ruiner à essayer de créer une pelouse composée uniquement de graminées fines de type vert de golf. Ils souffrent sans doute du trouble obsessionnel-compulsif du gazon parfait, une maladie mentale difficile à traiter. Il faut donc les prendre en pitié. Les pauvres n’ont pas encore compris qu’il vaut mieux travailler avec dame Nature que contre elle. Et tout jardinier paresseux sait que dame Nature a toujours raison!016.K