Comment trouver un article sur le site Jardinier paresseux

Par défaut
20170727G clipartsgram.com.gif

Comment chercher un article sur le site du jardinier paresseux. Illus.: clipartsgram.com

Cherchez-vous un renseignement horticole sur le site Jardinier paresseux? Il y a de bonnes chances que l’information y soit, mais avec plus de 1000 articles publiés, comment vous y retrouver?

C’est facile!

20170727A.png

Cliquez sur +.

Si vous voyez sur le signe plus (+) en haut à droite, cliquez dessus pour ouvrir le panneau latéral.

20170727B.png

Inscrivez les mots recherchés ici.

Un bouton marqué «Recherche» y apparaîtra rapidement. Cliquez sur le bouton et écrivez le problème en bref, puis faites retour (Enter) ou cliquez sur l’icône en forme de loupe.

20170727C.png

Plusieurs articles peuvent apparaître. Alors, faites défiler l’écran vers le bas et cliquez sur celui qui vous intéresse le plus.

Les titres et les premières mots d’un ou de plusieurs articles qui touchent votre problème paraîtront. Il suffit alors de cliquer sur le titre pour faire afficher l’article complet.

Oui, c’est aussi facile que cela!

Si vous ne voyez pas le signe plus (+)

20170727D.png

Quand le menu est présent, le bouton «Recherche» se trouve à sa fin.

Sur les ordinateurs, l’écran est plus large et le panneau latéral (menu) est déjà visible à gauche. Si oui, le bouton «Recherche» se trouve à la fin du menu.

Autre méthode

Voici une méthode tout aussi facile:

20170727E.png

Entrez «jardinier paresseux» suivi de votre question.

Allez dans votre moteur de recherche préféré (Google, Yahoo, Bing, etc.) et entrez les mots «jardinier paresseux» suivis des paroles principales de votre question.

20170727F.png

Cliquez sur l’article qui vous convient.

Encore, en peu de temps vous aurez plusieurs suggestions d’article, dont sûrement au moins un qui répondra à votre questionnement.

Bonne recherche!20170727G clipartsgram.com

Publicités

Plantes qui aiment un sol détrempé

Par défaut
20170726A くろふね, WC .jpg

Primevères japonaises (Primula japonica) naturalisées dans une zone humide. Photo: くろふね, Wikimedia Commons

Idéalement, tout sol de jardin serait à la fois humide et bien drainé. Tout surplus d’humidité s’évacuera rapidement, ce qui permettra au sol de s’oxygéner (et les racines de végétaux ont besoin d’oxygène), mais le sol retiendra aussi assez d’humidité pour fournir aux plantes l’eau dont elles ont absolument besoin pour leur croissance. C’est la situation idéale pour probablement 95% des végétaux.

Quand un sol est constamment détrempé, alors, mieux vaut essayer de corriger la situation en installant un ou plusieurs drains ou en rajoutant une couche de terre pour surélever la plantation. Cela permettra une utilisation maximale du secteur pour pelouses, plates-bandes, potagers, etc.

Mais cela n’est pas toujours possible. Certains sols sont toujours détrempés parce qu’ils se trouvent dans une dépression, au pied d’une pente, le long d’un cours d’eau ou dans un autre emplacement où le drainage est tout simplement impossible. Mais si le sol de votre terrain est toujours ou souvent détrempé, ne pleurez pas de votre malchance: quand la vie vous donne des citrons, faites de la limonade! Quand votre sol est mal drainé, la chose la plus paresseuse à faire est de cultiver des plantes qui tolèrent ou même qui préfèrent les sols détrempés! Problème réglé!

20170726B Lilies Water Gardens.jpg

Jardin fleuri en bordure d’un étang dans un sol détrempé. Photo: Lilies Water Gardens

Les plantes suivantes ont la capacité de vivre dans des milieux toujours humides, où l’oxygène est en bonne partie chassé du sol à cause de la présence constante d’eau. Certaines sont des plantes semi-aquatiques ou marginales et, dans la nature, leurs racines trempent constamment dans l’eau. La plupart, par contre, sont adaptées à un milieu plus terrestre, mais très humide et poussent souvent sur le bord d’un cours d’eau ou dans un marais, un marécage ou une tourbière à l’état sauvage. Toutes réussiront bien dans les sols de jardin humides à détrempés.

En voici une liste:

Annuelles

20170726C Biswarup Ganguly, WC.JPG

Bien qu’habituellement cultivés en milieu terrestre, les cannas peuvent pousser dans l’eau si besoin y est. Biswarup Ganguly, Wikimedia Commons

  1. Bégonia des plates-bandes (Begonia x semperflorens-cultorum)
  2. Calla ou lis calla (Zantedeschia spp.)
  3. Canna (Canna spp.)
  4. Cléome (Cleoma hasslerana)
  5. Colocase (Colocasia esculenta)
  6. Euphorbe panachée (Euphorbia marginata)
  7. Impatiens des jardins (Impatiens walleriana)
  8. Impatiens du Cap (Impatiens capensis)
  9. Mimule (Mimulus x hybrida)
  10. Pensée (Viola x wittrockiana)
  11. Torénia (Torenia fournieri)

Bisannuelles

20170726D Max Pixel.jpg

Le myosotis se plaît dans les sols humides. Photo: Max Pixel

  1. Digitale (Digitalis purpurea) zone 3b
  2. Julienne des dames (Hesperis matronalis) zone 3
  3. Myosotis (Myosotis spp.) zone 3

Vivaces

20170726E Asclepias incarnata.jpg

L’asclépiade des marais est une plante adaptée aux milieux humides et l’une des plantes-hôtes du papillon monarque. Photo: jardinierparesseux.com

  1. Amsonie bleue (Amsonia tabernaemontana) zone 3
  2. Asaret ou gingembre sauvage (Asarum spp.) zone 3 à 7, selon l’espèce
  3. Asclépiade des marais (Asclepias incarnata) zone 3
  4. Aster de Nouvelle-Angleterre (Symphyotrichum novae-angliae, syn. Aster novae-angliae) zone 3
  5. Astilbe (Astilbe spp.) zone 3
  6. Astilboïde (Astilboides tabularis) zone 3
  7. Barbe de bouc (Aruncus spp.) zone 3
  8. Bistorte (Polygonum bistorta) zone 3
  9. Brunnera ou myosotis du Caucase (Brunnera macrophylla) zone 3
  10. Calla des marais (Calla palustris) zone 2
  11. Camassia (Camassia leitchlinii) zone 5
  12. Chou puant (Sympocarpus foetidus) zone 3
  13. Chrysogonum (Chrysogonum virginianum) zone 4
  14. Cierge d’argent ou cimicifuge à grappe (Cimicifuga racemosa, syn. Actaea racemosa) zone 3

    20170726F Wouter Hagens, WC.jpg

    Darmera (Darmera peltata). Photo: Wouter Hagens, Wikimedia Commons

  15. Darmera (Darmera peltata) zone 2
  16. Doronic (Doronicum spp.) zone 3
  17. Épilobe à feuilles étroites (Chamaenerion angustifolium, syn. Epilobium angustifolium) zone 2
  18. Eupatoire (Eupatorium spp.) zone 3
  19. Fougère (la plupart des espèces) zone 1 à 10, selon l’espèce
  20. Gaillet odorant ou aspérule odorante (Galium odoratum) zone 3
  21. Galane ou chélone (Chelone spp.) zone 3
  22. Gentiane d’Andrews (Gentiana andrewsii) zone 2
  23. Hélénie (Helenium spp.) zone 3
  24. Herbe aux écus (Lysimachia nummularia) zone 3
  25. Herbe aux goutteux (Aegopodium podagraria) zone 3
  26. Hibiscus vivace (Hibiscus moscheutos) zone 5
  27. Hosta (Hosta spp.) zone 3
  28. Iris de Sibérie (Iris sibirica) zone 3
  29. Iris des marais (Iris pseudacorus) zone 2

    20170726G Tak1701d, WC.jpg

    Iris japonais (Iris ensata). Photo: Tak1701d, Wikimedia Commons

  30. Iris japonais (Iris ensata) zone 4 ou 5
  31. Iris versicolore (Iris versicolor) zone 3
  32. Iris (plusieurs autres espèces) zone 2 à 8, selon l’espèce
  33. Lamier maculé (Lamium maculatum) zone 2
  34. Ligulaire (Ligularia spp.) zone 3
  35. Lobélie bleue (Lobelia siphilitica) zone 3
  36. Lobélie cardinale (Lobelia cardinalis) zone 3
  37. Lysichite (Lysichiton spp.) zone 5
  38. Lysimaque (Lysimachia spp.) zone 3
  39. Mertensie de Virginie (Mertensia pulmonarioides) zone 2
  40. Monarde (Monarda spp.) zone 3
  41. Muguet (Convallaria majalis) zone 1
  42. Ortie jaune (Lamium galeobdolon) zone 2
  43. Pétasite (Petasites japonicas) zone 3
  44. Petit prêcheur (Arisaema triphyllum) zone 3
  45. Plante caméléon (Houttuynia cordata) zone 4
  46. Pontédérie à feuilles en cœur (Pontederia cordata) zone 3

    20170726H BerndH, WC.jpg

    Populage des marais (Caltha palustris). Photo: BerndH, Wikimedia Commons

  47. Populage des marais (Caltha palustris) zone 3
  48. Primevère (Primula spp.) zone one variable, 2 à 7
  49. Pulmonaire (Pulmonaria spp.) zone 3
  50. Quenouille ou massette (Typha spp.) zone 2
  51. Reine des prés (Filipendula spp.) zone 3
  52. Rodgersia (Rodgersia spp.) zone 4
  53. Salicaire pourpre (Lythrum salicaria) zone 3
  54. Sarracénie pourpre (Sarracenia purpurea) zone 3
  55. Tournesol à feuilles étroites (Helianthus angustifolius) zone 5
  56. Trolle (Trollius spp.) zone 3
  57. Vernonie de New York (Vernonia noveboracensis) zone 3
  58. Véronicastre (Veronicastrum spp.) zone 3
  59. Violette dressée (Viola cucullata) zone 4

Graminées

20170726I nichegardens.com.jpg

Acore odorant panaché (Acorus calamus ‘Variegatus’). Photo: nichegardens.com

  1. Acore graminiforme (Acorus gramineus) zone 4
  2. Acore odorant panaché (Acorus calamus ‘Variegatus’) zone 4
  3. Avoine sauvage (Chasmanthium latifolium) zone 5
  4. Carex à feuilles de palmier (Carex muskingumensis) zone 2
  5. Carex à feuilles larges (Carex siderosticha) zone 4
  6. Carex doré (Carex elata ‘Aurea’) zone 5
  7. Glycérie panachée (Glyceria maxima ‘Variegata’) zone 4
  8. Jonc spiralé (Juncus effusus ‘Spiralis’) zone 4
  9. Miscanthus (Miscanthus sinensis) zone 4, 5 ou 6, selon le cultivar
  10. Miscanthus géant (Miscanthus x giganteus, syn. Miscanthus floridulus) zone 5
  11. Panic raide (Panicum virgatum) zone 4
  12. Roseau (Phragmites australis) zone 3
  13. Ruban de bergère (Phalaris arundinacea picta) zone 3
  14. Scirpe zébré (Schoenoplectus lacustris tabernaemontani ‘Zebrinus’) zone 5
  15. Spartine pectinée (Spartina pectinata) zone 4

Arbres

20170725X Przykuta, WC

Le saule pleureur (Salix x sepulcralis ‘Chrysocoma’) préfère les sols humides à détrempés. Photo: Przykuta, Wikimedia Commons

 

  1. Amélanchier arbre (Amelanchier arborea) zone 4
  2. Aulne (Alnus spp.) variable, zone 2-7
  3. Bouleau noir (Betula nigra) zone 3
  4. Catalpa (Catalpa spp.) zone 5
  5. Charme de Caroline (Carpinus caroliniana) zone 3
  6. Chêne bicolore (Quercus bicolor) zone 4
  7. Chêne des marais (Quercus palustris) zone 4
  8. Cyprès chauve (Taxodium spp.) zone 5
  9. Épinette noir (Picea mariana) zone 1
  10. Érable argenté (Acer saccharinum) zone 3
  11. Érable rouge (Acer rubrum) zone 3
  12. Frêne vert (Fraxinus pennsylvanica) zone 3
  13. Liquidambar (Liquidamabar styraciflua) zone 6
  14. Mélèze (Larix spp.) zone 2
  15. Métaséquoia (Metasequoia glyptostrobioides) zone 5
  16. Micocoulier occidental (Celtis occidentalis) zone 3
  17. Orme de Chine (Ulmus parvifolia) zone 6
  18. Peuplier (Populus spp.) zone 2 à 7, variable selon l’espèce
  19. Platane (Platanus spp.) zone 5
  20. Sapin beaumier (Abies balsamea) zone 2
  21. Saule (Salix spp.) zone 3 à 9, variable selon l’espèce
  22. Thuya de l’Ouest (Thuja plicata) zone 5
  23. Thuya ou cèdre (Thuja occidentalis) zone 3
  24. Tupélo (Nyssa sylvatica) zone 5
  25. Zelkova du Japon (Zelkova serrata) zone 6

Arbustes

20170726K Krzysztof Ziarnek, Kenraiz WC.jpg

Céphalanthe (Cephalanthus occidentalis). Krzysztof Ziarnek, Kenraiz, Wikimedia Commons

  1. Andromède (Andromeda poli folia) zone 2
  2. Arbre pompadour (Calycanthus floridus) zone 5
  3. Aronie (Aronia spp.) zone 3
  4. Azalée des marais (Rhododendron viscosum) zone 5
  5. Bleuetier ou myrtille (Vaccinium spp.) zone 3 à 6, selon l’espèce
  6. Canneberge, airelle ou atoca (Vaccinium spp.) zone 3
  7. Céphalanthe ou bois bouton (Cephalanthus occidentalis) zone 4
  8. Clèthre à feuilles d’aulne (Clethra alnifolia) zone 4
  9. Cournouiller arbustif (Cornus alba, C. sericea, etc.) zone 2 à 5, variable selon l’espèce
  10. Fusain de Fortune (Euonymus fortunei) zone 6
  11. Hamamélis de Virginia (Hamamelis virginiana) zone 3
  12. Houx glabre (Ilex glabra) zone 5
  13. Houx verticillé (Ilex verticillata) zone 3
  14. Kalmia (Kalmia spp.) variable, zone 2 à 6
  15. Leucothoe (Leucothoe fontanesiana) zone 6
  16. Millepertuis dense (Hypericum densiflorum) zone 6
  17. Myrique beaumier (Myrica gale) zone 2
  18. Myrique de Pennsylvanie (Myrica pensylvanica) zone 4b
  19. Physocarpe à feuilles d’obier (Physocarpus opulifolius) zone 3

    20170726K Salix bhfnursery.com.jpg

    Le saule maculé (Salix integra ‘Hakuro Nishiki’) peut pousser dans un sol de jardin humide ou bien drainé.  Photo: bhfnursery.com

  20. Saule (Salix spp.) zone 1 à 7, variable selon l’espèce
  21. Spirée blanche (Spiraea alba) zone 3
  22. Spirée tomenteuse (Spiraea tomentosa) zone 3
  23. Sureau du Canada (Sambucus canadensis) zone 4
  24. Viorne dentée (Viburnum dentatum) zone 3
  25. Viorne obier (Viburnum opulus) zone 3
  26. Viorne trilobé ou pimbina (Viburnum trilobum) zone 2

Bon jardinage!20170726A くろふね, WC

Pour un jardin d’eau sans moustiques

Par défaut

 

20170725A.jpgOn peut éliminer les larves de moustique et de mouches noires (qui deviennent bien sûr les adultes qui nous piquent et nous mordent!) dans nos jardins d’eau avec le Bti (Bacillus thuringiensis israelensis), une bactérie bénéfique.

Non, il ne s’agit pas d’un OGM. Le Bti est tout à fait naturel et écologique: on la trouve largement distribuée dans la nature. En le libérant dans un étang, on ne fait qu’étendre son aire de diffusion temporairement. Son utilisation est largement acceptée en jardinage biologique. Le Bti n’est pas toxique aux humains, non plus, ni aux animaux domestiques, oiseaux, poissons, grenouilles, etc.

20170725B Pixabay, .jpg

Les moustiques peuvent aussi transporter des maladies. Photo: Pixabay

Avec les maladies transportées par les moustiques (virus du Nil occidental, encéphalite équine, virus Zika*, etc.) qui sont de plus en plus à craindre, il est bon de savoir qu’on peut assurer que nos petits jardins d’eau ne fassent pas partie du problème.

*Le virus Zika n’est pas encore présent au Canada ni en Europe et sa distribution aux États-Unis est actuellement limitée à la Floride et au Texas, mais les moustiques capables de porter cette maladie s’y trouvent. Les autorités croient que ce n’est qu’une question de temps avant que le virus gagne ces régions.

Le Bti est spécifique aux larves des moustiques et des mouches noires et ne s’attaque à aucun autre insecte, même pas d’autres larves aquatiques. (Notez bien qu’on utilise une autre forme de la bactérie Bt, le Btk [Bacillus thuringiensis kurstaki] en jardinage biologique pour le contrôle biologique des chenilles.) On trouve le Bti sous plusieurs formats: granules à verser dans l’eau, «radeaux flottants» en forme de Cheerios ou de pastilles, etc. Selon l’option choisie, il faut répéter les traitements aux 30 jours environ.

hqdefault.jpg

Pastilles MosquitoDunks®

On trouve les produits contenant du Bti en quincaillerie et en coopérative agricole ainsi que sur l’internet (Amazon.ca, par exemple). Voici quelques marques de commerce offertes: MosquitoDunks, AquaBac et Vectobac.

Voici une source d’information plus approfondie sur le Bti: Tout ce que vous devez savoir sur le Bti.20170725A

Le jardinage n’a pas besoin d’être un fardeau

Par défaut
burden-clipart-heavy-burden Clipart Panda.png

Jardiner ne devrait pas être un fardeau. Illus.: Clipart Panda

Trop de jardiniers débutants ont une attitude défaitiste vis-à-vis du jardinage. Ils pensent que jardiner demande nécessairement beaucoup de temps et d’efforts et ils s’attendent donc à avoir à travailler fort.

Mais jardiner n’a pas besoin de prendre beaucoup de temps! Chaque fois qu’on semble vouloir vous imposer une tâche qui prendra beaucoup de temps ou qui reviendra encore et encore pendant tout l’été, donc, rebellez-vous! Dites-vous bien une chose: les plantes veulent survivre et n’ont pas besoin de moi pour le faire.

Si vous devez vous battre encore et encore pour garder une plante en vie ou travaillez comme un forcené pour entretenir votre terrain, ce n’est pas normal. Il y a moyen d’obtenir d’aussi bons résultats avec beaucoup moins d’efforts.

Il s’agit de savoir comment le faire… et vous trouverez beaucoup de conseils utiles à cet effet sur le site Web jardinierparesseux.com.

 

MosaïCanada 150: spectaculaire!

Par défaut
20170723N.jpg

Le symbole des Mosaïcultures internationales et de loin le montage le plus populaire auprès du public, Terre Mère est reprise dans chacune des expositions à travers le monde.

J’ai pu visiter MosaïCanada 150, à Gatineau, Québec, la semaine dernière en tant que guide-accompagnateur pour le circuit Jardins des Mille-Îles et d’Ottawa, organisé par Groupe Voyages Québec, et je peux vous dire que c’était spectaculaire. L’équipe du Comité international de mosaïculture, qui présente des expositions similaires depuis 2000, s’est perfectionnée au cours des années et la qualité des montages est réellement exceptionnelle.

Qu’est-ce la mosaïculture?

20170723P.jpg

Employée tondant une sculpture vivante.

La mosaïculture est l’art de composer des massifs floraux pour créer des motifs ou des textes. Dans le cas de la mosaïculture tridimensionnelle, telle que vue à Gatineau, les massifs floraux deviennent de véritables sculptures végétales. Chaque sculpture, remplie de terreau, est couverte de milliers de petites plantes qui sont, par la suite, arrosées, taillées et bichonnées pour maintenir l’effet désiré pendant tout l’été.

20170723K.jpg

La visite commence avec une gare (toit, murs et même cheminée végétalisés)…

20170723A.jpg

… et un train (également couvert de plantes). On nous invite à un voyage à travers le Canada.

20170723B.jpg

La gendarmerie royale (la «police montée» en jargon québécois) est bien sûr représentée.

20170723C.jpg

Chaque province et territoire a sa propre mosaïque. Ici, le Pêcheur de homards représentant la Nouvelle-Écosse.

20170723D.jpg

Le Québec est représenté par Trois navires venus de France…

20170723E.jpg

Un ours polaire symbolise le Manitoba.

20170723F.jpg

Un rappel historique du Klondike pour le Yukon, avec le Chercheur d’or.

20170723G.jpg

Les bœufs musqués des Territoires du Nord-Ouest semblent presque vivants!

20170723H.JPG

MosaïCanada 150 est moins international que les expositions du Comité international de mosaïculture que nous avons vues dans le passé au Québec. Seule la Chine est présente, représentée ici par Bénédiction des dragons de bon augure, offerte par Beijing.

20170723J.JPG

Shanghai est l’autre ville chinoise présente, avec Joyeuse célébration des neuf lions.

20170723I.JPG

Autre partie la de Joyeuse célébration des neuf lions.

20170723L.JPG

Le voyageur: un rappel des coureurs des bois du temps passé.

20170723M.jpg

Bien sûr, le hockey figure dans les montages, avec «Le but gagnant».

20170723O.jpg

Quelques chevaux de la mosaïque Terre Mère. Oui, les crinières et les queues sont faites de plantes vivantes!

MosaïCanada 150 fait partie des célébrations du 150e anniversaire de la fondation du Canada. L’exposition a lieu dans le parc Jacques-Cartier à Gatineau, juste l’autre côté de la rivière des Outaouais d’Ottawa, la capitale du Canada. L’entrée est gratuite et l’exposition est ouverte de 10 h à 19 h du 30 juin au 15 octobre 2017. Le site est ouvert beau temps, mauvais temps.

Pour information: 1-819-360-6336. Courriel: info@mosaicanada.ca. Site Web www.gatineau2017.ca.

Les voyages horticoles vous intéressent?

20170723X.jpgGroupe Voyages Québec prévoit un deuxième départ pour le circuit Jardins des Mille-Îles et d’Ottawa du 24 au 26 août 2017, voyage que j’accompagnerai également. Si l’idée de me joindre sur ce voyage vous tente, voici les coordonnées : Jardins des Mille-Îles et d’Ottawa. Vous trouverez également des renseignements sur d’autres voyages horticoles que j’accompagne sur le site Web du Groupe Voyages Québec.

NB. Toutes les photos appartiennent à jardinierparesseux.com… mais vous pouvez bien sûr les partager!20170723N

Mythe horticole: supprimer les anthères des lis prolonge la floraison

Par défaut
20170722C PD-PDPHOTO.ORG, WC.jpg

Le mythe horticole insiste qu’il faut supprimer les anthères des lis, ses croissances orange à jaune à l’extrémité des étamines, si on veut prolonger la floraison. Photo: PD-PDPHOTO.ORG, Wikimedia Commons

Est-ce vrai que supprimer les anthères des lis faire durer la fleur plus longtemps? Ou les étamines au complet? On l’entend souvent dire, mais non, enlever les anthères porteurs de pollen jaune ou orange n’ajoutera pas 5 minutes à la durée de la fleur.

La croyance était que, si l’on supprime les anthères, la plante mettrait plus d’énergie dans la floraison. Mais maintenir les anthères ne demande que très peu d’énergie, car ils sont déjà déployés quand la fleur s’épanouit. Les nourrir n’enlève pas assez d’énergie à la plante pour faire la moindre différence. La fleur restera ouverte pendant 2 ou 3 semaines, selon le type de lis et les conditions météorologiques, que vous les supprimiez ou non. Donc, les enlever fait plus dépenser beaucoup de l’énergie au jardinier qu’il économise à la fleur!

Lis ‘Stargazer’ avec les anthères enlevés (à gauche) et avec les anthères intacts (à droite). Je préfère le deuxième!

Voilà une bonne nouvelle, car enlever les anthères, ou encore, les étamines au complet, réduit énormément la beauté de la plante… et c’est un travail supplémentaire dont le jardinier paresseux peut bien se passer.

Un pollen qui tache

Il peut néanmoins être utile de supprimer les anthères d’une fleur de lis… coupée. Ou sur un lis cultivé temporairement comme plante d’intérieur. Non pas que la fleur durera plus longtemps, mais le pollen de lis est très tachant et pénètre facilement dans les tissus (vêtements, rideaux, tapis, etc.). Si vous prévoyez de placer un bouquet de lis coupés ou une potée de lis sur une nappe en tissu de grande valeur, par exemple, il vaudrait mieux supprimer les anthères… à l’évier, pas une fois que la vase est sur la nappe!

Ou soyez paresseux et couvrez la nappe d’une feuille de plastique transparent qui n’absorbera pas le pollen!

Pour enlever le pollen de lis

20170722E - Max Pixel.jpg

Le pollen du lis peut tacher les tissus. Photo: Max Pixel

Que voulez-vous? Des accidents arrivent et voilà, il y a du pollen sur un tissu quelconque. Que faire?

Commencez par brosser doucement pour faire tomber le pollen. Ne touchez pas au pollen avec vos mains: les huiles produites par vos doigts peuvent le fixer au tissu. Et ne frottez pas avec un linge humide: encore, vous ferez pénétrer le pollen plutôt que de l’enlever.

À la place, touchez doucement au tissu avec du papier collant ou un rouleau anti-peluche (le type utilisé pour enlever poils et poussières des vêtements) et le pollen s’y collera. Ou placez l’objet au plein soleil pendant quelques jours: le soleil décolorera le pollen.

Trop tard? Le pollen est-il déjà bien fixé au tissu? Appliquez alors un détachant commercial et lavez le tissu à haute température. La tache devrait alors partir.20170722C PD-PDPHOTO.ORG, WC

Contrôler la mouche des fruits dans le compost

Par défaut

20170721AComposter est si simple: vous empilez des déchets de cuisine et de jardin dans un tas ou une boîte et vous brassez le tout de temps à autre. Rien de plus facile! Mais parfois, on a de mauvaises surprises… comme quand vous ouvrez le couvercle de votre composteur et l’air se remplit instantanément de milliers de mouches des fruits (Drosophila spp. et autres), aussi appelées mouches à fruits.

Heureusement, ce problème est facile à régler.

20170721B Katja Schulz, Flickr

Mouche des fruits. Photo: Katja Schulz, Flickr

Les mouches des fruits sont attirées par l’odeur de décomposition et, plus spécifiquement, de fermentation, non seulement de fruits, mais d’autres végétaux. Elles peuvent venir de loin (certains peuvent sentir l’odeur de fermentation à jusqu’à 1 km de distance!) et donc pondent facilement leurs œufs dans un tas de compost aux déchets exposés. Déjà, la présence d’un couvercle peut drôlement les importuner. Mais s’il y a une ouverture quelque part, elles vont la trouver!

Enterrez les déchets

Pour régler ce problème facilement, enterrez les ingrédients frais (peu décomposés), soit ceux qu’elles aiment, sous le compost plus décomposé. Problème réglé!

20170721C Dvortygirl, WC

Recouvrez les déchets frais de matière brune pour éliminer les mouches des fruits. Photo: Dvortygirl, Wikimedia Commons

Ou recouvrez-les de matières brunes. Beaucoup de jardiniers, justement, conservent des sacs de feuilles mortes, ramassées à l’automne, pour ajouter au compost estival. Et une couche de feuilles brunes fait une excellente barrière anti-mouche. Si vous n’en avez pas, couvrez-les de papier journal déchiqueté ou de bois raméal fragmenté.

Vivre et laisser vivre

Évidemment, les humains peuvent bien dédaigner les mouches des fruits, elles ne sont pas nuisibles comme telles. Si elles ne vous dérangent pas — et si aucun voisin ne se plaint de leur présence — vous pouvez bien les laisser vivre. Elles sont même utiles: leurs larves aident (un peu) à la décomposition du compost et plusieurs oiseaux s’en délectent.

Bon compostage!20170721A