Quand diviser son amaryllis?

Par défaut
20160927A.jpg

Dans ce pot, trois bébés bulbes sont visibles, dont deux qui sont assez gros pour diviser et un qui est encore trop petit.

Avec le temps, la plupart des bulbes d’amaryllis produisent des bulbes secondaires que vous pouvez enlever et empoter individuellement. Certaines variétés produisent naturellement beaucoup de «bébés», d’autres très peu. Pour stimuler leur prolifération, toutefois, donnez un éclairage maximum à la plante et fertilisez régulièrement.

La meilleure période pour diviser une amaryllis est à l’automne, pendant sa dormance, surtout au moment où elle commence à se réveiller et que vous voyez de nouvelles feuilles apparaître.

Mais avant de diviser, attendez que les bébés bulbes aient au moins 2 ou 3 feuilles, signe qu’ils sont assez mûrs pour vivre indépendamment.

La bonne technique

Quand vous jugez le moment opportun, dépotez la plante mère et tirez vers le bas sur le bébé bulbe. Habituellement, il se détachera facilement et aura déjà quelques racines (que vous conserverez). Maintenant, rempotez le gros bulbe dans son pot d’origine ou dans un pot de taille similaire. Plantez les jeunes bulbes dans des pots plus petits au début, d’environ 10 cm de diamètre. Plus tard, quand ils commencent à remplir leur pot de racines, vous les rempoterez dans des pots plus gros.

Certaines amaryllis poussent rapidement et les bébés peuvent fleurir pour la première fois seulement 2 ans après la division. D’autres prennent plus de temps: 4, 5, même 7 ou 8 ans. Encore, le plein soleil et une fertilisation abondante aideront à stimuler une floraison plus hâtive.

Ou ne pas diviser

21090927B.jpg

Hippeastrum ‘Pamela’ qu’on a laisser proliférer: quel effet spectaculaire!

Traditionnellement on cultive l’amaryllis dans un pot individuel: un pot, un bulbe. Mais il est parfaitement loisible de laisser les bébés pousser en permanence à côté du bulbe mère. Il suffit tout simplement de rempoter la petite colonie dans un pot plus gros pour laisser la place pour que les bébés se développent. Ainsi, avec le temps, vous aurez une véritable forêt de fleurs dans un même gros pot. Ça peut être spectaculaire!

On rempote habituellement l’amaryllis dans un pot plus gros à la même saison qu’on la divise, vers la fin de sa période de dormance.

Pour en savoir plus sur comment cultiver une amaryllis, lisez Des amaryllis pour Noël.20160927a

Mini-cours sur la plantation des bulbes

Par défaut
20160926a

Les étalages de bulbes sont dans les magasins: à vous de choisir!

Tulipes, jacinthes, narcisses, crocus: les jardineries en vendent à la pelletée chaque automne. Et leur culture est super facile. Mais si c’est votre première fois, voici quelques conseils:

Quand?

Entre septembre et novembre, jusqu’à 2 semaines avant que le sol ne gèle de façon définitive.

Où?

Dans un sol riche et surtout bien drainé. Si votre sol est glaiseux, lourd et détrempé au printemps, l’endroit ne convient pas aux bulbes. Plantez-les alors dans une platebande surélevée.

Au soleil… du printemps. Vous pouvez toutefois les cultiver dans les endroits qui seront ombragés l’été par le feuillage des arbres, car le cycle de croissance des bulbes fait en sorte qu’ils seront en dormance l’été et n’auront pas besoin de lumière à cette saison.

La plupart des bulbes sont rustiques au moins jusqu’à dans la zone 3, surtout si vous posez un paillis par-dessus. Essayez les bulbocodes et les scilles dans les régions plus froides.

Comment?

20160926b

Plantez les bulbes dans un trou 3 fois plus profond qu’ils sont hauts en les espaçant de 3 fois leur diamètre.

Creusez un trou 3 fois plus profond que le bulbe est haut. La tulipe fait exception: si vous voulez que le bulbe revienne fidèlement d’année en année, plantez son bulbe à 30 cm de profondeur.

Si le sol tend à être lourd (glaiseux), ajoutez environ un tiers de compost à la terre prélevée.

Il est plus facile de creuser un gros trou pour plusieurs bulbes que des trous individuels. Pour un bel effet, essayez 10 bulbes et plus par trou dans le cas des bulbes plus gros, comme les tulipes, les narcisses et les jacinthes et 15 à 25 bulbes par trou pour les petits bulbes (crocus, muscaris, perce-neiges, etc.).

20160926D.jpg

On peut ajouter un peu d’engrais au sol.

Ajoutez un engrais à bulbes ou un autre engrais biologique à dégagement lent au trou de plantation. Suivez la dose recommandée par le fabricant. Aussi, ajouter une pincée de mycorhizes (champignons bénéfiques) par bulbe au fond du trou peut être utile si le sol a été perturbé ou est fraîchement appliqué.

Attention! N’appliquez pas de poudre d’os (os moulu): ce produit tend à attirer la vermine et de plus, donne essentiellement rien à vos bulbes. Pour en savoir plus, lisez L’os moulu n’est pas votre ami.

Placez les bulbes avec la partie aplatie vers le bas et la partie pointue vers le haut. Ce détail n’est pas évident chez certains bulbes: plantez-les alors dans n’importe quel sens.

Espacez les bulbes à environ 3 fois leur diamètre.

Remplissez le trou avec la terre prélevée.

Tassez doucement.

Arrosez bien.

Vous pouvez couvrir l’emplacement de paillis, mais cela n’est pas obligatoire.

Et les écureuils?

Les écureuils, les suisses et les campagnols aiment bien les bulbes de tulipes et de crocus. Pour savoir comment les en éloigner, lisez Sus aux écureuils.

Et c’est tout!

20160926C.jpg

Plantez à l’automne pour des fleurs au printemps.

Pendant l’hiver, vos bulbes pousseront sous la neige pour se préparer à leur floraison à venir. Dès que la neige fond, ils sortiront et seront bientôt en fleurs. Vous n’avez pas à vous en occuper, seulement à les admirer!20160926b

 

On peut planter les végétaux en (presque) toute saison

Par défaut
20160925a

On peut plante en presque toute saison. Photo : USFS Region 5, Creative Commons

On peut planter les végétaux en cultivés en pot en presque toute saison, tant que le sol n’est pas gelé du moins, mais les deux plus importantes saisons pour la plantation sont le printemps et l’automne (jusqu’à environ 2 semaines avant que le sol ne gèle de façon définitive), quand la température est fraîche et creuser des trous n’est pas aussi ardu pour le jardinier.

Évidemment, certaines plantes ont des exigences spéciales.

20160925C.jpg

On plante les bulbes rustiques à l’automne.

Pour les annuelles, les bulbes tendres et la plupart des légumes, la plantation se fait au printemps, bien sûr, car ces plantes sont des plantes d’été et ne survivent pas aux froids de l’hiver. Dans le cas des bulbes rustiques, incluant les tulipes, les narcisses, les jacinthes et aussi l’ail, c’est à l’automne qu’on les plante, jusqu’à 2 semaines avant le que le sol ne gèle.

Pour les autres végétaux, en général l’une ou l’autre saison conviendrait. Dans les régions froides, toutefois, mieux vaut se restreindre à planter des végétaux qui s’enracinent lentement, comme les rhododendrons et les magnolias, au printemps. Ou encore, les pailler abondamment après la plantation.

L’été?

Enfin, on peut aussi planter les plantes vendues en pot en plein été si on veut. Il s’agit de les arroser un peu plus souvent pour leur donner une meilleure chance de s’enraciner, car le sol est souvent plus sec à cette saison.

Les plantes à racines nues ou transplantées trouvent une plantation estivale un peu plus difficile, car elles ont moins de racines pour assurer leur reprise. Encore, des arrosages plus attentifs les permettront de mieux reprendre. Un bon paillis peut aussi être utile, car il gardera le sol plus également humide.

20160925b

On peut aussi planter en plein été, mais c’est plus exténuant.

Le gros dérangement d’une plantation estivale est pour le jardinier: il fait chaud et vous n’êtes pas nécessairement très à l’aise pour planter. Travaillez alors tôt le matin ou par journée grise… et buvez beaucoup d’eau!20160925a

Ces plantes qui aiment les jours courts

Par défaut
20160924A.jpg

Les cactus d’automne fleurit à la fin de novembre, presque un mois avant le véritable cactus de Noël.

La vaste majorité des plantes que nous cultivons dans nos maisons sont plus ou moins indifférentes à la longueur du jour (elles sont aphotopériodiques) et peuvent fleurir en toute saison. Il y a toutefois un petit groupe de plantes d’intérieur qui a besoin de jours courts pour fleurir. Ces végétaux ne fleuriront pas sous les journées longues de l’été, mais se mettront plutôt à fleurir l’automne ou l’hiver.

Dans la nature, ces plantes viennent non pas de la zone équatoriale, où les jours durent toujours 12 heures, mais de régions au nord ou au sud de l’équateur, là où il y a au moins une petite différence de longueur de jour selon la saison. Le raccourcissement des jours leur signale qu’il est temps de fleurir.

La liste des plantes d’intérieur de jours courts est relativement courte. Il y a le poinsettia (Euphorbia pulcherrima), les cactus d’automne (Schlumbergera truncata) et de Noël (S. x buckleyi), le kalanchoé de Noël, incluant les populaires cultivars doubles Calandiva (Kalanchoe blossfeldiana et ses hybrides), la plupart des bégonias rhizomateux, la billbergie penchée (Billbergia nutans) et quelques orchidées (certains cultivars de Phalaenopsis et de Cattleya notamment, mais pas tous).

20160924B.jpg

Le chrysanthème n’est pas une véritable plante d’intérieur, mais peut décorer l’intérieur de nos demeures pendant une courte période.

Le chrysanthème (Chrysanthemum x morifolium) est souvent inclus dans cette liste et est bel et bien une plante de jours courts, mais on ne peut guère dire que c’est une plante d’intérieur! Il s’agit plutôt une plante d’extérieur ou de serre froide qu’on achète déjà en fleurs pour décorer nos maisons. Elle meurt assez rapidement dans la plupart des demeures, incapable de tolérer la chaleur et l’air sec qu’on y trouve. Si vous voulez faire fleurir un chrysanthème afin de décorer temporairement votre demeure, empotez-la à l’automne et laissez-le à l’extérieur jusqu’à ce que les premières fleurs soient ouvertes avant de le rentrer dans votre demeure. N’ayez pas crainte: il tolère bien les nuits froides d’octobre et novembre.

Comment faire fleurir une plante de jours courts

Pour faire fleurir une plante d’intérieur de jours courts, placez-la devant une fenêtre ensoleillée dans un endroit qui ne reçoit pas de lumière artificielle le soir, et ce, à partir du début de l’automne (la durée du jour commence à décroître à partir de l’équinoxe de l’automne, soit le 21 ou 22 septembre). Vous pouvez aussi la cultiver dans une pièce éclairée le soir à condition que son emplacement ne reçoive pas trop d’éclairage artificiel. Vous pouvez par exemple placer un panneau entre la plante et la source de lumière artificielle ou la placer derrière une autre plante qui coupera les rayons nocturnes.

20160924C.jpg

Le poinsettia est extrêmement sensible à la lumière externe: même des phares d’auto qui l’atteignent la nuit peuvent faire avorter la floraison!

Le degré de sensibilité à la lumière artificielle varie toutefois d’une plante à une autre. Le poinsettia est très sensible à la lumière artificielle et juste quelques secondes de lumière artificielle la nuit au mauvais moment peuvent faire rater sa floraison. Les cactus d’automne et de Noël et les différents bégonias rhizomateux sont plus accommodants et fleurissent souvent très bien dans une pièce éclairée le soir, du moins, tant que l’éclairage artificiel qu’ils reçoivent n’est pas trop intense.

Une deuxième floraison?

Parfois les plantes de jours courts fleurissent une deuxième fois au cours de l’hiver, du moins dans les régions septentrionales. C’est que les jours demeurent courts pendant des mois et la plante, habituée à seulement une courte période de jours courts dans la nature, peut parfois réagir à ces jours courts prolongés par une deuxième vague de fleurs.

Fausse information

On entend parfois la recommandation qu’il faut enfermer les plantes de jours courts dans une garde-robe pendant 2 ou 3 mois à l’automne pour les faire fleurir. Certes, cela assure des jours courts (0 heures d’éclairage par jour!), mais en général un traitement aussi radical finit par tuer la plante ou du moins par l’affaiblir terriblement.

Le temps d’agir

Au début de chaque automne, placez vos plantes à jours courts dans un endroit bien éclairé mais uniquement par le soleil pour assurer une belle floraison quelques mois plus tard, souvent à temps pour Noël.20160924a

La méthode «bol de toilette» pour ramener une plante de voyage

Par défaut
20160922C.jpg

Comment transporter une plante quand on voyage en avion?

Vous êtes en voyage loin de chez vous et vous voyez une plante que vous ne pouvez tout simplement pas résister. Une vivace introuvable dans votre patelin, par exemple, ou un petit arbuste que vous cherchez depuis fort longtemps. Mais vous vous déplacez en avion et n’avez qu’un petit bagage de cabine dans laquelle la plante entre à peine. Comment faire pour la ramener en bon état sans devoir achetez une nouvelle valise pour la transporter… ou voir votre bagage rempli de terreau à votre retour?

À racines nues

En général, la chose la plus facile est de ramener la plante à racines nues, c’est-à-dire, sans son lourd terreau. Et c’est si facile à faire!

Trouvez d’abord un petit sac de plastique dans laquelle emballer les racines et quelques feuilles de papier journal. Sans doute que l’hôtel où vous résidez pourrait vous en trouvez.

2016022a

Rincez bien les racines dans le bol de toilette.

Maintenant, à la veille de votre retour, sortez la plante de son pot, plongez ses racines dans le bol de toilette et tirez la chasse d’eau tout en brassant les racines. Répétez s’il le faut. Vous voulez enlever la majeur partie de son terreau.

(Rappelez-vous que l’eau dans un bol de toilette est parfaitement propre, aussi propre que l’eau sortant directement du robinet. D’ailleurs, il ne faut pas essayer de rincer les racines dans l’évier: vous risquerez de le boucher!)

Maintenant secouez la plante pour faire tomber le surplus d’eau. Essuyez doucement les racines avec une serviette pour enlever encore plus d’humidité et placez la motte de racines dans un sac de plastique pour qu’elle reste humide pendant votre voyage.

20160923B.jpg

Emballez dans du papier journal.

Pour briser le moins possible de feuillage pendant le transit, enroulez la plante dans du papier journal en serrant pour redresser les branches.

Vous êtes alors bon pour un trajet de quelques heures à jusqu’à une semaine (plusieurs semaines dans le cas des orchidées et des plantes succulentes, car elles tolèrent particulièrement bien les déplacements).

Quand vous arrivez chez vous, enlevez le papier journal et le sac de plastique et plantez votre découverte dans le jardin (ou rempotez-la si c’est une plante d’intérieur), puis arrosez bien.

Ce n’est pas plus compliqué que cela!

Frontière internationale

Il est quand même important de réserver cette technique pour l’intérieur de votre propre pays. Sans un permis d’importation et un certificat phytosanitaire, il est presque toujours illégal d’importer des plantes de l’étranger. Mais il y a des exceptions.

On peut importer au Canada des plantes d’intérieur (mais pas des plantes d’extérieur) provenant de la zone continentale des États-Unis et de Hawaï. Il y a toutefois quelques restrictions: certaines plantes qu’on ne peut pas importer sans permis. Voici le règlement en question: Exigences phytosanitaire régissant l’importation de végétaux et de parties de végétaux destinés à la plantation.

Aussi, les plantes peuvent voyager librement entre les pays de l’Union européenne (entre l’Italie et la France, par exemple), mais là aussi il y a des restrictions sur le mouvement de certaines plantes provenant de certaines régions à cause de possibles contaminations par des maladies ou des insectes. Le marchand chez qui vous achetez la plante devrait être au courant.

Bon voyage… et bon jardinage!2016023a

Pas de traitement au froid pour le poinsettia

Par défaut
20160922ajpg

C’est à partir du début de l’automne qu’il faut préparer un poinsettia à fleurir à Noël.

Dès que l’automne commence officiellement, il est temps de commencer à préparer votre poinsettia (Euphorbia pulcherrima) pour sa floraison annuelle à Noël. Ce sont les jours courts (moins de 12 heures par jour) qui stimulent la plante à fleurir. (En fait, ce sont les nuits de plus de 12 heures qui stimulent la floraison, mais les résultats sont les mêmes.) Donc, tout ce qui réduit la durée du jour à l’automne, tout en permettant de maintenir des conditions viables (bonne intensité lumineuse le jour, températures chaudes, arrosages au besoin, etc.), donnera de bons résultats. Votre poinsettia refleurira fidèlement à Noël, année après année, si vous lui en donnez la moindre chance.

 

Cependant, tout ce qui prolonge artificiellement la durée du jour, comme un emplacement dans une pièce où vous allumez une lampe en soirée, l’empêchera de fleurir.

La méthode «poinsettia à l’extérieur»

Certains sites Internet suggèrent que la meilleure façon pour encourager un poinsettia à refleurir est de le placer à l’extérieur à l’automne (ou de le laisser dehors si vous l’y avez déjà placé pendant l’été) et de l’y maintenir là jusqu’à ce que les bractées commencent à changer de couleur. Et cela paraît à la fois logique et facile à faire.

Après tout, il recevra automatiquement des jours courts si vous le cultivez en plein air après l’équinoxe d’automne (le 22 septembre en 2016). Donc, à moins que vous ne le placiez près d’une fenêtre éclairée, d’une lampadaire illuminée la nuit ou de toute autre source d’éclairage nocturne, ce qui prolongera artificiellement la durée du jour, votre poinsettia devrait commencer à changer la couleur en novembre… et une fois que les bractées ont commencé à prendre leur coloration de Noël, le changement se poursuivra même quand les jours ne sont plus courts. Ainsi, vous pourriez rentrer votre intérieur poinsettia juste départ à la floraison, même dans une pièce éclairée le soir, et il arrivera à fleurir pleinement à Noël.

Il y a toutefois un défaut majeur avec cette technique. C’est que même si le poinsettia tolère des températures relativement fraîches, il déteste le froid véritable (moins de 45°F/7°C) et le gel peut le tuer. Donc, si vous habitez dans une région où les températures peuvent tomber en dessous de 50°F (10°C) en octobre ou novembre, ce qui est le cas de la plupart des lecteurs de ce blogue, laisser votre poinsettia l’extérieur à l’automne est intrinsèquement risqué.

D’ailleurs, il n’y a pas que le risque de froid et de gel que vous devriez considérer.

20160922B.jpg

Quand vous rentrez un poinsettia du froid, il commence à perdre ses feuilles.

Quand un poinsettia s’acclimate peu à peu aux températures automnales fraîches qu’il subira s’il est cultivé en plein air, il aura tendance à perdre massivement ses feuilles quand vous le rentrez à l’intérieur. Il trouve la transition entre un environnement frais et humide et un environnement chaud à l’air plutôt sec tout simplement trop à supporter et montre sa détresse en laissant choir une bonne partie de ses feuilles. Donc, oui la plante fleurit, mais est alors complètement dégarnie à la base. Ce n’est pas ce qu’il y a de plus chic!

La méthode facile pour faire refleurir un poinsettia

Pour que votre poinsettia fleurisse avec une quantité impressionnante de feuilles, rentrez la plante à l’intérieur tôt, au début de l’automne, alors que les températures nocturnes à l’intérieur et à l’extérieur sont à peu près égales. De cette façon, la plante s’acclimatera facilement et rapidement et ne perdra pas ses feuilles. Ensuite, tout ce que vous avez à faire (à part de l’arroser quand le terreau est sec, bien sûr!) est de lui donner des jours courts à l’intérieur… et ça, c’est facile. Lisez Comment faire refleurir un poinsettia pour en savoir plus.

Essayez cette technique: elle fonctionne vraiment!20160922ajpg

Peut-on récolter les semences de variétés hybrides?

Par défaut
20160921A.jpg

C’est habituellement à l’automne qu’on récolte les semences pour le jardin du printemps suivant.

Si vous voulez conserver des semences pour l’an prochain, c’est à l’automne qu’il faut y penser, car la plupart des graines (légumes, annuelles, vivaces, etc.) mûrissent à cette saison. D’ailleurs, vous pouvez lire le texte Récoltez ses propres semences pour apprendre comment faire.

Mais vous entendez souvent le conseil qu’il ne faut pas récolter les graines de plantes hybrides. Pourquoi?!

20160921B.jpg

Pour hybrider 2 plantes, habituellement on transporte manuellement le pollen d’une plante à une autre.

C’est que les hybrides résultent du croisement de deux lignées parentales différentes. Or les semences produites par ces hybrides biparentaux ne seront pas «fidèles au type» (identiques à leurs parents). Exemple: quand on croise une lignée pure de pétunias blanches avec une lignée pure de pétunias rouges, on obtient à la première génération (la F1) que des pétunias roses. Mais si on récolte les graines de ces pétunias roses, dans la génération suivante (la F2), il y aura des roses, mais aussi les traits des grands-parents ressortiront, donnant donc aussi des blancs et des rouges.

Et il n’y a pas que la couleur qui sera «infidèle»: la taille de la plante, la taille et la quantité de fleurs, la résistance aux maladies, le goût (dans le cas des légumes et des fruits) et en fait presque toute caractéristique désirable de l’hybride peut être différent.

Oui ou non?

Répétons donc la question: peut-on récolter les semences de variétés hybrides?!

Oui, on peut le faire si on n’est pas à cheval sur le principe que la génération suivante doit être identique à la précédente.

20160921C.jpg

Semis F2 de pétunias: les plantes sont variables, mais généralement quand même très belles.

Souvent quand on sème les graines d’une plante hybride, on obtient quand même dans la génération F2 des plantes avec une combinaison de traits très intéressante. D’ailleurs, à force de récolter à tous les ans les semences des plantes que vous apprécierez le plus, puis de semer ces graines au printemps suivant, vous pouvez même développer votre propre lignée qui sera probablement, après quelques années de sélection, parfaitement fidèle au type.

Donc, que vous récoltez ou non des semences de plantes hybrides relève davantage de vos intérêts que d’un règlement strict. Si vous appréciez la fiabilité, ne le faites pas, mais si vous aimez expérimenter, pas de problème!20160921a