L’arrosage des plantes d’intérieur l’hiver: pas si simple!

Par défaut

Parfois, il faut arroser les plantes d’intérieur plus souvent pendant l’hiver, pas moins. Source: clker.com, pluspng.com & hugohd.com, montage: jardinierparesseux.com

Je trouve toujours compliquées les questions relatives à l’arrosage des plantes d’intérieur. Tout le monde semble vouloir que je simplifie les choses en recommandant un arrosage une fois par semaine ou une fois toutes les deux semaines, mais cela ne fonctionne tout simplement pas. Les plantes ont besoin d’eau quand elles ont besoin d’eau, point final. La même plante peut avoir besoin d’un arrosage après dix ou douze jours suite à une longue période de journées grises, mais seulement après 5 ou 6 jours quand le soleil brille constamment. De plus, la taille du pot est un facteur non négligeable. Une plante placée dans un pot trop petit utilise de l’eau à une vitesse accélérée et peut même avoir besoin d’arrosage aussi souvent que tous les deux ou trois jours.

Il n’est tout simplement pas possible de choisir une fréquence d’arrosage spécifique et d’obliger toutes vos plantes à la suivre. Faites cela et vous perdrez plusieurs végétaux!

Aussi, les différences saisonnières ont un effet sur l’arrosage… mais pas nécessairement celui auquel vous auriez pensé.

Faut-il arroser plus en hiver?

20181215B www.vanbeeks.com.jpg

Quand la température baisse, souvent les besoins en arrosage augmentent. C’est le contraire de ce qu’on pense souvent! Source: http://www.vanbeeks.com

Prenez l’arrosage en hiver. Logiquement, vous penseriez que les plantes auraient besoin d’arrosages moins fréquents en hiver, car elles poussent alors moins rapidement (en fait, plusieurs ne poussent pas du tout). Et il est vrai que cela peut être le cas, mais pas toujours, car l’air sec vient compliquer la situation.

En effet, pendant l’hiver, les plantes perdent souvent davantage d’eau en raison de l’évapotranspiration, car l’air de nos maisons peut être très sec. Quand les plantes ouvrent grand leurs stomates pour respirer, l’eau qui remonte des racines s’évapore: c’est l’évapotranspiration. Et il faut compenser cette eau perdue par des arrosages. Ainsi, même une plante qui ne pousse pas l’hiver peut quand même avoir besoin de plus d’eau l’hiver que l’été.

Chez moi, par exemple, j’essaie de maintenir une humidité relative d’au moins 50% toute l’année, ce qui est parfait pour les humains, bien qu’à peine acceptable pour de nombreuses plantes (la plupart préféreraient 70% ou même plus). Malgré cet effort, j’échoue souvent.

Au moment où j’écris ce texte, par exemple, il fait -20 °C à l’extérieur. L’humidité relative est de 47% au rez-de-chaussée, là où j’ai le plus de plantes (car les plantes s’aident elles-mêmes à humidifier l’air grâce à leur évapotranspiration), et je calcule que cela est raisonnable. Mais au sous-sol, où se trouve mon bureau, l’humidité relative est de seulement 25%, l’équivalent de l’humidité relative du Sahara! Les températures basses à l’extérieur sont reliées à l’air plus sec à l’intérieur, car l’air perd de l’humidité lorsqu’il est chauffé (c’est pourquoi on parle d’humidité relative: l’humidité est relative à la quantité d’eau que l’air peut contenir à un moment donné). Plus on chauffe, plus l’air est sec… et souvent, plus il faut arroser!

Cela paraîtra la prochaine fois que j’irai arroser mes plantes: bon nombre de mes plantes au rez-de-chaussée n’auront pas besoin d’être arrosées, car elles poussent peu l’hiver et l’humidité est raisonnable, mais je sais que la plupart des végétaux dans mon sous-sol auront besoin d’arrosage, l’air sec ayant volé leur humidité. Pourtant, j’ai fait une tournée d’arrosage il y a seulement quatre jours.

Succulentes versus autres plantes d’intérieur

20181215C www.teepublic.com, www.clker.com & clipart-library.com .jpg

La plupart des cactus (mais pas les autres succulentes) préfèrent une température hivernale près du point de congélation. Source: http://www.teepublic.com, http://www.clker.com & clipart-library.com, montage: jardinierparesseux.com

En ce qui concerne l’arrosage et l’humidité pendant l’hiver, les cactus de climat aride et les autres plantes succulentes sont d’une moindre préoccupation.

Souvent couvertes de cire ou de poils et avec moins de stomates (pores de respiration) que les autres végétaux, les succulentes perdent moins d’eau à l’évapotranspiration. De plus, ayant évolué pour tolérer la sécheresse, elles ne craignent pas le dessèchement de leur sol, surtout lorsque la lumière est basse et la température fraîche. Si je pouvais maintenir une température d’air d’environ 5 °C pendant l’hiver chez moi (impossible toutefois, sinon je devrais écrire en portant des sous-vêtements longs, un parka, une tuque, des bottes et des gants!), je n’aurais pas besoin d’arroser certains cactus, et peut-être même certaines autres succulentes, pendant tout l’hiver. Mais comme je chauffe davantage les pièces (je vise un minimum de 18 °C la nuit, sinon mon épouse se plaint), je dois arroser plus souvent, soit lorsque leur mélange de rempotage est «vraiment sec» au toucher, ce qui peut vouloir dire aux deux ou trois semaines.

Mes autres plantes d’intérieur n’aiment pas que leur sol s’assèche complètement et il me faut alors les arroser beaucoup plus souvent. Je vérifie toujours aux trois ou quatre jours et arrose uniquement les plantes dont le sol est sec au toucher*. Et quand j’arrose, j’arrose en profondeur, versant peu à peu l’eau jusqu’à ce que la motte de racines en soit complètement imbibée.

*Il existe un petit groupe d’exceptions: les plantes de milieu humide comme le papyrus d’intérieur (Cyperus alternifolius) et les larmes de bébé (Soleirolia soleirolii) que je garde toujours dans une soucoupe remplie d’eau.

Sachez alors qu’il est souvent nécessaire d’arroser certaines plantes d’intérieur non succulentes plus souvent en hiver qu’en été, mais que cela dépend de vos conditions de culture.

Publicités

Quand les cochenilles farineuses attaquent!

Par défaut

Avec les cochenilles farineuses, on voit habituellement une masse cotonneuse indistincte, mais si l’on regarde attentivement, on peut discerner les cochenilles individuelles. Source: http://www.biocontrol.co.za

Les cochenilles farineuses sont de petits insectes gris ou roses, mais couverts d’une épaisse cire blanche et qui ressemblent alors à des boules de ouate. Elles percent les tiges et les feuilles des plantes et se nourrissent de leur sève, provoquant un affaiblissement généralisé souvent accompagné par la déformation et le jaunissement des feuilles et même par le dépérissement de la plante dans les cas extrêmes.

Les deux espèces qui s’attaquent le plus souvent aux plantes d’intérieur sont la cochenille farineuse de l’oranger (Planococcus citri) et la cochenille farineuse des serres (Pseudococcus longispinus). (Il y a aussi la cochenille des racines, [Rhizoecus spp.], mais son traitement est différent.)

Les deux espèces aériennes sont des généralistes et s’attaquent à presque tout végétal. Heureusement qu’elles sont d’origine tropicale et qu’elles ne survivent pas à l’hiver en plein air dans les climats tempérés, mais il n’y a quand même presque pas de plante d’intérieur qu’elles ne peuvent pas infester.

D’où viennent-elles?

20181214B Aeonium needlesandleaves.net.jpg

Les cochenilles farineuses sont très courantes sur les succulentes, souvent cachées hors de la vue à la base des feuilles. Source: needlesandleaves.net

La découverte de cochenilles farineuses est presque toujours un choc. Comment sont-elles arrivées chez vous? Après tout, les femelles des cochenilles farineuses ne volent pas et même au stade de nymphes, soit la phase où elles sont les plus mobiles, elles ne peuvent que ramper d’une plante à une autre sur de très courtes distances. On en vient presque à croire à la génération spontanée!

20181214E wshg.net.jpg

Les cochenilles arrivent chez vous sur les plantes infestées! Source: wshg.net

Mais le coupable est… vous! Une infestation de cochenilles farineuses fait presque toujours suite à l’achat d’une plante infestée. Par la suite, c’est habituellement le jardinier lui-même qui les transporte d’une plante à une autre sur ses mains, ses vêtements ou ses outils (sécateur, arrosoir, etc.).

Donc, de toute évidence, le premier truc pour prévenir une infestation est de toujours bien inspecter toute plante avant de la rapporter à la maison.

20181214C .jpg

Mettez les nouvelles plantes en isolation pendant au moins 40 jours. Source: Claire Tourigny, tiré du livre Les 1500 trucs du jardinier paresseux

Et le deuxième truc est de toujours mettre toute plante d’intérieur nouvellement achetée en quarantaine pendant 40 jours pour s’assurer qu’elle ne transporte pas d’ennemis. Vous pouvez mettre la plante dans une pièce où il n’y a pas d’autres plantes ou dans la même pièce, mais loin des autres (encore, les cochenilles farineuses ne volent pas). Personnellement, je les enferme dans un sac de plastique transparent et les mets avec les autres plantes, puisque je n’ai pas vraiment d’emplacement où il n’y a pas de plantes.

Le troisième truc? Prenez l’habitude de nettoyer vos mains avec du savon après avoir manipulé une plante et de stériliser vos outils à l’alcool isopropylique (alcool à friction) avant de passer à une autre plante. Aussi, quand vous arrosez, ne laissez jamais l’arrosoir toucher à la plante!

À la poubelle!

20181214F hittagongit.com & www.flaticon.com.jpg

La meilleure solution est de jeter les plantes infestées de cochenilles. Source: chittagongit.com & http://www.flaticon.com, montage: jardinierparesseux.com

Les cochenilles farineuses sont très difficiles à contrôler. Donc, si vous en voyez sur une plante, le meilleur conseil est de… la mettre à la poubelle (pays tropicaux) ou au compost (pays tempérés) sans tarder! Après, nettoyez son emplacement avec un linge savonneux, car souvent la femelle pond ses œufs ailleurs que sur la plante, et nettoyez aussi le pot avant de le réutiliser.

Une autre possibilité serait de tailler la plante sévèrement, la rabattant presque au sol, et de la rempoter dans un nouveau pot en remplaçant une bonne partie du terreau (le terreau ou l’ancien pot abrite peut-être des œufs). Maintenant, lavez bien toute partie restante avec de l’eau savonneuse. Évidemment, après ce traitement radical, mettez ce qui reste de la plante en isolation et pas seulement pour 40 jours : pour au moins 6 mois!

Pour les courageux, les persistants… et les naïfs

20181214G onlinepharmacynoprescription.co.jpg

Ne perdez pas votre temps à toucher aux cochenilles avec un coton-tige trempé dans l’alcool. Source: onlinepharmacynoprescription.co

Vous n’êtes pas capable de jeter une plante et craignez de tailler la vôtre aussi sévèrement? Vous pouvez essayer de contrôler les cochenilles farineuses avec de l’alcool à friction, car l’alcool fait fondre la cire blanche qui constitue leur protection contre l’air sec, ce qui mène à leur mort. Mais toucher chaque insecte avec un coton-tige trempé dans l’alcool comme on le recommande sur tant de sites Web est une pure perte de temps, car vous ne voyez que les adultes et peut-être les œufs (qui sont blancs et mousseux aussi). Les nymphes, cachées dans les fissures de la plante et à l’aisselle des feuilles, survivent à ces traitements et alors l’infestation recommence.

20181214D www.walmart.ca

Une vaporisation à l’alcool peut aider à contrôler les cochenilles farineuses. Source: http://www.walmart.ca, montage: jardinierparesseux.com

À la place, vaporisez la plante avec de l’alcool à friction à 70%. Ou avec une solution de 250 ml d’alcool et de 250 ml d’eau, en ajoutant 10 ml de savon insecticide concentré pour aider la solution à mieux coller. Faites l’application dans une pièce aérée et répétez aux 3 jours au besoin.

Si, après un mois ou deux d’applications régulières, les cochenilles reviennent toujours, par contre, résignez-vous à jeter la plante. Parfois, c’est la seule solution logique!

Les légumes à feuilles rouges repoussent-ils les insectes?

Par défaut

«Je soupçonne que mon camouflage n’est pas aussi efficace qu’auparavant!» Source: cuttspoetrycorner.blogspot.com, http://www.iconspng.com & Shelly, lh5.ggpht.com, montage: jardinierparesseux.com

Certains jardiniers rapportent que les légumes à feuillage rouge ou pourpre sont plus résistants aux attaques d’insectes que ceux à feuilles vertes. Les choux rouges, les kales pourpres, les betteraves pourpres, etc. seraient, d’après leur expérience, moins touchés par certains insectes, notamment les chenilles et les pucerons.

Peut-être cela est-il l’effet du manque de camouflage? L’insecte mère, habituellement de couleur pâle, se sent-il plus exposé quand il atterrit sur une feuille pourpre et préfère-t-il alors changer de plante? Ou peut-être atterrit-il aussi facilement sur la plante, peu importe sa coloration, mais que ses prédateurs le remarquent plus rapidement sur un feuillage pourpre et le bouffent, mettant fin à l’infestation avant même qu’elle commence? Ou que ses prédateurs aperçoivent ses œufs blancs ou ses larves vert pâle plus facilement et les consomment?

20181213B www.planetnatural.com

Fausse-arpenteuse du chou exposée par sa coloration sur une feuille de chou rouge. Source: http://www.planetnatural.com

Chose certaine, les humains voient facilement des insectes et des œufs de couleur contrastante sur un feuillage pourpre ou rouge et peuvent alors réagir plus rapidement avec une récolte manuelle de l’intrus ou un traitement aux pesticides. Par exemple, une fausse-arpenteuse du chou, de coloration vert pâle, est parfaitement camouflée et donc presque invisible sur une feuille verte, mais ressort d’une feuille pourpre comme un phare dans la nuit.

Il serait intéressant que quelqu’un fasse une étude pour vérifier si c’est vrai que les légumes pourpres et rouges sont moins touchés par les insectes. Peut-être un projet d’été pour des élèves intéressés par le jardinage?

Un bon trempage pour sauver une plante fanée

Par défaut

Ce lis de la paix (Spathiphyllum) manque sérieusement d’eau et profiterait d’un bon trempage. Source: http://www.kiwicare.co.nz

Vous revenez d’une absence pour trouver une ou deux potées de plantes complètement fanées, les tiges penchées et les feuilles traînant jusqu’au sol? C’est qu’elles ont sérieusement manqué d’eau. Quand cela arrive, très souvent le terreau se détache de la paroi du pot. Donc, quand vous arrosez afin de sauver la plante, presque toute l’eau s’écoule directement dans la soucoupe et la pauvre plante continue de pâtir.

20181212B LH

Laissez la plante tremper pendant 2 à 3 heures. Source: jardinierparesseux.com

Dans un tel cas, il y a mieux à faire que de seulement arroser: il faut plonger le pot dans l’eau et laisser la plante tremper pendant 2 ou 3 heures, le temps que le terreau et la plante s’imbibent complètement. Plongez la plante dans un évier plein d’eau, dans une baignoire, dans un seau, même dans la cuvette de toilette: ça n’a pas d’importance. Après, laissez bien égoutter la plante et replacez-la dans sa soucoupe.

Si le terreau est encore contracté, ce qui pourrait nuire aux arrosages futurs, remplissez l’interstice entre le pot et la motte de racines avec du terreau frais.

Parfois, la sécheresse a été trop profonde et la plante meurt mais, en général, elle récupérera très rapidement après un tel traitement.

Notez que passer à un cheveu de la mort à cause de la sécheresse n’est pas bon pour les végétaux. Essayez de ne pas répéter ce scénario trop souvent!

Un petit mot de votre poinsettia

Par défaut

Source: terryweaver.com, http://www.uihere.com & http://www.wallquotes.com, montage: jardinierparesseux.com

Bonjour!

Je suis votre poinsettia. Je décore votre salon depuis quelques jours déjà et j’aimerais bien le faire longtemps, mais pour que je puisse durer, j’ai besoin de votre aide.

Emballage

20181211G Karen McCourt, in.pinterest.com.jpg

Le couvre-pot peut nuire à ma floraison: il faut l’enlever ou le percer. Source: Karen McCourt, in.pinterest.com

D’abord, quelques mots sur mon emballage. Le couvre-pot métallique ou en plastique qui m’entoure est assurément joli, mais il me cause des ennuis. En effet, il recouvre complètement les trous de drainage de mon pot, donc, quand vous m’arrosez, le surplus d’eau ne se draine pas, il s’accumule plutôt et alors mes racines, qui ont besoin d’air, commencent à se noyer. Donc, pourriez-vous l’enlever, s’il vous plaît, ou du moins percer des trous dans le fond pour que l’eau puisse s’en échapper? Merci!

Arrosage

20181211B www.ftd.com

Tenez mon terreau légèrement humide en tout temps, mais sans excès. Source: http://www.ftd.com

Deuxièmement, les arrosages. Je viens de sortir d’une grande serre où mon arrosage était automatisé : jamais je n’ai manqué d’eau de ma vie. Si vous me laissez sécher, quelques-unes de mes racines vont mourir et quand j’ai moins de racines, je ne peux supporter autant de feuilles. Donc, mes feuilles inférieures vont jaunir et tomber et je serai moins beau. Si vous le faites une deuxième fois, je perdrai d’autres feuilles, puis d’autres encore, et bientôt je vais paraître bien maigrichon, perdant même de mes bractées colorées.

Prenez l’habitude de toucher à mon terreau aux trois ou quatre jours. Allez-y : enfoncez un doigt dedans, ça ne me fait aucun mal. Si le terreau paraît humide, tout est beau, mais vérifiez de nouveau dans trois ou quatre jours. Si le terreau paraît sec, arrosez-moi. Lentement, mais abondamment, avec de l’eau tiède (je déteste l’eau froide!), jusqu’à ce que le surplus d’eau sorte des trous de drainage de mon pot. Après 15 minutes, jetez toute eau qui reste dans ma soucoupe. Vous verrez comme je serai content : si vous faites toujours ça, je promets de rester en fleurs durant tout le temps des Fêtes!

Éclairage

20181211C www.ikea.com.jpg

J’ai besoin d’un bon éclairage. Source: http://www.ikea.com

Maintenant, l’éclairage. D’accord, je peux tolérer quelques jours, voire deux ou trois semaines sans trop de lumière, mais je suis, au fond, une plante de plein soleil. Vous pouvez me placer sur une table ou un cabinet loin de toute fenêtre pendant la période des festivités. Après tout, mon rôle est de décorer votre demeure. Mais après, placez-moi près d’une fenêtre ensoleillée. Si je reçois beaucoup de soleil en plus d’arrosages réguliers, je peux bien rester en fleurs jusqu’au mois de mai!

Autres soins

Quelques détails encore, mineurs : je tolère la chaleur le jour, mais je préfère des nuits plus fraîches. Donc, si vous pouviez baisser le thermostat juste un peu avant de vous coucher, à 18 °C peut-être, j’apprécierais. Je dormirais mieux.

Aussi, gardez-moi à l’abri des courants d’air froids et des radiateurs. Aimez-vous les coups d’air froid ou chaud? Non? Eh bien, moi non plus!

Et ne me nourrissez pas encore. Avant de m’envoyer au magasin, on m’a tellement fertilisé que je n’ai plus faim et n’aurai pas faim avant un mois ou deux. Au mois de mars, quand les jours rallongeront sérieusement, je vais commencer à chercher quelques minéraux supplémentaires : donnez-moi alors un peu d’engrais tout usage à chaque arrosage; juste quelques gouttes! Je ne suis pas gourmand, mais il ne faut pas m’affamer, tout de même.

À l’an prochain

Écoutez, si je fleuris jusqu’au mois de mai, je considère que j’ai fait mon travail. J’espère que vous apprécierez mes efforts! Après, il me semble que j’aurai le droit de me reposer un peu. Maintenir des bractées colorées, c’est si fatigant! Aussi, ne vous plaignez pas si je les laisse tomber : vous en aurez eu pour votre argent.

Mais quoi, vous voulez que je refleurisse? Hmm. Laissez-moi y penser. Le pépiniériste qui m’a produit ne l’avait pas prévu, il me voyait comme une décoration temporaire seulement. Mais il est vrai que vous avez été gentil avec moi, donc, c’est d’accord, je fleu­rirai de nouveau. Mais ça va demander quelques efforts supplémentaires.

20181211D UKGardening, www.youtube.com.png

Taillez-moi sévèrement quand mes bractées tombent. Source: UKGardening, http://www.youtube.com

D’abord, quand mes bractées tomberont, taillez-moi sévèrement, à 5 à 10 cm du sol. Allez-y : ça ne me fait pas mal! Et ça me stimule à pousser plus densément, ainsi je serai plus beau l’an prochain. Continuez à m’éclairer, à m’arroser (ne me laissez jamais sécher!) et à me fertiliser. Vous pouvez même me mettre à l’extérieur l’été. J’adore ça! Mais rentrez-moi en septembre, avant le premier gel.

20181211E LH.jpgEt là, je vais vous livrer mon plus grand secret! Je ne fleuris que si j’ai des nuits longues ou, si vous préférez, des jours courts, soit de moins de 12 heures. Donc, à partir du 22 septembre, il ne faut plus me conserver dans une pièce qui est éclairée artificiellement le soir. Placez-moi dans une chambre d’invités où je reçois un éclairage intense le jour, mais enlevez toutes les ampoules pour que personne ne puisse allumer une lumière par accident le soir et abracadabra! les nouvelles feuilles qui sortiront au sommet de mes tiges vont toutes être colorées! D’ailleurs, dès que je commencerai à changer de couleur, il ne sera plus nécessaire de réduire la durée de l’éclairage. C’est juste pour amorcer le changement de couleur que j’ai besoin de jours courts.

Savez-vous quoi? Vous avez été si bon avec moi que je vais vous faire un cadeau : je vais fleurir pour la fête de Noël l’an prochain, juste pour vous!

Bonnes bises!

Votre poinsettia

20181211F LH.jpg

 

Peut-on cultiver un dattier à partir d’une datte?

Par défaut

Semis de dattier. Source: Rachel Bernier

Question: Il y a environ 2 ans, j’ai planté la graine d’une datte importée du Maroc et elle a germé! Maintenant, la plante a plusieurs feuilles. Est-ce qu’elle fleurira et produira des dattes un jour?

Rachel Bernier, Canada

Réponse: Tout d’abord, vous avez eu de la chance qu’elle ait germé. De nos jours, la plupart des dattes vendues sont dénoyautées et ne contiennent aucune graine. Et celles qui ne sont pas dénoyautées peuvent avoir été irradiées pour que le fruit se conserve mieux, ce qui tue la graine à l’intérieur. Pour pouvoir faire un semis, vous devez donc toujours trouver une source de dattes biologiques non dénoyautées, peut-être dans un magasin d’aliments naturels.

Aussi faut-il comprendre que les dattes proviennent d’un grand palmier, le dattier (Phoenix dactylifera), qui ne produit des fleurs et des fruits qu’après de nombreuses années de culture et qui n’en produira probablement jamais à l’intérieur.

20181210B www.onlineplantguide.com

Le dattier devient si grand qu’on ne peut pas vraiment penser l’utiliser comme plante d’intérieur. Source: http://www.onlineplantguide.com

Votre dattier est toujours à peine plus qu’un semis, avec des feuilles non divisées qui ressemblent beaucoup à celles d’une graminée, mais à mesure que votre plante mûrira, elle commencera à produire des frondes pennées de plus en plus longues (pouvant atteindre éventuellement jusqu’à 6 mètres!) qui occuperont beaucoup d’espace dans votre maison. Et un tronc de plusieurs mètres de hauteur se formera très, très lentement. Donc, un jeune dattier peut être une plante d’intérieur intéressante, mais seulement pour quelques années, jusqu’à ce qu’il devienne trop gros.

J’en ai déjà fait l’expérience moi-même mais, après une dizaine d’années, j’ai dû accepter le fait que je n’avais pas assez d’espace pour une plante aussi gigantesque (elle avait alors environ 1,5 m de diamètre, sans encore le moindre signe d’un tronc, et, de toute évidence, n’avait pas fini de grandir). Je l’ai donné à un ami qui avait une grande verrière… mais même lui a dû abandonner sa culture après quelques années tellement le dattier prenait de la place.

Supposons donc que vous disposez d’une grande serre, du plein soleil (le dattier est une plante du désert qui aime un ensoleillement intense) et que votre dattier finisse par fleurir (rarement le cas à l’intérieur, où les conditions sont rarement propices à la floraison). Même si vous arriviez à ce point, vous n’auriez toujours pas de fruits, car il vous faudrait alors au moins deux dattiers, un mâle et une femelle, puisque le dattier est dioïque, c’est-à-dire qu’il porte des fleurs mâles et des fleurs femelles sur des plantes différentes. Aussi, vous devriez polliniser les fleurs à la main pour assurer la production de fruits. Il y a loin de la coupe aux lèvres!

20181210C www.travelblog.org.jpg

Plantation de dattiers dans le désert d’Israël. Source: http://www.travelblog.org

Bien sûr, si vous vivez dans une région au climat chaud et sec (les fleurs du palmier dattier ont besoin d’une température d’environ 35ºC, sinon elles ne sont pas réceptives), vous pouvez cultiver un dattier à l’extérieur. Les dattes sont cultivées commercialement dans des conditions quasi désertiques (pensez «oasis»), notamment au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, soit la région d’où le dattier est originaire.

Comment semer des dattes

D’accord, il est peu probable que vous réussissiez à cultiver un dattier jusqu’à maturité à l’intérieur, mais il peut quand même être intéressant d’en cultiver un pendant quelques années comme expérience. Alors, continuez à entretenir votre semis.

20181210D agroweb.org.jpg

Dattes avec noyaux que vous pouvez prélever et semer. Source: agroweb.org

Pour les autres lecteurs qui voudront essayer, voici comment faire.

Récoltez et nettoyez quelques graines à partir de fruits non traités et semez-les en pot dans un terreau légèrement humide, plaçant la potée dans un endroit chaud. (Un tapis chauffant pourrait être utile.) Aucun éclairage n’est nécessaire avant la germination, qui aura probablement lieu en moins d’un mois.

Quand les premières feuilles vertes apparaissent, replantez les semis chacun dans leur propre pot, puis placez-les au plein soleil, en offrant des températures tempérées à chaudes et un arrosage régulier. Rempotez-les dans des pots de plus en plus grands à mesure que les plants grandissent. Faites attention aux épines acérées qui se forment à la base des frondes de plus en plus longues. Mais, inévitablement, votre dattier deviendra trop grand et vous devrez vous en débarrasser.

Le dattier nain

20181210E www.plantingman.com.jpg

Le dattier nain est d’une taille beaucoup plus commode pour une utilisation comme plante d’intérieur. Source: http://www.plantingman.com

Puis-je suggérer que, si vous recherchez un dattier à cultiver dans la maison, un dattier nain (Phoenix roebelinii) serait un meilleur sujet? Il est offert dans la plupart des jardineries, est assez petit pour pouvoir s’intégrer dans une maison moyenne (il atteint rarement plus de 2 à 3 m de hauteur, avec des frondes de seulement 60 à 120 cm de longueur, même après des décennies) et tolère les conditions intérieures moyennes, y compris un éclairage modéré et des températures normales. Vous pouvez acheter des graines de dattier nain en ligne si vous souhaitez en cultiver à partir de semences, mais il vous faudra alors attendre plusieurs années avant d’avoir un palmier digne de ce nom. L’achat d’une plante déjà établie est donc le choix le plus judicieux.

Euphorbe rouge qui devient verte

Par défaut

L’euphorbe trigone rouge (Euphorbia trigona ‘Rubra’) a besoin de soleil direct pour garder sa coloration rouge. Source: absolutely_fuzz, reddit.com

Question : J’ai acheté une euphorbe trigone. Je l’ai choisie parce qu’elle était de couleur rouge foncé, mais maintenant les nouvelles pousses sont vertes et elle perd sa coloration rouge. Manque-t-elle de soleil? Et pour l’arrosage, comment procéder?

Nicole

Réponse : Il s’agit d’Euphorbia trigona ‘Rubra’ (aussi appelé E. trigona rubra ou E. trigona ‘Royal Red’), une mutation de la forme normale, qui elle a des tiges triangulaires vertes marbrées de blanc et de petites feuilles vertes. Exposée au soleil intense, ‘Rubra’ produit une tige rehaussée de bourgogne et des feuilles rouges. Cette coloration tend à disparaître l’hiver ou même l’été quand la plante est trop à l’ombre. Si on la replace de nouveau au soleil, la coloration rougeâtre revient.

20181209C www.bonsaiempire.nl.jpg

La plante jade (Crassula ovata) aussi rougit un peu l’été quand elle reçoit un éclairage adéquat. Source: http://www.bonsaiempire.nl

20181209W Echeveria 'Black Prince' www.provenwinners.com & www.tissuecultureaustralia.com.jpg

 Echeveria ‘Black Prince’: rouge en été quand on le cultive au plein soleil, mais vert avec seulement une marge pourprée à l’ombre et pendant l’hiver. Source: http://www.provenwinners.com & http://www.tissuecultureaustralia.com

Cette euphorbe n’est pas la seule plante qui réagit ainsi. Plusieurs autres végétaux, surtout des succulentes (aloès, crassulas, rhipsalis, etc.), rougissent au plein soleil, car la pigmentation rouge provenant d’anthocyanines agit comme un genre d’écran solaire, protégeant les tiges et les feuilles contre les méfaits du soleil et notamment contre les rayons ultraviolets. Quand le soleil est moins intense, la plante n’a plus besoin d’écran solaire et la pigmentation rouge disparaît.

20181209X Pieris japonica 'Mountain Fire' mikesgardentop5plants.wordpress.com.jpg

Pieris japonica ‘Mountain Fire’: ses nouvelles feuilles sont rouge vif, mais elles deviennent vertes à maturité. Source: mikesgardentop5plants.wordpress.com

Chez plusieurs plantes non succulentes, notamment des arbustes et des arbres, les nouvelles feuilles sont rouges au début, ce qui protège leurs cellules encore fragiles contre les rayons ultraviolets, mais reprennent une coloration verte normale à mesure qu’elles mûrissent et s’endurcissent.

Que faire?

20181209B absolutely_fuzz, reddit.com.jpg

Ici, on voit une euphorbe trigone rouge qui passe de rouge à vert et qui rougit de nouveau une fois qu’on l’expose à un éclairage intense. Source: absolutely_fuzz, reddit.com

Il est clair que votre euphorbe ne reçoit plus assez de soleil pour maintenir sa coloration rougeâtre. Elle a probablement été produite en serre, où il était facile d’offrir un ensoleillement intense, mais à la maison, il faudrait vraiment la placer près d’une fenêtre ensoleillée en tout temps, et notamment l’hiver, quand le soleil est beaucoup moins intense, pour que sa coloration rouge se maintienne. Et pour une coloration encore plus intense, cultivez-la à l’extérieur l’été dans un emplacement au plein soleil.

Quant à l’arrosage, l’euphorbe trigone, comme beaucoup d’euphorbes, est très tolérante des écarts. Arrosez abondamment, mais laissez ensuite son terreau s’assécher passablement avant d’arroser de nouveau. La fréquence d’arrosage variera selon les conditions et les saisons.