Les tropiques à ma portée!

Par défaut

Hiver? Quel hiver?

Voici ce que je vois de mon salon quand je suis confortablement étendu dans mon fauteuil inclinable. Je n’ai qu’à lever les yeux pour admirer la «serre» (officiellement un solarium), remplie à craquer de belles plantes d’intérieur. Je peux voir des mandevillas, des pélargoniums, des oiseaux de paradis, des couronnes d’épines et des cactus d’automne, actuellement en fleurs, et d’autres floraisons suivront pendant tout l’hiver.

Mais, malgré les belles fleurs qui ponctuent la masse de vert, je pense que j’aime encore plus l’effet tropical du feuillage. À quoi bon aller à Cancún l’hiver quand Cancún s’invite chez vous?

Toute cette belle végétation passe l’été dehors, ce qui dégage les murs vitrés de la serre, et alors je vois de mon fauteuil de belles plates-bandes fleuries. Fleurs tempérées à la belle saison, végétation tropicale tout l’hiver… n’est-ce pas que la vie est merveilleuse?

Publicités

Orchidée aux feuilles molles et ratatinées

Par défaut

Quand les feuilles d’un phalaenopsis sont molles, ce n’est pas un bon signe. Source: celestina, http://www.rv-orchidworks.com

Question : J’ai une orchidée dont les feuilles deviennent molles et ratatinées. Merci de me dire quoi faire.

Bourdet

Réponse : Dans ma réponse, je présume que votre orchidée est un phalaenopsis (Phalaenopsis cv), de loin l’orchidée la plus couramment cultivée. L’information s’applique toutefois aussi à plusieurs autres orchidées cultivées comme plantes d’intérieur.

20181112D soo neaty, www.youtube.com.png

Les feuilles de ce phalaenlopsis sont ratatinées et pendent mollement. Source: soo neaty, http://www.youtube.com

Habituellement, la présence de feuilles molles et ratatinées indique que l’eau ne se rend pas correctement jusqu’aux feuilles. Deux causes sont probables: un manque d’eau ou un surplus d’eau.

20181112C myorchiddiary.wordpress.com.jpg

Si les feuilles sont molles et que les racines sont ratatinées, c’est probablement à cause d’un manque chronique d’eau. Source: myorchiddiary.wordpress.com

Si la plante manque d’eau de façon chronique, les racines paraîtront vert pâle ou blanches et seront ratatinées. Il faudrait alors prendre l’habitude de les arroser abondamment, idéalement en plongeant le pot dans de l’eau tiède pendant 10 à 15 minutes, même une demi-heure, puis en laissant bien se drainer tout surplus. Selon vos conditions, la plante pourrait avoir besoin d’arrosage de une fois par semaine à une fois par 10 jours.

Si la plante a reçu trop d’eau pendant trop longtemps, les racines, ou du moins une bonne partie des racines, seront brunes ou jaunes et pourries. Il n’est pas toujours possible de récupérer une orchidée en train de pourrir, mais vous pouvez essayer.

20181112B Randy from Maui, www.youtube.com

Il faut supprimer les racines mortes ou pourrissantes. Source: Randy from Maui, http://www.youtube.com

Dépotez-la, coupez les racines mortes ou mourantes (en désinfectant le sécateur après chaque coupe) et rempotez-la dans un substrat pour orchidée frais. Arrosez avec plus d’attention à l’avenir, seulement quand le terreau est sec, mais arrosez toujours abondamment (encore, plonger les racines dans l’eau demeure la meilleure façon d’arroser une orchidée).

Le son de l’eau attire les oiseaux

Par défaut

Mésange arlequin buvant à un robinet qui coule. Source: davesnature.wordpress.com

Saviez-vous que le son de l’eau qui s’égoutte attire les oiseaux? Si vous avez un robinet qui fuit très lentement (s’il fuit beaucoup, faites-le réparer!), placez une roche ou un bain d’oiseau à sa base pour que l’eau fasse un «plouc plouc» en tombant et vous verrez beaucoup plus d’oiseaux visiter votre terrain. D’abord, par curiosité, ensuite, pour boire de l’eau fraîche. Certains, comme les mésanges, s’accrocheront directement au robinet pour y boire.

20181111B Ronda Kesterson-Bennett, www.pinterest.ca.jpg

Goutteur fait d’une bouteille d’eau. Source: Ronda Kesterson-Bennett, http://www.pinterest.ca

Une autre option consiste à fabriquer un goutteur avec une bouteille en plastique (une bouteille de 2 litres de boisson gazeuse, par exemple). Percez un tout petit trou dans le fond de la bouteille avec une aiguille chaude, remplissez-la d’eau et suspendez ce goutteur à un arbre au-dessus d’un bain d’oiseau. Il faudra sans doute remplir la bouteille quotidiennement.

 

Forcer des bulbes sans terreau : un projet pour toute la famille

Par défaut

Forcer des bulbes sur l’eau est un jeu d’enfant. Source: http://www.homedepot.com

J’ai déjà expliqué comment forcer des bulbes dans un pot de terreau, mais on peut aussi les forcer sur l’eau.

Il suffit de les cultiver au-dessus d’un réservoir d’eau quelconque. À cette fin, on utilise habituellement une «carafe à jacinthe», c’est-à-dire un récipient étanche, transparent ou en céramique, en forme de sablier. Ce contenant présente un rétrécissement qui supporte la base du bulbe. On peut toutefois utiliser tout contenant présentant un goulot d’étranglement de la bonne taille pour maintenir le bulbe à fleur d’eau : par exemple, un petit pot de confitures.

Un projet pour les enfants

20181110B www.vancouversun.com.jpg

Forcer les bulbes sur l’eau est un excellent projet pour toute la famille. Source: http://www.vancouversun.com

Forcer un bulbe sur l’eau est un excellent projet pour initier les enfants à l’horticulture. Ils seront fascinés de voir les racines se former et la pousse se développer. De plus, quand le bulbe sera enfin exposé à la chaleur et à la lumière, les changements se produiront si rapidement, passant d’un bulbe sans feuille à la pleine floraison en souvent à peine une semaine, que les enfants ne perdront pas patience. Et un bulbe est suffisamment gros pour que l’enfant puisse le placer lui-même. À partir de l’âge de six ans environ, les enfants sont même capables de s’occuper de l’arrosage… sous l’œil attentif d’un parent, bien sûr, qui leur fera penser à vérifier le niveau de l’eau.

Le bulbe traditionnellement utilisé pour cette technique est la jacinthe préparée. On peut toutefois lui substituer une tulipe ou un narcisse à gros bulbe.

Il faut toutefois se rappeler que le bulbe doit être d’une taille appropriée au contenant et une carafe à jacinthe ne conviendra donc pas à un petit bulbe: le rétrécissement sera trop large. Il existe également des carafes à crocus, mais très honnêtement, un seul corme de crocus ne donne pas un effet très spectaculaire. On peut même cultiver une amaryllis (Hippeastrum) sur l’eau… à condition de trouver un contenant de taille appropriée!

Une technique simple

La technique est des plus simples.

20181110C www.gardenersworld.com.jpg

Le bulbe doit à peine toucher l’eau. Source: www.gardenersworld.com

Remplissez le contenant d’eau claire environ jusqu’au rétrécissement et placez le bulbe, la pointe vers le haut, dans le haut du contenant. La base du bulbe peut toucher à l’eau, mais à peine. Placez l’ensemble dans un emplacement frais et sombre.

20181110D www.waitrosegarden.com.jpg

Les jacinthes préparées réagissent rapidement au traitement donné. Source: www.waitrosegarden.com

C’est à cette étape que l’utilisation d’un bulbe de jacinthe préparée (spécialement traitée pour le forçage) devient avantageuse, parce que la période d’obscurité requise est moins longue que pour les autres bulbes et qu’il n’est pas nécessaire de maintenir une température aussi froide. Idéalement, vous baisserez la température nocturne à 10 à 12 °C. Les jacinthes ordinaires (non préparées), les tulipes, les crocus et les autres bulbes à floraison printanière exigent normalement des températures de 1 à 9 °C.

Maintenez ces conditions pendant environ 9 semaines pour les jacinthes préparées et 13 à 15 semaines pour la plupart des autres bulbes.

Quant à l’amaryllis, aucune température fraîche n’est nécessaire pour son forçage, ni un emplacement à l’obscurité. Placez-la devant une fenêtre ensoleillée et elle fleurira normalement dans les 5 à 8 semaines suivant la plantation.

20181110E www.gardenersworld.com.jpg

Les racines se forment rapidement. Source: www.gardenersworld.com

Les racines se forment rapidement et descendent dans l’eau. Le niveau d’eau baisse aussi, car le bulbe «boit.» Il faut alors jeter un coup d’œil tous les trois ou quatre jours en ajoutant de l’eau au besoin, car le récipient ne doit jamais s’assécher complètement.

Quand une belle pointe de croissance est formée, que le contenant est rempli de racines et que le nombre minimal de semaines s’est écoulé, on peut exposer la plante à la lumière et à la chaleur. La floraison survient alors rapidement.

Il ne faut pas que le bulbe manque d’eau pendant la floraison non plus! Rajoutez de l’eau dans le récipient selon les besoins.

Quand la floraison est terminée, nettoyez le contenant et remisez-le pour l’année suivante, puis compostez le bulbe. Il sera complètement épuisé par son expérience et ne refleurira pas. Ne pensez même pas ajouter de l’engrais à l’eau du récipient afin de nourrir le bulbe en vue d’une autre floraison : il ne sera pas plus en forme… et votre contenant se remplira rapidement d’algues.

Le forçage sur gravier

20181110G linaloo.typepad.com.jpg

On peut utiliser toutes sortes de substrats comme support pour les bulbes. Source: linaloo.typepad.com

On peut aussi forcer les bulbes dans un substrat sans terre, notamment sur du gravier, des galets de rivière, des boulets d’hydroponie, des coquillages, des billes colorées, etc.

Dans un contenant décoratif (un contenant transparent est idéal, car on peut y voir les racines se développer et mieux surveiller le niveau de l’eau) et imperméable (donc, sans trou de drainage), on verse le substrat choisi pour former une couche d’au moins 4 à 5 cm de hauteur où les racines pourront se former.

20181110I www.younghouselove.com

Placez les bulbes sur le substrat, puis rajoutez-en pour les solidifier. Source: www.younghouselove.com

Placez les bulbes sur le substrat (pour le plus bel effet, mettez autant de bulbes que le pot peut en contenir… oui, les bulbes peuvent se toucher) et remplissez les interstices entre les bulbes avec d’autres pierres, billes, etc., de façon à couvrir les bulbes presque complètement. Maintenant, ajoutez de l’eau jusqu’à la base des bulbes et placez la potée au frais et dans l’obscurité.

Les bulbes appropriés au forçage sur l’eau conviennent aussi au forçage sur gravier. Choisissez donc parmi la jacinthe préparée, le narcisse, la tulipe, le crocus, l’amaryllis, etc.

20181110F www.dutchgrown.com.jpg

Narcisse Paperwhite dans des coquillages. Source: http://www.dutchgrown.com

Le narcisse Paperwhite (Narcissus papyraceus) et ses proches parents, comme le narcisse ‘Grand Soleil d’Or’ ou ‘Chinese Sacred Lily’, soit des narcisses originaires de climats plus doux que les autres narcisses, sont particulièrement prisés pour le forçage sur gravier, car ils nécessitent encore moins de fraîcheur que les jacinthes préparées. D’accord, une température nocturne à 18 °C serait idéale, car cela donnera des tiges florales plus robustes, mais on peut facilement les forcer à la température de la pièce. Et ces narcisses fleurissent rapidement aussi: habituellement en 5 à 8 semaines.


Voilà! Un beau petit projet d’automne pour fleurir votre maison au cours de l’hiver et du printemps. Mettez-vous y donc!

Ramasser les feuilles mortes, une fausse bonne idée*

Par défaut

La meilleure chose à faire pour l’environnement est de laisser les feuilles sur place, tout simplement. Source: ksenvironmental.com.au

*Oui, je sais que j’ai déjà écrit à propos de la recommandation de ne pas nettoyer les jardins et les pelouses à l’automne, en fait il y a seulement quelques semaines de cela, mais j’ai toujours eu l’impression d’être la voix de celui qui crie dans le désert : je semblais toujours être seul à promouvoir ce conseil de jardinage écologique simple mais efficace. Cet automne (2018), cependant, il semble que tout le monde se lance dans le mouvement «laissez vos pelouses et vos jardins tranquilles à l’automne». Le texte ci-dessous est tiré d’un communiqué de presse d’ICI Nouveau-Brunswick. Merci à Gabriel Martin de m’avoir signalé le communiqué.

Les feuilles mortes au sol protègent de petits insectes, une source alimentaire importante pour les oiseaux durant l’hiver, affirme un organisme pour la protection de l’environnement. Conservation de la nature Canada demande aux citoyens de ne pas les ramasser.

«C’est une bonne nouvelle si vous n’aimez pas cette tâche automnale : laisser les feuilles mortes au sol est la bonne chose à faire pour l’environnement», assure un porte-parole de l’organisme Conservation de la nature Canada, Andrew Holland.

Ces feuilles créent un espace de vie pour plusieurs petites bestioles durant l’hiver. C’est un habitat naturel pour les papillons et pour plusieurs autres insectes qui peuvent s’y réfugier pour hiverner. «Et ces insectes constituent une source nutritive de choix pour les oiseaux lorsque le printemps arrive.»

20181109B Dan Pancamo, Wikimedia Commons.jpg

Moins vous faites le ménage automnal sur votre terrain, plus vous aidez les oiseaux, comme cette mésange. Source: Dan Pancamo, Wikimedia Commons

Les gens peuvent aussi aider les oiseaux à survivre à l’hiver en ne nettoyant pas leur jardin à la fin de l’été. «Les fruits et les semences qui restent sur les fleurs et les arbustes fournissent une nourriture essentielle pour de nombreux oiseaux, dont les chardonnets, les geais et les mésanges», explique un biologiste de Conservation de la nature Canada, Dan Kraus.

Pour ceux qui craignent d’étouffer leur pelouse ou de boucher leurs gouttières, Andrew Holland propose de déplacer les feuilles, sous des buissons, par exemple.

«Ces feuilles fournissent un bon paillis pour les arbustes et aident à prévenir le cycle gel/dégel des racines pendant l’hiver», explique-t-il.

«Vous voulez réduire les feuilles au sol en morceaux de la taille d’une petite pièce de monnaie. Vous saurez que vous avez terminé quand on peut voir environ 1 cm de gazon à travers la couche de feuilles broyées. Une fois que les feuilles se sont installées, les microbes et les vers commencent à les recycler», indique le site Web.

Ces plantes d’intérieur qui ne veulent pas se ramifier

Par défaut

L’avocatier est tout naturellement porté à pousser sans ramification. Si vous voulez le voir se densifier, il faut l’obliger à le faire. Source: www.reddit.com

Avez-vous déjà remarqué que certaines plantes d’intérieur produisent des touffes denses et feuillues, créant un joli monticule de verdure, tandis que d’autres poussent tout droit vers le haut, sans la moindre branche, révélant une bonne longueur de tige nue? Ces plantes étaient souvent bien mignonnes dans leur jeunesse, quand elles étaient encore assez trapues ou portaient encore assez de feuilles pour recouvrir leur tige dressée, mais elles sont devenues dégarnies et maigrichonnes à mesure qu’elles ont grandi.

20181108B Dieffenbachia sebuine, sy. amonea www.flowershopnetwork.com

Le dieffenbachia commun (Dieffenbachia seguine) n’est pas porté à se ramifier. Si on le laisse faire, il finira par atteindre le plafond! Source: www.flowershopnetwork.com

Ces espèces — des plantes aussi populaires que l’avocatier (Persea americana), le faux aralia (Dizygotheca elegantissima, maintenant Pierandra elegantissima), le schefflera (Schefflera actinophylla), le caoutchouc (Ficus elastica), les dracénas (Dracaena spp.) et l’arbre à monnaie (Pachira aquatica) — sont souvent des arbres de forêt dense dans la nature: elles sont génétiquement programmées pour pousser en hauteur jusqu’à ce qu’elles quittent l’ombrage dense du sous-bois pour atteindre la canopée, là où il y a du soleil, et seulement alors commenceront-elles à se ramifier. Elles ne semblent pas se rendre compte que, dans votre salon, le meilleur éclairage est généralement vers la mi-hauteur de la pièce et qu’ainsi elles ne trouveront que déception (ainsi que le plafond!) si elles continuent à croître obstinément vers le haut.

Il y a aussi certaines plantes d’intérieur qui ne deviennent pas nécessairement des arbres, mais qui ne se ramifient naturellement qu’après leur première floraison… ce qui, étant donné que les conditions dans nos demeures sont rarement l’équivalent de celles que ces plantes auraient reçues à l’état sauvage, pourrait ne se produire qu’après bien des années. C’est le cas du kalanchoé de Grémont (Kalanchoe daigremontiana) et du pachypode (Pachypodium lamerei).

Enfin, il y a aussi certaines plantes d’intérieur dressées qui semblent être naturellement dépourvues de branches, même à maturité. L’aglaonéma (Aglaonema spp.) et le dieffenbachia (Dieffenchia seguine, syn. D. amoena) appartiennent à cette catégorie.

Que peut-on faire avec ces plantes à tige unique?

Recherchez des cultivars naturellement ramifiés

20181108C www.jparkers.co.uk.jpg

Le coléus moderne est une plante basse et ramifiée qui a peu besoin de taille… tout un contraste avec la forme d’origine, généralement haute et peu ramifiée avec une longue tige nue. Source: www.jparkers.co.uk

Souvent, les hybrideurs aident les jardiniers amateurs en développant des variétés qui se ramifient plus abondamment que leur ancêtre. Autrefois, par exemple, le coléus (Plectranthus scutellarioides, syn. Solenostemon scutellarioides et Coleus blumei) était peu porté à se ramifier et produisait généralement une haute tige avec seulement des feuilles au sommet. Les variétés modernes, par contre, se ramifient abondamment, formant de véritables monticules de feuillage coloré. Il en va de même pour le pélargonium des jardins (Pelargonium x hortorum) : les cultivars modernes ont un port naturellement plus arrondi et ramifié que les anciens. Il existe même maintenant des variétés de dieffenbachia (Dieffenbachia spp.), pourtant une plante qui a la réputation de filer tout droit vers le plafond, qui se ramifient, du moins à la base.

La taille stimule la ramification

Et pour les plantes qui n’ont pas encore été «améliorées», vous pouvez toujours les tailler pour stimuler la pousse de branches.

20181108X syntk.wordpress.com.jpg

Si vous supprimez le bourgeon terminal, la plante produira une à plusieurs ramifications. Source: syntk.wordpress.com

On sait depuis longtemps que la taille stimule la ramification des végétaux : demandez à un pomiculteur ou à un élagueur de haies et il vous le confirmera. On sait même pourquoi! C’est à cause de la dominance apicale, très forte chez certaines espèces, notamment les arbres. Le bourgeon terminal (celui de l’extrémité supérieure de la plante) produit une hormone, l’auxine, qui inhibe la croissance des branches latérales. Mais si on l’enlève, l’inhibition tombe et une ou plusieurs branches secondaires se développent.

Donc, si vous voulez voir votre plante se ramifier, il faut lui couper la tête! On peut le faire en pinçant (supprimant) tout simplement le bourgeon terminal, ou encore, on peut couper la tige principale avec un sécateur à 5 à 15 cm du sommet. Si la plante est déjà trop haute, on peut même la rabattre sérieusement, la ramenant à une hauteur plus acceptable. Par exemple, vous pouvez couper un dracéna de 2 m de hauteur à 15 ou 30 cm de sol et il repoussera sans problème à partir du peu de tige qu’il lui restera.

20181108E plantshop.ae.jpg

Quand on lui a coupé ses deux têtes, ce dracéna a produit de multiples nouvelles pousses. Source: plantshop.ae

Chaque plante réagit différemment à la suppression du bourgeon terminal. Certaines produisent alors une multitude de rameaux; d’autres, que quelques-uns. Certaines aussi s’entêtent à ne produire qu’une seule tige de remplacement (l’avocatier, par exemple). Donc, on lui coupe la tête et elle réagit en produisant une seule autre tête. Parfois, il faut la pincer ou la tailler plusieurs fois, tous les quatre ou cinq mois, avant que la plante daigne produire une deuxième branche.

Et même quand plusieurs branches se forment, la dominance apicale s’installe de nouveau et ces nouvelles branches commencent à empêcher d’autres branches de se former. Ainsi, pour les plantes où la dominance apicale est forte, il faut généralement pincer la plante occasionnellement, de préférence au début du printemps, enlevant le bourgeon terminal de toutes les branches, pour maintenir la croissance dense tant désirée.

Quelles plantes tailler?

20181108F miaamore86.tumblr.com.jpg

On peut tailler presque n’importe quelle plante à tige dressée… sauf un palmier! Source: miaamore86.tumblr.com

En fait, vous pouvez supprimer la tête de presque toutes les plantes d’intérieur qui ont une tige dressée… sauf les palmiers. Les vrais palmiers ne produisent tout simplement pas de branches (sauf dans de très rares circonstances, peu susceptibles de se produire chez vous). Il y a, il est vrai, des palmiers qui produisent des drageons dans le sol au pied de la plante mère, mais des branches sur leur stipe (tronc)? Non. Alors, laissez les palmiers tranquilles, mais vous pouvez tailler essentiellement toute autre plante qui a une tige dressée.

Vous pouvez, en passant, faire enraciner la tête que vous avez enlevée. Oui, il suffit de l’insérer dans un pot de terreau humide et de la cultiver comme n’importe quelle autre bouture! Ou de faire un marcottage aérien.

Groupez les plantes pour un plus bel effet

20181108D bloomscape.com.jpg

En plantant plusieurs plantes non ramifiées (ici, Aglaonema ‘Silver Bay’) dans le même pot, vous pouvez créer un aspect plus attrayant. Source: bloomscape.com

Pour une solution plus rapide, pensez à planter plusieurs végétaux peu ramifiés dans le même pot, ce qui leur donne une apparence plus dense qui peut durer des années. D’ailleurs, les pépinières de production le font régulièrement avec certaines plantes telles que l’aglaonéma, le faux aralia et les dracénas. Lorsque les plantes dans ces pots communs commencent à paraître dégarnies, rabattez-les sérieusement et elles repousseront toutes à partir de la base, rétablissant ainsi l’apparence dense et attrayante du début.


Ainsi, il n’est pas nécessaire de laisser les plantes dégarnies nuire à l’effet de votre décor: une taille judicieuse ou un rempotage en groupe peut leur redonner une apparence des plus saisissantes.

Quand une plante d’intérieur est exposée au froid

Par défaut

Le ficus sans feuilles de Terrance. Source: Terrance Keller

Question: J’ai laissé mon ficus à l’extérieur trop longtemps cet automne et toutes les feuilles sont mortes. Je l’ai taillé très radicalement et je me demande maintenant si je l’ai tué. Je l’ai placé devant une fenêtre de patio orientée au sud afin qu’il reçoive autant de soleil que possible en hiver. Y a-t-il de l’espoir?

Terrance Keller

Réponse: Oui, il est possible que la plante reprenne, mais tout dépend du degré de froid qu’elle a subi, de la durée de son exposition, ainsi que de la tolérance naturelle au froid de l’espèce en question.

En effet, les plantes d’intérieur ont des degrés très variables de tolérance au froid. Il existe diverses espèces de ficus d’intérieur à petites feuilles. Parmi celles-ci, le figuier pleureur (Ficus benjamina) est probablement le plus résistant au froid, tolérant une touche de gel (moins de 0 °C) pendant de courtes périodes. De son côté, le laurier d’Inde (F. microcarpa, syn. F. retusa et F. retusa nitida) est moins rustique et peut être gravement endommagé ou même tué par des températures de 13 °C si ce froid persiste.

La seule chose à faire maintenant est d’attendre. Donnez à votre plante des températures intérieures normales et arrosez à peine, seulement assez pour l’empêcher de s’assécher complètement. Vous ne voulez pas trop l’arroser à ce stade, car les racines auront probablement aussi été endommagées, et rester dans un sol où stagne un surplus d’eau peut provoquer leur pourriture.

Il peut falloir jusqu’à deux mois avant que votre plante réagisse, surtout à cette période de l’année (les plantes récupèrent plus lentement lorsque les jours sont courts).

Si rien ne se passe… bon, au moins, vous aurez essayé!

Si de nouvelles feuilles apparaissent, assurez-vous que la plante continue à être bien éclairée et commencez à arroser au besoin (lorsque le sol est sec au toucher). Augmentez si possible l’humidité de l’air pendant les mois d’hiver et ne fertilisez pas tant que la plante n’a pas l’air de pousser vigoureusement. Ensuite, au fur et à mesure que la reprise avance, procédez à un élagage sélectif pour éliminer le bois mort et laisser de la place pour les nouvelles pousses.

Nul besoin de vous sentir coupable

Pas besoin de vous sentir coupable à la suite de cet incident. Je pense que la plupart des jardiniers oublient à l’occasion une plante tropicale en plein air à l’automne.

20181107B Amazon.com.jpg

Le palmier de Fortune (Trachycarpus fortunei) a beau être le palmier le plus rustique au monde, il ne peut pas tolérer un hiver québécois en plein air! Source : Amazon.com

Je me rappellerai toujours la fois où j’ai «perdu» un petit palmier de Fortune (Trachycarpus fortunei) en pot dans mon jardin. Je savais bien que je ne l’avais pas rentré, mais ne pouvais pas me souvenir de l’endroit où je l’avais placé pour l’été! Je ne l’ai retrouvé que lorsque le poids de la neige a fait baisser la végétation environnante, le révélant debout, les frondes couvertes de neige. Et oui, bien qu’il ait perdu la plupart de ses frondes, il a survécu au traumatisme!