Siphon de gouttière: échec total

Par défaut

 

20180622A www.sportys.com.jpg

Siphon de gouttière: totalement inefficace! Source: www.sportys.com

Voici un produit à éviter: le siphon de gouttière. Il est censé empêcher les débris de boucher les descentes de gouttière et ainsi prévenir que les gouttières débordent et endommagent le jardin en contrebas ou inondent le sous-sol.

20180622B www.sportys.com.jpg

Voici comment le siphon est censé fonctionner… mais ce n’est pas le résultat que j’ai obtenu. Source: www.sportys.com

Selon la description du produit, le siphon de gouttière «empêche les feuilles et les débris d’obstruer le tuyau de descente. Une fente sous la coquille surélevée permet à l’eau de s’écouler normalement. Si l’appareil est submergé en raison de fortes pluies, il siphonne l’eau à travers les débris et la dirige dans le tuyau de descente afin de prévenir les débordements.»

Cela me paraissait bien logique et je pensais alors avoir trouvé une solution facile à un problème de longue date. Ainsi, j’ai commandé non pas un siphon, mais deux.

Moi et mes gouttières

20180622E www.nyhofgutters.com.jpg

Les gouttières chez moi bouchent facilement, provoquant des dégâts d’eau. Source: www.nyhofgutters.com

Les gouttières bouchent facilement chez moi. La maison est entourée d’arbres dont les feuilles, aiguilles, graines, fleurs et rameaux tombent sur le toit pour être emportés dans la gouttière par la pluie. Les aiguilles d’épinette [épicéa], courtes et minces, sont particulièrement nombreuses… et problématiques. J’ai appris que je devais monter sur le toit pour nettoyer les gouttières au moins deux fois par an, sinon je risquais un désastre.

Après un premier dégât d’eau qui a non seulement détruit la plate-bande fraîchement plantée au pied du mur, mais inondé le sous-sol (et ce, à peine deux mois après notre emménagement dans la maison!), causant des dégâts très coûteux, j’ai fait installer une nouvelle gouttière plus solide avec deux descentes plutôt qu’une seule. Mais malgré cette innovation, chaque fois que j’ai retardé le moindrement le nettoyage bisannuel, la gouttière s’est quand même bouchée, permettant à l’eau de déborder et de tomber sur le jardin en dessous. Feuilles déchirées, plantes déracinées, saleté partout: quel gâchis!

L’essai avec le siphon fut bref!

Ce printemps, après avoir nettoyé la gouttière et utilisé un tuyau d’arrosage pour m’assurer que les descentes n’étaient pas obstruées (oui, il arrive parfois que le bouchon soit hors de vue, quelque part dans la descente), j’ai installé les deux siphons de gouttière, un à chaque descente. Il n’a pas été nécessaire d’attendre longtemps pour découvrir qu’ils ne fonctionnaient pas.

À la toute première pluie (un bon orage, je dois l’admettre, avec beaucoup de vent, d’éclairs et de tonnerre), j’ai regardé, frustré, par la fenêtre de ma chambre à coucher pendant que la gouttière débordait abondamment, détruisant le jardin en contrebas. (Et non, je ne suis pas assez fou pour monter sur une échelle pendant un orage électrique pour essayer de déboucher une gouttière!)

Normalement, la gouttière n’aurait pas débordé aussitôt après un nettoyage: j’aurais dû en avoir au moins jusqu’à l’automne avant que l’accumulation de déchets ne soit à un point tel qu’il y ait risque de débordement. Donc, je me sens entièrement dans mon droit de prétendre que ce sont les siphons qui ont causé le gâchis.

Le lendemain, je suis monté sur le toit pour vérifier.

20180622C.jpg

Il m’a fallu enlever des déchets pour voir le premier siphon, car il en était complètement couvert. Source: jardinierparesseux.com

Le premier siphon de gouttière était complètement caché de la vue par des débris. J’ai dû retirer plusieurs poignées d’aiguilles d’épinette pour le voir et d’autres pour dégager la gouttière et enlever le siphon. Mais, pour donner au produit son dû, cette extrémité de la gouttière était au moins vide d’eau. Le siphon n’avait pas empêché le débordement, mais semblait avoir permis à l’eau de s’écouler… seulement trop tard pour être utile, car c’est en effet à proximité de cette descente que le dégât s’est produit.

20180620F FR HC.jpg

Le deuxième siphon n’a pas du tout siphonné l’eau. À la place, elle s’est accumulée dans la gouttière. Source: jardinierparesseux.com

À l’autre extrémité de la gouttière, où il n’y avait pas eu de débordement, beaucoup moins de débris s’étaient accumulés près du tuyau de descente et je pouvais facilement voir le siphon, mais l’eau était toujours en place 14 heures après la fin de l’orage. L’appareil n’avait pas du tout siphonné l’eau pour la faire passer sous le bouchon comme il était censé le faire. J’ai enlevé les débris et le siphon de la gouttière et cette dernière s’est drainée immédiatement.

Pas la première fois que je me fais avoir

Ce n’est pas la première fois que je me fais prendre par des dispositifs de protection de gouttière qui ne fonctionnent pas.

20180622D www.guttersupply.com.jpg

Une crépine de gouttière s’installe au sommet de la descente pour empêcher les déchets de l’obstruer. À la place, ils s’accumulent et obstruent la gouttière! Source: www.guttersupply.com

L’utilisation d’une crépine de gouttière — une petite barrière en fil métallique qui se place dans la descente — n’était pas plus efficace. Oui, elle empêche un peu les feuilles et les autres gros débris d’atteindre et de boucher la descente de gouttière… mais alors ils s’accumulent autour de la crépine, bloquant nécessairement le drainage d’eau et assurant (ou presque) un débordement.

20180620G www.guttertalkblog.com.jpg

Protège-gouttière en maille: pas efficace contre les menus déchets: aiguilles, graines, fleurs, petites brindilles, etc. Source: http://www.guttertalkblog.com

J’ai également essayé d’installer un protège-gouttière en maille avec des résultats tout aussi décevants. Bien qu’il ait certainement gardé certaines feuilles et brindilles plus grandes à l’extérieur de la gouttière, et avait donc peut-être une certaine utilité, les aiguilles, les graines, les fleurs et les brindilles de petite taille s’y faufilaient sans le moindre problème et alors l’accumulation commençait. Ainsi, il me fallait enlever et réinstaller le protège-gouttière deux fois par année, chaque fois que je nettoyais la gouttière, nettoyage rendu nécessaire par l’inefficacité du protège-gouttière. J’en suis rapidement venu à la conclusion que, puisque je devais nettoyer la gouttière quand même et aussi fréquemment qu’auparavant, cette barrière augmentait le temps de travail plutôt que de le réduire… et de toute évidence ne diminuait pas le risque de bouchon et de débordement de façon significative

20180620H  www.lowes.ca.jpg

Gouttière en métal perforé: les aiguilles pénètrent quand même! Source: www.lowes.ca

Non, je n’ai pas essayé les protège-gouttière en métal perforé ou en plastique perforé, très populaires dans les salons d’habitation ces temps-ci. Un voisin en a fait installer un à fort prix pour l’enlever deux ans plus tard, car les aiguilles de conifères, abondantes dans notre quartier, finissent quand même par pénétrer et provoquer des débordements. Mais si vous avez une solution qui marcherait dans une situation où les conifères dominent, je suis tout ouïe!

Mieux vaut prévenir

Je pensais qu’il serait valable de vous prévenir que le siphon de gouttière ne fonctionne pas toujours… et peut-être ne fonctionne pas du tout! Et sachez qu’il n’y a probablement aucun système de protection des gouttières qui donne de bons résultats dans toutes les circonstances. À un moment donné, la plupart d’entre nous n’aurons pas d’autre choix que de monter sur le toit et de nettoyer nos gouttières!20180622A www.sportys.com

Publicités

Les plantes que les scarabées japonais adorent

Par défaut

 

20180620a waldo.villagesoup.com

Le scarabée japonais peut complètement défolier un jardin en seulement quelques semaines. Source: waldo.villagesoup.com

Le scarabée japonais (Popillia japonica), un gros coléoptère dodu originaire du Japon, cause de grands ennuis à beaucoup de jardiniers nord-américains et, depuis peu, commence aussi à s’étendre en Europe, réduisant en charpie le feuillage de nombreuses plantes. Il apparaît habituellement à la fin de juin ou début de juillet et continue ses ravages pendant 6 à 8 semaines. (Pour en savoir plus sur cet insecte, lisez Pour contrôler le scarabée japonais).

Les plantes suivantes ont la réputation d’être très appréciées des scarabées japonais. Mieux vaut éviter de les planter si vous ne voulez pas encourager ces insectes ou même les enlever de votre terrain si elles y sont déjà présentes.

  1. Abricotier (Prunus spp.)
  2. Arbre aux papillons (Buddleia spp.)
  3. Aronie (Aronia spp.)
  4. Asiminier ou pawpaw (Asimina spp.)
  5. Asperge (Asparagus spp.)
  6. Aster (Aster spp.)
  7. Aubépine (Crataegus spp.)
  8. Aubergine (Solanum melongena)
  9. Basilic (Ocimum spp.)
  10. Blé d’Inde (Zea mays)
  11. Bleuetier (Vaccinium spp.)
  12. Bouleau gris (Betula populifolia)
  13. Bruyère commune (Calluna vulgaris)
  14. Buddléia (Buddleia spp.)
  15. Caladium (Caladium spp.)
  16. Canna (Canna spp.)
  17. Canneberge (Vaccinium spp.)
  18. Carotte (Daucus carota)
  19. Cassissier (Ribes nigrum)
  20. Catalpa (Catalpa spp.)
  21. Cèdre (Thuja spp.)
  22. Cerisier (Prunus spp.)
  23. Chardon (Cirsium spp.)
  24. Châtaignier (Castanea spp.)
  25. Chêne des marais (Quercus palustris)
  26. Chèvrefeuille (Lonicera spp.)
  27. Chicorée (Cichorium intybus)
  28. Chrysanthème (Chrysanthemum spp.)
  29. Clèthre (Clethra spp.)
  30. Cognassier du Japon (Chaenomeles spp.)
  31. Corète du Japon (Kerria japonica)
  32. Cormier (Sorbaria spp.)
  33. Cosmos (Cosmos spp.)
  34. Courge (Cucurbita spp.)
  35. Dahlia (Dahlia spp.)
  36. Digitale (Digitalis spp.)
  37. Dolique (Dolichos spp.)
  38. Echinacée (Echinacea spp.)
  39. Érable de Norvège (Acer platanoides)
  40. Érable japonais (Acer palmatum)
  41. Eupatoire (Eupatorium spp.)
  42. Framboisier (Rubus spp.)
  43. Gadelier (Ribes spp.)
  44. Gazon (diverses graminées)
  45. Gloire du matin (Ipomoea spp.)
  46. Glycine (Wisteria spp.)
  47. Gombo (Abelmoschus spp.)
  48. Groseillier (Ribes spp.)
  49. Haricot (Phaseolus spp.)
  50. Hémérocalle (Hemerocallis spp.)
  51. Herbe à poux (Ambrosia spp.)
  52. Herbe à puce (Toxicodendron spp.)
  53. Heuchère (Heuchera spp.)
  54. Hibiscus (Hibiscus spp.)
  55. Houblon (Humulus spp.)
  56. Houx (Ilex spp.)
  57. Hydrangée à feuilles de chêne (Hydrangea quercifolia)
  58. Impatiens (Impatiens spp.)
  59. Ipomée (Ipomoea spp.)
  60. Iris (Iris spp.)
  61. Lagerstroemia ou lilas des Indes (Lagerstroemia spp.)
  62. Liatride (Liatris spp.)
  63. Lierre de Boston (Parthenocissus tricuspidata)
  64. Lilas japonais (Syringa reticulata)
  65. Maïs (Zea mays)
  66. Marijuana (Cannabis sativa)
  67. Marronnier (Aesculus spp.)
  68. Mauve (Malva spp.)
  69. Millepertuis (Hypericum spp.)
  70. Myrique (Myrica spp.)
  71. Myrtille (Vaccinium spp.)
  72. Noisetier (Corylus – certaines espèces)
  73. Noyer noir (Juglans nigrum)
  74. Œillet d’Inde (Tagetes patula)
  75. Œnothère (Oenonthera spp.)
  76. Onagre (Oenonthera spp.)
  77. Oreille d’éléphant (Caladium spp.)
  78. Orme (Ulmus spp.)
  79. Pêcher et nectarinier (Prunus spp.)
  80. Peuplier (Populus spp.)
  81. Phlox (Phlox spp.)
  82. Physocarpe (Physocarpus spp.)
  83. Piment (Capsicum annuum)
  84. Platane (Platanus spp.)
  85. Poivron (Capsicum annuum)
  86. Pomme de terre (Solanum tuberosum)
  87. Pommier, pommetier (Malus – certains cultivars)
  88. Prunier (Prunus spp.)
  89. Quatre-heure (Mirabilis jalapa)
  90. Renouée (Polygonum spp., Fallopia spp. et Persicaria spp.)
  91. Rhubarbe (Rheum spp.)
  92. Ronce (mûrier) (Rubus spp.)
  93. Rose d’Inde (Tagetes erecta)
  94. Rosier (Rosa spp.)
  95. Rudbeckie pourpre (Echinacea spp.)
  96. Sassafras (Sassafras spp.)
  97. Saule (Salix spp.)
  98. Sorbier (Sorbus spp.)
  99. Soya (Glycine max)
  100. Sureau (Sambucus spp.)
  101. Tagète (Tagetes spp.)
  102. Thuya (Thuja spp.)
  103. Tilleul (Tilia spp.)
  104. Tomate (Solanum lycopersicum)
  105. Troène (Ligustrum spp.)
  106. Vigne à raisin (Vitis spp.)
  107. Vigne vierge (Parthenocissus quinquefolius)
  108. Viorne (Viburnum spp.)

Pour en savoir plus sur le contrôle du scarabée japonais, lisez Pour contrôler le scarabée japonais. Et pour connaître les plantes que les scarabées boudent, consultez Plantes que les scarabées japonais n’aiment pas.

Ces chenilles qui font du camping

Par défaut

 

20180620A J.R. Carmichael, WC.JPG

Le nombre de chenilles présentes peut être remarquable! Source: J.R. Carmichael, Wikimedia Commons

Il y a une quantité incroyable de chenilles sur votre terrain? Elles sont noires avec des marques bleues (ou rouges), une striure longitudinale blanche et des rangées de poils brun roux? Et surtout, tous les soirs, elles se retirent dans un abri de soie, une «tente» en langage commun? Il s’agit de chenilles à tente, l’un des prédateurs les plus courants — et les plus visibles — de nos arbres.

Il existe plusieurs espèces de chenilles à tente en Amérique du Nord, dont la livrée des forêts (Malacosoma disstria), la plus courante, la chenille à tente estivale (Hyphantria cunea) et la tordeuse du cerisier (Archips cerasivorana). La plus connue en Europe est la livrée des arbres (Malacosoma neustria). Toutes peuvent faire beaucoup de dégâts, défoliant ou presque leur arbre hôte (habituellement, mais pas toujours, un fruitier). De plus, elles se dispersent sur d’autres arbres et arbustes des environs, retournant toutefois dans leur tente chaque soir.

20180620B Esc861, WC.jpg

La nuit, les chenilles se retirent dans leur «tente», un nid tissé protecteur. Source: Esc861, Wikimedia Commons

Il y a des années où les nids de chenilles à tente sont plutôt parsemés: on ne voit qu’une tente çà et là. Alors, les dégâts sont moindres. D’autres années, par contre, la plupart des arbres hôtes dans le secteur sont infestés et alors la défoliation peut être considérable. Pour plusieurs espèces, ces années d’épidémie ont lieu tous les 10 ans environ.

Leur cycle de vie

20180620W D.-Monkman.jpg

Cocon de chenille à tente. Source: D.-Monkman

Les petites chenilles éclosent au printemps, au réveil des feuilles. On voit rarement les dégâts au début, car ils sont relativement mineurs tant que les chenilles sont petites, mais vers la fin de leur période d’activité (d’environ 7 à 8 semaines), quand les chenilles sont à leurs plus gros, la défoliation peut être majeure. Après, les chenilles quittent leur arbre et cherchent un endroit protégé au sol, dans un tas de bois ou sur une structure et s’y fabriquent un cocon de soie blanche ou jaune. Le papillon femelle émerge environ 2 semaines plus tard, vole jusqu’à un arbre propice, pond discrètement ses œufs sur une branche et meurt presque aussitôt. C’est de ces œufs qu’émergera la prochaine génération au printemps suivant.

Intervenir ou pas?

Dans un milieu naturel, il n’y a normalement pas lieu d’intervenir. D’abord, un arbre en santé peut supporter d’être défolié de temps en temps et d’ailleurs se recouvrira de feuilles neuves en seulement quelques semaines. Aussi, l’infestation est généralement sporadique: les chenilles ne reviennent pas d’année en année, ainsi l’arbre peut récupérer. De plus, il faut penser que les chenilles à tente ont un rôle à jouer dans la nature. Notamment, plusieurs animaux s’en nourrissent, dont plus de 60 espèces d’oiseaux, incluant, en Amérique, les orioles, les geais, les mésanges et les juncos. Donc, la consigne est alors de laisser dame Nature faire son œuvre.

Dans votre cour, par contre, quand elles s’installent dans un arbre ornemental, il peut être nécessaire de les contrôler… et c’est si facile à faire!

20180620C www.planetnatural.com.jpg

Attendez en soirée pour couper le nid: les chenilles y seront. Source: www.planetnatural.com

Leur habitude de se réunir le soir dans un nid tissé entre les branches est aussi leur point faible! À la nuit tombée, il s’agit de couper les rameaux sur lesquels le nid est installé et de mettre la tente dans un sac de plastique scellé que vous mettrez par la suite aux vidanges.

Un tronc collant

20180620D www.tanglefoot.com.jpg

Si on applique une barrière collante autour du tronc, les chenilles ne pourront plus descendre au sol pour envahir les autres arbres du terrain. Source: www.tanglefoot.com

Si un nid de chenilles à tente est hors de portée, badigeonnez du Tanglefoot, une colle qui ne sèche pas, tout autour du tronc dans une bande 15 cm de largeur. Au moins, cela empêchera les parasites d’aller vers d’autres arbres quand ils en auront fini avec le premier. Si vous préférez ne pas salir votre tronc avec de la colle, vous pouvez l’entourer d’une bande de plastique serrée et appliquer la colle sur la bande.

Du BTK à la rescousse

20180620E www.naturalinsectcontrol.com.jpg

Btk. Source: www.naturalinsectcontrol.com

Une autre possibilité est de pulvériser l’arbre avec du BTK (Bacillus thuringiensis kurstaki), un insecticide biologique. Les chenilles qui en mangent les spores deviennent malades, arrêtent de manger et en meurent environ une semaine plus tard.


La chenille à tente : elle fait des dégâts souvent spectaculaires, certes, mais, finalement, elle n’est pas si nuisible. À vous de décider si vous devez agir.20180620A J.R. Carmichael, WC

Pourquoi ma pivoine ne fleurit-elle pas?

Par défaut
20180619A Renee Firmingham. www.publicdomainpictures.net.jpg

La plupart des pivoines fleurissent annuellement, sinon… lisez plus loin. Source: Renee Firmingham. http://www.publicdomainpictures.net

La pivoine des jardins (Paeonia lactiflora) est parmi les vivaces les plus populaires et les plus fiables. La plupart des jardiniers sont plus que satisfaits des résultats : leurs plantes fleurissent à tous les ans, au début de l’été, et produisent une profusion de grosses fleurs, souvent doubles, souvent parfumées, souvent en quantité suffisante pour permettre la fabrication de bouquets. Et la plante est de vie très longue : des plantes de 40 ans et plus fleurissent annuellement sans plus de soins qu’un certain désherbage.

Pourtant, tous les jardiniers n’ont pas autant de succès. Leurs pivoines fleurissent peu ou pas du tout. Regardons pourquoi :

9 raisons pour lesquelles votre pivoine ne fleurit pas

Problème 1 : Plante trop jeune

20180619B www.southernpeony.com.jpg

Division de pivoine avec seulement un œil (et d’ailleurs, une seule racine très mince). Il faudra plusieurs années avant qu’elle fleurisse. Source: www.southernpeony.com

D’abord, les semis de pivoine peuvent facilement prendre 3 à 5 ans avant de commencer à fleurir et 7 à 8 ans avant de fleurir abondamment. Mais peu de gens cultivent des pivoines par semis, donc c’est un moindre problème. Toutefois, toute pivoine récemment plantée, surtout une petite division avec seulement un ou deux yeux (bourgeons), peut prendre 2 ou 3 années avant de s’acclimater et de bien fleurir.

Solution

Patientez! La floraison viendra!


Problème 2 : Plantation trop profonde

20180619C statebystategardening.com.JPG

Plantez toujours les pivoines de façon à ce que les yeux soient enterrés à moins de 5 cm de profondeur. Source: statebystategardening.com, montage: jardinierparesseux.com

En plantant une pivoine, on doit enterrer les «yeux» (bourgeons) à une profondeur de 2 à 5 cm, mais jamais plus. Sinon, le feuillage sortira en parfait état, mais il n’y aura pas de fleurs… ou très peu.

Solution

Déterrez et replantez la pivoine à la bonne profondeur, de préférence au début de l’automne. Ou attendez. Car une pivoine plantée trop profondément se corrigera avec le temps… mais vous pourriez devoir attendre 10 ans ou plus avant que cela se fasse.


Problème 3 : Transplantation sans division

20180619KK www.southernpeony.com.jpg

Mieux vaut diviser les pivoines matures comme celle-ci plutôt que de les transplanter intactes. Source: www.southernpeony.com

Les pivoines n’aiment pas la transplantation et les plantes matures, avec des dizaines de racines longues et épaisses comme des carottes, encore moins que les plantes plus jeunes. Il arrive très souvent donc qu’une plante mature (en terre depuis 7 ans et plus) ne fleurisse plus à la suite d’une transplantation, du moins avant plusieurs années. Souvent, les jardiniers constatent que, lorsqu’ils transplantent plusieurs pivoines matures, au moins une se remettra à fleurir comme si de rien n’était, mais que la majorité refuse obstinément de fleurir, même 4 ou 5 ans plus tard.

Solution

Les pivoines matures divisées reprennent beaucoup mieux que les plantes matures transplantées intactes. Diviser une pivoine la renvoie en enfance, pour ainsi dire, donnant une plante jeune et vigoureuse qui devrait fleurir l’année suivante. Visez des divisions portant trois à cinq yeux. Si vous divisez en éclats plus petits (un ou deux yeux), vous vous retrouverez avec une plante trop rajeunie (problème 1) qui n’est pas encore prête à fleurir. Il faut donc viser le juste milieu : une pivoine ni  mature ni très jeune, mais adolescente, quoi! Pour savoir quand et comment diviser une pivoine des jardins, lisez C’est à l’automne qu’on divise les pivoines.


Problème 4 : Trop d’ombre

20180619D www.pinterest.ca.jpg

La pivoine des bois (Paeonia obovata) est l’une des rares espèces qui réussit bien à l’ombre. Source: www.pinterest.ca

La pivoine aime le soleil et tolère la mi-ombre (avec une baisse de floraison conséquente, toutefois), mais dans un endroit vraiment ombragé, les tiges s’étiolent et la floraison s’arrête.

Solution

Déplacez la pivoine ou réduisez l’ombre, peut-être en supprimant les branches d’arbre surplombantes. Ou plantez des pivoines adaptées à l’ombre, comme la pivoine des bois (Paeonia obovata).


Problème 5 : Feuillage supprimé trop tôt

20180619E www.southernpeony.com.jpg

On peut couper le feuillage des pivoines, mais pas avant septembre. Source: www.southernpeony.com

Après la floraison, la pivoine refait ses forces grâce à la photosynthèse de ses feuilles. Ainsi, il faut les laisser intactes jusqu’à la fin de la saison, soit au moins jusqu’au début de septembre. Si vous les fauchez par accident avec la tondeuse en juillet ou août, ça n’ira pas très bien pour la floraison de l’année suivante!

Solution

L’an prochain, laissez le feuillage intact jusqu’à ce qu’il change de couleur à l’automne, signe que son travail est terminé.


Problème 6 : Trop d’engrais

20180619F FR courses.cit.cornell.edu.jpg

Les engrais trop riches en azote peuvent nuire à la floraison. Source: courses.cit.cornell.edu, montage jardinierparesseux.com

C’est rare qu’une pivoine manque tellement de minéraux que cela anéantisse la floraison, mais trop d’engrais peut avoir cet effet, notamment les engrais très riches en azote (le premier des trois chiffres qu’on voit sur l’étiquette d’engrais). Le grand coupable est habituellement l’engrais à gazon appliqué trop généreusement juste à côté.

Solution

La pivoine n’est pas si gourmande. Des fertilisations à la moitié de la dose recommandée suffisent généralement, surtout si le premier chiffre est supérieur à 10, comme le 20-5-10.


Problème 7 : Gel tardif

20180619G www.southernpeony.com.jpg

Un gel profond quand le bouton floral est présent peut mettre fin à la floraison pour l’année. Source: www.southernpeony.com

La pivoine est relativement résistante au froid, mais un gel sévère au moment où les boutons floraux sont en formation peut les tuer et alors, il n’y aura pas de fleurs cette année.

Solution

Si vous savez qu’un gel sévère aura lieu alors que les boutons floraux sont visibles, vous pouvez couvrir les plantes d’une vieille couverture ou d’une autre toile, utilisant des piquets pour en supporter le poids. Habituellement, cependant, il est plus facile d’accepter stoïquement que dame Nature nous joue parfois de mauvais tours et de patienter jusqu’à la floraison de l’année suivante.


Problème 8 : Conditions de culture inacceptables

20180619H classroomclipart.com, www.clipartpanda.com & www.kisspng.com

Les pivoines n’aiment ni les conditions désertiques ni la chaleur omniprésente des tropiques. Source: classroomclipart.com, http://www.clipartpanda.com & http://www.kisspng.com, montage: jardinierparesseux.com

Les pivoines aiment un sol riche, profond et meuble, toujours au moins un peu humide et d’un pH d’environ 6 à 7. De plus, le climat doit être tempéré, avec un hiver assez froid (elle pousse mieux dans les zones de rusticité 2 à 7). Dans les conditions extrêmes (climat tropical ou subtropical, grande aridité, sol rocailleux, très alcalin ou acide ou envahi de racines d’arbre, etc.), elles ne sont pas très heureuses et alors, fleurissent peu ou pas.

Solution

Si vous n’avez pas les conditions nécessaires pour réussir les pivoines, cultivez autre chose!


Problème 9 : Maladies

20180619I www.oakleafgardening.com

Pourriture grise sur un bouton floral de pivoine. Source: http://www.oakleafgardening.com

La pivoine est sujette à différentes maladies, dont la pourriture grise (Botrytis paeoniae), qui peuvent tuer ou abîmer les boutons floraux en développement. Elles sont surtout fréquentes par temps frais et humide.

Solution

Coupez les boutons morts dès que vous les voyez. La plante a quand même besoin de ses feuilles, même si elles sont abîmées par une maladie, pour faire de la photosynthèse pendant l’été, mais coupez et détruisez les feuilles malades à la fin de la saison. Appliquez un paillis frais (il aide à empêcher les spores de migrer du sol aux feuilles) à l’automne. Assurez la meilleure aération possible et un bon drainage, quitte à transplanter votre pivoine ailleurs. Si la situation se répète annuellement, appliquez un fongicide aux deux semaines.


20180619J mbgna.umich.edu.jpg

Pour la plupart des jardiniers, les pivoines fleurissent abondamment tous les ans! Source: Nichols Arboretum Peony Garden, mbgna.umich.edu

Et voilà! Un tour de table sur les raisons pour lesquelles les pivoines ne fleurissent pas. Mais ne paniquez pas à la vue de toutes ces possibilités de désastre! La plupart des jardiniers n’ont jamais de difficultés avec leurs pivoines, qui refleurissent d’année en année sans problème. Elles sont même parmi les vivaces les plus faciles qu’on peut cultiver!20180619A Renee Firmingham. www.publicdomainpictures.net

Le maïs aime la compagnie

Par défaut

 

20180617E hortidact.eklablog.com.jpg

Le maïs est monoïque: il produit des fleurs mâles et femelles séparées, mais sur la même plante. Source: hortidact.eklablog.com, montage: jardinierparesseux.com

Le maïs sucré ou blé d’Inde (Zea mays saccharata) est essentiellement le seul «légume» pollinisé par le vent. Pour cette raison, il faut le planter en groupe de façon à ce que le pollen des fleurs mâles (portées en panicule au sommet de la plante) tombe sur les fleurs femelles (les «soies», portées au milieu de la plante).

20180617B samwarren55.wordpress.com.jpg

Dans le potager familial, on cultive typiquement le maïs en blocs. Source: samwarren55.wordpress.com

Dans la grande culture, on assure cette pollinisation en cultivant le maïs en rangs multiples à perte de vue, ce qui n’est pas possible dans un petit potager domestique. On l’y plante plutôt en «blocs» (plusieurs rangs serrés formant un carré ou un rectangle). Le jardinier paresseux, toutefois, préféra sans doute la méthode des Amérindiens: semer 4 à 6 graines ensemble (on appelle cela la plantation en poquets).

20180617C www.thesurvivalgardener.com.jpg

Culture à l’amérindienne (la méthode des trois soeurs), où un poquet de 4 à 6 plants de maïs est entouré de haricots et de courges. Source: www.thesurvivalgardener.com

Cela donne un plus bel effet et, de plus, permet d’éparpiller le maïs dans le parterre, évitant ainsi les risques associés aux monocultures. Ainsi, les prédateurs du maïs, comme le ver de l’épi du maïs et la pyrale du maïs, qui trouvent le maïs d’après la concentration de l’odeur qu’il dégage, auront plus de difficulté à trouver les plantes, vous assurant une belle récolte avec moins d’efforts.

Les 4 à 6 plantes qui pousseront ensemble suffiront pour assurer une bonne pollinisation.20180617E hortidact.eklablog.com

Le cadeau idéal pour la fête des Pères

Par défaut

 

20180617A funcheaporfree.com.jpg

Ce que le papa jardinier veut vraiment pour la fête des Pères est un coup de main dans le jardin! Source: funcheaporfree.com

Mon cher enfant,

Sais-tu ce que je voudrais vraiment pour la fête des Pères? Un coup de main dans le jardin! Une sorte d’équipe familiale à la main verte pour effectuer quelques petites corvées d’entretien en plein air.

Oui, j’apprécie les cravates, les t-shirts, les livres et les outils de jardinage que tu m’as donnés au cours des années, même la fois où tu m’as emmené au restaurant préféré de maman oubliant que j’étais allergique aux fruits de mer. Merci beaucoup! (Le personnel de l’hôpital était très sympa!) Mais ce que j’apprécierais vraiment serait un coup de main dans le jardin de temps en temps.

201806017B FR www.mycutegraphics.com & freevector.co .jpg

Source: www.mycutegraphics.com & freevector.co, montage: jardinierparesseux.com

Que dirais-tu de glisser un petit coupon dans la jolie carte de la fête des Pères que je sais que tu as déjà préparée pour moi, un coupon avec une promesse de donner 2 heures de ton temps en jardinage léger? En fait, glisses plutôt 3 ou 4 de ces coupons dans l’enveloppe, tant qu’à faire. Cela correspondrait pas mal à mes besoins!

Il y a toujours de petits travaux à faire dans un jardin et, même si je suis un jardinier paresseux et que j’accepte que le laisser-aller soit plus respectueux de la nature que l’acharnement horticole, il y a tout de même de petites choses que j’aimerais bien accomplir. Si je pouvais avoir quelqu’un pour m’aider, juste pour quelques heures ici et là, je pourrais enlever un tas de petites choses qui apparaissent sur ma liste des choses à faire depuis un bon moment. Seraient appréciés un peu de désherbage dans le potager pour les tout-petits, un peu de taille de bois mort dans les arbustes pour les plus âgés, et pour les adultes, un peu d’huile de bras pour des travaux plus lourds qu’il faudrait vraiment accomplir à deux.

Encore une fois, si tu m’as déjà acheté des chaussettes cette année (encore!), j’en suis très content, mais ce que je veux vraiment, c’est de l’aide au jardin!

Donc, s’il te plaît?

customLogo.gif.png

Ton Papa

La plus belle vivace dont vous n’avez jamais entendu parler

Par défaut

 

20180616A friendsofthecommons.org.jpg

La spigélie du Maryland: que de couleurs pour l’ombre! Source: friendsofthecommons.org

Exotique à souhait, comme un fuchsia à fleurs dressées, cette petite plante des forêts décidues américaines crée tout un effet et pourtant, peu de jardiniers en ont entendu parler. La spigélie du Maryland (Spigelia marilandica) n’est tout simplement pas la vivace la plus reconnue. D’ailleurs, qui connaît même sa famille, les Loganiacées? Pourtant, c’est une plante de culture des plus faciles, très tolérante de l’ombre (!) et bien rustique (zone de rusticité 4). Ainsi, elle est promise à un bel avenir. Essayez-la et vous comprendrez pourquoi.

Petite plante de sous-bois aux fleurs voyantes

La spigélie pousse en touffe dense d’environ 30-60 cm de hauteur et 40-60 cm de diamètre, portant des tiges dressées minces, mais très robustes, et des feuilles opposées ovées ou lancéolées vert foncé et luisantes; sans pétiole et opposées, elles engainent la tige à leur base.

20180616B www.easywildflowers.com.jpg

Curieuses mais très jolies fleurs. Source: www.easywildflowers.com

La floraison est tout à fait surprenante. À l’extrémité de la tige se forme une série de 2 à 12 boutons floraux, tous du même côté, alignés à la file indienne. Ils sont verts au début, s’allongeant peu à peu et s’enflant à leur extrémité, comme une quille à l’envers, puis ils rougissent : un rouge riche et intense qui attire tous les regards. Mais ce n’est pas fini. Subitement, l’extrémité du bouton éclate pour révéler une étoile… jaune pâle à vert lime! Le contraste entre le rouge et le jaune est frappant.

La floraison, qui va du début au milieu de l’été, dure un bon quatre à six semaines. Ensuite, la plante redevient une simple plante à feuillage pour le reste de l’été.

Ses préférences

La spigélie du Maryland est une plante des sous-bois ouverts de l’est des États-Unis : oui, de l’état du Maryland, mais aussi d’une vingtaine d’autres. Elle se comporte donc mieux dans un milieu qui ressemble à son environnement naturel: un emplacement mi-ombragé ou ombragé et un sol riche en matières organiques avec beaucoup de litière forestière.

20180616C putnamhillnursery.com.jpg

Quelle jolie plante pour une plate-bande ombragée! Source: putnamhillnursery.com

Cela dit, on peut la planter ailleurs que dans une forêt sauvage. Elle est très attrayante dans une plate-bande classique et se montre très adaptable. Elle peut notamment tolérer sans problème le plein soleil, pour autant que son sol demeure humide, et elle est remarquablement vigoureuse à l’ombre. Tout sol bien drainé peut lui convenir, mais un sol riche en matières organiques est préférable. Pour compenser le manque de litière forestière dans les plates-bandes, un bon paillis organique est tout à fait indiqué.

Cette plante n’est pas très résistante à la sécheresse : arrosez-la en cas de disette.

La multiplication

Voilà que les choses se compliquent… et on comprend alors pourquoi la plante n’est pas plus courante dans les jardineries. C’est que sa multiplication est lente.

La spigélie est une plante qui donne de bons résultats dès l’année de la plantation, c’est vrai, mais avant qu’elle prenne assez d’expansion pour que vous soyez prêt à la diviser, on parle de 7 à 10 ans. Oui, la touffe s’élargit… mais si lentement!

20180616F J. Carmichael, WC.jpg

Les fleurs sont placées à la queue leu leu. Source: J. Carmichael, Wikimedia Commons

On peut la multiplier par semences… mais elles doivent être fraîches pour bien germer; les laisser sécher, c’est les faire mourir, alors peu de semenciers les offrent.

Vous pouvez cependant récolter les graines de vos propres plants. Mais attention : un jour, la capsule semble être loin de vouloir mûrir, le lendemain elle est déjà vide, les graines ayant été éparpillées partout au cours de la nuit que la capsule éclate explosivement. Donc, pour ne pas les perdre, placez un petit sachet de tissu autour des fleurs fanées pour capturer les graines à mesure qu’elles mûrissent.

Autre possibilité : naturalisez quelques plantes de spigélie dans un sous-bois et laissez-les se ressemer spontanément. Quand vous verrez de jeunes plants avec le même feuillage que les adultes, vous pourrez les déterrer et les transplanter où vous voulez.

Un pollinisateur spectaculaire

201880616D allthedirtongardening.blogspot.com.JPG

Les colibris apprécient le nectar sucré emmagasiné dans le tube rouge de la fleur. Source: allthedirtongardening.blogspot.com

La spigélie du Maryland est réputée pour sa capacité d’attirer les colibris. L’Opération Rubythroat, un centre de recherche international sur le colibri à gorge rubis, l’a mise sur sa liste des 10 meilleures plantes pour les attirer. On ne lui connaît aucun autre pollinisateur.

Toxique, mais…

La famille des Loganiacées est réputée pour ses plantes toxiques, dont le vomiquier (Strychnos nux-vomica), un arbre dont on dérive la strychnine, chère à l’auteur de romans policiers Agatha Christie. Et la spigélie, bien que moins toxique que sa cousine, demeure une plante toxique. Vous pouvez la manipuler sans crainte, mais pas la manger. Évidemment, dans votre environnement immédiat, environ 40 à 60 % des plantes sont toxiques, même que beaucoup de plantes comestibles ont des parties vénéneuses (pommiers, cerisiers, pommes de terre, etc.) et les cas d’empoisonnement sont extrêmement rares. Mais mieux vaut le savoir.

20180616E pixabay.com.png

Source: pixabay.com

Presque toute plante toxique a aussi des utilisations médicinales et, effectivement, les Amérindiens utilisaient autrefois une extraction des racines comme vermifuge.

Cette toxicité a aussi des avantages pour le jardinier: la spigélie semble bien résistante aux insectes et aux maladies et les cerfs ne s’y intéressent pas non plus.

Où la trouver?

Cette plante n’est pas inconnue des pépiniéristes et ceux qui se spécialisent en vivaces l’offrent assurément. Si vous ne la trouvez pas localement, il y a beaucoup de pépinières qui la vendent par la poste. Faites une recherche sous le nom botanique Spigelia marylandica pour voir.


Une belle vivace d’ombre à découvrir : pourquoi ne pas essayer la spigélie du Maryland cet été?